46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Century Club
 

W.E.S.T., tome 2 : Century Club

 
 

Résumé

W.E.S.T., tome 2 : Century ClubAfin d'acceder au résumé de W.E.S.T., tome 2 : Century Club, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de W.E.S.T., tome 2 : Century ClubCe tome 2 de W.E.S.T est une vrai réussite. Il clôt superbement le 1er cycle de la série.

Concernant l'histoire, le scénario est très fouillé et le récit mené sur des chapeaux de roue. Les deux scénaristes, Xavier Dorison et Fabien Nury, développent leur complot surnaturel politico-financier de mains de maître en distillant ça et là les éléments de suspens.

Coté graphisme, les dessins de Rossi sont excellents et bien mis en valeur par une remarquable colorisation jaune-orangée. La mise en scène des planches, dynamique à souhait, semble pensée telle un découpage cinématographique. Outre les décors, Rossi parvient aussi à rendre ses personnages très expressifs. Magnifique !

Pour finir, l'éditeur nous annonce déjà un deuxième cycle. Pour ma part, j'en serai... et vous ?


Chronique rédigée par DR le 09/04/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 77 (96,25 %)
  • 3 (3,75 %)
  • Total : 80 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 6,58
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Septembre 2004

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD W.E.S.T., tome 2 : Century Club, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 5 2013
   

Fin du diptyque et forcément un peu déçu. J'attendais déjà que le scénario qui s'était mis en place au premier épisode soit un peu plus clair, et ce n'est pas le cas, c'est vraiment pas clair, c'est plein de palabres. Alors, oui, c'est la fin du diptyque donc l'affaire va être résolue, et des réponses vont être apportées, heureusement j'ai envie de dire, parce qu'outre un scénario alambiqué, on a également des transitions abruptes.
Un western fantastico-ésotérique pourquoi pas, mais il va falloir faire un peu plus simple pour la suite, parce que j'ai peur que le lecteur n'adhère pas complétement, en tout cas c'est mon cas.
En plus, visuellement si le dessin de Rossi est agréable au premier abord, j'ai un mal fou à reconnaitre les protagonistes. Les dames se ressemblent toutes, pas de bol, elles sont toutes blondes. J'arrivais à reconnaitre l'indien qui lui est assez typique, en tout cas suffisament pour être reconnu.

Déçu, j'attendais beaucoup mieux de ce premier diptyque et du duo Dorison-Nury.

25 2 2009
   

Fin du premier diptyque. Alors forcément, on nous apporte pas mal de réponses. De ce fait, ce tome est bien conçu et sait trouver un bon équilibre entre révélation et action. Le scénario est un mixe de plusieurs genre, Western pour commencer, mais aussi fantastique limite horreur un peu gore mâtiné de vaudou, thriller/policier…Si chaque élément pris indépendamment ne montre pas une franche originalité, l'ensemble passé au shaker réussit néanmoins à produire son petit effet et à donner un caractère suffisamment fort au scénario pour le dire réussit et sortir des chemins battus. Un bon point donc que cette ambiance proposée par les auteurs.
Certes, le déroulement reste toutefois classique et la fin ne m'a pas franchement fait m'extasier devant un rebondissement sorti de derrière les fagots. Non, si tout cela reste sympathique, je ne l'ai pas trouvé pour autant fantastique. Peut-être blasé, il manque toujours une vraie pointe d'originalité à cette œuvre.

Coté dessin, là, il est original. Mais cela suffit-il à en faire un bon dessin ? Non, une fois encore. Si le trait est typé, si les couleurs sont plutôt réussies et contribues grandement à poser cette ambiance retro et mystérieuse, en revanche, le trait souvent trop flou et manquant de détails m'a passablement ennuyé et fréquemment énervé. On perd toute notion de finesse dés que le dessin prend du recul et que les pièces deviennent logiquement plus petite à dessiner. Les visages deviennent des fantômes creux et il faut alors se raccrocher à une bonne dose d'imagination afin de retrouver ses marques. Le docteur Konishiwa n'aurait surement pas trouvé mieux comme test d'évaluation du QI. Prenez plusieurs dessins avec des personnages détaillés, prenez une seule image où on retrouve toutes les personnes plus d'autres encore, et reconnaissez dans un minimum de temps les personnages principaux de l'histoire. Top c'est parti !
Perso, je n'ai pas dû avoir un bon score à ce test…

Enfin, l'ensemble parvient à se tenir et on arrive à la fin sans trop souffler ni pester.

20 2 2007
   

Montée en puissance indéniable dans ce tome 2, où les personnages, à présent bien posés, montrent tout leur potentiel, mais aussi leur complexité.

On peut enfin mettre un nom sur celui qui tire les ficelles dans l'ombre. A noter que le récit qui retrace son histoire est plutôt intéressant. On voit toute la maîtrise narrative des deux co-scénaristes.
Sur le plan du dessin, je suis toujours un peu déçu par les choix graphiques de Christian Rossi, alors qu'il était mieux inspiré sur "La Gloire d'Héra" ou encore "Tirésias", qui est pour moi sa meilleure série à ce jour.

Mais ne boudons pas notre plaisir, car "W.E.S.T." est tout de même une série de qualité, que j'ai beaucoup de plaisir à lire.

20 3 2006
   

L'intrigue se situe en 1901, à la jonction de l'époque héroïque de l'Ouest américain et la vague de modernité qui va tout modifier...
W.E.S.T. est un quatuor de fortes personnalités, recruté par un conseiller de la Maison-Blanche, dans le but d'enrayer une vague de crimes visant à instaurer le chaos.
Cette fois, c'est le fils d'un sénateur qui, sous l'emprise conjointe de la drogue et d'un envoûtement, a versé de la strychnine dans une soupe populaire, tuant plus de cent enfants.
Il est lui aussi lié à l'occulte "Century Club", dont les membres sont manipulés par un personnage aussi énigmatique que satanique : Aleister Crowley.
Après le premier tome, lequel a connu un grand succès, on attendait celui-ci avec impatience. Pas déçu !... Cette seconde partie d'un diptyque offre au lecteur la démonstration d'une grande qualité de travail graphique. Mais il faut être bien attentif pour la compréhension de l'ouvrage : les scénaristes y multiplient les séquences et les chemins de traverse qui font que, parfois, il faut y faire une relecture en arrière pour bien assimiler toutes les subtilités de l'histoire.
Très bon travail scénaristique, graphique, de colorisation en font une valeur sûre du "nouveau western".

4 9 2005
   

Ce deuxième tome est du même tonneau que le précédent, avec un scénario dense et pas mal de rythme.

L’intrigue avance à très grands pas. On devrait s’en réjouir, mais… selon moi, c’est là que le bât blesse. Si je suis le premier à féliciter les auteurs qui parviennent à condenser leur récit plutôt qu’à le faire traîner en longueur, je suis d’avis que ce cycle aurait mérité un tome de plus… histoire d’approfondir quelque peu le profil des membres de W.E.S.T. Si leur forte personnalité est mise en avant, on n’en sait effectivement pas plus sur leur passé et leur parcours. Leur chef de file a choisi ces trois là… pour le même prix, il aurait pu en prendre trois autres. J’entends par là que les auteurs ne nous donnent guère d’éléments pour nous y attacher.

D’un autre côté, en optant pour un cycle condensé, les auteurs parviennent à nous maintenir en haleine jusqu’au dénouement.

Ils nous livrent au final un récit efficace, servi par un très beau graphisme, et qui ne laisse pas le temps de s’ennuyer.

8 8 2005
   

Ce deuxième tome clôture ce premier cycle de la série W.E.S.T.. On y découvre l’origine des pouvoirs de l’homme qui agit dans l’ombre du Century Club et du sénateur Lennox.

En lisant ce premier diptyque il faut d’abord s’habituer au mélange des genres (western, fantastique, occulte, ...), tout en s’accrochant au scénario très (voir trop) dense et aux transitions un peu brusques entre les différentes parties de l’histoire.

On se trouve plongé dans une période méconnue de l’histoire des Etats Unis dans une ambiance vaudou du genre Nouvelle Orléans, entre des scènes d’action type western et une intrigue politico-financière digne du capitalisme moderne. L’intrigue est complexe, soutenue et plus ou moins fluide.

Les couleurs sont bien choisies, le découpage et les personnages donnent une ambiance cinématographique, ce qui n’est pas pour déplaire.

Même si cette série mérite d’être lue, à choisir, je préfère garder les différents genres séparés et lire un bon western du genre "Blueberry" ou "Le Troisième testament" du même auteur.