46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : La chute de Babylone
 

W.E.S.T., tome 1 : La chute de Babylone

 
 

Résumé

W.E.S.T., tome 1 : La chute de BabyloneAfin d'acceder au résumé de W.E.S.T., tome 1 : La chute de Babylone, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de W.E.S.T., tome 1 : La chute de BabyloneDorison, auteur du désormais fameux "Troisième testament", s'associe à Nury pour écrire le scénario du premier volume de cette série placée sous le signe du policier, de l'action et du fantastique.

En 54 planches, le duo de scénaristes plante le décor de cette intrigue qui reste en plein suspens à la fin de ce tome. On assiste à la (re)formation du quatuor surnommé le WEST, dont les différentes personnalités mériteront d'être creusées dans les volumes à venir : on ne peut pas dire qu'ils soient très attachants pour l'instant.
Les premières planches sont assez séduisantes, et si l'ensemble du récit est plutôt agréable, on peut regretter certaines zones d'ombre persistantes, le manque de scènes véritablement marquantes lié à une certaine tendance à trop de bavardage. La mise en place aurait sans doute gagné à être plus légère. Malgré ces critiques, le scénario reste globalement bien conçu.

C'est plaisant à lire, le trait de Rossi étant réussi et sa mise en couleurs très soignée - mention spéciale au jeu sur les lumières et la surexposition, très cinématographique (la dernière case de la planche 31 est très emblématique !).
Attendons la suite pour voir si la série parvient à réellement décoller.


Chronique rédigée par Jean Loup le 18/10/2004
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.28

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD W.E.S.T., tome 1 : La chute de Babylone, lui attribuant une note moyenne de 3,28/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 5 2013
   

Je ne peux pas mettre plus de 3 même si la deuxième partie de l'album me laisse présager une meilleure note pour le prochain tome. J'ai en effet trouvé ce début d'histoire un peu poussif et surtout un peu compliqué. De nombreux personnages et de nombreux points de vue, avec en plus pas mal de palabres m'ont rebuté et perdu. Je me disais "où veulent ils en venir, pour le moment c'est juste pénible". Et puis, et puis, vers le milieu de l'album lorsque les 4 personnages principaux forment le W.E.S.T, lorsque l'enquête commencent vraiment, lorsque les morts s'accumulent et que le fantastique se met en place, ça crée enfin un suspens et une envie de tourner les pages. Le blabla est malheureusement toujours là mais le besoin de connaitre la suite est bien là.
J'aime bien le personnage de Morton Chapel qui me fait penser à un mélange détonnant entre Sherlock Holmes et Hannibal de l'Agence tout risques (on a les références qu'on peut).

Graphiquement, c'est assez joli, les couleurs sont plutôt douces et agréables, il manque peut-être parfois un peu de détails dans les décors par exemple, mais c'est juste pour chipoter.

28 2 2012
   

J'ai entendu parler de cette série comme réunissant les thèmes du Far-West, du policier et du fantastique. Je me suis dis que ça valait surement le détour. J'ai acheté ce tome 1 de W.E.S.T., et je suis servi. Un peu trop même. C'est le genre d'album dont le scénario est si complexe, et où on a si peu de clefs à la première lecture, qu'on ne comprend pas tout. Heuresement, le dessin est très agréable, l'histoire en elle-même est très prenante, on se soumet volontiers aux relectures necessaires.

L'histoire demarre dans une ambiance très "Mystères de l'ouest", la série. Ou le film, en fait. Il y a un train, des costumes Américains de la fin du XIXe siècle, des montres à gousset, des cheveaux, des revolvers. C'est pas tout à fait le style Far-West que j'avais en tête, mais bon. Je crois que ce qui m'a le plus séduit est le dessin, qui a un côté Hermann indéniable, à mon avis. Donc en fait dans ce tome on trouvera un mélange de Comanche et de Jeremiah. J'espere que je ne choque personne.

Et puis rapidement, une ambiance du type "Ligue des Gentlement extraordinaire" vient en plus. On apprend comme sont recruté chacun des protagonistes de la bande, qui ont tous l'air d'avoir un passé un peu lourd. Voilà, ce ne sont pas des saints, ça tombe bien, la vie des saints est tellement ch...te !

Avec tout ça une ambiance sciences occultes, société secrète, avec un zeste de diabolique et vous avez le reste de la recette. Le seul défaut de cette histoire, ,c'est qu'on passe beaucoup de temps à parler de tout et de rien, en mélangeant le superflu et l'indispensable. Ou alors, il va y avoir des rebondissements qui vont nous faire comprendre les choses. Mais quand même, le mélange, par exemple, de la présentation des héros tandis que le fil conducteur évolue de son côté, c'est dommage. On aurait préféré une histoire sur la constitution de l'équipe, puis quand on les connait tous, on assiste à leur première affaire. Bon, tant pis.

A part ce détail mineur du scénario, et le fait que les dessins n'aident pas beaucoup à reconnaitre les protagonistes, ce tome est unexcelent début, très prometteur. Lisez-le, relisez-le si comme moi vous êtes un peu lents à la détente, mais vous pouvez y aller en toute confiance. C'est du bon, du gros, du lourd, du prometteur.

25 2 2009
   

WEST avec sa couverture, nous laisse penser, à nous mécréants et ignorants qu'il s'agirait d'une série se déroulant à la belle et rude époque du Far-West.

Aaaah ! Que ne sommes-nous pas petits. Car tout faux ou presque nous avons.
L'histoire se déroule en fait en 1901. Si historiquement, cela se situe toujours dans l'époque des Cow-boys et autres conquêtes de l'ouest Américain, s'en est pourtant la fin et l'époque a déjà bien évoluée. De plus, l'histoire se déroule ici en pleine ville, grande qui plus est avec des dames et des messieurs bien habillés et qui pensent plus à la présidence des Etats-Unis qu'à devenir Shérif de DaisyTown.

L'époque et l'ambiance se rapprocherait plus de l'ambiance Anglaise victorienne et des romans de Sir Arthur Conan Doyle dont le héro le plus fameux se dénomme Sherlock Holmes.
Voilà, le cadre est posé, je peux maintenant continuer.

L'ambiance est spéciale et n'est pas sans rappeler l'incontournable, le fantastique, l'anthologique "Lune d'argent sur Providence". Ambiance Western, beaux habits et surnaturel. Car oui, si le fond est historique, la forme prend vite une tournure non explicable et emplie d'un mystère à la limite de l'occultisme vaudou.
Cette série, à l'instar par exemple des très bons "L'histoire secrète" et "Mens Magna", essaie de réexpliquer l'histoire en s'insérant dans le cours véridique des choses. Malgré tout cela reste discret dans ce premier tome et l'on s'en rendra compte principalement dans le prochain tome (mais je digresse légèrement là…).

Le scénario est touffu, parfois limite confus. Il y a beaucoup de personnages, beaucoup de faits.
Cela serait surement mieux passé avec un dessin plus coupé, plus franc, plus détaillé.

Car si le dessin est globalement plutôt agréable, racé et typé avec sa mise en couleur sympathique, en revanche, le trait est parfois flou. Dés que l'on prend un peu de recul, dés que la scène s'élargit, hop, il n'y a plus que des fantômes qui se déplacent. Les êtres perdent leurs visages…et nous nos points de repères. Comme de plus, principal défaut de ce dessin, les décors sont quasi inexistants, j'ai souvent atteint mes limites spacio-tempo-corporelles…

Malgré tout, l'ambiance et le scénario parviennent encore à maintenir un cap intéressant et si ce premier tome n'a pas été l'extase attendue, j'ai tout de même tenté la lecture du tome suivant afin de clore ce diptyque.

19 2 2007
   

La couverture de cet album m'avait tapé dans l'oeil lors de sa sortie.
J'ai pourtant attendu plusieurs années avant de pouvoir en profiter...

Un "Western" fantastique ? Et pourquoi pas, hein ? C'est vrai qu'avec les noms de Dorison et Rossi à la réalisation, ça fait envie. Dorison pour ce que l'on sait, et Rossi pour de belles séries historiques et déjà du western. C'est un auteur dont j'apprécie le trait, qui est proche de celui de Moebius. Pourtant, dans W.E.S.T., j'ai été un peu déçu par ce même trait. Certes, il est classieux, raffiné, voire patiné. Et du coup, il perd un peu d'autheticité à mes yeux, à user des aplats raccourcis.

Côté histoire, ce premier tome est un peu confus, surtout parce qu'il met en place pas mal de personnages, d'enjeux... Et du coup on s'y perd. Mais cela n'entrave pas l'envie qu'on peut avoir à lire la suite, qui a l'air bien alléchante...

4 9 2006
   

Un tome au découpage original et dynamique qui commence en 1895 et en pleine action, avec le déraillement d’un train à la gare Montparnasse. Un premier tome qui met en place les quatre membres de la W.E.S.T. (Weird Enforcement Special Team), qui, six ans après cet accident de train, vont mener l’enquête concernant une série de meurtres qui frappent l’élite de Washington et en particulier les membres du Century Club.

Ce premier tome est très dense, riche en événements et en meurtres, et ne se limite donc pas à la présentation des différents protagonistes. Il vaut d’ailleurs mieux être bien concentré afin de ne pas être décroché par ce scénario touffu.

Les quatre mercenaires de la W.E.S.T. (Morton Chapel, shaman anglais, Angel Salvaje, indien exorciste, Joey Bishop, tueur juvénile, Bart Rumble, colosse jovial) vont mener une enquête policière passionnante et pleine d’action, et qui livre déjà plusieurs pistes qui touchent à l’occultisme.

Bref, ce premier tome nous livre la mise en place complexe mais haletante de ce polar mi-western, mi-fantastique.

6 3 2006
   

Avec un titre pareil, et la page de couverture, on se dit : un Western ! Que nenni !...
L'action se situe bien aux Etats-Unis, mais tout au début du 20ème siècle, dans un décor urbain et civilisé.
Le récit mêle ici aventure, polar et fantastique.
Plusieurs personnalités ont été assassinées, où se sont suicidées dans des circonstances étranges. Redoutant un complot, l'ex-responsable de la sécurité du Président va mener sa propre enquête, en se faisant aider par un quatuor d'anciens baroudeurs, spécialistes des missions secrètes, le W.E.S.T. (Weird Enforcement Special Team).
Mais cette fois, l'adversaire semble disposer de moyens paranormaux, attestés par d'étranges signe cabalistiques retrouvés sur les dépouilles et qui s'effacent peu après.
Les indices et les soupçons convergent vers le "Century Club", une société secrète regroupant les notables de la ville...
On est loin des plaines sauvages du Far-West !...
Une intrigue captivante, une très belle mise en images, des couleurs directes par un Rossi inspiré. Un très bon moment de lecture à passer !

4 9 2005
   

Ce premier tome démarre sur les chapeaux de roue : train fou, meurtres, suicide, personnages inquiétants, sigle ésotérique, phrase qui résonne de façon lugubre : « le temps est venu de juger les morts… et de récompenser les prophètes ! ». Brrrr…

Les auteurs nous ont concocté un cocktail de genres : western motorisé (début 20è siècle), intrigue policière et fantastique.

Pour mener l’enquête ? Un quatuor de choc. Une équipe de durs à cuire qu’on appelle à la rescousse quand une situation semble désespérée (moi ça me rappelle l’agence tous risques :D). Le leader du groupe est le plus charismatique, un gars à qui on ne la fait pas ; on sent que rien ne peut lui arriver.

L’intrigue, dense, laisse malheureusement peu de place au reste et l’on en apprend finalement très peu sur les différents membres du groupe W.E.S.T. Dommage…

Derrière ce scénario bien construit, mais touffu, on devine qu’il y a du métier ; on n’est donc pas surpris de retrouver le nom de Dorison (associé à Nury).

Le dessin est très réussi, ainsi que la mise en couleurs.

Une bonne entrée en matière, qui donne envie de lire la suite.

16 1 2005
   

En 1895 à Paris, Studwater prend le train avec une mallette attaché au poigné qui est destiné à Adam Clayton. Clayton est responsable de la sécurité du Président des Etats-Unis. Le train est lancé à toute vitesse et il s’écrasera sur la gare Montparnasse. L’homme est mort et la mallette à disparue.

Quelques années plus tard, un notable de Long Island tue sa femme, et appuie une dernière fois sur la détente pour se faire exploser la tête.

Adam Clayton est congédié quelques temps car ses méthodes ne sont pas appréciées à la maison blanche. Cependant cette affaire de meutre et de suicides mystérieux l’inquiète, il veut mener sa propre enquête.
Clayton fait appel à Morton Chapel, une connaissance de longue date pour qui il a déjà demandé ses précieux services. Morton accepte difficilement et tente de rassembler ses anciens équipiers. Le nom de code de cette équipe hors du commun est W.E.S.T « Word Enforcement Special Team »


On retrouve de suite le ton d’un western mais aussi ce qui est assez surprenant du fantastique. Il est donc difficile de classer cet album dans une catégorie précise. Mais il est vrai que le fantastique est plus présent.
Dès la première planche nous sommes plongés dans l’action. Le scénario est construit de façon à faire découvrir l’intrigue et le problème puis dans une deuxième partie nous faisons la connaissance des membres de l’équipe W.E.S.T. Nous les rencontrons un à un , nous les découvrons furtivement en 2 planches pour chaque personnage, je trouve que ces instants ont été relativement courts. Il aurait été plus intéressant de suprimer quelques dialogues inutiles et de passer plus de temps sur les membres de l'équipe.

Le dessin est bon, même si parfois les visages se ressemblent plus ou moins. Je pense que l’artiste a utilisé de l’aquarelle mais qu’il a sûrement utilisé l’ordinateur pour certaines planches. C’est un graphisme que l’on regarde volontier et qui est assez bon.
Un bon premier tome assez moyen.