45 718 Avis BD |19 788 Albums BD | 7 803 séries BD
Accueil
Tome 27 : Les Chuchoteurs
 

Walking Dead, tome 27 : Les Chuchoteurs

 
 

Résumé

Walking Dead, tome 27 : Les ChuchoteursAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 27 : Les Chuchoteurs, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 27 : Les ChuchoteursToi lecteur assidu de walking dead qui se plaint que la série est devenue trop planplan : ce tome est celui qu’il te faut. En effet, on sentait les chuchoteurs monter en puissance depuis quelques temps et on imaginait bien que les actes de Negan en fin de tome précédent allaient surement avoir des conséquences irréversibles. C’est donc le cas ici : nul doute, la guerre est déclarée. Il faudra cependant attendre les deux derniers tiers du volume pour cela, Kirkman, le malin, nous a déjà montré qu’il savait faire monter la sauce, et qu’un bonne guerre ça se mérite.

Il y a toujours moyen de critiquer, mais en tout cas on ne peut pas reprocher le manque d’action tant ce tome est rythmé, on ne peut pas non plus parler d’un manque de suspens tant les pages se tournent rapidement et je défie quiconque de finir le tome en n’ayant pas envie de lire la suite là, tout de suite. Cet album est certainement le plus addictif depuis la guerre contre le clan Negan.

Les différents personnages ont tous droit à leurs pages de gloire. Certains plus que d’autres évidemment. On retiendra évidemment Negan et Lucille dont les faits et gestes, souvent incohérents, laissent à réfléchir et donnent envie de creuser un peu plus le bonhomme dont on ne connait finalement pas grand-chose. Dwight prend aussi du galon, premier exposé qu’il est de l’assaut des chuchoteurs. Je n’en dirais pas beaucoup plus, car j’ai trop peur d’en dire trop.

Pour ceux qui suivent la série éponyme, ce tome peut évidemment être comparé à cette fin de saison, comme quoi rien ne vaut une petite guerre pour rendre tout ça addictif. Et c’est surement le seul reproche que l’on peut faire : Rick et sa bande semblent condamnés à mener combats après combats de plus en plus violents jusqu’à l’épuisement. J’espère que ça ne sera pas celui du lecteur.

En tout cas, de mon côté, je suis loin d’être lassé de la série, et je ne peux que constater que le scénariste sait faire ce qu’il faut pour que la monotonie ne s’installe pas.


Chronique rédigée par Olivier73 le 26/04/2017
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1776 (80,40 %)
  • 35 (1,58 %)
  • 398 (18,02 %)
  • Total : 2209 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 7,49
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Mars 2017

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 27 : Les Chuchoteurs, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 7 2018
   

La tension était gentiment montée dans les tomes précédents, et voilà donc que l’affrontement tant attendu entre les Chuchoteurs et Alexandria et ses annexes arrive, alors même que Rick n’a pas forcément réussi à faire le plein dans ses propres troupes. En multipliant les vignettes par pages, en alternant les format, en nous faisant passer d’Alexandria à la Colline, en passant par le Royaume, le scénariste impose un rythme certain à cet ouvrage. Les zombies eux-mêmes, qui étaient devenus des éléments de contexte peu utilisés, refont surface grâce aux chuchoteurs, et avec eux, le cortège de mort auquel on est habitué dans la série. Et comme d’habitude dans la série, face à ces scènes d’actions pures, le scénariste nous proposera des dialogues nourris qui permettent de mettre davantage en perspective les personnalités des uns et des autres.

Mais à ce stade de la série, on attend peut-être autre chose que des habitudes, d’autant que, contrairement à certains autres tomes de la série, aucune surprise de taille venant affecter un personnage « historique » de la série, ne vient bousculer le récit. Même si cela regorge d’actions gores, le rythme serait presque trop planplan, habitué que l’on est à cette narration. Malgré tout, on sent un scénariste qui va chercher son lecteur, notamment en nous présentant un Bêta qui semble bien isolé, avant la révélation finale…. Il y a également cette présentation de Négan, dont on effleure les raisons de son attachement à sa batte prénommée Lucille, qui reste inquiétante, notamment à cause des événements présentés dans le tome précédent.

Le récit reste rythmé et intéressant, les personnages continuent de se développer mais au vingt-septième tome, on a l’impression que l’auteur a plus de mal à créer la surprise auprès d’un public qui a vécu quelques événements traumatisants jusque-là. Aussi, de cet album, je retiendrai moins l’affrontement contre les Chuchoteurs eux-mêmes que certains autres éléments qui me semblent prometteurs pour l’avenir tels que : la personnalité de Négan, les échanges radio entre Eugène et sa mystérieuse interlocutrice, et bien sûr, cette dernière vignette, qui annonce un début de 28ème tome particulièrement mouvementé.

18 2 2018
   

Comme le titre laisse suggérer, la menace représentée par les Chuchoteurs prend encore de l’ampleur dans de ce vingt-septième volet reprenant les épisodes US #157 à #162.

Depuis l’introduction de ces étranges individus qui se cachent sous un masque de chairs pour passer inaperçu aux yeux des vrais morts-vivants, il ne faisait aucun doute que la saga allait se diriger vers une confrontation entre la communauté de Rick Grimes et ce groupe qui ne cherche pas à reconstruire l’ancien monde, mais qui souhaite au contraire vivre en harmonie avec les morts-vivants. En utilisant et en se mêlant aux hordes de zombies, les Chuchoteurs insufflent une nouveauté bienvenue à la menace des morts-vivants, obligeant la communauté de Rick à imaginer des nouvelles stratégies de combat afin de venir à bout de ce nouvel ennemi.

Suite au cliff-hanger inattendu du tome précédent, le lecteur était inévitablement très curieux de voir quel rôle Robert Kirkman allait réserver à Negan. Lorsque les premières planches montrent un Negan tout sourire qui se dirige vers la communauté de Rick un cadeau sous le bras, ceux qui s’attendaient à le voir à la tête des Chuchoteurs pour se venger de Rick seront pour le moins surpris. Si la capacité de Robert Kirkman à nous surprendre à travers les actions de ce personnage charismatique s’avère à nouveau grande, le plaisir de retrouver Negan et sa batte de baseball sur le devant de la scène l’est également.

Ce tome est également marqué par de nouvelles menaces qui se profilent à l’horizon, démontrant que Robert Kirkman ne compte pas s’arrêter là, mais nous concocte encore quelques belles intrigues à venir. Il y a d’une part la communauté du Sanctuaire qui refuse de prêter main forte à Rick face aux Chuchoteurs. Mais il ne faudrait pas non plus oublier les actions d’Eugène Porter qui, à force de chipoter avec sa radio, parvient à entrer en contact avec un mystérieux interlocuteur et, connaissant Kirkman, cela ne présage rien de bon.

Visuellement, Charlie Adlard se fait aider par Stefano Gaudiano à l’encrage depuis plusieurs tomes et le duo continue de se montrer particulièrement efficace. Une collaboration fortement saluée car elle permet d’augmenter le rythme de production sans nuire à la qualité de l’ensemble. J’ai uniquement eu un peu plus de mal à identifier les différents personnages lorsque ceux-ci s’affrontaient au milieu des morts-vivants avec leurs visages recouverts d’un masque de chairs… mais difficile d’en vouloir aux dessinateurs car ce problème est inhérent à cette nouvelle technique de combat.

Une valeur fixe dans mon Top comics de l’année !