45 112 Avis BD |19 442 Albums BD | 7 703 séries BD
Accueil
Tome 7 : Dans l'oeil du cyclone
 

Walking Dead, tome 7 : Dans l'oeil du cyclone

 
 

Résumé

Walking Dead, tome 7 : Dans l'oeil du cycloneAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 7 : Dans l'oeil du cyclone, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 7 : Dans l'oeil du cycloneReprenant les épisodes US #37 à 42, «Dans l'oeil du cyclone» livre la suite tant attendue de ce road-movie au pays des mort-vivants aux lecteurs francophones.

Après les scènes gores de l’expédition à Woodburry, dont cette fameuse scène de torture qui plongeait le lecteur un peu plus loin dans l'horreur, l’auteur livre un tome de transition au sein de ce pénitencier qui sert de refuge aux survivants depuis plusieurs tomes. Comme le titre US de ce tome (The calm before) laisse présager, l’auteur livre un tome plus calme et prend le temps de développer les relations humaines (et les tensions) entre les différents protagonistes. Les scènes de vengeance barbares font donc place à du jardinage, à une cérémonie de mariage, à une naissance et à une petite balade visant à renflouer le stock de munitions en vue du conflit inévitable entre les hommes de Rick et ceux de Woodbury, que les lecteurs attendent avec grande impatience.

La dernière planche de ce tome de transition est par contre sans équivoque : la menace Woodburry est bien réelle et le huitième album promet de sombrer à nouveau dans l’horreur et la violence.

Vivement le huitième tome !


Chronique rédigée par yvan le 02/02/2009
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2344 (58,32 %)
  • 1104 (27,47 %)
  • 571 (14,21 %)
  • Total : 4019 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.42
Dépôt légal : Janvier 2009

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 7 : Dans l'oeil du cyclone, lui attribuant une note moyenne de 3,42/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 3 2014
   

On entame ce tome avec beaucoup de légèreté inhabituelle dans cette série, c'est rafraichissant... Les zombies font maintenant partie du décor car l'organisation s'arrange de plus en plus. J'ai trouvé que ces tranches de vie (le mariage, la naissance de Judith) faisaient face à toutes les horreurs que l'on avait vues depuis le début... Même si j'ai trouvé ces passages un peu longs, ils sont nécessaires pour l'attachement aux personnages.

Côté scénario, on avance pas beaucoup. Mis à part à la toute fin, qui nous annonce le prochain tome (pas bête). Je peux comprendre la frustration de certains mais moi cela ne m'a pas dérangé (peut-être parce que je n'ai pas eu à attendre le 8).

Globalement, ce tome est un tout petit peu en dessous mais je suis certain que c'est pour mieux rebondir ...

2 11 2013
   

Ce tome est souvent considéré comme un ton en-dessous par rapport aux autres. C'est évidemment dû au fait que la pression est retombée. La prison est sécurisée et notre petit groupe de survivants se laissent aller à une vie quotidienne ronflante et confortable : jardinage, videoclub, couture, entrainement au tir etc...
Mais pour autant, je ne me suis pas ennuyé une seconde à la lecture. D'abord parce que cette pause est bienvenue. Dans un récit qui se veut "réaliste" au niveau des relations humaines, on ne peut pas toujours accumuler les péripéties. Les accalmies doivent faire également partie de l'histoire si on veut y croire.
D'autant que là encore, Kirkman est très habile. Une accalmie zombies / ennemis ne signifie pas qu'il ne se passe plus rien. On reste toujours dans un huis-clos et les relations sont toujours tendues, à fleur de peau. Comme c'est répété plusieurs fois, ce nouveau monde a changé les gens, et il faut être sur ses gardes constamment. Il faut surveiller du coin de l'oeil tout le monde, même si on pense qu'ils sont nos amis. Pour notre sécurité... ou la leur. Quelques scènes fortes tout de même, mais si, évidemment, on est loin de la tension du tome précédent. Et du suivant...
Le calme avant la tempête en quelque sorte... et ce n'est pas la planche finale qui nous contredira.

A dévorer.

18 10 2013
   

Depuis le début de la série, c'est la première fois que j'éprouve le «coup de moins bien» avec un tome.
La tension redescend franchement d'un ton, laissant place à une situation qui vire presque au statu quo.
On assiste donc au retour de Rick et sa bande dans leur prison-refuge et si certains y laissent la peau, cela devient presque banal, ou répétitif.
Ce n'est pas que l'ennui guette, mais je me suis moins senti happé par le déroulement (j'ai d'ailleurs décroché un moment avant de reprendre le bouquin), bref, le contexte et les évènements m'ont semblé communs, ce qui est un comble pour la série.
D'autres éléments narratifs m'ont parus peu réussis : la naissance du
fils de Rick se télescope avec la morsure de zombie que connaît Dale, ce qui lui enlève de l'impact : à force de jouer sur les situations dramatiques, elles deviennent moins efficaces...

Heureusement, le cliffhanger annonce du lourd pour la suite, alors vivement. Un tome de transition et pour moins le moins bon jusque là...

15 2 2012
   

J'ai bien aimé la première partie de cet ouvrage, où une partie du groupe de survivants se rend dans le complexe militaire pour aller chercher des armes. Ca amène un petit peu de mouvements dans ce récit qui commençait à s'encroûter dans la prison. Malheureusement, cette action ne fait pas long feu et bientôt, on retrouve assez vite la vie de notre petit groupe à l'abri derrière leur grillage. Et là, c'est d'un calme (avant la tempête annoncée en titre ?) plat. Certes, on a le droit à une naissance et un décès désespéré, on a le droit à une une ou deux attaques de zombies (mais que l'on va chercher, c'est presque sans surprise), mais dans l'ensemble, nos protagonistes cultivent leur jardin de légumes, leur jardin secret, leur jardin secret. L'auteur nous place ainsi dans une espèce d'indolence et on en vient presque à oublier la menace extérieure, qui se rappelle en dernière page, comme une délivrance. Parce que pour tout dire, on s'est un peu ennuyé, dans cet ouvrage : les passages de la Bibles, les tourments de Carol, la vie de couple de Dale et Andrea, celle de Glenn et Maggy ou encore les interrogations de Rick sont un peu redondantes et on sent que l'auteur tire en longueur le récit pour ménager la dernière vignette de cet ouvrage. Il en résulte une impression de langueur, et quelque part, d'ennui.

Quant aux dessins, je trouve que les physiques des personnages ont du mal à se stabiliser : le visage de Rick, rasé ou non, est tantôt plutôt rond, tantôt plutôt allongé, Dale semble prendre du poids puis en reperdre à un rythme presque insolent, les visages de Hershel, Dale et Rick non rasé se ressemblent beaucoup et seul le contexte permet parfois de les distinguer, Carl semble être plus ou moins âgé, passant de l'enfance à l'adolescence et vice versa, Maggy et Patricia ne sont reconnaissables que par leur coupe de cheveu... Lorsque le scénario est prenant, j'ai un peu tendance à passer outre ces imperfections, mais lorsque le ton est très calme, comme ici, je m'y attarde plus et suis plus déçu de ces problèmes.

Comme dans toute série télévisée bien réalisée, certains épisodes sont moins bons que les autres, ce qui nous empêche pas de vouloir toujours aller vers la suite, et c'est ce qui se passe ici.

16 12 2009
   

Encore une fois, le titre est parfaitement choisi. Nos personnages sont en effet comme dans l’œil d’un cyclone dans leur « prison dorée » où, pour une fois (presque) tout est calme et la sérénité peut montrer le bout de son nez, alors que dehors c’est le chaos et l’horreur.
Mais ce calme cyclonique présage d’un retour brutal à l’horreur, quand l’œil sera passé, et la dernière page nous le confirme pour le tome 8 !
Alors le mauvais côté de la chose, c’est que pour installer cette impression de sérénité et d’éloignement du danger, l’auteur nous sert des scènes longues, très bavardes en banalités (un sermon de mariage dans toute sa longueur, des discours excessifs sur les armes…) qui deviennent ennuyeuses. Mais c’est surement un travail de préparation, passage obligé pour provoquer un choc d’autant plus gros lors des évènements à venir dans le tome 8.
Rassurez vous, il y a quand même de l’action de ci de là.

J’ai noté que Rick (p.104) se comporte à nouveau comme l’unique chef alors que précédemment le groupe s’était mis d’accord pour que les décisions soient collégiales. Oubli de l’auteur ou volonté de montrer que la nature revient au galop, celle de chef comme celle de subordonné ?

Il y a un manque de logique à un moment quand Andréa guide un groupe à l’extérieur pour leur apprendre à réagir face aux zombies. Elle tire bien certes, mais la plus qualifiée pour gérer la présence de zombie autour d’elle me semble plutôt être Michonne. Mais cette dernière, si présente dans les 2 tomes précédents, est curieusement très discrète ici.

Côté dessin je suis toujours aussi déçu par Adlard en particulier sur les visages. Ils sont souvent laids et « interchangeables ». On ne les reconnait plus ! (p.101, par ex., Maggy à la même tête qu’une femme de Woodburry dans le tome 6 qui parlait de son enfant malade au docteur.)
Par contre il abuse bien moins des images « copiées/collées » qu’auparavant.

Il y a eu de meilleurs albums que celui-ci mais je pense qu’il précède un redémarrage en force. A suivre…