45 062 Avis BD |19 419 Albums BD | 7 701 séries BD
Accueil
Tome 6 : Vengeance
 

Walking Dead, tome 6 : Vengeance

 
 

Résumé

Walking Dead, tome 6 : VengeanceAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 6 : Vengeance, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 6 : VengeanceReprenant les épisodes US #31 à 36, «Vengeance» permet aux lecteurs francophones de connaître la suite de ce road-movie au pays des mort-vivants.

La première partie de l’album, qui se déroule à Woodburry, justifie à elle seule l'avertissement "pour lecteurs avertis" en quatrième de couverture. Si les scènes gores avec les zombies pouvaient choquer lors des tomes précédents, la scène de torture que nous réserve Kirkman dans ce tome plonge le lecteur encore un peu plus dans l'horreur. L'auteur n'y va pas avec le dos de la cuillère ( :) ) et livre quelques passages assez malsains.

Le développement des relations humaines entre les différents protagonistes, cède malheureusement un peu trop de place à des scènes de vengeance barbares en première moitié d'album et à une nouvelle kermesse aux zombies en deuxième partie d'album. En se plaçant encore un peu plus aux frontières de l’horreur, l’intrigue perd donc en profondeur. La descente aux enfers de l'humanité se poursuit donc à grands pas, mais malheureusement, cela s'effectue au détriment d’une certaine finesse au niveau du scénario.


Chronique rédigée par yvan le 17/11/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2344 (58,32 %)
  • 1104 (27,47 %)
  • 571 (14,21 %)
  • Total : 4019 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.92
Dépôt légal : Octobre 2008

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 6 : Vengeance, lui attribuant une note moyenne de 3,92/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 3 2014
   

Ce 6ème tome est de loin le plus violent de la série, pour le moment. Devant la scène de torture, j'ai eu du mal à rester scotché au livre !!! Quels talents que sont Adlard et Kirkman!

Le scénario est toujours aussi bien servi avec des personnes qui sont complètement folles, j'ai adoré détester le Gouverneur !!! même si je ne le trouve pas très fouillé au niveau background (j'aurais trouvé chouette que l'on nous explique l'histoire des têtes qu'il collectionne, et le rapport qu'il a avec sa fille... ) mais bon, le suspense de sa mort plane, alors on en saura peut-être plus après ! Rick ne va certainement plus être au premier plan, et je trouve ça pas mal qu'il ne soit plus leader. Michonne prend du galon, je me demande si c'est vraiment une bonne chose pour la communauté, elle est classe mais elle est bien plus tarée que classe !!!

Là où kirkman est vraiment très fort, c'est que d'un point de vue humain, on peut comprendre les protagonistes (Martinez, Rick, Michonne et peut-être le Gouverneur si on en savait plus sur lui)

Pour ceux qui n'ont pas encore lu cette série et qui lisent le 853e avis positif, laissez vous mordre!!!

Je ne sais pas ou cette série va s'arrêter mais elle ne fait que devenir de plus en plus passionnante !

2 11 2013
   

Personnellement, j'ai trouvé ce tome encore meilleur que les autres. Certes, il est beaucoup plus cru mais je crois pas que ça affaiblisse le propos. Bien au contraire. Kirkman fait voler en éclat les dernières conventions sociales qui pouvaient rester et s'appuie sur ce monde dévasté pour pousser encore plus loin la réflexion sur la nature humaine.
Le tome, comme l'indique son titre, est centré sur la vengeance que va exercer Michonne sur le Gouverneur. Et là où Kirkman est très habile, c'est que les tortures infligées par le Gouverneur à Michonne sont juste suggérées dans le tome précédent. Le lecteur doit imaginer. Or, le Gouverneur a clairement un rôle de "méchant" pour le lecteur et on aurait pu s'attendre à voir physiquement ce qu'il faisait pour le détester encore plus. Mais l'auteur fait tout le contraire. Il prend un des personnages principaux auxquels on s'est attachés, et il nous montre TOUT ce qu'elle fait. Et là, on tombe dans le pire de l'horreur. C'est un des héros qui devient sauvage ou plutôt qui se laisse totalement aller à sa sauvagerie. Et le pire du pire, c'est que le lecteur arrive à la comprendre cette pauvre Michonne. Les scènes de torture sont insoutenables, et pourtant, quelque part, on est avec elle. Et c'est ce qui fait flipper finalement. On ne doit pas être très loin de Michonne et ça donne à penser.
Le reste du tome est une évasion classique de Woodburry. Certes, les scènes de zombies avec la voiture sont un peu traitées à la va-vite et la pression n'est plus là, mais c'est surtout qu'après la scène de torture, la pression redescend forcément.
Adlard au crayon nous fournit toujours une partition très correcte même si parfois certains visages ont tendance à se ressembler. Mais encore une fois, je n'imagine plus un autre trait pour cette série.

Un tome de folie, dans tous les sens du terme.

8 10 2013
   

Même si l'effet de surprise ne joue plus, j'ai trouvé ce tome très fort.
Rick, le «héros», est désormais manchot. Un personnage central mutilé, un leader amputé d'un main, ça pose la question du statut dans son groupe et de son utilité diminuée. La scène où il reste sur le carreau et regarde ses compagnons tenter une sortie stratégique, en est l'exemple même.
Mais le cœur de ce tome, comme l'indique si bien son titre, c'est la scène de torture que Michonne inflige à son tortionnaire, le Gouverneur.

Kirkman continue ainsi à mettre en scène des personnages à la psychologie complètement tordue par les conditions de survie. Sur ce point, la série reste très impressionnante.

Quand au dessin, je trouve qu'il est aussi au top. Adlard a l'art d'aller au plus vite (et bien) : ses cadrages sont efficaces, les gueules des uns et des autres particulièrement inquiétantes, à l'image du contexte de la série, dont je ne me lasse pas...

14 2 2012
   

Ce tome signe le retour au bercail des exilés de Woodburry. Une échappée belle pour Rick et Glenn, qui seront accompagnés de certains des habitants de Woodburry. C'est surtout l'occasion pour Michonne de se venger du Gouverneur, d'où le titre de cet opus. Une vengeance qui fait écho aux monstruosités qu'elle a du endurer dans le tome précédent, avec une violence encore plus marquée car plus dévoilée en image. A n'en pas douter, il s'agit d'un moment fort dans cette série mais ca marche quand même moins bien que dans le tome précédent, dans lequel on découvrait de quoi le scénariste était capable. Ici, ca fait un peu redite, même si je comprends l'acharnement de cette Michonne.

L'ensemble de cet album est un petit peu moins bien équilibré que les précédents : on passe beaucoup de temps à suivre cette échappée, dont les surprises sont un peu éventées dès la première page de l'album, et certains événements qui se voudraient tonitruants passent un peu inaperçus (nous n'avons pas eu le temps de s'attacher à certains personnages, leur disparition ne fait donc pas un grand effet). On sent bien que les zombies sont de plus en plus présentés comme des éléments de décor avec lesquels il faut composer, mais n'ont plus cette force inquiétante des premiers tomes. Ainsi, sortir une voiture de là où elle s'était embourbée, ou nettoyer à nouveau le prison, qui auraient pu être des instants oppressants du récit, sont traités un peu à la va-vite. On s'oriente de plus en plus vers une bataille rangée entre deux groupes d'humains, seulement séparés par quelques zombies qui deviennent aussi inquiétants que des troncs d'arbre. Je trouve cela assez dommage.

Mais la narration reste quand même suffisamment rythmée pour que l'on n'en perde pas une miette. Et finalement, on s'est pris de sympathie pour tout ce petit groupe, et malgré un ralentissement de l'action, on reste accroché à cette histoire, curieux de voir comment tout cela va évoluer.

13 10 2009
   

Un tome un ton en dessous du précédent.
A un moment, tout est à recommencer. Mais pour ne pas tomber dans la répétition des tomes précédents, c’est torché en quelques pages. Au vu du nombre de zombies ça parait alors trop facile. Même impression de facilité pour la scène de la récupération de la voiture.
La faute au scénariste pour le 1er exemple, peut-être au dessinateur pour le 2nd.
Je ne trouve pas Adlard excellent pour la cohérence de certaines scènes avec les zombies, ni pour les visages et même, certaines proportions physiques. Et il use toujours de ces cases strictement identiques, copiées-collées en fait. Facilité un peu décevante. Ne pas avoir conservé un dessinateur aussi talentueux que Tony Moore est vraiment regrettable.
Dans ce tome, on met la psychologie de côté sur plus de la moitié en faveur de scènes d'action versant dans l'ultra violence. Particulièrement la vengeance (titre) de Michonne qui s'étale sur une quinzaine de pages, à en devenir écœurant et limite lassant. Certes, il fallait peut-être ça pour développer ce personnage mais c'est un peu trop à mon goût.
Cela dit c'est le thème de la série de décrire un monde de mort et de violence, sans aucun espoir. Et sur ce dernier point, l'objectif est atteint. Les moments où ça va mieux ne durent jamais longtemps et on replonge illico encore plus loin dans l'horreur et le désespoir.
Rick a bien changé et a laissé derrière lui sa morale de policier de monde civilisé pour devenir un tueur sans remord, pourvu qu’il juge que c’est pour son bien et celui de sa famille. Il n’est pas tellement loin du gouverneur qui lui, en a perdu la raison. Rick reste encore conscient de ses changements.
Mais on ne peut s’empêcher de penser que Martinez a raison quand il lui dit « enculé d’égoïste, vous avez la place, les vivres, pour tout Woodbury… ». Après tout, les habitants de cette ville, débarrassés du gouverneur, seraient certainement des gens tout à fait normaux. Rick nous parait donc de moins en moins sympathique, Mais ce monde ne laisse plus beaucoup de place pour ce sentiment. L’essentiel est de survivre, quoi qu’il en coûte.
On s’attend maintenant à un affrontement entre les 2 communautés pour les tomes suivants…
Enfin, eureka ! Le trombinoscope ne dévoile rien que ce que l'on sait déjà. Il peut donc servir d'aide mémoire sans risque d'apprendre une mort avant de l'avoir lue.