46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 9 : Ceux qui restent
 

Walking Dead, tome 9 : Ceux qui restent

 
 

Résumé

Walking Dead, tome 9 : Ceux qui restentAfin d'acceder au résumé de Walking Dead, tome 9 : Ceux qui restent, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Walking Dead, tome 9 : Ceux qui restentSuite à l’assaut du pénitencier par les troupes du Gouverneur, R. Kirkman fait le grand ménage dans son casting et replace les survivants dans un environnement plus hostile. En lâchant Rick et Carl dans la nature, à nouveau sans domicile fixe et sans nourriture, l’auteur met donc fin à cette illusion qui laissait entrevoir une vie à l’abri de toute menace et au calme, faite de jardinage, de cérémonies de mariage et de naissances. Ce neuvième volet met donc fin à toute forme d’espoir et livre à nouveau ses personnages à la merci des hordes de zombies qui peuplent ce monde impitoyable.

Ce tome n’est pourtant pas uniquement centré sur de nouveaux affrontements avec les mort-vivants, mais s’attarde également avec brio sur les souffrances psychologique des personnages et sur leur incapacité à faire leur deuil.

En plaçant le jeune Carl à l’avant du danger, l’auteur parvient également à rendre son récit fort prenant. Au fil des pages, on s’attache à ce petit livré à lui-même, tout en espérant qu’il survive car avec R. Kirkman aux manettes, rien n’est moins certain.

En livrant de nouveaux personnages, dont un scientifique, l’auteur va également légèrement lever le voile sur l’origine de ce fléau. Fausse piste ou non ? Quoi qu’il en soit, on attend la suite avec grande impatience.


Chronique rédigée par yvan le 14/10/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 8,70
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.93
Dépôt légal : Octobre 2009

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Walking Dead, tome 9 : Ceux qui restent, lui attribuant une note moyenne de 3,93/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 3 2014
   

Ce tome porte très bien son nom. Après le massacre de la prison, Kirkman a fait presque table rase des gens qui étaient les compagnons d'infortune de Rick...

Plus centré sur Carl, le fils de Rick, ce tome est une transition vers une situation plus précaire encore. Rick, gravement blessé, ne sait plus défendre son fils, et c'est d'ailleurs le contraire qui se produit puisque Carl va sauver la vie de son père... Psychologiquement, notre héros est au plus mal (et on le comprend) Il répond à un téléphone qui ne sonne pas et croit qu'il a Lori (décédée) au bout du fil... Kirkman nous met à la place de Carl qui ne peut plus faire confiance à son père puisqu'il est au bout du rouleau aussi bien physiquement que moralement et ça, pour un gamin, ça la fout mal... En fin de tome ils arrivent à retrouver la ferme d'Herschell avec de vieux visages connus... Enfin, de nouveaux protagonistes font leur arrivée et avec eux un scientifique qui en saurait plus sur l'épidémie....

7 11 2013
   

Ceux qui restent, c'est le titre de ce 9e opus de "Walking Dead". Et encore une fois, le titre est terriblement bien choisi. En effet, on reste sur une véritable hécatombe. Kirkman fait le ménage dans ses personnages, et ce sans aucune pitié. Il est fort Kirkman, car il nous reprend au jeu de l'espoir / désespoir. On sait pertinemment qu'il n'y a AUCUN espoir, et à chaque fois, il réussit à nous donner l'illusion que si. Et là, re-belotte, boum, tout s'écroule.
Mais du coup, le danger pour le lecteur, c'est qu'on ait l'impression de revenir en arrière. En effet, on a déjà lu les aventures du petit groupe sur les routes, à la merci de tous les rôdeurs qui trainent. Va-t-on vers des redites ?
Et bien non ! d'abord parce que le récit se recentre sur Carl, le fils de Rick, qui se retrouve livré à lui-même pendant que son papa est complètement à bout autant physiquement que psychiquement. En quelques pages, il réussit à nous dépeindre le portrait d'un petit garçon faussement dur et bien vulnérable. C'est vraiment très fin.
Autre tour de passe-passe pour le renouveau ? l'apparition de nouveaux personnages dont un scientifique qui aurait l'explication du phénomène zombie. C'est la première fois qu'on évoque les origines du mal. Alors, fausse piste ou pas ? seul l'avenir le dira, mais c'est sympa en tous cas.
Au graphisme, Adlard continue un gros boulot avec ses planches qui dégagent une crasse et une force totales.

Finalement, ceux qui restent, ce sont les lecteurs, parce que c'est toujours au top.

21 10 2013
   

Avec la tragique disparition de la femme et de la fille de Rick, qui se retrouve seul avec son fils Carl (ou presque), la série est relancée.
Si le tome 7 m'avait semblé un peu poussif, me faisant craindre une sorte d'essoufflement de l'histoire, sa suite immédiate et ce volume m'ont complètement rassuré.
Nous revoici en plein merdier, et c'est peu de le dire.

Avec ces épisodes, les tensions entre survivants reprennent de plus belle et la part de la psychologie et des interactions entre les protagonistes revient au tout premier plan du récit. Entre solidarité et folie pure, on retrouve la terrible sensation que tout peut basculer d'un moment à l'autre et que les rencontres que font les uns et les autres déterminent aussi leurs chances (minces) de survie.

Je tiens à dire que je suis assez estomaqué par la régularité d'Adlard, qui livre pour moi un travail sans faille : pas de chichi. Tout est posé de façon redoutablement efficace.

C'est simple, ce tome, je l'ai dévoré façon rôdeur, si vous voyez ce que je veux dire...

16 2 2012
   

Dans cet album, encore une fois, il y a du très bon. Et j'ai trouvé le début de l'ouvrage plutôt habile avec cette surprise du coup de téléphone. J'ai trouvé cette partie superbement bien gérée, d'autant que le scénariste nous donne les clés pour comprendre dès le début de ce passage. Toute cette première partie a pour objectif de présenter l'état de détresse physique et morale de Rick, et également de Carl, et je trouve que c'est bien amené. D'autant que quelques passages renouent avec ce qui fait la force de cette série, à savoir l'inquiétude suscitée par ces zombies qui s'en prennent à nos héros, d'autant plus oppressant lorsque la personne visée semble faible et sans défense. J'ai bien aimé cette partie, même si au bout d'un moment, je l'ai trouvé trop longue, trop répétitive, et trop chargée de textes inutiles, tant les regards peuvent être expressifs.

En revanche, à partir de la seconde partie, j'ai été moins séduit. Ca reste haletant, ca entretient une certaine ambiance, mais le déroulement est un peu aléatoire. Le retour de Michonne pile poil à cet instant à cet endroit ne m'a pas convaincu, et surtout, je trouve que l'arrivée des trois nouveaux survivants est un peu abrupte. Ils arrivent sans crier gare, sans préparation, et d'un seul coup, ils disent qu'ils comprennent ce qui se passe et sont en mesure d'y mettre fin. J'y ai vu une certaine facilité dans le scénario, une certaine lourdeur, d'autant que cette partie est très bavarde. Le gars qui arrive et qui "apprend la vie" à notre groupe de survivants, je trouve que c'est un peu gros. Parce que le coup des zombies qui arrivent lorsque l'on tire un coup de feu, on ne pas dire que Rick et ses amis ne soient pas au courant. Et si l'explication d'Abraham se tient, comment se fait-il que l'on ai pas encore vu les "hordes" décrites : on ne peut pas dire que Rick et les autres aient été particulièrement avares en coup de feu depuis le début de l'aventure... Je trouve que l'introduction de ces nouveaux personnages est assez maladroite.

Leur seul intérêt, c'est de proposer une issue possible à toute cette histoire, une raison d'avancer après le choc du tome précédent.

20 5 2010
   

Comme son titre (encore une fois très bien choisi) l'indique, cet album nous conte le regroupement des rares rescapés de l'attaque du tome précédent. Quel carnage ! (Rick et Carl seuls dans la nature m'ont rappelé le roman "la route" de cormack mac carthy. Inspiration ou hasard ?). Comment vont-ils rebondir après ça ? Chaque personnage est de plus en plus traumatisé par cette situation, on le serait à moins ! Même le petit Carl commence à avoir des réactions inquiétantes ! Il n'y a que Michonne qui semble à l'aise dans ce monde. On a l'impression que rien ne peut lui arriver...Ce qui n'est pas le cas des autres.
C'est ce qui fait qu'on devient vraiment accro à cette histoire de zombies : C'est un survival poussé à l'extrême où tout peut arriver à tout le monde ! Ca place le lecteur dans un réel état de tension.
Et en bon scénariste, Kirkman arrive toujours à amener de la nouveauté ou à développer un aspect possible de cette situation. Ici, l'histoire du téléphone, doublement bien trouvée (pour ce qu'on croit que c'est au départ et pour ce que c'est finalement).
Et surtout, enfin un gros bond en avant avec de nouveaux arrivants qui pourraient donner une explication sur cette " apocalypse" !

C'est Kirkman qui porte la plus grosse partie de la réussite de cette série depuis le tome 2 et le départ de l'excellent Tony Moore au dessin. Car qu'est-ce que les personnages (vivants) sont mal dessinés ! Les visages ne cessent de changer, Carl n’a rien des traits enfantins qu’il devrait avoir, …. Adlard a vraiment du mal avec les visages (sauf Michonne), avec les proportions et certaines attitudes aussi. Dommage ! Par contre il rend très bien les expressions de visages et ça c’est apréciable.
Il y a aussi toujours ces images « copiées collées » mises côte à côte, encore trop souvent utilisées au point de friser le « foutage de gueule » (p. 52, 2 pages entières (8cases) avec le même plan de maison, jour, nuit, jour, nuit….sans un iota de modifié !)
Mais malgré ces défauts de dessin que je n’avale pas, je mets largement un 4/5, c’est pour dire la solidité du reste !

22 10 2009
   

Il s'agit d'un tome un peu transitoire avant de nouveaux gros évènements dans la vie des personnages. Effectivement, dans le tome 8 on a assisté à un carnage et ça a fait un gros trou dans le groupe. Certains ont survécu mais tout le monde est dispersé. Rick est seul avec son fils et perd complètement la boule.

On a là un tome beaucoup moins sanglant que les précédents mais qui ne manque pas d'angoisse pour autant. Ce qui est génial avec cette série c'est qu'à chaque tome on se dit que ça pourrait pas être pire, et bien si.

Kirkman est vraiment un génie et trouve toujours de nouvelles situations à faire vivre à ses personnages et il arrive aussi à nous les faire vivre avec eux. Chaque nouveau tome apporte son lot de surprises et de suspense. Dans ce tome, il s'attaque beaucoup à Carl, le fils de Rick qu'on connaît assez peu finalement. C'est un enfant mais il a bien grandi et aujourd'hui on le voit réagir face à la situation horrible dans laquelle il sont.

Bon encore un très bon tome, ça n'arrête pas, et pourvu que ça dure.