46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 1 : Passé décomposé
 

Walking Dead, tome 1 : Passé décomposé

 
 
 

Résumé

Walking Dead, tome 1 : Passé décomposéAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 1 : Passé décomposé, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 1 : Passé décomposéCe premier tome de "Walking Dead" reprend les 6 premiers épisodes US et fut déjà publié par Semic en 2005. Delcourt reprend donc cette série en sortant simultanément un tome 2, qui est la vraie nouveauté pour les lecteurs francophones.

Avec un récit de zombis, Robert Kirkman ("Invincible") ne fait pas vraiment dans l’originalité et les nombreuses références et influences («Night of the Living-dead», «Zombie, Land of the dead», «28 jours plus tard») sont évidentes et quasi inévitables dans un monde où les morts ressuscitent pour s’attaquer aux vivants et où règne la hantise de la morsure fatale. Rien de vraiment original de ce côté là donc.

Mais, au-delà de ces références, "Walking Dead" va se concentrer sur les relations humaines. Le retour des morts-vivants n’est donc finalement qu’une excuse afin de développer les relations humaine entre ce flic errant dans un monde qu’il ne reconnaît plus et les gens qu’il rencontre. L’origine de ce fléau restant d’ailleurs inconnu, Robert Kirkman va surtout se concentrer sur des dialogues efficaces et sur le développement psychologique de ses personnages.

Au niveau du graphisme, ce dessin noir et blanc sied parfaitement au récit et le passage de flambeau entre le début de Tony Moore et la suite de Charlie Adlard s’effectue de manière assez discrète, sans pénaliser la continuité graphique de l’ensemble.

Bref, un excellent début qui, tout comme "Girls" ou "Guerres civiles", va nous questionner quant à notre comportement dans de telles situations.


Chronique rédigée par yvan le 22/07/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.94
Dépôt légal : Mars 2005

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 1 : Passé décomposé, lui attribuant une note moyenne de 3,94/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 3 2014
   

Voici mon premier comics. C'est ce titre qui m'a fait entrer dans le monde de la BD américaine que je croyais remplie de ....man(s) à toutes les sauces ! Que je me suis trompé la-dessus!!! m'enfin c'est un autre problème...

D'abord, j'ai été frappé par le dessin n/b non pas que ça ma dérangé mais ça m'a étonné... et au final ça fonctionne avec le n/b... peut-être que Charlie Adlard voulait la série moins agressive à l'oeil...

Le scénario est assez classique c'est vrai si on parle des zombies mais je ne crois pas que ce soit le centre de la série (facile à dire quand on est au 19ème je le concède ;) )
on sent vraiment bien la psychologie des personnages mais à tout moment on peut se faire surprendre par une scène d'action...

31 3 2013
   

Ce qui est formidable avec cette série, c'est qu'elle fédère un très large public, en traitant d'un sujet qu'elle a remis totalement à la mode. Le Zombie ne sera plus jamais abordé de la sorte.
Jusqu'à présent cantonnée à des séries B à la qualité quasi invariablement médiocre, "Walking Dead" est venu amener des lettres de noblesse à cette niche horrifique, mais bien au delà... C'est en effet le comics le plus vendu en France et je vous assure qu'une partie de son lectorat n'a (ou n'avait) pas pour habitude de lire de la planche américaine ou anglo-saxonne...

Bref, au delà de l'effet de surprise (pas grand monde ne croyait au succès de ce récit), qui n'en n'est plus un désormais, ce premier tome est un exemple de ce que devrait être une fiction qui marche bien : un fait inéluctable mais mystérieux (la zombification massive de la populace), un héros malgré lui (et oui, c'est un cop', il est sympa, aimé et aimant) et un récit qui s'appuie sur les portraits psychologiques des individus formant une communauté de survivants, avec leur lot d’interaction...

Ajoutez des graphismes assez réalistes mais qui sont loin du photo-réalisme un peu trop souvent figé, en Noir et Blanc pour souligner leur pureté et éviter l'excès de rouge sang qui pisse, et vous avez maintenant l'essentiel de la recette de ce carton plein.

C'est bien simple, je ne connais personne qui ait mordu à la série sans être passé de l'autre côté du miroir... A l'image de ses zombies, si "Walking Dead" vous attrape, il ne vous lâchera pas. C'est irrémédiable et personne n'a trouvé de remède contre ça...

6 2 2012
   

Je me lance dans cette série et je découvre, au travers des autres avis de CoinBD, qu'il existerait un genre de création Zombies, et que cette série serait la transposition en BD de ce genre. Autant vous dire qu'à part quelques parties de "Résident Evil", ma connaissance du sujet est tellement faible je n'avais pas particulièrement remarqué que mettre en scène des zombies relevait d'un genre particulier. Je suis donc particulièrement néophyte en la matière.

Ce que j'ai particulièrement apprécié dans cette histoire, c'est l'ambiance oppressante qui se dégage de certaines scènes. Un groupe d'humains qui essaye de vivre tant bien que mal tout près de zombies... c'est vrai qu'à chaque page on se demande lequel va se faire attaquer, lequel va dérouiller. Tout cela entretient un suspense morbide assez appréciable même s'il devient à la longue répétitif. Dans ce premier album, je trouve cette ambiance particulièrement réussie même si certains éléments sont un peu poussés à l'extrême, comme la traversée d'Atalanta par Rick et Glenn. Dans l'ensemble, on est un petit peu comme le héros : on se demande dans quel monde on est tombé, et pourquoi tout le monde est devenu zombies. Mais pour l'instant, il faut surtout s'organiser pour survivre et on verra après si on a des questions existentielles. J'ai donc été immergé avec efficacité dans cette ambiance.

En revanche, je reste, à ce stade, sceptique sur le scénario. Peut-être en attendais-je plus, peut-être en attendais-je trop. En effet, moi, j'aurais bien aimé savoir ce qui a déclenché cette zombification de masse. Je trouve que l'on nous livre ici un univers post-apocalyptique, mais sans nous en donner les clés, ce que je trouve frustrant. Par ailleurs, je trouve vraiment trop gros que le gars qui se réveille de son coma retrouve aussi facilement, outre toutes ses capacités physiques, sa femme et son fils. Ca fait un peu toc. Je pense que le personnage de Rick aurait gagné en profondeur et en crédibilité s'il n'avait pas retrouvé les gens qu'il aime. Enfin, je ne trouve pas que les relations humaines sont particulièrement développées et les uns et les autres m'ont semblé un peu caricaturaux dans ce premier tome. Pour preuve, ce pauvre Shane qui pète un câble : on nous dira que c'est la tension due à la situation qui le conduit sur cette voie. Je trouve cette explication un peu facile pour expliquer cette facilité scénaristique qui permet à surtout à Rick de prendre le leadership sur ce groupe de survivants.

Ce premier tome reste assez bon par l'atmosphère qui s'en dégage mais pour moi, il manque quand même un peu de cohérence et de fluidité dans le récit pour véritablement l'apprécier. Et surtout, pour l'instant, j'ai du mal à m'attacher aux personnages présentés et du coup je me moque un peu de leur destin, ce qui fait que je ne suis pas touché comme je le devrais lorsque l'un ou l'autre vient à disparaître.

9 10 2011
   

Le zombie est à la mode depuis quelques années : romans, cinéma, séries TV, essais ("Guide de survie en territoire zombie" à lire pour s'amuser tout en étant sérieux car on ne sait jamais...) et évidemment BD. Et en ce moment, ça pullule.

Alors que lire dans cette surproduction ? la réponse est simple et sans appel : "Walking Dead". C'est tout simplement ce qui se fait de mieux dans ce genre là, ni plus ni moins. Ce tome se dévore aussi sûrement qu'un groupe de survivants encerclé par une horde de morts vivants.

Malgré une introduction somme toute classique (une épidémie mystérieuse, des zombies lents et stupides, un groupe de survivants etc...), les dialogues et un scénario qui s'appuie très largement sur les relations psychologiques entre les différents personnages embarquent totalement le lecteur dans cette ode à la survie. En effet, on s'aperçoit très vite que les zombies ne sont qu'une espèce de toile de fond mais que le danger n'est pas forcément là où on l'attend. Jusqu'où est prêt à aller l'être humain pour survivre ? c'est à cette question que Kirkman s'intéresse au travers de personnages tout aussi intéressants et importants les uns que les autres. Encore que important n'est pas le mot qui convient : on s'attache à tout ce petit monde, et on ne devrait pas car ça tombe comme des mouches...

Du côté graphique, c'est extrêmement réussi. Le noir et blanc contribue fortement à impliquer le lecteur dans ce monde de désolation. Les mort-vivants sont atrocement criants de vérité et certaines planches sont absolument magnifiques. Je pense notamment à la scène où Rick découvre une femme non-morte, coupée en deux, avec un regard terrible. Quand le dessin fait naître l'émotion. Magique. Deux dessinateurs se succèdent, et pourtant, on ne voit quasiment aucune différence. C'est beau du début à la fin.

Gore, suspense, relations humaines, action. Telle est la recette de ce tome d'introduction détonnant. A lire absolument et à insérer en bonne place dans votre bibliothèque.

2 9 2009
   

C'est un vrai film de zombies en BD. Pour ceux qui aiment (comme moi) c'est indispensable.
C'est même mieux qu'un film car plus développé. Ce n'est pas que gore. Il y a un soin particulier donné à la psychologie des personnages, à leurs relations, et on s'y attache rapidement.
L'auteur envisage et développe toutes les situations et réactions possibles si celà arrivait. Il prend donc le temps de nous faire vivre au rythme des personnages sans nous ennuyer.
Le dessin de Tony Moore est remarquable. Les visages sont variés et bien maitrisés sous tous les angles. Originaux aussi : Lori est belle sans faire partie des standards habituels.
Il n'y a que pour dessiner les chevaux qu'il est moins doué....
Il donne aussi une grande précision dans les scènes d'attaques (différenciation, positions et mouvements des zombies toujours cohérents d'une case à l'autre).
Il y a aussi Charlie Adlard qui est crédité comme dessinateur sur ce 1er tome, mais je ne vois pas où il intervient. Le petit épilogue peut-être?, pas de différence de style notable en tout cas. Et pourtant, il est reconnaissable dans le tome suivant. Je crois qu'on peut donc attribuer le dessin de ce tome à Moore tout seul.
J'aime aussi beaucoup le format du livre et la souplesse et la texture de la couverture, qui est très réussie d'ailleurs.

11 5 2009
   

J'aurai mis le temps à finalement sauter le pas et à me lancer dans la lecture de cette série que nombreux me conseillent depuis des mois. Et je dois dire qu'à la lecture de ce premier tome, je ne suis pas mécontent de m'être laissé tenter par cette série qui commence sur les chapeaux de roues.

Après une introduction qui m'a fortement rappelé le film 28 jours plus tard (le héros qui se réveille dans un hôpital avec pour seule compagnie des cadavres et quelques zombies), l'histoire voit le personnage principal être confronté avec la dureté de ce qui s'est passé durant son coma. Sa femme et son fils ayant disparu dans la tourmente, il décide de partir à leur recherche.

L'histoire est vraiment très sombre, les auteurs introduisant au fil des pages une galerie de personnage aussi réaliste que travaillée. Car la force du récit est bien de se concentrer sur les relations entre les survivants, leur difficulté à faire face à la situation, à la perte de leurs proches, au danger permanent.

Le dessin est vraiment excellent. Le noir & blanc colle vraiment bien à l'histoire, à la noirceur de l'univers dans lequel les personnages évoluent. Mais il est aussi franchement dynamique, à la fois réaliste et très personnel.

Au final ce premier tome est une vraie bonne claque comme on aimerait s'en prendre plus souvent dans la tête. Alors que l'une de mes séries fétiches vient de s'achever chez nous ("Sandman" pour la citer), je crois que j'ai trouvé de quoi la remplacer :-)

5 11 2008
   

Evidemment, le genre "histoire de zombies" n'est pas le plus prolifique du neuvième art. Mais dans cette catégorie, "Walking Dead" est ce que j'ai lu de mieux.

Les auteurs parviennent en effet à se hisser bien au-delà de la simple succession de scènes gore. Il y a des moments de l'album qui n'auraient pas dépareillé dans un film de Romero (le Pape des morts-vivants sur grand écran), mais "Walking Dead" fait la part belle aux relations entre ls personnages. Grâce à des dialogues ciselés et une intrigue soigneusement élaborée par Robert Kirkman, ce premier album se lit avec jubilation. Le parallèle avec des séries télé ou des films se fait inconsciemment tout au fil de la lecture : on devine que le scénariste a su ingurgiter et digérer diverses influences pour nous mitonner cette histoire. D'ailleurs, il ne cherche pas à révolutionner le genre, simplement à livrer une bonne intrigue qui rend hommage à toutes celles qui ont pu la précéder.

Avec plus de 140 pages (c'est l'avantage des comics), on a le temps de s'attacher aux personnages qui sont dessinées assez talentueusement par le duo Tony Moore et Charlie Adlard. En noir et blanc rehaussé par des niveaux de gris, le trait des deux auteurs est précis et dynamique, très plaisant à l'oeil et diablement efficace pour servir l'histoire.

Décidément, le monde des comics regorge de bons albums. On ne peut que regretter que leur audience ait du mal à s'élargir : tâchez de ne pas faire partie du groupe de ceux qui passent à côté !

13 1 2008
   

Excellent, ce premier album !
A la lecture de ce tome, difficile de ne pas penser à des films tels que "28 Jours plus tard", ou plus dernièrement à "Je suis une légende" (qui n'est finalement qu'une adaptation au ciné d'un incroyable livre que vous devez lire). Mais c'est aussi le côté "Jericho" (série américaine diffusée l'an dernier et dont la saison 2 recommence sous peu) qui m'a séduit.

En bref, cet album (et par extension cette série) est bourré d'influences qui lui donnent un côté vraiment attachant.

Dépassant le bête scénario type du film de zombie de seconde zone, ce premier opus nous fait découvrir un monde dévasté, et les difficultés de survie qu'éprouvent Rick et ses compagnons de fortune dans cet univers.
C'est touchant, fort, violent parfois. Mais c'est surtout particulièrement axé sur les relations humaines, et c'est la où Kirkman s'en sort avec les honneurs. Car pour le coup, l'écriture du scénariste envoie à des années lumières toutes les oeuvres du genre qui se contentent de proposer du dérouillage de zombie à coup de pelle. Et c'est bien !

Le noir et blanc des deux dessinateurs est parfait pour ce type de récit. Il renforce vraiment le côté angoissant et désespéré de la situation des héros, et permet au lecteur de se focaliser sur l'histoire sans être parasité par des effets graphiques sans intérêt. De plus, le travail des deux auteurs est très similaire, si bien qu'il est impossible pour le lecteur de voir de réelles différences d'une page à l'autre. Du bon boulot, donc.

En bref, ce premier tome présage d'une série vraiment passionnante, qui se lit comme on regarde une bonne série, et dont la fin de chaque opus promet son lot de surprises pour la suite.

A lire, évidemment.