46 491 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le roi de l'hiver
 

Wanderers, tome 1 : Le roi de l'hiver

 
 

Résumé

Wanderers, tome 1 : Le roi de l'hiverAfin d'acceder au résumé de Wanderers, tome 1 : Le roi de l'hiver, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Wanderers, tome 1 : Le roi de l'hiverAu fil des parutions, la recette de Fusion Comics, concept éditorial né de l’association des éditions Soleil et Panini Comics et visant à créer un pont entre le neuvième art américain et franco-belge, commence à être connue : une couverture alléchante et des auteurs qui ne laissent pas indifférent. Après des grands noms de la littérature et du cinéma, tels que Stephen King ("La tour sombre"), John Woo ("John Woo"), Guy Ritchie ("Game Keeper"), Shekhar Kapur ("Snake Woman") et Nicolas Cage ("Voodoo child"), c’est maintenant au tour de Chris Claremont d’assurer au niveau casting. En revisitant le mythe Arthurien, le célébrissime auteur comics s’attaque en plus à un sujet plutôt porteur en France.

Et si le roi Arthur avait survécu à son fils incestueux lors de la Bataille de Camlann ? Si l’idée de base est (commercialement) intéressante, ce come-back du seigneur de la cour légendaire de Camelot a pourtant du mal à séduire. Il y a d’abord l’image de cet homme de légende, réputé juste et bon, qui est bafouée sans la moindre explication. En proposant un roi mauvais et aigri, sans veiller au développement psychologique du personnage, les auteurs livrent une vision beaucoup trop éloignée et injustifiée de ce symbole breton. Les nouveaux compagnons de voyages du jeune héros, baptisés les Wanderers, ne sont d’ailleurs pas beaucoup plus crédibles. Tout comme Henry Dunreith, esclave heureux servant de fourreau humain à Excalibur, les deux tibétains perdu dans le grand Nord et les guerriers vikings version bodybuildée sauce comics, ne sont pas très convainquant dans leur rôle.

Ceux qui parviendront à passer outre la crédibilité des personnages et le manque d’originalité de cette prophétie au sein d’un décor arthurien, trouveront néanmoins leur compte dans cet album et se laisseront bercer par le côté épique de ce récit mêlant action et magie noire. Se reposant sur son travail dans l’animation, au sein des studios Walt Dis­ney Fea­ture Ani­ma­tion, Philippe Briones livre à cet égard un graphisme dynamique et expressif. Adoptant un style fortement inspiré par les comics, tant au niveau de l’apparence musclée des protagonistes que du sens du mouvement, le jeune dessinateur enchaîne les scènes de bataille avec beaucoup d’aisance.

Malgré un sujet bien de chez nous, cette saga au fort parfum d’outre-Atlantique plaira principalement à un lectorat privilégiant l’action et le divertissement à la profondeur de l’intrigue et au développement psychologique des personnages.


Chronique rédigée par yvan le 08/02/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 1,50 Note générale
  • Originalité : 1,00 Originalité
  • Scénario : 1,00 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 12,54 12,54 12,54
Acheter d'occasion : 1,04
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 1.75
Dépôt légal : Octobre 2008

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Wanderers, tome 1 : Le roi de l'hiver, lui attribuant une note moyenne de 1,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 2 2009
   

Techniquement, cette BD parait de plutôt bonne qualité. Tout y largement inspiré des comics des années 90 et 2000.

Le dessin pour commencer, qui est de très bon niveau pour peu qu'on ne soit pas allergique aux héros body-buildés et aux femmes aux traits de jeunes mannequins, même quand il s'agit de représenter une grand-mère shaman (des cheveux gris suffisent à rappeler son âge, non ?). Dynamique, relativement fin et bien colorisé, il est plaisant pour un récit d'action. Il ne lui manque que la personnalité...

Quant au récit, c'est un pur récit de comics, les super-héros étant transposés en guerriers heroic-fantasy dans un décor de mythe arthurien. Au bout du premier tome se forme le groupe éponyme de l'album, les Wanderers. Un jeune héros, Dunrieth, à qui Arthur a confié Excalibur à même sa chair, son compagnon, Thor, jeune et puissant guerrier viking, une shaman aux grands pouvoirs magiques, son garde du corps, et un vieux sage tibétain et son acolyte, une guerrière asiatique, ces deux derniers se retrouvant sans aucune raison crédible en pleine Scandinavie, allez savoir pourquoi... Et face à eux, Mordred, un roi Arthur possédé et toute une armée de créatures mi-zombies mi-orcs à la peau noire. Oh, et j'oubliais aussi, tout cela ne vaudrait rien sans une prophétie bien classique et un "destin" auquel ne peut échapper le jeune héros.

Les auteurs misent tout sur l'action et rien sur la crédibilité ou l'originalité de l'intrigue.
Moi je ne mise pas sur cette BD.