44 836 Avis BD |19 334 Albums BD | 7 672 séries BD
Accueil
Tome 5 : Rouge total
 

XIII, tome 5 : Rouge total

 
 

Résumé

XIII, tome 5 : Rouge totalAfin d'acceder au résumé de XIII, tome 5 : Rouge total, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de XIII, tome 5 : Rouge totalCe cinquième opus est un très bon tome qui est totalement dans la continuité du tome 4 : le coup d'Etat est suivie de près et on fini pas apprendre quelque chose d'important sur la conspiration des XX ! et on apprend qui est le numéro II... par contre, le I n'est pas découvert ce qui laisse présager une suite à la recherche de celui-ci...

Le scénario est vraiment bien monté, il y a rien à dire, on a l'impression que l'auteur prend un malin plaisir à nous livrer des éléments petit à petit, alors que lui connait tout déjà ! Pas un moment creux dans cette histoire qui possède de nombreux rebondissements, ce qui peut paraître rébarbatif pour certain...

Les dessins sont assez classiques, mais collent bien avec l'univers réaliste de l'histoire. A noter des couleurs sublimes en couverture et classiques et ternes sur les planches...


Chronique rédigée par Charly le 05/04/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 357 (94,44 %)
  • 5 (1,32 %)
  • 16 (4,23 %)
  • Total : 378 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.85
Dépôt légal : Novembre 1988

Avis des lecteurs

13 internautes ont donné leur avis sur l'album BD XIII, tome 5 : Rouge total, lui attribuant une note moyenne de 3,85/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 7 2017
   

Ce tome 5 marque à mon sens la fin d’un cycle. C’est là que la grande conspiration pour prendre le contrôle du pouvoir est déjoué. Celui qui est sur le devant de la scène s’avère être Carrington, véritablement charismatique. Dans une moindre mesure Jones a aussi un grand rôle, et XIII me semble en retrait, plus cantonné dans l’action pure. Il a aussi un défaut c’est qu’il n’explique pas ses plans, du coup ce n’est pas lui qui parle le plus, dans ce tome plutôt bavard. Bien sûr le complot est déjoué de manière complétement improbable, comme souvent dans la série. Mais ça fonctionne, on commence à être habitué à la chance du héros.

Fin d’un cycle, complot déjoué mais il reste encore beaucoup de tiroirs non refermés que le scénariste laisse de côté pour la suite. Le plus gros étant que Fly n’a pas retrouvé la mémoire et ça ça laisse évidemment beaucoup de place pour reconstruire un passé rocambolesque. Il reste aussi à connaitre l’initiateur de toutes ces opérations, le numéro I, le grand méchant…

Tout ça se lit avec plaisir, et se relit tout aussi bien.

27 1 2016
   

Pour être « rouge »… c’est rouge !
Une fantastique machination naît devant mes yeux de lecteur assidu : le déclenchement d’une troisième guerre mondiale. Rien que ça !
Et pourtant… Le scénariste y est allé ici d’une histoire très forte : des conjurés qui mettent leur opération en œuvre en arrivant à convaincre le président des Etats-Unis que les manœuvres sont « simplement » simulées… alors qu’elles ne le sont pas !
Costaud car c’est ici que « ceux qui dirigent » se trouvent à quelques centaines de mètres sous terre.
Espace confiné MAIS grand théâtre scénaristique dans lequel diverses personnes vont se mouvoir.
Ce scénario rappelle –pour les plus anciens- une histoire authentique survenue en 1979 : une simulation avait été mal interprétée par les ordinateurs et, à l’époque, les USA pensèrent à une attaque atomique proche. Quelle aurait été la réponse ?!... A donner froid dans le dos.
Costaud s’il l’on sait qu’une demi-douzaine de telles bases, opérationnelles, se trouvent aux USA.
Scénario très fort, oui, mais heureusement démantelé par XIII et quelques comparses. Mais, bon, déjouer les systèmes de surveillance… je demande à voir. Tout est quand même bien amené, et je me suis laissé prendre dans les ficelles du scénariste, ce sans arrière-pensée.
Album prémonitoire quand même, car il paraît en 1988, quelque 13 ans avant les attentats du 11 Septembre. Dès les jours qui ont suivi, les principaux responsables ont été « disséminés » dans ces bunkers et mis sous très haute protection. Van Hamme, c’est quand même quelqu’un !
Très bon album !

8 5 2012
   

Moi je fais parti des sceptiques qui ont du mal à déglutir la grosse pilule que nous met Van Hamme dans la bouche :) ...

Ça fait quoi ? Plusieurs mois que je n'ai pas lu de "XIII" et après mettre replongé dans les premiers albums de la série, je m'attaque a cette fin de cycle.
Déjà l'album précédent ne m'avait pas vraiment convaincu, mais alors celui-ci,c'est beaucoup trop gros pour que j'adhère totalement.
Autant dans les tomes antérieurs, Van Hamme nous proposait un excellent thriller, plein de suspens et d'action, pas super original mais extrêmement maîtrisé, autant je commence à me désintéresser de ce complot national (voire mondial ?) éco-politique (alors que ce n'est pas le genre premier de la série, j'ai l'impression)...

Je trouvais plus sympa de voir XIII essayer de retrouver sa véritable identité. Pour moi, tous les rebondissements sont abracadabrantesques, tous les éléments m'ont parus trop gros et aucun n'ont su me convaincre, par manque de vraisemblance.

Après je reconnais à Van Hamme un vrai et grand talent de scénariste, ce qui lui permet d'écrire une histoire, qui se lit vraiment bien, même si je ne la trouve pas passionnante.

Au dessin, Vance a un style très (trop ?) réaliste et académique (froid ?) qui n'arrive pas vraiment à me charmer... Je ne dirais pas que c'est beau, mais que c'est bien fait !

Je suis curieux de lire la suite...

8 5 2011
   

Comme tout le monde, je digère la fin de ce premier cycle. Et comme David, j'ai plutôt aimé mais je ne trouve pas la chute grandiose. Car si le voile est partiellement levé sur le complot, une partie du mystère disparaît. Quand on en apprend beaucoup, le charme s'estompe un peu. Une fois de plus, l'ensemble a un air de démonstration. Mais cette fois-ci, pour caricaturer, j'ai presque trouvé la mise en place de certains éléments narratifs comme mécanique.
Pour autant, de nombreux passages sont très rythmés. On est donc gâtés pour ce qui est de l'action, mais là aussi pas mal de rebondissements m'ont paru abracadabrantesques...
Bon, le n° I n'est pas tombé, XIII est encore loin de son passé, et c'est aussi un album-pivot dans la série.
J'ai aimé un poil moins celui-ci, mais ça ne m'a pas freiné pour la suite !

8 5 2010
   

Voilà donc un tome qui sonne comme une fin de cycle, où Van Hamme nous dévoile les derniers éléments du coup d'état mené par Wax. C'est avec plaisir que l'on suit cette histoire, et même sir les effets sont un peu gros, l'ensemble est plaisant, plein de rythme et d'action, dans la pleine lignée de ce qui nous est présenté depuis le début. Une bonne fin de tome aux éléments parfois peu compréhensibles (le duel Mc Call/Jason Fly est peu crédible, et puis, comment tout notre petit monde a-t-il pu sortir indemne de l'endroit dans lequel ils étaient enfermés ?), mais dans l'ensemble, tout reste dans le même esprit. Toute la confrérie est démasquée, à part le numéro I, et on ne doute pas que ce personnage fera un retour dans les tomes à venir. Le scénario est bien maîtrisé malgré certaines grosses ficelles, et le tout s'enchaîne bien malgré tout. Et puis, pour une fois, XIII garde le nom de Fly du début à la fin de l'histoire, qui semble se stabiliser de ce côté-là...

24 4 2010
   

Bonne fin de cycle. Il est vrai qu'on est ici dans la politique fiction et que tout ça peut paraître un peu gros. Comme à Hollywood.

Mais j'imagine que bien des Allemands et des Européens ont dû se dire la même chose en 1933 : un petit caporal revanchard et mono-maniaque qui se hisse à la tête d'une des grandes puissances du monde ?

Et il reste indéniable que l'ambiance américaine a toujours un peu quelque chose de paranoïaque.

Un des défis pour cette première finale était de maintenir l'équilibre entre la "grande histoire" et ce qui arrive à XIII. À vrai dire, celui-ci est un peu marginalisé, ici, entre les présidents, généraux et autres grosses pointures. Mais pourquoi pas : mieux vaut ça que de pousser vers l'invraisemblance encore plus marquée.

9 11 2007
   

voici la fin d'une premiere partie... La conjuration visant a établir une dictature a été decouverte et maitriser. Nous savons qui est le numero 2, par contre le numero I continue a se cacher. Et qui est donc cette "mangouste". XIII va pouvoir enqueter sur son passé...

Encore un bon album avec beaucoup de rebondissements et la connaissance d'un nouveau personnage le marquis "De Preseau".
comme les autres albums celui-ci ne décoit pas et on a hate de lire la suite de "Jason Fly"

Coté dessin je l'ai trouvé toujours tres correct avec une belle couverture

10 4 2007
   

Si d'autres tomes étaient plus calmes ("Toutes les larmes de l'enfer" et même "SPADS") en information et en bouleversements, dans ce tome 5 il n'en est rien.
Du changement, on en a pour notre argent: ça bouge sans cesse et on va de surprise en surprise.
Je trouve même que c'est un peu trop dense, comme si Van Hamme avait voulu finir un cycle d'urgence.
Ce que l'on ne peut pas lui reprocher, c'est la variété, avec ce tome nettement plus politique (par moment ça fait même peur !), où XIII part de loin (géographiquement et par situation) pour toucher au but à la fin.

C'est un livre important car des identités se dévoilent et les explications de "Soleil noir" tombent.
Un pan de la série s'éclaircit, et je suis d'accord avec Charly, c'est un acte qui s'achève.
Pourtant, on sait déjà que rien n'est plié pour notre amnésique, car des questions demeurent.
Pour ma part, j'en ai au moins deux: Où Jason Fly a-t-il appris l'espagnol (ça ne figure nulle part dans son dossier) et que faisait Kim Rowland au cimetière où elle sauve Amos ?

Et je confirme aussi mon impression du tome 4, le dessin de Vance est plus agréable à suivre, plus léché, mieux teint.
Je dois dire aussi que moi, je l'aime bien Armand Préseau, ce Marquis venu d'on ne sait où.
Un personnage de plus, à part, original, digne de nos baroudeurs, bien dans le style.

Un tome riche (trop ?) une suite haletante, et encore une ouverture pour poursuivre.
Décidément, on n'est pas près d'en finir...

28 2 2006
   

Contrairement à David ci-dessous, je n'ai rien de négatif à réellement repprocher à cet album.

Il a le mérite de terminer en beauté le premier cycle de la grande saga de XIII, en jouant sur un contexte de conspiration politique très développé, tout en nous faisant prendre conscience que par chez les puissants, tout est possible... même l'inimaginable.

Ainsi, toute la première enquête qu'a mené XIII jusque là va prendre fin... toute ? tout de même pas, car tout reste à découvrir quant à l'organisation qui emploie la mangouste afin de supprimer XIII.
Et puis, l'identité elle-même de notre héros n'est pas encore très claire... c'est le moins que l'on puisse dire.

Le dessin de Vance, toujours assez réaliste, ne bouge pas d'un poil. Style détaillé mais souffrant un peu d'un statisme parfois dérangeant durant les scènes d'action, il est toutefois très correct malgré son côté classique.

Bref, sacrée fin de cycle d'une histoire hors du commun... on en redemande :)

10 12 2005
   

On peut dire que cet album est la fin du premier cycle ...
De nombreuses réponses aux questions soulevées jusqu'ici avec l'identité révélée de II et III ... mais la tête du complot court toujours ! Qui est-ce ? voilà une question qui trouvera certainement sa réponse dans quelques tomes ...
Sinon, beaucoup d'action dans ce tome (avec des passages un peu gros quelquefois) et de nouveaux personnages, mais le scénario en lui-même me convient moins (ça reste plaisant, mais pas très réaliste) : ce complot me semble un tantinet puéril, et un peu "facile" (j'ose espérer qu'il ne serait pas aussi aisé d'instaurer un état quasi fasciste dans une démocratie solide).
Le dessin est toujours égal à lui-même et je déteste la couverture !
Pas le meilleur album ...

23 8 2004
   

XIII n’est donc pas Ross Tanner, serait-il Jason Fly ? Voilà la question à laquelle il va devoir trouver une réponse…

Rouge total est un album qui réponds à de nombreuses questions, et lance une nouvelle intrigue… Rien ne sera plus pareil désormais pour XIII, car il sait des choses importantes…
Van Hamme résout des énigmes qu’il avait mises en place depuis le premier album, mais ne nous dit pas tout, et il nous reste encore plein de choses à apprendre sur le passé tumultueux de notre Héro…

Vance ne déroge pas à son dessin du premier tome, et ont regrette toujours des couleurs trop fades et pas assez nuancées…

Un très bon album… Patron, un autre !

1 5 2003
   

Rouge Total est album qui fini le 1er cycle, et qui le fini de superbe manière ! Tout y est ! Action, suspens, rebondissements etc !
On aprend encore des choses sur l'organisation qui est derriere ce complot mais heureusement que XIII, avec l'aide de Carrington, Jones, Amos et d'autre, sont la pour déjouer le plan !
Sinon les dessins de Vance sont comme dans les tomes précédants, pas magnifique et pas très originaux...