45 073 Avis BD |19 425 Albums BD | 7 702 séries BD
Accueil
Tome 12 : Les foudres d'hypsis
 

Valérian, tome 12 : Les foudres d'hypsis

 
 

Résumé

Valérian, tome 12 : Les foudres d'hypsisAfin d'acceder au résumé de Valérian, tome 12 : Les foudres d'hypsis, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Valérian, tome 12 : Les foudres d'hypsisCet album de Valérian fourmille de très bonnes choses, et aussi de moins bonnes. Le handicap vient peut-être de l'entrée en matière du tome précédent qui était décevante. A l'inverse, le scénario devient ici de plus en plus passionant au fil des pages, car la tension ne cesse de monter. La chute peut néanmoins laisser réveur, et j'aurais du mal à en parler sans la dévoiler. Pour ma part elle m'a laissé un peu sur ma fin, mais je suis que les avis sont partagés. Très partagés, même.

Le scénario est quand même très original, et la chute est assez inatendue. Les explications finales du pourquoi du comment de tout ce cirque sont peut-être un peu complexes, mais c'est de l'espace temps, et il n'est pas toujours facile de jongler avec les paradoxes. Le scénario procure aussi quelques réponses laissées en suspens dans "Métro Chatelet", ce qui fait bien plaisir au lecteur fana de la série.

Au niveau dessin, c'est tout aussi bon que l'album précédent : couleurs, détails, soin du graphisme, la série Valérian atteint de ce point de vue des sommets dans cet album. La course poursuite entre les vaisseaux dans l'espavce temps nous offre des cadrages de cinéma très réussies, des effets de blanc, d'images superposées, c'est franchement super. Mais curieusement ce dessin me semble un peu baclé vers la fin, certains visages de la derniere page ne sont même pas complètement déssinés. Acte volontaire ?

En tout cas une superbe conclusion d'une histoire qui dure depuis quatre album, quelques allusions à des aventures de Valérian encore plus anciennes qui donnent une nouvelle cohérence à la série, on peut dire que c'est un album indispensable.


Chronique rédigée par Mike2a le 14/06/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 448 (93,33 %)
  • 26 (5,42 %)
  • 6 (1,25 %)
  • Total : 480 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Acheter d'occasion : 10,74
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67
Dépôt légal : Octobre 1985

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Valérian, tome 12 : Les foudres d'hypsis, lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 10 2017
   

Suite des "Spectres d'Inverloch", on prend plaisir à retrouver cette ambiance écossaise, à mener cette traque au voilier fantôme, à retrouver des personnages comme les impayables Shingouz (impayables, façon de parler ????) ou M. Albert. On admire le dessin de Mézières qui utilise des techniques novatrices (à l'époque) pour donner d'admirables scènes spatiales (p.30 à 37 par exemple), et on a enfin le fin mot de cette histoire...Et là c'est certes surprenant et original mais c'est plutôt confus. On a du mal à comprendre les motivations de chacun, leurs explications ne sont pas toujours très claires, et au final on ne comprend pas vraiment ce qu'il advient de Galaxity. (ATTENTION JE SPOILE) on ne sait pas clairement en quoi consistent les négociations page 47, donc moi j'avais compris que "tout est bien qui finit bien" . Mais on verra au tome suivant qu'il n'en est rien !
Après, en faisant un gros efffort de reflexion à la relecture ça peut tenir la route : (SPOILAGE) EN fait il semble (p.46) que dieu le père a DÉJÀ rayé Galaxity du futur. Il s'apprête juste à en remettre une couche en déclenchant l'enfer nucléaire. Hors, c'est ce cataclysme qui a entraîné la naissance de Galaxity, Galaxity que la Trinité veut effacer de l'histoire... Le serpent se mord la queue.
Donc en lisant attentivement, puisque la Trinité renonce à l'enfer nucléaire, la logique veut que Galaxity ne voie jamais le jour. C'est sûrement ce qui esr arrivé. Je reproche donc juste à cet album de ne pas nous faire comprendre ça plus clairement.
On est loin du style des premières aventures mais ça reste vraiment plaisant. L'association des deux auteurs crée un style qui met leurs lecteurs sous une espèce de charme.
Encore deux trois choses :
Frappant de voir l'image de la sainte trinité que nous donne Christin, un mafioso, un hippie fumeur de joints et une machine à sous déglinguée. Dans la droite ligne de sa vision de l'univers dans cette série où il désacralise toute forme de pouvoir, divin ou autre.
Et, petite réflection perso, le diptyque précédent se deroulait début des années 80 et celui-ci aussi. Ca aurait été sympa que ça se déroule 40 ans plus tôt par exemple. Et qu'ainsi nos héros travaillent à nouveau avec M.Albert, mais un M.ALBERT tout jeune, qui débute dans sa collaboration avec Galaxity. Oui ça aurait ete sympa ça...

10 1 2013
   

J'ai trouvé cette fin de diptyque particulièrement compliquée à suive mais l'humour et l'idée qui se profilent en fin d'ouvrage me conduisent à mettre une note supérieure à celle du tome 11. Et pourtant, je n'étais pas parti pour : la mission de Valérian, même si elle est expliquée, manque de clarté et on ne comprend pas bien ce concept d'une étoile qui change de direction sous la forme d'un trois-mâts. Ou j'étais mal luné ou c'est particulièrement mal foutu, toujours est-il que pendant une bonne moitié de l'ouvrage, je me suis ennuyé, seul l'humour des shingouz me semblant digne d'intérêt. Tout ce temps passé sur le bateau est l'occasion de faire quelques bons mots, mais au niveau de l'histoire, on ne sait pas vraiement vers quoi on avance. En revanche, la fin d'album est d'une très grande imagination et, sans vouloir en dévoiler trop, revisite une certaine théologie avec un brin de folie, que j'apprécie. Dans un style très différent, mais toujours en science fiction, on retrouve un peu cette idée du tome 4 du "vagabond des limbes". Je mets clairement un bonus pour cette présentation finale, mais l'histoire en elle-même me laisse un souvenir de confusion, tant sur l'intrigue que sur l'utilité du rôle de chacun, et il faut s'accrocher pour vraiment rester intéressé par les pitreries des uns et des autres.