44 941 Avis BD |19 367 Albums BD | 7 683 séries BD
Accueil
Tome 11 : Trois montres d'argent
 

XIII, tome 11 : Trois montres d'argent

 
 

Résumé

XIII, tome 11 : Trois montres d'argentAfin d'acceder au résumé de XIII, tome 11 : Trois montres d'argent, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de XIII, tome 11 : Trois montres d'argentMaintenant que les aventures au Costa Verde ont quelque peu cessé, XIII peut enfin essayer encore une fois d'en savoir plus sur sa propre personne... C'est un album compliqué avec une énigme très bien construite que nous présentent là deux anciens de la BD...

Voila un scénario signé Van Hamme comme on aimerait voir plus souvent ! on peut voir à quel point il prend au sérieux sont boulot de scénariste. Je dois dire que le début est assez ennuyant, trop long, mais tout de même prenant. on commence par un cour d'arbre géologique, très bien fait, je ne vais pas dire le contraire mais très long. Il en résulte que l'on commence à en savoir plus sur XIII, qui s'appellerai maintenant Jason Mac Lane ; et son vrai père serait non pas le photographe mais tout simplement celui qui l'a aidé dans sa quête au Costa Verde : Sean Mulway !!

Les dessins, très réalistes, collent très bien à l'histoire. Mais on peut sentir que dans les moments de dialogues, de révélations, les traits se figent : Vance semble s'ennuyer !!! Les couelurs sont trop classiques... Ils auraient put un peu se lâcher et mettre un peu plus de fantaisie dans ces traits sérieux...


Chronique rédigée par Charly le 19/04/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 357 (94,44 %)
  • 5 (1,32 %)
  • 16 (4,23 %)
  • Total : 378 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Acheter d'occasion : 3,72
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.55
Dépôt légal : Mars 1995

Avis des lecteurs

11 internautes ont donné leur avis sur l'album BD XIII, tome 11 : Trois montres d'argent, lui attribuant une note moyenne de 3,55/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 9 2017
   

Après (re)lecture, j’ai encore du mal à évaluer ce tome. XIII est toujours au Costa Verde, on va demander une dernière mission au Cascador : faire sauter un pont. Mais cette aventure n’est en fait là que pour donner un peu de rythme au récit, puisque c’est Mullway qui tient les ¾ du livre, en nous racontant l’histoire des 3 montres d’argent, et par la même occasion toute la généalogie de Jason depuis 3 générations.

Le scénario n’est pas inintéressant et on ne s’ennuie pas. Mais il y a cependant plusieurs petits passages qui me paraissent de trop. Le pont à faire sauter est le premier exemple. Aucun intérêt à ce que XIII fasse ça et l’épilogue avec Jones me semble tout à fait improbable. Certains concours de circonstances me paraissent aussi capilotractés : la présence de Giordino ou la rencontre avec Mullway tombent au bon moment, surement un peu trop car d’habitude ça passe, mais là un peu moins.

Malgré ces remarques, je reconnais aisément que je ne me suis pas ennuyé et que le récit est bien construit, comme souvent avec JVH. Je reconnais aussi que le dessin me plait toujours et que la fin donne envie de connaitre la suite.

27 1 2016
   

HEUREUSEMENT qu’il y a un grand arbre généalogique tout en début de tome ; lequel reprend la majorité de ce qui pourrait être la famille de XIII. Si ce familium, ET avec les nombreux rebonds scénaristiques de Van Hamme, n’avait été porté à mes yeux ; j’en serais encore à chercher le qui-que-quoi-dont-où de telle ou telle situation.
MAIS !... pour quoi cet album ?... « Relancer » l’action ?... (il faut avouer que l’on commençait à tourner en rond) ou, carrément, emmener XIII sur d’autres horizons. Et c’est ce que le scénariste a fait MAIS en suivant la ligne décidée pour l’histoire.
J’avoue quand même m’être un peu « perdu » dans les méandres imaginés par un scénariste –très bien documenté- qui ouvre certaines portes. Et, alors que vous les croyez fermées… ben non… elles s’ouvrent à nouveau et « offrent » une autre vision de l’histoire.
Voici un album que j’ai apprécié – mais DOUCEMENT- car j’allais passer à côté de certains éléments qui me dirigent –très doucement- sur la véritable identité de XIII.
J’ai pu apprécier ces divers aller-retours dans le temps très bien imagés et dessinés par un tout grand Vance. Il y mêle, au gré des pages, divers faits qui se sont antérieurement produits et l’ensemble du dessin est « comme dans ce temps-là ».
Vraiment bien aimé ces plongées, ces retours, ces contre-plongées où la vie, dans différentes époques, est très bien représentée.
Si la mise en pages est quelques « sage », une colorisation de très bon aloi, fait vraiment ressortir maintes vignettes. Le réalisme exécuté par le dessinateur est de très haut niveau ; tant pour les personnages, l’habillement, le « way of life » utilisés dans cette histoire.
Bien aimé ce tome car, l’air de rien, j’y ai appris pas mal de choses.

3 9 2012
   

Contrairement à ce que peut laisser penser la magnifique couverture de cet album, on ne lira pas un western mais la fin (?) du cycle du Costa Verde dans XIII.

Apparemment cet album divise les fans. Je ne suis pas vraiment un fan de la série mais il est vrai que je n'ai pas été emballé par ce volume.

Et ceci principalement car je trouve la narration totalement ratée. Je n'aime pas vraiment lire de grands flash-back dans les BDs, je trouve que ça casse un peu le rythme de l'intrigue.
Alors évidemment, quand Van Hamme a inséré un autre flash-back dans le premier flash-back, j'ai trouvé ça plutôt mauvais.
De plus, sans que ça soit vraiment ennuyant, était-ce obligatoire de 1) donner une nouvelle identité et de nouvelles origines à XIII (bon c'est vrai que ce n'est pas la première fois que la série est très tirée par les cheveux), 2) remonter 3 générations avant XIII pour expliquer tout ça.

Encore, ce passage serait bien fait, mais non, moi j'ai trouvé que c'était inutilement compliqué, et embrouillé pour pas grand chose, bref j'ai un peu décroché à la lecture de cet album.
Plus haut dans mon avis, je disais que je trouvais que les flash-back cassent le rythme de l'intrigue, mais bon, l'intrigue de ce volume est tellement mince et fade, surréaliste et exagérée que ce n'est pas très grave.
Voici pour moi, l'album de XIII au scénario le plus mauvais, pour l'instant.

Niveau dessin, Vance possède toujours un style trop académique et manquant de profondeur pour moi (et les couleurs ultra fade n'arrangent rien). Je remarque aussi que son trait est un peu inégal dans cet album, alors que pas mal de cases de dialogues sont ultra-laides car les personnages ont une expression faciale ratée, dès que le récit se passe dans un endroit très sombre, plein d'ombre, les cases sont magnifiques...

J'espère que le prochain cycle de XIII sera meilleur que ces 3 derniers albums se passant au Costa Verde.

11 5 2011
   

Je ne suis pas le seul à être animé de sentiments un peu paradoxaux envers cet album.
Il y a d'une part tous les flashbacks qui renvoient au clan Irlandais et donc au passé de XIII.
Pour moi, le point fort de cet album, forcément, on en apprend plus...
Et puis il y a cette fin de parcours du "combattant rouge", El Cacador, avec des trucs encore gros comme une montagne, un peu comme ce bombardement du pont par le F-15 piloté par Jones... Et, quel heureux hasard, c'est bien elle qui est accrochée à l'arbre. Donc, en toute logique, pour moi, le point moins fort.
Mais malgré tout, je ne suis pas ennuyé une seconde, même si j' y ai trouvé un peu moins d'intensité que dans d'autres volumes, ça reste quand même un must de la Bd...

11 5 2010
   

Moi, cet album, je l'ai plutôt apprécié, et pourtant il n'a pas que des qualités. Tout le passage sur la fin de l'aventure au Costa Verde m'a un petit peu gonflé. Deux tomes, je pensais que cela était suffisant et finalement, cet épilogue, avec un nouveau fait d'armes du Cascador, n'apporte rien de nouveau par rapport aux tomes précédents. Par ailleurs, pour faire sauter un pont, il se trouve que l'on s'adresse directement à XIII, qui accepte de mauvaise grâce. Je trouve que cet acte de bravoure est un peu inutile, et que XIII n'était certainement le seul à pouvoir le réaliser. Du coup, on a l'impression que XIII devient le héros indestructible et omnipotent et je n'aime pas trop la tournure que prennent ces développements.

Mais à côté de cette histoire, il ya le récit de Mullway sur la famille "O'Keffe" : ce récit est drôlement bien mené et a le mérite de nous présenter une saga familiale sur le 20ème siècle. Alors certes, 4 générations présentées en un seul album, surtout quand dans celui-ci, il y a des événements qui viennent entrecouper le récit, c'est assez dense et un peu difficile à suivre. Personnellement, je me suis souvent référé à l'arbre généalogique présenté en première page de l'album. Mais cette histoire est dramatique à souhait, et très intéressante. Au début, je me demandais s'il était nécessaire de revenir à la fin du 19ème siècle pour expliquer l'identité de XIII, mais finalement, l'ensemble est prenant, il y a un petit mystère sur un trésor, et la fin de l'histoire amène quelques révélations supplémentaires sur XIII.

La toute fin de l'album, quant à elle est un peu incompréhensible. J'ai du mal à gober que Wally Sheridan, l'ennemi juré de XIII fasse appel à lui. Et plus encore, je trouve que l'acceptation par XIII de cette invitation, le jetant ainsi dans la gueule du loup, est un peu maladroite. Mais bon, on nous fait saliver avec le retour de Carrington, absent de la série depuis quelques tomes maintenant, alors, on suit....

Ainsi, la partie au Costa Verde est peu intéressante mais en revanche, le récit de la saga familiale est bien menée est très efficace. C'est donc un tome très difficile à noter car présente des éléments très bons, mais également de moins bons.

15 11 2007
   

Nous avons avec cet album 2 histoires bien distinctes:
L'une sur l'arbre generalogique de Jason Mc Lane
et l'autre sur la fin de XIII au Costa Verde.

La premiere remonte au debut du 20 siecle avec 3 amis Irlandais venu tenter leur chance dans le nouveau monde: Liam Mc Lane, Georges Mullway et Jack Callahan.
Il est vrai qu'elle est un peu longue mais interessante et montre encore une fois que Mr Van Hamme maitrise tres bien son sujet.
On apprend surtout qui est reellement la mere de XIII (element tres important par la suite)
La seconde montre comment XIII sauvent (encore) le Costa Verde de la dictature.

Pour moi ça reste un bon album avec toujours un dessin que j'apprecie, de l'action et du suspense...

18 4 2007
   

C'est le 1er XIII que je possède qui est une édition originale.
C'est un événement.
C'est aussi la fin du périple au Costa Verde, indispensable pour éclairer les idées de notre amnésique.
J'ai apprécié de voir El Cascador en action, et, de le découvrir vulnérable. Ca change.
Comme par miracle, c'est la chance qui prend alors le relais.
Par contre, si le récit du passé de la famille Mullway/Mac Lane est copieux, il met du temps à permettre à la série d'aborder de nouveaux axes.
C'est un peu tiré par les cheveux, complexe, et l'apparition de la Mafia ne m'a guère convaincu.

J'ai trouvé, pour la première fois, Van Hamme moins inspiré, obligé à un recentrage qui se voit, pour définir les nouveaux axes.
Idem pour la fin, avec le retour de Carrington, et une suite dont les prémices sont donnés, mais qui est détachée du présent tome.

Même si le dessin et les couleurs progressent encore, ce qui a fait la force de cette série c'est son scénario et ses rebondissements.
Ici, ils sont vraiment trop parachutés (mais vont peut être permettre d'autres surprises après).
Bref, pour la première fois, une légère retenue et une petite déception, voire une inquiétude.
Passagères ?

5 3 2006
   

L'album ennuyeux de XIII par excellence...

Certes, l'histoire est importante et interessante, mais la narration est d'une lourdeur... Van Hamme, dans le genre, a fait bien mieux avec "Les Maîtres de l'orge". Ici, c'est complètement indigeste, et en plus entrecoupé par une action finalement pas si dense que ça.

Par contre, on découvre encore de nouveaux éléments permettant de mieux cerner l'identité de XIII. Et ça, c'est bon à prendre ! Dommage que le style de cet album soit si lourd...

Le dessin de Vance, lui, est similaire à ce à quoi il nous a habitué depuis le début de la saga. Trait réaliste très classique mais diablement efficace, pas particulièrement bien mis en couleur, par contre...

Bref, un faux pas dans la grande Saga XIII.. le premier ? Assuremment, pour moi. Mais pas le dernier, hélas..

22 12 2005
   

Encore un album excellent ... cette fois, on se penche sur le passé familial de XIII et on remonte jusqu'à la troisième génération ...
Ce bond dans l'Amérique du début du XXe siècle est bien réalisé : on sent l'espoir du "rêve américain" chez nos trois amis irlandais, et une vie de bonheur qui se profile ...
La déception et la douleur ne sont que plus dures : c'est une véritable saga familiale ! pour ma part, j'ai trouvé ça très bien traité et le contexte est original : de la Mafia américaine à la Révolution mexicaine, c'est vraiment un tome qui nous fait voyager dans le temps et l'espace...
Si on ajoute à ça une couverture exceptionnelle, on se retrouve avec un de mes albums préférés !

25 8 2004
   

Cet album, sans être totalement raté, est bien moins réussi que la plupart de la série…

En effet, dans cet album, le scénario tourne principalement autour du récit de l’histoire de Liam Mac Lane, Jack Callahan et Georges Mullway… Van Hamme nous raconte à travers ce récit, le passé du père de XIII, lorsqu’il arriva en Amérique… Alors évidemment, on apprend plein de choses, mais pas vraiment des choses sur XIII, mais sur son père…. Et puis surtout, on s’ennuie un peu….

Vance nous montre une Amérique du début du 20ème siècle assez réussie, mais tout ça manque de vie tout de même… s’il est toujours aussi réaliste, il est également toujours aussi sobre dans les expressions, dommage….

En résumé un album très moyen