45 019 Avis BD |19 404 Albums BD | 7 698 séries BD
Accueil
Tome 6 : L'Ambassadeur des ombres
 

Valérian, tome 6 : L'Ambassadeur des ombres

 
 

Résumé

Valérian, tome 6 : L'Ambassadeur des ombresAfin d'acceder au résumé de Valérian, tome 6 : L'Ambassadeur des ombres, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Encore un très bon album, sans toutefois faire partie du summum de la série. Christin innove en se débarassant rapidement de Valérian pour se concentrer sur le personnage de Laureline, qui gagne un peu ici ses lettres de noblesse. Elle n'est plus simplement le faire valoir de Valérian, mais bien une héroïne à part entière.

On trouvera aussi dans cet album les premières apparitions de thèmes récurents de la série : Point central, Les Shingouz, et le fameux Transmuteur Grognon de Bluxte. On commence aussi à faire connaissance avec la hierarchie de nos deux héros, et on comprends beaucoup mieux pourquoi ils agissent souvent en francs-tireurs.

Les dessins sont très expressifs, on reste quand même dans le cadre de la BD de style jeunesse, mais les caractères sont bien marqués et permettent de mieux s'integrer à l'histoire. La quête de Laureline permet à l'auteur de varier les décors, et il ne s'en prive pas, notamment pour la scène finale. Tout au long de l'histoire, les planches alternent les cases horizontales verticales, les gros plans, bref le scénario de Christin donne à Mézières l'occasion de nous montrer tout son talent.

Dans l'ensemble, une très bonne histoire qui vous procure un bon moment de détente. De pus, c'est un album indispensable de cette série.


Chronique rédigée par Mike2a le 25/03/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Mike2aReflet de l'avatar de Mike2a
Statistiques posteur :
  • 448 (93,33 %)
  • 26 (5,42 %)
  • 6 (1,25 %)
  • Total : 480 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Octobre 1975

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Valérian, tome 6 : L'Ambassadeur des ombres, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 10 2017
   

Je trouve que cet album marque une transition dans la série. Quelquechose dans la façon de mener le récit, le dessin, le rythme, la psychologie des personnages, je ne sais pas quoi ou un peu tout ça en même temps mais quelquechose a changé. Comme si la série était passé de l'adolescence à l'âge adulte. (Elle est même passée par l'enfance avec "Les mauvais rêves").
Un très bon album qui met en avant Laureline et confirme son caractère déterminé et héroïque. Elle deviendrait presque l'héroïne principale de la série et je trouve ça très sympathique. Car ça colle avec les relations des 2 héros et que je trouve très bien vu dans les relations homme/femme, Valérian qui a été absent la plupart du temps tire la couverture à lui à la fin, sincèrement persuadé d'avoir été primordial dans l'affaire. Et Laureline, qui a géré l'histoire comme un chef et pas dupe du tout encaisse en silence l'ingratitude de son héros chéri qui ne réalise pas, et n'imagine pas une seconde qu'elle ait pu faire quoi que ce soit d'utile dans cette histoire.
Christin met souvent gentiment en boîte la gente masculine dans ses histoires et défend son féminisme à travers la belle Laureline. En plus, et de la même manière, il se moque de l'espèce humaine dans cet album en la faisant virer comme une malpropre de point central.
Oui, c'est aussi ici qu'apparaît le génial point central, quasi planète artificielle qui réuni sans gros problèmes depuis des millénaires toutes les espèces intelligentes du cosmos et dont les humains, nouvellement arrivés et si pretentieux, arrivent à se faire bannir pour cent ans !
C'est aussi ici qu'apparaissent les "impayables" Shingouz, pour lesquels tout se vend et que Laureline, modèle de tolérance, prend quand même en amitié. Et le tout aussi impayable transmuteur grognon de Bluxte, chouchou de Laureline malgré son mauvais caractère.
Une bonne histoire qui met encore en avant le grand talent de Christin pour imaginer des êtres et des mondes hors du commun, et de Mézières pour les mettre en images. Beaucoup d'humour finement dosé, de discrètes critiques de nos propres travers. C'est humaniste mais ça ne tombe pas dans le gnangnan grâce à la petite remarque de Laureline sur les Ombres, qu'elle trouve " bien aimables mais un peu paternalistes non ?". Là où d'autres en auraient fait de parfaites victimes des immondes impérialistes/capitalistes/etc... Christin a la sagesse de mettre un bémol genre personne n'est parfait et tout le monde cherche d'une certaine façon à imposer ses vues aux autres.
C'est pour moi un des albums majeurs de la série.

20 12 2012
   

Ce sixième album de Valérian est divertissant et capitalise sur l'univers insufflé jusque là dans la série. Après plusieurs voyages sur des planètes différentes, voici que l'auteur nous invite en un seul et même lieu de la galaxie, Point Central, sur lequel se retrouve toutes les peuplades de l'univers. On nous propose ainsi une petite enquête, à la recherche de l'ambassadeur qui a été enlevé, et cette enquête nous conduira de peuplades en peuplades, aux moeurs et aux pouvoirs plus étranges les uns que les autres. C'est un peu une succession de mini histoires, proposant chacune un nouveau peuple renvoyant vers le suivant. Le rythme est ainsi judicieusement dosé, et l'ensemble, à défaut d'être original, se révèle assez plaisant. On remarquera toutefois que dans cet album, Valérian est totalement absent, et que c'est Laureline qui mène l'enquête. Ce choix est dangereux car nous éloigne du héros assez tôt dans cette série, trop pour que l'on ait eu le temps de s'attacher pleinement à Valérian. Mais dans l'ensemble, voilà une petite production linéaire, rythmée, avec un brin d'humour, avec un message plus profond dans les dernières pages, avec une diversité des peuplades qui permet au dessinateur de se faire plaisir : même s'il n'y a pas de quoi s'extasier pendant des heures, l'ensemble reste plaisant.