45 112 Avis BD |19 442 Albums BD | 7 703 séries BD
Accueil
Tome 7 : Sur les Terres truquées
 

Valérian, tome 7 : Sur les Terres truquées

 
 

Résumé

Valérian, tome 7 : Sur les Terres truquéesAfin d'acceder au résumé de Valérian, tome 7 : Sur les Terres truquées, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Valérian, tome 7 : Sur les Terres truquéesUn album étonnant par son scénario qui pour une fois vous tient en haleine pendant au moins la moitié du tome pour commencer à comprendre ce qui se passe. Comme le précise le résume de quatrième de couverture, Valérian va mourrir cinq ou six fois dans cet aventure, et cette surprenante entrée en matière donne vraiment envie de connaître la chute.

Graphiquement superbe, le style de Mézière est trouvé et ne changera plus beaucoup, mais très peu de lecteurs s'en plaindront. Le scénario lui donne encore loisir d'exprimer son talent dans divers exercices de style, car le décor change régulièrement, et il ne s'en prive pas.

Pour le scénario, on assiste à une modification des rapports entre Valérian et Laureline. Cette dernière restait jusque là cantonnée dans le rôle de quantité secondaire qui montre au dernier moment qu'elle n'est pas si gourde. Mais ici, elle est le cerveau de l'équipe, Valérian assumant le rôle des muscles.

Le scénario de l'album lui-même est peut-être décevant vers la fin : on s'attendait sans doute à un grand méchant, ou a une catastrophe, et on n'a rien de tout ça (ne comptez pas sur moi pour vous raconter la fin, achetez l'album). On peut quand même dire que c'est bâclé.

En bref, un très très bon album, celui qui, à l'époque, m'a vraiment donné envie de lire et d'acheter toute la série que je compte bien chroniquer jusqu'à la fin. L'album idéal pour découvrir Valérian.


Chronique rédigée par Mike2a le 25/03/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 448 (93,33 %)
  • 26 (5,42 %)
  • 6 (1,25 %)
  • Total : 480 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Acheter d'occasion : 13,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.38
Dépôt légal : Janvier 1977

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Valérian, tome 7 : Sur les Terres truquées, lui attribuant une note moyenne de 3,38/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 10 2017
   

Voilà un album assez particulier et original. La couverture est très belle. Le sujet ne nous est pas clairement exposé dès le début comme c'était l'habitude. Pendant de nombreuses pages on ne comprend pas ce qui se passe, on essaie de deviner, choqué par les morts successives de Valérian et admiratifs devant les différentes époques traversées. J'ai particulièrement aimé l'époque d'ouverture, l'armée anglaise colonisant les Indes est un sujet rarement traité et pour moi, ça représente un des summum de l'exotisme et de l'aventure.
Mézières est encore (et toujours ) excellent dans ses dessins et mises en page.
C'est encore un album (cf "L'ambassadeur des ombres") ou Laureline gère tout et Valérian est largué. Quoi que, sur ce coup il y a un 3ème équipier sur la mission, fait exceptionnel, la très sexy Jadna, supérieur hiérarchique de nos héros, qui dirige les opérations (jusqu'à ce que Laureline reprenne les choses en main) et qui a le don d'exaspérer cette dernière.
Quant à Valérian, il ne fait office que "d'outil" sur cette mission. Reproduis à foison pour être utilisé et jeté comme un kleenex autant de fois que nécessaire. L'idée est amusante et effrayante à la fois, surtout quand un double crois être l'original puis réalise ce qui l'attend. Ou encore, quand le vrai Valérian se trouve mêlé aux centaines de faux en pleine bataille de la Marne. Il pourrait mourir pour de bon. Et si non, comment le differencier puisqu'ils croient tous être l'original ?
Il n'y a pas de réel péril ou ennemi dans cet album. C'est l'originalité de la situation et de l'intrigue qui fait son intérêt. Là contemplation des différents tableaux historiques traversés aussi. Mais malgré ça c'est plus violent que d'habitude, beaucoup de morts et Valérian qui tue plusieurs fois à l'arme blanche.
Ce que j'aime aussi dans la série c'est que les auteurs montrent de plus en plus les faiblesses des héros, leurs doutes, leurs defauts. Ce ne sont pas des héros invincibles et parfaits, s'ils réussissent c'est à force de courage, de détermination, de persévérance. Ça les rend tellement humains et attachants.
À noter le clin d'oeil à Blake et Mortimer dans un salon de la page 14.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
27 2 2014
   

Je me souviens que quand j'avais lu cet album à sa sortie, ça m'avait bien plu, parce que l'histoire se baladait entre différentes époques du passé, préfigurant étrangement le diptyque légendaire "Métro Châtelet.. / Brooklyn Station..." qui allait lui aussi explorer notre bonne vieille Terre.
D'emblée, on est plongé en pleine guerre ancienne aux Indes, puis on y voit Valérian se fait tuer, et renaitre dans différentes époques comme à San Francisco en 1895, en France à la belle Epoque, dans les tranchées de 14-18... Ce scénario est assez original et on se demande pendant un bon moment ce qui se passe vraiment, jusqu'à la scène où les 2 femmes arrivent dans l'immense salle contenant les Valérian de rechange destinés à traverser les époques. Bon, faut avouer que Christin ne s'est peut-être pas autant creusé la tête que dans d'autres albums, mais ça reste plaisant.

Celui qui tire son épingle du jeu dans cet album , c'est Mézières qui atteint ici un sommet graphique ; sa mise en page composée de grandes cases en hauteur, de cases plus aérées contenant des gros plans, sa pleine page 30, et surtout la page d'ouverture sont magnifiques. Cette scène d'ouverture avec son vaste plan d'ensemble étalé sur 3 cases verticales, associé à 3 plans progressifs, est une vraie technique cinématographique, car elle donne l'illusion de la progression naturelle de la troupe de cavaliers. D'autre part, il donne à Laureline une féminité et une autorité qui en disent long sur son caractère qui s'affirme définitivement, surtout qu'ici, elle dirige carrément les opérations, Valérian étant une sorte de pion. Mais elle aime son Valérian, et il est logique qu'elle ait gardé une petite touche de romantisme comme le prouve la dernière image inspirée d'un célèbre tableau de Renoir (les Canotiers, je crois).

Bref, un bon album, original dans son style.

2 1 2013
   

Je serai beaucoup plus mesuré que mon prédécesseur. Cet album m'a avant tout déçu. Là où les histoires étaient efficacement lancées, voilà que cette fois-ci, il faut attendre les deux tiers de l'album pour commencer à comprendre quelque chose. Et pendant ces deux tiers, on a le temps de s'ennuyer, on a le temps de se lasser de ce discours un peu fou qui ne nous mène nulle part. La fin de l'ouvrage, qui explique les motivations de celui qui est derrière toute cette folie, et qui explique enfin la présence de cette femme aux côtés de Laureline, est certes assez finement imaginée, mais elle arrive bien trop tard dans cet album, un peu comme si le scénariste avait eu une bonne idée, mais avait comblé le début avec des répétitions incompréhensibles autour d'un programme qui doit se relancer... Ce scénario m'a fatigué, et je n'ai pas bien compris ce que faisait Valérian là-dedans.

Cet album confirme que lorsque le scénariste met en scène ses agents spatio-temporels, il a intérêt à favoriser le "spatio" au "temporel", les voyages dans le temps ne convenant finalement pas à cette série. Ici, le scénario n'a ni queue ni tête, et la pirouette de fin d'ouvrage, bien tentée, ne permettra pas à Valérian et Laureline de retomber sur leurs pieds.