45 122 Avis BD |19 449 Albums BD | 7 704 séries BD
Accueil
Tome 17 : L'orphelin des astres
 

Valérian, tome 17 : L'orphelin des astres

 
 

Résumé

Valérian, tome 17 : L'orphelin des astresAfin d'acceder au résumé de Valérian, tome 17 : L'orphelin des astres, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Valérian, tome 17 : L'orphelin des astresAutant le dire, cette aventure est largement en dessous de la moyenne. Pour le moins, il est très déconseillé de lire cet album sans avoir une bonne connaissance de la série, car sinon le moindre clin d'oeil est inexpliquable, et le scénario lui-même n'arrive pas à remonter le niveau de l'ensemble.

Certes, le graphisme de Mézières s'est encore affiné, mais ce n'est perceptible que par rapport aux premiers tomes. On pourrait presque penser que les auteurs ne se sont pas foulés, sur la simple continuité de l'épisode précédent. Alors, victimes de leur succès, les auteurs ont-ils eu du mal à terminer ce dyptique ? Sans doute, peut-être, pas forcément, chaque lecteur se fera une opinion.

Il n'en reste pas moins que le scénario n'introduit pas de réelle nouveauté, et se contente de resservir quelques uhns des satelittes de l'univers Valérian : quatuor Mortis, Kalifon, bien sûr puisqu'ils viennent de l'épisode précédent, mais également le transmuteur grognon, et autres facilités scénaristiques.

Parce que c'est bien de celà qu'il s'agit : si Valérian et Laureline peuvent reproduire les valeurs marchandes à volonté, pourquoi ont-ils des problèmes d'argent S'ils peuvent remonter le temps, pourquoi ne retournent-ils pas au temps où la terre existait ? S'ils peuvent naviguer dans le sub-espace, pourquoi sont-ils coincés sur une petite planète ? Le prétexte est à chaque fois très mince, et nous fait tordre le nez.

Valérian est une série qui reste mythique, mais dès que le scénario faiblit, ses propres imperfections sont flagrantes. Voilà sans doute pourquoi son cercle d'admirateur est quand même restreint .....


Chronique rédigée par Mike2a le 24/08/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Mike2aReflet de l'avatar de Mike2a
Statistiques posteur :
  • 448 (93,33 %)
  • 26 (5,42 %)
  • 6 (1,25 %)
  • Total : 480 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Acheter d'occasion : 16,77
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.50
Dépôt légal : Aout 1998

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Valérian, tome 17 : L'orphelin des astres, lui attribuant une note moyenne de 2,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

1 12 2017
   

Et oui ! Fallait y penser avant ! C'est bien beau d'avoir enlevé un enfant à son richissime père. Mais on en fait quoi maintenant ? Et voilà nos deux héros cherchant à placer leur "Abdallah" de l'espace dans une institution, tout en fuyant les chasseurs de prime du quatuor mortis qui cette fois, bossent pour le père du marmot qui bien sûr, veut retrouver son fils.
Ça nous donne donc une aventure course poursuite assez mouvementée, à la manière de la précédente. Toujours un très beau travail graphique de Mézières, en 50 planches cette fois.
Mais encore une fois, je ne ressent plus la magie de la quinzaine de premiers albums. Je ne sais pas trop pourquoi. Trop de personnages secondaires devenus récurrents ajoutés aux nouveaux de l'album, et qui du coup, se volent la vedette... un décor en plein espace qui ressemble trop à "notre" Hollywood et où l'on peut se passer de scaphandre pour passer d'un astéroïde à l'autre ou circuler en vaisseau décapotable... Une correspondance trop marquée avec notre terre dans les rôles, noms et apparences (Les maîtres du carburant sont forcément arabisants, calife, turban, harem, etc...)... Et peut-être aussi le fait que nos héros s'arrogent le droit d'enlever un enfant à son père quand même ! Et décider de le placer quelque part pour le lui cacher ! Il n'était pourtant pas maltraité. Ça, ça me dérange un peu. Certes ça nous permet de voir notre couple dans la peau de parents le temps d'une aventure mais pour moi ils sont plutôt dans le rôle des méchants et le calife dans son bon droit. Il y a donc quelquechose qui cloche.
Mais bon,voilà ils avaient un gosse sur les bras, ils s'en sont débarrassé... maintenant ils vont peut-être pouvoir s'atteler à la grande question : qu'est devenue Galaxity et la terre et comment y retourner. ..

8 2 2013
   

Ce nouvel album est décevant : je cherche encore la subtilité du scénario qui se résume à mettre le jeune califon à l'abri et le planquer dans une école privée. C'est d'une grande pauvreté, d'autant que le quatuor mortis apparaît au petit bonheur la chance pour relancer un semblant de suspense, apparaissant toujours derrière nos héros. Pour le reste, on reprend les ingrédients humoristiques de l'album précédent et on les remanie, en utilisant en outre les avancées technologiques de l'époque, permettant de faire tout et n'importe quoi. Le n'importe quoi l'emporte d'ailleurs et certains passages restent peu cohérents et peu compréhensibles, comme ce jeu auquel se soumet Valérian, comme cette carrière d'actrice qu'endosse Laureline, qui n'ont ni queue ni tête et à chaque fois se soldent par l'utilisation du petit outil qui permet des voyages dans le temps, rajoutant du paradoxe temporel au paradoxe temporel de la série elle-même. L'humour est moins efficace car sent le réchauffé, on se demande où est la trame de fonds, et finalement, on s'ennuie. Seuls les dessins semblent marquer une avancée, en gagnant en précision et en clarté et en nous proposant des bouilles sympathiques à toutes les personnes rencontrées dans cette aventure.

Krypton :Une BD décevante... Note de l'album : 2,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
26 4 2011
   

« L’Orphelin des Astres » est un bon niveau en dessous du précédent autant au plan du dessin (plutot moyen et plan plan) que de l’histoire plutôt fatigante avec ce califon ici plus qu’énervant et bien moins sympathique. L’histoire d’amener le califon dans une école correcte pour lui où il ne craindrait rien, en vérité c'est loin d'être l'histoire la plus passionnante des Valérian, surtout sur un tome.
Si encore le dessin avait été particulièrement enthousiasmant mais ce n’est pas le cas pour ce tome ci.

18 4 2009
   

Des Valérian que j'ai lu jusqu'alors, c'est celui qui m'a le moins enthousiasmé.
Certes, il reste une aventure rythmée, une poursuite intersidérale, mais le récit se résume presque seulement à cette course en avant.
Je trouve que le schéma est répétitif, poursuite, on sort le Transmuteur et "on casque".
Les suiveurs du Quatuor Mortis demeurent aussi excessivement basiques, et peu tacticiens, se retrouvant plus souvent aux basques de nos héros par le choix des scénaristes que par la qualité de leur filature.

Alors c'est vrai que Mézières ne recule pas devant les décors fabuleux (les entrepôts, les îlots pour riches, le show biz galactique, l'espace) mais il a beau multiplier ses efforts (encore un coup du Transmuteur ?) il n'est pas aidé par un scénario faible.
La bonne idée, là encore trop utilisée, reprise, est l'usage de régulateurs qui apporte le seul véritable piment à cette histoire-qui, jusqu'après le premier usage de ces petits gadgets se présentait très bien.

Je n'ai apprécié que modérément de devoir supporter en plus les caprices du califon (pas originaux pour un sou), et il me semble que les personnages proposées en rencontres fortuites sont parfaitement oubliables.

Bref, la déception pointe, et j'ai hâte d'enclencher une autre lecture.
Valérian, Laureline, emmenez moi ailleurs ! Sortez moi de ce livre. Un coup de régulateur ?