46 503 Avis BD |20 164 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1
 

Whiteout, tome 1

 
 

Résumé

Whiteout, tome 1Afin d'acceder au résumé de Whiteout, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Whiteout, tome 1Un whiteout, ou un grand blanc en français est ce qui arrive lorsque le vent balaie la neige qui gît sur la banquise et la soulève dans l'air annulant ainsi toute visibilité. Cela résume bien le contexte de cette BD.

Déjà paru en 2003 chez Akileos, ce polar est réédité aujourd'hui à l'occasion de la sortie en France de son adaptation cinématographique. Décidément avec "Clones" déjà sur les écrans, nous voilà encore avec une adaptation de polar BD au cinéma. C'est donc peut-être encore l'occasion de découvrir une bonne BD. Et bien oui. J'ai encore été séduit.

Cette fois, tout est dans l'ambiance des lieux. L'action se passe en Antarctique par -70°C et le marshall en place, féminin de surcroît, se retrouve avec un meurtre sur les bras et face à ses démons.

C'est assez fluide, et comme pour Clones, même si c'est complètement différent, le gros intérêt de cette BD n'est pas dans l'intrigue policière qui est somme toute assez classique. Justement, le scénariste ne s'est pas contenté de ça. On découvre tout au long de la lecture, l'état d'esprit des personnages qui se gèlent depuis des mois sur la banquise dans un mode de vie vraiment particulier dicté par un environnement hostile. De plus le héros est une héroïne qui par son statut de marshall doit redoubler d'efforts pour se faire respecter, d'autant qu'elle n'a pas été mutée ici par hasard, son passé étant en cause.

Côté dessin, imaginez la difficulté à rendre un bon graphisme pour une histoire qui se passe en antarctique, où tout est blanc. Comment rendre le froid visible dans une BD? C'est un pari réussi. Déjà il fallait du noir et blanc, c'était LA condition pour cette BD avant même d'avoir dessiné la première case. Donc l'ambiance est là. On est plongé dans l'histoire et on avance dans la lecture sans problème. Mais avec du recul effectivement on se rend compte que la sensation des personnages est présente et qu'il s'agit quand même d'un sacré challenge.

Bon, encore un bon polar, décidément, avec "Clones" et "Criminal" que j'ai découverts juste avant, je suis vraiment comblé!

Pour info, comme pour Clones, la couverture de cette édition est l'affiche du film, mais la précédente édition avait la couverture originale, ce qui devrait se trouver d'occasion. A noter aussi que le second tome sort ces jours-ci en France et n'est pas concerné par le film.


Chronique rédigée par Fa le 10/11/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 65 (36,72 %)
  • 96 (54,24 %)
  • 16 (9,04 %)
  • Total : 177 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 12,35 12,35 12,35
Acheter d'occasion : 6,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Octobre 2009

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Whiteout, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 4 2012
   

Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre en prenant cet album. Certes, j’avais regardé les notes sur coinBD plutôt bonnes, mais malgré tout, j’avoue que juste en feuilletant l’album, cela ne fait pas vraiment envie.
Ce n’est pas tant le dessin qui est à remettre en cause, mais l’impression à la manière des vieux journaux où les gris sont obtenus par effet « grains » ou des pixels noirs sont juxtaposés à des pixels blancs. La définition première trouvée par mon cerveau est « moche ».
Mais bon, je fais confiance à mes amis aviseurs et je prends donc l’album en main.
Assez rapidement, en fait, le dessin trouve sa place. En dehors de ces aspects techniques d’impression, la représentation des divers éléments visuels est complètement maitrisée.

J’ai trouvé justement que le dessin et le scénario étaient très imbriqués. Surement, le scénario ne serait-il pas aussi efficace si le dessin ne permettait pas de donner une juste représentation des choses.
L’histoire se déroule en antarctique. Là-bas, la neige règne en maitre et ses caprices sont rudes et terribles. Réussir avec du noir et blanc à retranscrire cette ambiance n’était pas gagné d’avance. Pourtant, c’est chose faite haut la main. Le dessin qui parait parfois brouillon, retransmet en fait cette vision difficile due à la neige soulevée par le vent glacial de la banquise. On s’imagine les personnages luttant pour avancer et trouver leur chemin, même au sein des stations polaires. Les conditions de vie extrême sont, à mon sens, très bien reproduites.

Ensuite, le héros est en fait une héroïne, Marshall de son état. Son passé mystérieux laisse entrevoir qu’elle a été mutée suite à quelques actions antérieures aux limites de la légalité dans le cadre de ses fonctions. En comprend tout de suite que l’on a à faire à un personnage au caractère particulier et que sous son mignon minois, elle ne s’en laisse pas compter.
Et parlons, de son physique. Autre bonne surprise dans la représentation graphique. Les garçons ressemblent à des garçons et les filles à des filles. Je veux dire, que nous n’avons pas des canons de beauté à tout va et que les personnages représentent les 90% des habitants de cette planète au physique quelconque. Pourtant, Carrie a un physique qui lui permet d’être reconnaissable au premier coup d’œil, pas moche, pas belle, c’est son caractère et l’aura que les auteurs réussissent à transmettre par ces pages qui priment dans sa représentation.

Pour le reste, les premières pages, m’ont paru malgré tout assez banales, hormis le cadre atypique de l’histoire. Mais, plus j’avançais dans la lecture, moins je réussissais à décoller mon regard et à sortir de ces pages. L’histoire par le caractère de ses personnages, par le rythme, par des dialogues et descriptions off pertinentes et percutantes avec quelques répliques qui pourraient devenir cultes nous happe insidieusement et ne nous relâche qu’une fois le dénouement venu.

Preuve supplémentaire de la qualité, une fois refermé, je n’avais qu’une hâte, lire le 2nd tome !
Une BD, au scénario relativement classique mais sublimée par un contexte et des personnages aux caractères affirmés et des dialogues maitrisés. Un polar noir dans le grand blanc qui fait du bien.

16 11 2009
   

Avec Greg Rucka au scénario, Akileos tient un bon filon. Après l’excellente série d’espionnage "Queen and Country", l’éditeur réédite un polar assez conventionnel de cet auteur phare. A l’instar de cette incontournable saga, Greg Rucka prend à nouveau une femme pour héroïne, mais situe cette fois son récit en Antarctique, sur la base américaine de McMurdo. Pour son premier comics, l’auteur s’inspire des classiques du genre et ne livre pas un scénario débordant d’originalité, mais faisant déjà preuve de beaucoup de maîtrise.

Ce désert de glace livre également un décor hostile et un contexte rude, qui pèse sur le mental des protagonistes. Une atmosphère de huis clos et des conditions extrêmes propices au développement de ce thriller polaire. L’auteur soigne également le développement psychologique de personnages, déjà malmenés par un froid qui isole cette micro-société au sein d’une nuit permanente et maintenant confrontés à une sombre histoire de meurtres.

Je ne suis par contre pas trop fan du graphisme parfois un peu brouillon de Steve Lieber, même si celui-ci contribue indéniablement à l’atmosphère inquiétante et oppressante du récit.

Un très bon polar, également adapté au cinéma.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Whiteout, tome 1 3 3.83
Whiteout, tome 2 : Fusion 2 3.75