45 068 Avis BD |19 421 Albums BD | 7 701 séries BD
Accueil
Tome 21 : Guerre totale
 

Walking Dead, tome 21 : Guerre totale

 
 

Résumé

Walking Dead, tome 21 : Guerre totaleAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 21 : Guerre totale, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 21 : Guerre totaleCommençons par mon avis général : ce tome m’a encore une fois bien accroché. Voilà, une fois ceci dit, je peux commencer à argumenter, parce que forcément au bout de 21 tomes, on peut devenir exigeants et trouver que certaines choses ne collent pas vraiment. Ce que j’aime bien c’est avant tout cette tension qui est palpable du début à la fin et qui, même avec un nombre de tome conséquent, est toujours bien là. On continue de flipper pour les personnages principaux que sont : Rick, Andréa, Michonne... Surtout devant Negan, toujours aussi désagréable, crapuleux, et qui manie la batte aussi bien que les grossièretés. Pour cela Kirkman sait encore y faire, il a passé du temps à nous faire un profil psychologique de tous ces personnages, et on vibre en même temps qu’eux.

Là où ça colle un peu moins, ce sont les personnages secondaires, qui sont moins attachants. Je parle de Jesus, Ezéchiel ou encore pire Denise, ces personnages ont beau être charismatiques, ils peinent à convaincre. J’y vois deux raisons : surement parce que depuis la mort de Glenn, aucun personnage principal n’est mort, en rajouter d’autres finit par faire trop, et ensuite peut être que ça fait finalement pas si longtemps qu’on les connait et qu’ils ont été moins bien introduits dans l’histoire que leurs prédécesseurs. Du coup certains passages ne sont pas très intéressants : Ezéchiel ou Denise qui pleurent sur leur sort ne m’a pas captivé outre mesure.

Comme je l’avais déjà remarqué dans l’épisode précédent, il y a des ellipses qui me semblent de trop, il y a clairement des passages où on se demande s’il ne manque pas des pages. Comment sont-ils sortis de la voiture ? Comment sont-ils sortis du bâtiment infesté ?

Et enfin, comment ne pas parler de cette fin, qui clôture l’arc de Negan de manière assez abrupte, surprenante et pas vraiment plausible. Autant j’ai vraiment été surpris, autant je ne suis pas convaincu. Je ne veux pas en dire beaucoup plus pour ne pas dévoiler la fin. Une fin qui d’ailleurs pourrait très bien conclure définitivement la série. Maintenant je me demande bien ce que Kirkman va nous inventer pour relancer sa série, j’espère qu’il ne va pas se diriger un troisième duel après Rick/gouverneur ou Rick/Negan…


Chronique rédigée par Olivier73 le 22/10/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1665 (80,86 %)
  • 35 (1,70 %)
  • 359 (17,44 %)
  • Total : 2059 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,35
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.70
Dépôt légal : Octobre 2014

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 21 : Guerre totale, lui attribuant une note moyenne de 3,70/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 11 2015
   

Encore une couverture composée, du style du tome précédent. J'aime pas tellement mais celle ci est un peu mieux.
Alors on est toujours dans l'affrontement à mort entre les deux camps et le méchant Negan passe à nouveau à l'attaque sans laisser de répis à Rick qui comptait pourtant là dessus pour reprendre un peu l'initative. Ça charcle toujours plus et c'est plutôt bon. Mais je trouve les combats dans le village de la colline très confus. La mise en scène, dessin et cadrages nécessitaient plus de clarté pour mieux suivre le parcours des nombreux personnages dans les différents endroits.
Déjà qu'il est pas facile de s'y retrouver, je trouve, depuis que les gens de Nick sont séparés en deux communautés. Moi je sais jamais dans quel village on se trouve, qui est où et avec qui.
Après, que Eugène arrive à s'évader c'est une chose. Mais que lui et tout son groupe se sortent dun véhicule encerclé par les zombies, se retrouvent sur le toit dun bâtiment, puis le quittent sans anicroche pour se retrouver au village de Rick, Tout ça sans qu'on nous montre jamais comment ils ont réalisé tout ces "exploits", c'est un peu trop facile. Surtout pour des auteurs qui ont l'habitude de tout montrer dans les moindres détails et surtout que c'est pas du tout la nature d'Eugène de prendre le rôle de leader d'actions couillues.
Mais bon. C'est aussi l'album ou se dénoue le conflit entre les deux camps et il le fallait car ça commençait à durer cette histoire. Donc c'est bien.
Au final c'est quand même un bon album de cette série fleuve. Il n'y a que le dessin que je continue de trouver moche même s'il y a par ci par là de belles images quand même. Mais j'en ai souvent parlé dans mes avis précédents.

8 7 2015
   

Une fois n'est pas coutume, j'ai fini ce tome complètement scotché.
Negan et sa bande ont fait la loi un temps, mais Rick a réussi à retourner, encore une fois, une situation totalement mal barrée.
C'est sûr, on pourra toujours trouver des faiblesses relatives à toutes les séries fleuves, mais moi je n'ai pas trouvé les nouveaux personnages creux ou moins attachants. "Walking Dead" m'a transposé sa parano et même si la logique de certains peut sembler floue ou incongru, je fais le pari que Kirkman prêche le faux pour le vrai : lui sait où il va nous emmener et ses persos jouent un jeu trouble, qui a aussi pour conséquence de désorienter le lecteur.
Voilà, tout est affaire de goût mais je trouve que le niveau reste haut. Très haut même !

8 4 2015
   

Le principal intérêt de ce dernier tome, c'est de mettre fin à toute cette histoire autour de Négan et de ses sauveurs. Ca commençait à faire longuet, et arrivé à ce stade, il était bon d'en finir pour repartir sur de bonnes bases. Ainsi, l'affrontement entre les communautés permet une nouvelle explosion des têtes et des sentiments, avec en plus un Negan imaginatif dans le choix de ses armes, ce qui entretient un certain suspense quant à l'un des personnages phare. La narration est ainsi efficace, et permet d'éviter de s'ennuyer dans cette n-ième confrontation entre Rick et Negan.

Ceci étant dit, certains passages dans le scénario semblent aller trop vite et on se dit qu'Eugène semble sortir de tous les mauvais pas un peu rapidement. Il est dans une geôle au milieu des Sauveurs, le voilà qu'on le retrouve dans une voiture ! La voiture est encerclée par un tas de Zombies, il n'a pas de flingue, mais il se retrouve l'instant d'après sur le toit de l'immeuble, derrière le sniper qui les gardait pourtant à la pointe du fusil ! Bref, c'est comme si le scénariste se rendait compte qu'il a placé ses personnages dans une impasse : plutôt que de revoir le passage, on les déplace l'instant suivant ni vu ni connu, et on continue.

Enfin, j'ai l'impression que la personnalité des principaux personnages a tendance à s'affadir : le regard de Negan en fin d'ouvrage est peu crédible, le discours de Rick est un peu une redite d'autres tomes. Finalement, seul Carl continue à imposer sa personnalité complexe aux autres. Il faut dire également que le scénariste a pris le risque, par le passé, de faire disparaître des personnages de premier plan de façon abrupte, pour surprendre le lecteur. Et ca a marché ! Tellement bien, d'ailleurs, que j'ai du mal à m'attacher aux nouveaux. Ainsi, si Jesus fait partie de la série depuis un certain nombre de tomes maintenant, je n'arrive décidément pas à m'inquiéter pour lui comme je le faisais pour un Glenn.

L'ensemble reste entrainant et le sort de quelques personnages continue de retenir l'intérêt. Mais après un si long arc centré sur Negan, et surtout après toutes les aventures vécues depuis le début de la série, il va falloir que le scénariste se creuse la tête pour renouveller la série et éviter la lassitude du lecteur. A défaut, le mieux serait peut-être qu'il s'arrête là.

12 11 2014
   

Alors que plusieurs lecteurs commençaient à trouver que l’histoire de Walking Dead finissait par tourner en rond et que le scénario contenait parfois quelques facilités, j’étais toujours resté grand fan de la série. Par contre, en lisant cette conclusion de cycle qui reprend les épisodes #121 à #126, j’ai également trouvé que le niveau de cette saga baissait.

Suite aux évènements du tome précédent, les dégâts causés par l’attaque de Negan poussent la petite communauté d’Alexandria à démanger vers la Colline, tandis qu’Eugene et son équipe sont capturés par l’ennemi. Ce tome invite donc à découvrir le sort des captifs, ainsi que les choix de Dwight, qui aimerait tant renverser son leader. Mais le but principal de cet album est bien entendu la confrontation finale entre Rick et Negan afin de clôturer cette guerre entre Rick à la communauté des « Sauveurs » une bonne fois pour toutes.

Si l’idée d’imprégner les armes du sang des marcheurs afin de contaminer l’adversaire est la véritable nouveauté de ce tome, j’ai par contre trouvé que Kirkman commence à enchaîner les séquences fortes sans soigner les transitions autant qu’avant. J’ai parfois l’impression qu’il veut aller trop vite, ce qui nuit au scénario. Outre le manque de transition entre les scènes, il faut parfois déplorer certaines facilités au niveau du scénario. Je me suis ainsi par exemple posé de sérieuses questions concernant la stratégie de certains personnages lors de la lecture.

L’autre point faible est que les scènes plus calmes sont moins bien gérées qu’avant, du coup les nouveaux personnages ne parviennent pas vraiment à devenir aussi intéressants que les vieux de la vieille. Je n’ai par exemple pas été touché par Ézéchiel qui pleure pourtant la mort de son tigre. L’émotion n’est donc plus au rendez-vous et certains protagonistes me laissent totalement indifférent.

Visuellement, Charlie Adlard se fait dorénavant aider par Stefano Gaudiano à l’encrage, ce qui permet d’augmenter le rythme de production sans nuire à la qualité, mais il faudra tout de même tenter de garder la barre assez haute au niveau du scénario…