46 533 Avis BD |20 176 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 22 : La dame noire
 

Vasco, tome 22 : La dame noire

 
 

Résumé

Vasco, tome 22 : La dame noireAfin d'acceder au résumé de Vasco, tome 22 : La dame noire, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Vasco, tome 22 : La dame noireLa nouvelle coloristion informatique m'a agréablement surprise : les couleurs sont à couper le souffle, les décors foisonnent et sont formidables : je pense par exemple aux vues d'Avignon, à la campagne provencale, à l'Alhambra, à la cathédrale de Burgos où à la superbe ville de Todèle. Le nouveau dessinateur (après deux planches) rattrape le niveau de l'ancien dessinateur (Chaillet) dont le niveau avait baissé suite à une maladie aux mains).

Toutefois, le scénario est trop bon, il pêche par son côté élliptique (j'ai du relire la bd une deuxième fois pour tout saisir). D'un autre côté, de vieux personnages (ex : Sophie) réapparaissent et c'est tant mieux.

Chaillet nous propose un cours d'histoire : il montre la cruauté des mercenaires et l'histoire est menée non pas par les grands hommes mais par un banquier, un certain Tomelei. Bref,une oeuvre à recommander à tout le monde.


Chronique rédigée par s021406 le 01/06/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 7 (100,00 %)
  • Total : 7 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,83 11,83 11,83
Acheter d'occasion : 3,94
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Décembre 2007

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Vasco, tome 22 : La dame noire, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 6 2008
   

Un « nouveau » Vasco. Hé oui : Gilles Chaillet ne s’occupe plus que du scénario. C’est maintenant Toublanc qui s’occupe de la partie graphique.
« Aie »… ai-je pensé. Car « reprendre » Vasco n’est quand même pas à la portée de n’importe qui ; Chaillet lui ayant insufflé un style précis bien personnel.

L’album. Tiens, une petite « surprise » sur la couverture. Un point au milieu du « O » de Vasco. Pour se démarquer des albums antérieurs ?…
Ouverture et lecture. Surprise : c’est pas mal. Pas mal du tout même !… Bien que Toublanc travaille dans un style créé par Chaillet et proche de ce dernier, ce dessinateur y met quand même sa « patte ». Néanmoins, certains choses m’ont intrigué : aucun problème lorsque Toublanc dessine villes, villages, cités, armes, costumes, décors et arrière-plans. C’est vraiment tout bon !… Par contre, il me semble moins à l’aise lorsqu’il s’occupe des personnages et/ou animaux. Certains corps ne sont pas harmonieux, des têtes sont plus grosses, des membres trop courts. C’est vrai, ça me fait penser à une sorte d’imagerie médiévale comme on pouvait les trouver dans ces fabuleuses planches des « Grandes Heures du Duc de Berry », mais j’ai ressenti comme une sorte de cassure graphique entre ce qui est « vivant » et ce qui ne l’est pas.

N’empêche : certaines planches valent vraiment le détour (les doubles pages 28 et 29 qu montrent le départ des compagnies, idem les 44 et 45 avec l’arrivée à Tolède), et tout ceci augure d’une suite graphique qui –j’en suis certain- s’affinera rapidement.
En parlant de suite, d’ailleurs, j’ai noté que cette histoire se fera en deux tomes ; chose inhabituelle pour un Vasco.

Alors, qu’en dire ?… Une vraie bonne surprise. Un scénario costaud, basé sur des faits authentiques, qui mêle avec bonheur l’Histoire et l’imaginaire d’une scénariste, se déploie sous forme de « tiroirs » où de nombreux personnages importants vont se rencontrer, s’unir, s’allier, se haïr, se combattre… D’autre part un graphisme réaliste pointilleux, net, lisible, créatif, et qui ne demande qu’à se peaufiner.

A retenir aussi : la belle gamme de couleurs due à Isabelle Drouaillet (exit Defachelle ?..), inconnue pour moi mais qui montre ici un vrai talent de coloriste. Et il y en a peu. Une première et très bonne association. J’attends la suite !..
J’oubliais : le tome précédent se passait en 1371, sept ans après cette histoire. Mais on s’en moque, non ?…