46 491 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 1 : Nyassaland
 

Wendy, tome 1 : Nyassaland

 
 

Résumé

Wendy, tome 1 : NyassalandAfin d'acceder au résumé de Wendy, tome 1 : Nyassaland, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Wendy, tome 1 : NyassalandVoilà un récit d'espionnage plutôt sympa au final.

En commençant ma lecture, j'ai eu une première impression négative. Les premières pages m'ont ennuyé. Non pas que l'histoire soit mauvaise, mais j'avais surtout l'impression d'avoir lu 1000 fois cette histoire. D'abord une héroïne à mi-chemin entre une miss de la haute et Indiana Jones. On pense immédiatement Lara Croft. D'autant que notre Wendy manie les armes à feu avec la même précision.

Bref, des espions, des contacts, des morts, des poursuites... le sentiment de déjà-vu a été fort. Puis, l'action se dirige vers l'Afrique et j'ai tout simplement commencé à me laisser prendre au jeu. Pourtant, là aussi, on ne peut pas dire que ce soit d'une grande originalité. Mais disons que l'histoire est quand même assez bien lancée, suffisamment pour avoir envie de lire la suite.

Et en effet, il y a quand même quelques petits mystères dans l'approche des auteurs qui titillent mon attention. D'abord, des références constantes à la littérature d'aventure du XIXe siècle avec Conrad par exemple. Références à Peter Pan également. Notre espionne s'appelle Wendy et son frère souffre du syndrôme non encore officiellement appelé "syndrome de Peter Pan". Tout cela est donc très appuyé, et j'imagine que ces éléments à peine survolés dans ce tome, seront exploités par la suite, d'autant que le deuxième tome s'appellera "Neverland". J'avoue qu'en plus du cliffhanger final, c'est cet aspect qui m'incite à vouloir la suite. Par curiosité.

Côté graphique, c'est un style qui ne me plaît pas plus que ça. Pourtant, c'est très lisible. Un trait semi réaliste qui me laisse une drôle d'impression. surtout pour les planches se passant en Europe. En revanche, j'ai bien plus apprécié la luminosité des planches africaines et l'épisode de la chasse au léopard.

Au final, un tome d'introduction assez classique mais qui se révèle efficace.


Chronique rédigée par david le 24/04/2013
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de davidReflet de l'avatar de david
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 5,68
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Avril 2013

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Wendy, tome 1 : Nyassaland, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 5 2013
   

Attention, cette série n'est pas ce qu'elle semble être.
Fred Duval est un scénariste chevronné, et j'ai beaucoup aimé son "Gibier de Potence" ou encore la série "Hauteville House", chez le même éditeur. C'est pourquoi j'ai entamé ce tome sans préjugé, et en première lecture j'ai pensé avoir droit à encore une de ses séries de lacollection très bien nommée Série B de chez Delcourt. c'est à dire de l'action, de l'action, et encore de l'action, sans prise de tête
Et c'est d'ailleurs ce qui attend le lecteur dès les premières page. Voila une bonne histoire d'espionnage, sur fond de première guerre mondiale, avec des personnages assez marqués. Effectivement, rien de vraiment nouveau, mais qui se laisse assez bien lire. Bref une série B.
Et puis vient la dernière planche, et là je ne peux évidemment pas en dire plus sans risquer le spoiler. Mais j'avoue que je ne l'ai pas vu venir, et j'ai dû relire l'album entièrement pour constater que Fred Duval avait pourtant truffé son récit d'indices et de références.
Donc ce récit n'est pas ce qu'il semble être.
C'est pourquoi je suis très curieux de lire la suite, car tout est possible, et ça, c'est quand même le signe d'un bon cliffhanger.
Un petit mot sur le graphisme de Christophe Quet, assez abouti, bien dans la ligne de cette collection et qui appuie le scénario.

26 4 2013
   

Fred Duval et Chrstophe Quet sont des habitués de la collection Série B de Delcourt. On leur doit un épisode de la série "Le Casse" et surtout, la série "Travis" que les amateurs de science-fiction connaissent bien (rappelons que le scénariste a aussi signé "Carmen Mc Callum" dans le même univers SF). C'est donc quasiment des vieux routards de la collection Série B qui nous propose leur nouvelle création, qui possède des qualités mais aussi un air de déjà-vu.

Fred Duval aime l'aventure et la science-fiction, qu'il a combinées dans la plupart de ses séries (les autres étant souvent du western). On pense à "Hauteville House" et à "Carmen Mc Callum" en découvrant ce premier volet de "Wendy ", qui combine l'arrière-plan historique (le début du XXe siècle) et l'aventure menée tambour battant. Fred Duval aime les personnalités féminines fortes et Wendy a vraiment quelque chose de la Mc Callum, plus à l'aise avec un flingue que dans les échanges mondains. On perçoit le savoir-faire du scénariste dans "Nyassaland" qui alterne scènes d'action et de dialogues avec équilibre ; on ressent aussi un sentiment de déjà-vu quand on a lu pas mal de séries de Fred Duval, tant dans la composition de l'intrigue que dans les personnalités mises en scène.

A défaut d'une franche originalité, "Wendy " offre un bon moment de divertissement, rehaussé par le trait de Christophe Quet que la collection "Série B" a permis de découvrir. Le personnage principal peine à surprendre ceux qui ont lu d'autres albums de Fred Duval, mais l'ensemble est fun et témoigne d'un réel savoir-faire. Cela devrait suffire à assurer à ce premier épisode un certain succès, et on lira volontiers la suite de ce divertissement fort honorable qui ne cherche ouvertement pas à révolutionner le genre.