45 073 Avis BD |19 425 Albums BD | 7 702 séries BD
Accueil
Tome 3 : L'Homme qui vola le monde...
 

Velvet, tome 3 : L'Homme qui vola le monde...

 
 

Résumé

Velvet, tome 3 : L'Homme qui vola le monde...Afin d'acceder au résumé de Velvet, tome 3 : L'Homme qui vola le monde..., merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Velvet, tome 3 : L'Homme qui vola le monde...Après deux tomes haletants, Brubaker nous propose ici la conclusion de cette histoire d’espionnage et prend le risque de décevoir au moment de donner tous les éléments d’explications finaux. Il n’en sera rien, et malgré le nombre de personnages, les machinations nombreuses, les vérités et contre-vérités délivrées ici ou là, Brubaker continue de construire un scénario au millimètre, qui se permet même de jouer avec l’Histoire. Cela n’aurait pu être qu’une histoire d’espionnage supplémentaire mais sa narration, avec les voix off des différents protagonistes ; la personnalité de l’héroïne, une Templeton Velvet, non seulement femme mais en plus pas de première jeunesse ; la temporalité choisie, dans les années 70 ; et les nombreux retournements de situation, en font une production originale et terriblement passionnante. Rien n’est vraiment simple, dans cette histoire, mais chacun, protagoniste comme lecteur, est bien conscient de la duplicité des rôles et de la complexité des forces qui s’exercent, et l’ensemble se lit avec fluidité. On pourra reprocher quelques éléments moins crédible, comme la « rencontre » entre Velvet et le Président des USA, mais il ne faut pas oublier que Brubaker ne délivre pas uniquement une intrigue policière uniquement : l’action doit être au rendez-vous et parfois, cela se fait au détriment d’un certain réalisme. Rien de vraiment gênant toutefois, dans un scénario globalement maîtrisé à la perfection, bénéficiant ainsi d’une force narrative certaine.

Le dessin reste également du grand art : les scènes sont d’un réalisme saisissant, et l’atmosphère des années 70 est bien présente. Les personnages sont crédibles et leurs expressions ne semblent pas surjouées. Le dessinateur s’appuiera également sur une colorisation soignée, qui joue dans le registre du sombre, ce qui est dangereux mais qui, en l’occurrence, participe à cette faculté d’entraîner le lecteur dans une ambiance particulière.

Brubaker et Epting reforment une équipe qui était déjà terriblement convaincante avec « Captain America ». Le fait que « Velvet » ne soit pas une héroïne déjà connue confère un charme supplémentaire à cette série.

Finalement, on pourrait toutefois trouver un reproche : l’histoire est complexe, les personnages nombreux, et un petit résumé en début d’ouvrage aurait permis de se remettre les idées en place avant de commencer à s’engager dans ce tome. En l’absence d’un tel résumé, je recommande tout de même de relire les deux premiers ouvrages avant de se lancer dans cette conclusion, qui n’en sera que davantage appréciée. C’est peut-être un petit peu fastidieux, mais le jeu en vaut la chandelle.


Chronique rédigée par gdev le 14/11/2017
 
 
Statistiques posteur :
  • 2919 (76,37 %)
  • 261 (6,83 %)
  • 642 (16,80 %)
  • Total : 3822 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 16,10 16,10 16,10
Acheter d'occasion : 8,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Juin 2017