46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 4 : Le 46e état
 

W.E.S.T., tome 4 : Le 46e état

 
 

Résumé

W.E.S.T., tome 4 : Le 46e étatAfin d'acceder au résumé de W.E.S.T., tome 4 : Le 46e état, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de W.E.S.T., tome 4 : Le 46e étatFin de l’Aventure Cubaine pour les membres de W.E.S.T
Un scénario efficace et nerveux donne à l’album une certaine ambiance, agitée et assez sanglante. De plus le parallèle avec des événements réels permet de mieux connaître certains épisodes de L’île et d’éventuellement découvrir le rôle Américain dans l’évolution politique de ce petit pays. Mais les scénaristes racontent une histoire saupoudrée de magie. Le Vaudou est très présent dans cette histoire, mais curieusement j’ai trouvé que cela dénotait un peu dans le contexte du récit. Par goût, j’aurais préféré que le récit reste plus sur le plan politique, avec les luttes pour l’indépendance contre le colonialisme.
Le dessin de Rossi est soigné, minutieux, descriptif et la lecture de chaque planche est assez long, autant pour tous les détails qu’il faut voir que pour le nombre de cases découpées très petites. C’est donc un trait qui me plait beaucoup. Quel dommage que la mise en couleurs soit si triste, si peu contrastée, au point de créer une certaine lassitude dans la lecture. Rossi vient d’une école ou le noir et blanc prédominait. Cette influence ressort dans cet album ou les couleurs sont trop proches et ne soulignent pas assez certaines actions ou paysages.
Pour finir, je trouve que les personnages manquent un peu de charisme, au point de les confondre parfois au fil des pages. Dommage que leurs personnalités n’aient pas été plus mises en avant pour pouvoir les identifier facilement et se les approprier.
En conclusion, j’ai lu cet album avec plaisir, sans pour autant ressentir cette émotion que les grands albums peuvent générer. Quand on referme l’album, les personnages principaux s’estompent rapidement et c’est un peu dommage.


Chronique rédigée par niavlys le 05/06/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de niavlysReflet de l'avatar de niavlys
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,23
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.30
Dépôt légal : Janvier 2008

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD W.E.S.T., tome 4 : Le 46e état, lui attribuant une note moyenne de 3,30/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

31 5 2013
   

Voici un tome bizarre. J'ai eu l'impression que les auteurs se débarrassaient vite fait bien fait de la partie vaudou avec Islero, comme si cette partie les embarraissaient plus qu'autre chose. Cela dit à la fin du tome précédent les choses allaient déjà dans ce sens.
Dommage car c'était vraiment la partie que je préférai, le reste me captive moins, la politique c'est sympa mais je n'ai pas envie de lire ça en ce moment, même si c'est la politique de Cuba en 1902.
Autant le début m'a semblé court autant la fin m'a semblé très longue, même si les scénaristes nous concoctent des scénes d'action aux petits oignons. Par contre Morton Chapel torse nu avec sa moustache et sa musculature à la Schwarzie m'a semblé décalé et peu crédible.
A noter que j'ai trouvé le découpage mieux fait que les 3 premiers tomes, et les transitions sont moins brutes. Vers la fin, il y a bien la lecture d'une double page qui n'est pas du tout intuitive, j'en conclus que ce n'est pas bien fait.
Pour le reste, à mon avis, cette série démontre qu'il n'est pas aisé de mélanger les genres, et que la mayonnaise ne prend pas facilement.

10 11 2009
   

Suite et fin de cette deuxième enquête paranormale des mercenaires de W.E.S.T. (Weird Enforcement Special Team), qui replonge le lecteur dans l’occultisme et le mystère qui entoure ce sorcier vaudou nommé Islero.

Au sein de ce décor cubain, Xavier Dorison et Fabien Nury livrent une ambiance somptueuse et envoutante, qui mélange vaudou/occultisme et western. En intégrant la tentative d’annexion de Cuba par les USA à leur récit, les auteurs développent également pleinement l’aspect politique et économique de leur intrigue. En ralliant la cause populaire cubaine, les héros vont même découvrir l’origine du Cuba Libre, ce délicieux mélange de Coca-Cola, de rhum et de citron vert.

Le dessin de Rossi est quant à lui toujours aussi somptueux, avec une colorisation parfaitement adaptée à ce décor très poussiéreux.

Une excellente série qui se bonifie en plus au fil des tomes !

4 3 2009
   

Parfaitement dans la suite du tome 3, nous retrouvons nos héros avec tous les travers, toutes leurs interrogations et leurs angoisses et leurs tourments. Car, à défaut d'avoir un leader charismatique, les personnages secondaires ne manquent pas de charisme et de perversion. Leurs âmes torturées donnent lieu à quelques très bonnes scènes et rendent le scenario lui aussi tortueux et original. L'ambiance est bonne, les persos sont bons, le scenario est bon.
Seul regret une fois encore, la fin de l'album, tout comme pour la fin du premier cycle, nous replonge trop dans un réalisme rattaché à la réalité historique de l'histoire de l'île. Du coup, plus terre à terre, je trouve que l'ambiance retombe un peu comme un soufflet trop froid et perd de ce fait de son intensité et de son intérêt. Dommage car 90% de l'album continue de nous tenir en haleine et offre un rythme soutenu et une histoire bien menée et pensée.

Un quatrième tome dans la parfaite lignée de la série qui clôt ce second cycle de belle manière. Les aficionados des premiers albums ne seront pas déçus !

14 7 2008
   

Par certains côtés, « W.E.S.T. » est un peu déroutant. Positivement, je précise. Car les scénarios, habiles, mélangent les genres western et fantastique. C’est encore le cas dans le présent opus.
J’ai eu affaire à une histoire qui mêle un fait politique et des zombies, ce sur une île de Cuba ; laquelle est déchirée entre les pro et anti-américains. Un bon tome, pour cette agence gouvernementale vraiment spéciale, et qui ne cache pas son inspiration du côté des « Mystères de l’Ouest » de si bon souvenir.
Le dessin ?… un bien bon trait réaliste vraiment bien mis en évidence par une gamme de couleurs à l’aquarelle d’un très bel effet. Une bonne histoire –solide et imaginative-, un graphisme haut de gamme. Un vrai bon moment de lecture.