45 019 Avis BD |19 404 Albums BD | 7 698 séries BD
Accueil
Tome 11 : Les Chasseurs
 

Walking Dead, tome 11 : Les Chasseurs

 
 

Résumé

Walking Dead, tome 11 : Les ChasseursAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 11 : Les Chasseurs, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 11 : Les ChasseursC’est donc accompagné du trio de l'ex-sergent Abraham, que Rick et sa bande (enfin, ce qu’il en reste) poursuivent leur route en direction de Washington, là où le calvaire aurait commencé.

A la fin de chaque tome on se dit que Kirkman aura beaucoup de mal à sombrer encore plus loin dans l’horreur, mais ce onzième tome parvient pourtant à déshumaniser encore un peu plus ce road-movie au pays des mort-vivants. Poussés dans leurs plus profonds retranchements, tous les personnages atteignent leur point de non retour : ce moment fatidique où, affectés mentalement par les nombreuses disparitions au sein d’un monde sans véritables perspectives, ils finissent par péter les plombs. La bonne conscience s’envole et l’instinct de survie devient de plus en plus prédominant. Le côté primaire et animal remonte à la surface, souvent au détriment des barrières morales habituelles. Bienvenu dans l’univers de "Walking Dead".

Quand le monde sombre dans la folie, les survivants doivent sacrifier une grande part de leur humanité pour réussir à survivre. Déjà à la base, les hordes de zombies qui peuplent ce monde impitoyable n’étaient que prétexte au développement psychologique des personnages, mais, en situant le danger au sein même des survivants, le rôle des morts-vivants devient carrément superflu. Avec la rencontre entre nos amis et les troupes du Gouverneur, Kirkman avait déjà fait un pas dans cette direction, mais, avec les «Chasseurs» il pousse le bouchon encore un peu plus loin. Le danger vient donc de plus en plus des autres humains et des membres du groupe. Et le fait de voir les enfants contaminés par la folie ambiante et l’absence totale de repaires moraux, accélère encore un peu plus la descente aux enfers entamée par Rick et sa bande.

Au niveau du graphisme, le noir et blanc du dessin de Charlie Adlard contribue à masquer les nombreuses effusions de sang, un peu à l’image de la couleur rouge de la cape du torero. Il sied cependant parfaitement au récit et accentue le pessimisme dégagé par cet univers horrifique.

Quant au cliffhanger final, il ne laisse aucun doute … Kirkman compte bel et bien repousser encore un peu plus les frontières de l’horreur.


Chronique rédigée par yvan le 27/04/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 2344 (58,32 %)
  • 1104 (27,47 %)
  • 571 (14,21 %)
  • Total : 4019 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 10,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.10
Dépôt légal : Avril 2010

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 11 : Les Chasseurs, lui attribuant une note moyenne de 4,10/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 4 2014
   

Encore une démonstration (si il en fallait une ) de savoir-faire exceptionnel, au point de vue du scénario. On est dans une boucle dont on a peu l'habitude maintenant (ils sont à l'abri, puis un groupe de salopards les pourchassent), mais là ou Kirkman arrive encore à nous surprendre, c'est dans la surenchère morbide !!!

C'est encore plus visible par des détails que par les actes en eux-mêmes !

Globalement, il faut être très fort par arriver à faire durer une série aussi atypique autant que ça !

30 10 2013
   

Difficile de savoir où s'arrêtera le délire de Kirkman, et la qualité qui va avec !
Les cartes ont été redistribuées lors des épisodes précédents : Rick est amputé de la main droite, sa femme et son nouveau né sont morts, sa bande de survivants a du quitter le prison/refuge qu'ils occupaient, les morts sont nombreux et ils font désormais connaissance d'un pasteur qui leur offre refuge dans son église, située non loin.
Et bien sûr, un autre danger que celui qui est permanent (les zombies), vient pointer son nez : c'est celui lié à la présence d'autres humains, eux aussi mangeurs de chair fraîche !

Une fois de plus, l'écriture est d'une grande réussite : pas un temps mort et l'horreur atteint un summum avec la mise en scène de crimes perpétrés par des enfants !

Bref, c'est toujours aussi intense, la tension reste permanente, et c'est une des séries les plus addictives que j'ai eu à lire !

5 3 2012
   

C'est un album d'une rare violence... mais également d'une violence subtile. Beaucoup de choses, dans cet album sont suggérées mais pas toujours montrées, si ce n'est un détail au fonds d'une vignette, si ce n'est un jeu d'ombres, si ce n'est la gravité des propos. Il en va ainsi du début de l'ouvrage, où rien n'est épargné au groupe que nous connaissons bien, et particulièrement aux plus "innocents" d'entre eux. Il en va également de la suite du scénario, qui déroule une idée bien macabre avec cette histoire de chasseurs et de proies. Vraiment, cet album est moins "gore" dans le côté graphique que bon nombre d'albums précédents, mais les idées véhiculées sont tout autant marquantes. D'autant plus d'ailleurs que toute cette violence n'est pas portée par les zombies mais par des êtres humains, ou du moins ce qu'il en reste. D'autant plus d'ailleurs, que les "gentils" peuvent également se transformer en meurtriers, et ce quel que soit leur âge. L'auteur fait ainsi évoluer ses personnages, et montre les extrémités qu'ils peuvent atteindre. Toute cette idée, qui nous accompagne dès le début de l'ouvrage et jusqu'à la dernière vignette, est assez bien développée et entretient une atmosphère particulière dans cette histoire. En revanche, je suis un peu plus déçu par le nouveau personnage qui intègre le groupe : on sent bien que l'auteur s'essaye à un petite réflexion religieuse, mais j'ai trouvé que toute cette partie tombait un petit peu à plat, et était peu originale. On ne nous aura même pas épargné le sempiternel "les voies du Seigneur sont impénétrables". Pour l'instant, j'ai un peu de mal à voir où on veut nous emmener avec ce personnage du pasteur, dont on aurait pu se passer.

Je ne reviens pas forcément sur les dessins, qui me semblent toujours un peu dépouillé en arrière-plan et qui me semblent toujours aussi aléatoires en ce qui concerne les visages...

Un album qui nous fait faire un pas de plus dans l'horreur, mais en en montrant le moins possible, ce qui peut se révéler sournois.

1 10 2010
   

Cet opus offre encore son lot d'émotions fortes : Ouverture sur une situation d'horreur sans nom avec les jumeaux, dilemme sur ce qu’il faut faire avec l’un d’entre eux, l’acte radicale du petit Carl, l’immense péril qu’ encourt l’un des personnages phares, la rencontre d’un nouveau personnage se joignant au groupe...Les auteurs ne sont pas encore en manque d’inspiration.
Kirkman continue d’envisager toutes les situations possibles dans un tel monde. Mais quel dommage, une hypothèse des plus intéressantes, que se passe-t-il lorsqu’on mange de la chair « infectée », n’aura pas de réponse ! Un développement qui s’annonçait passionnant est étouffé dans l’œuf.

L’écriture toujours excellente nous fait vivre et frémir aux côtés des héros. Le dessin est très efficace mais toujours aussi moche au niveau des visages, Adlard n’est décidemment pas Tony Moore. Mais je me suis déjà étendu la dessus dans mes avis précédents.
Il y a au moins un progrès : beaucoup moins de copiés/collés (voir avis précédents également).

11 tome et toujours impossible de décrocher. Chapeau les auteurs.