44 943 Avis BD |19 367 Albums BD | 7 683 séries BD
Accueil
Tome 17 : Terrifiant
 

Walking Dead, tome 17 : Terrifiant

 
 

Résumé

Walking Dead, tome 17 : TerrifiantAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 17 : Terrifiant, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 17 : Terrifiant"Walking Dead", c'est une grosse vente de Delcourt, un de ces comics qui parvient à dépasser le cercle des fans habituels de bande dessinée américaine. En jouant beaucoup sur la psychologie, les relations entre les personnages et un rythme qui,peut évoquer les séries TV (rappelons que "Walking Dead" est d'aileurs porté à l'écran et rencontre un joli succès), la création de Robert Kirkman s'inscrit en plein dans son époque et a une cohorte de fans.

Ce 17e album séduira de toute façon tous les lecteurs habituels de la série, qui l’achèteront pour satisfaire leur addiction. La bonne nouvelle est que leur achat ne sera pas vain : "Terrifiant" est un bon épisode, qui sort rapidement du train-train mollasson que laissent présager ses premières pages. La liste des personnages morts était déjà plus que conséquente : elle va s'allonger un peu plus. Robert Kirkman ne ménage pas son petit monde, avec une surmortalité, logique dans un environnement de morts-vivants, mais qui frappe même ceux qu'on aurait presque cru à l'abri. On n'en dira pas davantage, mais l'épisode est assez marquant et, s'il use de certaines ficelles déjà utilisées, on se laisse volontiers porter par le savoir-faire du scénariste.

On peut évidemment penser que "Walking Dead" tire sur la corde, que 17 tomes ça commence à être long, et que par certains aspects la série tourne en rond. Il y a sans doute du vrai dans ces assertions. Mais "Terrifiant" fonctionne suffisamment bien pour redonner du pep's à une intrigue moins prenante depuis quelques tomes, et pour qu'on n'envisage pas une seconde de ne pas lire la suite. Ça devrait suffire à en faire un bon album pour tous les fans ! Alors à bientôt pour le 18...


Chronique rédigée par Jean Loup le 30/01/2013
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1286 (64,85 %)
  • 366 (18,46 %)
  • 331 (16,69 %)
  • Total : 1983 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,49
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.17
Dépôt légal : Janvier 2013

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 17 : Terrifiant, lui attribuant une note moyenne de 4,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 4 2014
   

On ne peut mettre que 5 étoiles pour ce tome qui va changer la donne à long terme à mon avis...

En effet, après la pause et l'espoir de voir la communauté vivre paisiblement, on prend une claque monumentale... En fait, le groupe de Rick ne vaut rien à coté de leurs bourreaux et il vont l'apprendre de la pire manière qui soit. Kirkman renverse des situations que l'on croyait acquises...

Franchement, la première scène où l'on voit Negan est atroce, je n'ai jamais vu un livre me prendre aux tripes à ce point, on est vraiment à genoux à coté des malheureuses victimes.... Psychologiquement c'est vraiment terrible !!!

J'ai vraiment hâte de voir comment cela va se poursuivre mais à mon avis ce sera dans le sang et les tripes...

21 10 2013
   

Cette série est d'une belle qualité à mes yeux. J'en veux pour preuve cette pointe de fébrilité lorsque je dispose, entre les mains, d'un album non encore lu, cette impatience de découvrir ce qui va arriver à Rick et ses amis. Dans le tome précédent, le ton était plus calme et teinté d'espoir : nos survivants allaient certainement pouvoir vivre de façon plus paisible grâce à "La colline". Mais le scénariste nous surprend : on s'attendait à ce que Rick et son groupe, forts de toutes les épreuves traversées, se posent en garde du corps contre les diverses menaces de La Colline en échange de leur subsistance. Et là, le scénariste nous présente un beau revirement de situation : Rick n'est pas super-puissant, Rick est faillible et son groupe n'est pas le plus fort que comptent les survivants. C'est une sacrée claque : outre la surprise de nous voir entraînés dans des développements encore plus noirs et désespérés, on éprouve la douleur de perdre encore des personnages forts de la série. Au 17ème tome d'une série dont on a l'impression que tout est dit depuis un moment, je suis surpris d'être surpris. Certes, on pourra toujours s'étonner que Rick et son groupe aient été seuls bien longtemps et que d'un seul coup ils se retrouvent avec plein de nouveaux amis et ennemis, mais cette faculté du scénariste d'inventer toujours de nouveaux personnages aux caractères forts (ici, Negan) permet de relancer toujours efficicacement la série.

Le dessin reste le point un peu plus faible de la série : perspectives aléatoires et visages parfois méconnaissables restent les éléments les moins réussis de la série. Cette dernière compense toutefois avec des relations qui évoluent toujours entre les survivants, les nouvelles morts étant l'occasion de redistribuer les cartes et les sentiments.

Cette série est très prenante, c'est un grand spectacle permanent et le scénariste a toujours cette faculté de relancer efficacement l'histoire. Je trouve qu'ici, il manque quand même quelques zombies : on a l'impression que le scénariste les rend plus ou moins dangereux en fonction des situations et ici, la menace étant avant tout humaine, il n'y a pas lieu d'en rajouter.

Après la lecture du tome 17, j'attends avec la même fébrilité le tome 18...

20 6 2013
   

voila un album qui renoue avec l'action, l'ultra violence et les drames extrêmes dans lesquels tombent régulièrement les membres du groupe de Rick. Après plusieurs volumes relativement calmes on attendait ça, le craignant et l'espérant à la fois puisque c'est le propre de cette série et que c'est pour ça qu'on l'aime. Et donc, encore une fois nous voilà servis et Kirkman frappe fort !
Le scénariste se renouvelle toujours là ou l'on s'attendait à du resucé.
D'une part, le groupe de Rick s'apprête à vivre en partenariat avec une autre communauté mais se heurte à un troisième groupe, criminels profiteurs qui leurs donneront beaucoup de soucis. Il y a bien longtemps que les zombies ne sont plus le problème N°1, les vivants sont là pour faire pire !
D'autre part on suit un Rick qui se plante de bout en bout et qui doute pour finir par plier ! Oui, il se plante quand il provoque ouvertement les "méchants", trop sûr de sa force et de sa détermination. Quand il s'engage (et son groupe avec lui) à les combattre, persuadé qu'ils se dégonfleront. Il se plante quand il ne prévoit plus d'attaque dans l'immédiat et pense avoir le temps de faire un voyage aller-retour et quand il estime mal la durée du voyage et doit passer la nuit dehors....et s'endort durant sa garde !
Alors oui, après ça il peut douter, au point de céder aux exigences de l'ennemi.
Kirkman arrive donc toujours à nous surprendre, toujours. En trouvant encore du neuf à raconter. Il nous surprend dans les réactions des personnages, dans l'horreur qu'on ne voulait pas imaginer. Et même ici, dans la dernière phrase de la dernière case, il glisse une bonne surprise qui fait qu'encore une fois, on se jettera les yeux fermés sur le prochain tome.
Côté dessin je persiste à trouver Adlard très médiocre dans l'anatomie des personnages et la différenciation des visages. Il me gâche un peu le plaisir et je m'y habitue aux forceps. Tony Moore était largement meilleur sur le tome 1.
La couverture ne parait pas des plus jolies non plus, pourtant elle illustre très bien l'état d'esprit du héros puisque tous ces cadavres sont tous les amis qu'il a perdu depuis le début de cette aventure.
Lisez Walking dead (en commençant par le début bien sûr), ou continuez à le lire. Vous ne serez pas déçus.

Levieuxleon :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
3 4 2013
   

Ce nouveau tome prend vraiment aux tripes ! Certains passages sont réellement terrifiants et n’ont rien à envier aux meilleurs films d’angoisse. Il remet tout en question, l’invulnérabilité présumée du groupe, des personnages… il est assez dur et marquant psychologiquement et laisse présager une nouvelle ère dans cette série. On franchit un nouveau cap dans l’horreur et les morts vivants nous paraissent désormais bien inoffensifs. Le prix à payer pour la survie est plus que jamais élevé et les problèmes auxquels sont confrontés les personnages nous renvoie à nos propres limites. Serions-nous victimes ou bourreau ? Jusqu’à quelle degré de barbarie l’humanité peut-elle descendre ?

Un tome de très bon niveau donc, tant dans son scénario que son dessin qui nous immerge totalement dans l’horreur psychologique qui entoure les personnages. Il relance braillement la série pour notre plus grand plaisir.

8 2 2013
   

Après un quinzième volet de transition qui permettait aux survivants de souffler un petit peu et un tome qui proposait à la communauté d’Alexandria de briser l’autarcie de leur groupe en installant un commerce entre plusieurs communautés, Robert Kirkman fait apparaître un nouvel ennemi, prêt à marquer les esprits à l’approche du centième épisode.

Si l’entraide avec ceux de « La colline » permettait d’éloigner les survivants de ce mode de vie qui consistait à survivre au quotidien, tout en leur octroyant une vision à plus long terme, le rôle vers lequel semblait se diriger la communauté de Rick au sein de cette nouvelle société pouvait déjà faire froncer les sourcils. Cela se confirme lors de ce seizième volet qui met brutalement fin aux belles réflexions et aux espoirs. Ceux qui trouvaient que l’intrigue commençait à traîner un peu trop seront donc ravis car Kirkman renoue avec l’action et continue de faire le ménage dans le petit groupe de survivants.

La faute aux zombies ? Et bien non, ces derniers sont de moins en moins présents et commencent même à pourrir dans leur coin. Cela fait d’ailleurs bien longtemps que la menace principale ne vient plus des mort-vivants, mais des humains. Le Gouverneur était un bel exemple, mais la crapule qui anime ce tome est encore bien pire. Armé d’une batte de base-ball enroulée de fils barbelés, le dénommé Negan plonge à nouveau cette saga dans la violence, faisant au passage grand honneur au titre de ce volume. L’espoir d’un monde meilleur entrevu lors des deux précédents volets est donc balayé d’un grand coup de batte de baseball par une bande de gros bras tatoués et sans pitié.

L’autre aspect qui continue d’être intéressant, est le développement psychologique des différents personnages. Si la présentation en début d’album permet de faire le bilan des dégâts psychologiques subi par les personnages au fil des épisodes, l’auteur continue de jouer avec son petit groupe de protagonistes et leurs relations. Si le travail effectué sur Michonne et Carl est remarquable, c’est surtout la mise en avant de Jésus qui s’annonce particulièrement intéressante pour la suite.

Bref, arrivé au centième tome, force est de constater que l’on ne se lasse nullement du scénario proposé par Robert Kirkman, ni du dessin en noir et blanc de Charlie Adlard. Vivement la suite donc !