45 063 Avis BD |19 420 Albums BD | 7 701 séries BD
Accueil
Tome 10 : Brooklyn station terminus cosmos
 

Valérian, tome 10 : Brooklyn station terminus cosmos

 
 

Résumé

Valérian, tome 10 : Brooklyn station terminus cosmosAfin d'acceder au résumé de Valérian, tome 10 : Brooklyn station terminus cosmos, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Encore un excellent album de Valérian, mais quand même à un ou deux crans en dessous du précédent. D’abord parce que le précédent est sublime, et que les auteurs n'ont pas su recréer la même magie. Ensuite parce que la chute est à mon sens un peu baclée, et que certains points d'interrogation restent accrochés au porte-manteau.

Mais les dessins sont toujours magnifiques, et tout ce que Mézières nous a laissé entrevoir sur la plastique de Laureline y trouve confirmation, ce qui fera entrer notre héroïne aux panthéon des filles de rêve. Bon j'exagère peut-être, mais si peu ...

En fait, il n'y a pas de réelles nouveautés dans ce tome, toutes les bonnes surprises ont été consommées, et les auteurs nous les resservent avec le même enthousiasme. Alors ne boudons pas notre plaisir, c'est pas tous les jours, hein ?

L'histoire elle-même est très amusante et agréable à lire. Les deux seuls défauts sont l'intro, on ne voit pas bien pourquoi Valérian trompe Laureline, qu'est-ce que ça apporte à l'histoire ? Si c'est pour le rendre plus humain, on pouvait choisir autre chose. Si pour s'excuser d'habiller Laureline en call-girl, c'était pas la peine, on vous excuse. Et le deuxième défaut, à mon avis, c'est la chute, on ne comprends pas finalement quel était le rôle de Laureline dans tout ça. En tout cas, comment elle a mené son enquête, comment elle a retrouvé les deux affreux, c'est pas clair. Et puis bon, le coup du gros parrain de la Mafia Juif-new-yorkais qui arrange tout au dernier moment grâce à ses relations dont on ne sait rien mais vous-m'avez-compris (clin d’œil) c'est un peux facile non ?

Quand même un très bon album de cette série.


Chronique rédigée par Mike2a le 28/04/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 448 (93,33 %)
  • 26 (5,42 %)
  • 6 (1,25 %)
  • Total : 480 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter d'occasion : 63,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.88
Dépôt légal : Avril 1981

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Valérian, tome 10 : Brooklyn station terminus cosmos, lui attribuant une note moyenne de 3,88/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 10 2017
   

Second tome du 1er diptyque de la collection. Sa jolie couverture est finement choisie pour être homogène avec celle du tome précédent, par son titre comme par son décor. Les qualités sont les mêmes que pour "Métro Châtelet ...", bien que le sentiment d'immersion soit moins fort à Brooklyn qu'il ne l'avait été avec Paris. Mais les scènes de connections télépathiques entre les deux héros et leurs interférences sont toujours aussi bien illustrées. Et c'est ici que se trouve la scène la plus sexy qu'ai eût à jouer Laureline ! À mon avis.
Nos héros continuent donc d'enquêter à des années lumières l'un de l'autre et ce qui devait arriver arriva : Monsieur a fauté ! Pour le bien du service, certes, mais ça ne réconforte pas beaucoup notre belle héroïne.
J'adore leurs réactions à l'un et à l'autre et je paierais cher pour assister aux retrouvailles ! Pauvre Valérian hi hi hi ...
On a donc le fin mot de l'histoire et c'est plutôt étonnant de voir cette explication purement mercantile. Cela dit ça a le mérite d'être original et au passage on a une critique des travers de l'humanité comme souvent avec les scenars de Christin.
Et, comme c'est le cas depuis le tome précédent, plusieurs éléments apparaissent que l'on retrouvera dans les albums à venir, jusqu'au look des deux crapules en armures qui ressemble étrangement à celui du couple de "Sur les frontières".
Voilà donc un album qui termine de belle manière cette aventure en deux tomes. J'ai cependant légèrement préféré "Métro Châtelet ...". Peut être pour l'ambiance parisienne qui pour moi est une absolue réussite.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
29 12 2013
   

Arrivé au terme de ce second opus du diptyque, je n'ai pu m'empêcher de penser "tout ça pour ça ?" eh oui, ce scénario complexe nous amène à une conclusion un peu embrouillée à laquelle on est libre de ne pas souscrire. L'épisode qui reprend pile poil où le précédent s'est arrêté, se fait un peu plus policier. Le diptyque conserve quand même toute sa force et les 2 albums se valent à peu près.

Restent 2 point importants : par le biais de la science-fiction (même si ici on est sur Terre en 1980), Christin porte un regard ironique sur notre époque, l'épisode est traversé par des préoccupations politiques, sociales et humanistes.
L'autre point important, mais ça on s'en était déjà aperçu avant, c'est la psychologie intéressante que donnent les auteurs à la séduisante Laureline, en contraste avec les faiblesses de Valérian, alors qu'elle n'a pas un rôle de premier plan dans cet épisode ; Mézières ayant amélioré son graphisme, lui donne ici une silhouette extrêmement sexy dont on ne va pas se plaindre. Laureline qui était encore attachante, devient ici carrément envoûtante, révélant une féminité refoulée, et prenant la vedette de cette fin d'album.

9 1 2013
   

Voici donc la fin de l'histoire démarrée dans le très bon tome 9. On retrouve dans cet album toutes les qualités du tome précédent, au premier rang desquelles les rôles respectifs de Valérian et de Laureline, ainsi que cette ambiance mystérieuses qui veut que des événements venus d'ailleurs se jouent sur la terre dans les années 80, le but étant que ces événements ne soient pas décelables par le vulgus de cette époque. On retrouve également le très bon Albert, personnage décalé et plein de ressources, ainsi que cette ambiance très surnaturelle, servie par une mise en page de qualité et des couleurs parfaitements choisies (mêm si elles ont un peu vieilli). L'humour et le décalage prennent toujours une grande part dans ce récit, et j'ai particulièrement apprécié les escadrilles d'experts engagées pour étudier les phénomènes surnaturels.

En revanche, je serai plus modéré sur le fin mot de tout cela parce qu'il faut bien le dire, tout n'est pas très clair dans cette conclusion, à commencer par l'explication de la présence des affreuses bébêtes sur la Terre... Tout cela n'est pas très convaincant, comme le Shlomo qui nous est présenté et qui est un brin caricatural. Mais ce second opus aura eu l'immense avantage de faire perdurer cette ambiance si particulière du premier album du diptyque et, si la fin de l'histoire peut se révéler décevante, et parfois peu compréhensible, les personnages de Valérian et de Laureline auront gagné en charisme, et l'univers en cohérence.