46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 3 : La Byzantine
 

Vasco, tome 3 : La Byzantine

 
 

Résumé

Vasco, tome 3 : La ByzantineAfin d'acceder au résumé de Vasco, tome 3 : La Byzantine, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Vasco, tome 3 : La ByzantineEncore une fois, c'est du tout bon !

Sur un scénario "en béton", Chaillet nous entraîne, petit à petit, dans les méandres de la haute finance du milieu du 14ème siècle.
De secrets d'alcôves en réunions secrètes, d'alliances en trahisons, de complots en amitiés, il nous brosse le portrait de ces sociétés secrètes qu'étaient les comptoirs de banques.

Son style graphique s'est encore affiné. Bien qu'on "sent" toujours qu'il a travaillé sur les "Alix", ses personnages ont plus d'expressions, d'envolées gestuelles. Cet album, comme les autres, est basé sur la réalité et faits historiques. Par son dessin, Chaillet explore les architectures, les costumes, les armes, les comportements de cette époque. On en redemande.

C'est tout bon !


Chronique rédigée par LYmagier le 24/10/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 8,98 8,98 8,98
Acheter d'occasion : 8,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Aout 1984

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Vasco, tome 3 : La Byzantine, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 11 2013
   

Le décor change encore dès le début de cet album puisque le héros est à Rhodes. Ensuite, le récit va devenir presque une sorte de promenade touristique de Constantinople où Chaillet déploie son soin particulier du décor exceptionnel en livrant les fastes de l'ancienne Byzance. Il se révèle vraiment doué ici dans les compositions architecturales qu'il réussit mieux que ses personnages qui ont toujours cette pose hiératique héritée du style de Jacques Martin. Les gestes empruntés ou figés des personnages peuvent faire sourire, mais ça fait partie du charme de cette bande.

Ce qui est innovant dans cet épisode, c'est le premier nu de Chaillet avec son personnage de la sublime Sophie ; c'est un nu encore très discret et pas gratuit, qui annonce chez certains auteurs des excès pas toujours très heureux, mais ici, ça passe très bien. La narration progresse bien, le souci historique est respecté, le dessin est d'une précision métronomique, on est bien dans une grande et belle Bd classique.