45 019 Avis BD |19 404 Albums BD | 7 698 séries BD
Accueil
Tome 4 : Bienvenu sur alflolol
 

Valérian, tome 4 : Bienvenu sur alflolol

 
 

Résumé

Valérian, tome 4 : Bienvenu sur alflololAfin d'acceder au résumé de Valérian, tome 4 : Bienvenu sur alflolol, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Valérian, tome 4 : Bienvenu sur alflololNombreux sont ceux qui ont rêvé avec Valérian et Laureline...Bd culte des années 70.

Mézières à un trait qui collait pour l'époque : ce qu'on retrouvait dans le journal de Tintin ! Assez expressif et caricatural, au premier abord, ça à l'air grossier, mais je trouve que cette simplicité n'enlève rien à la fraicheur des personnages. Les couleurs sont assez basiques et relativement rudimentaires.

Le scénario est assez original : Christin savait faire passez des messages de tolérence et une philosophie que j'aime beaucoup. Laureline est un peu rebelle avec un sacré tempérament, et Valérian cherche à se dépatouiller des situations critiques dans lesquelles il s'embourbe.

Un petit chef d'oeuvre à mon sens, et ça n'a pas pris une ride... A vos porte-monnaies, prêt... achetez !


Chronique rédigée par Bomba le 20/04/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 136 (94,44 %)
  • 2 (1,39 %)
  • 6 (4,17 %)
  • Total : 144 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Juillet 1972

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Valérian, tome 4 : Bienvenu sur alflolol, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 9 2017
   

Cet album confirme le grand talent des auteurs pour imaginer des mondes, des formes de vie, des sociétés, des maladies même, hors du commun. Pour les imaginer et aussi pour les mettre en images. Et là Mézières se révèle comme un grand illustrateur et metteur en scène. Avec son coup de crayon qui paraît désinvolte, peu travaillé, il réalise de superbes cases et mises en page. Recherchées et réussies.
Et on est toujours dans un esprit écolo un brin soixantehuitard avec des espèces extraterrestres qui fonctionnent qu'au naturel, quasi aucune technologie mécanique et ils font l'équivalent de notre société technologique.
Cela dit, au sujet de l'histoire en elle-même, ce n'est pas mon préféré. Le sujet (sujet de société plutôt grave et sérieux) est traité sur le ton de la comédie. Et on est dans un monde idéal et utopique où une méga puissance comme Galaxity peut mettre en péril tout son fondement et ses sources essentielles d'énergie et autres, juste par respect de de ses règles envers les autres peuples, même sils ne sont qu'une poignée. C'est beau, mais complètement improbable.
Après, l'album renforce les caractères de nos héros : Valérian souvent dépassé par les événements, le doigt sur la couture du pantalon, qui fait ce qu'il peut pour concilier son devoir, ses sentiments et ses rapports avec Laureline qui elle, n'abordera jamais les problèmes comme il les aborde. Donc : conflits, bouderies. ..
C'est sympa ce rapport entre les 2, où elle le manie à sa guise, le dénigre gentiment, et lui, il marche, se démenant entre son devoir et son envie de satisfaire sa compagne.
Après je trouve exagérée l'nconséquence du comportement de Laureline. Surtout que dans l'album précédent c'était le contraire, Valérian prenait les choses à la légère et elle le rappelait à l'ordre.
C'est en tout cas ici qu'elle commence à s'amuser à rendre Valérian jaloux en prenant un animal à témoin de ses défauts, animal qu'elle prend en adoration et qu'elle couvre de bisous. Ce sera bientôt souvent le cas avec le "machin" grognon.
Pour résumer, un album trop léger même si j'admire le travail de Mézières et j'apprécie l'évolution des caractères.

20 9 2012
   

Cette série affirme une nouvelle fois le ton humaniste qui a été initié dans le tome précédent. Cela amène une certaine valeur ajoutée à une histoire de science fiction, qui malhuereusement, se concentre plus sur les voyage spatiaux que temporels. En effet, depuis le premier tome, on pouvait s'attendre à ce que Valérian et Laureline partent dans ce laps de 4 siècles qui ne sont pas explorés. Au lieu de cela, on reste sur des voyages spatiaux, retrouvant un peu cette trame classique d'un couple qui va de planète en planète, à la découverte des spécificités locales et qui en profitent pour résoudre leur problème du moment. Dans ce contexte, ce tome tire son épingle du jeu de façon plutôt honorable et les extraterrestres sympathiques y sont certainement pour beaucoup. J'aime assez cette idée selon laquelle les humains se sentent agressés par ce peuple plutôt tranquille et lui font faire tout un tas de choses pour se protéger d'une menace qui n'existe pas. Le sérieux des humains, qui ne pensent qu'à leur productivité et à leur confort, est confronté à ce peuple tranquille, qui ne cherche finalement qu'à s'amuser et par ce scénario, on sent poindre une petite dose de dénonciation bienvenue car justement homéopathique. L'ensemble se révèle agréable à la lecture, et dans ce contexte, seule Laureline semble de moins en moins mature : celle qui apparraissait comme la coéquipière de Valérian devient dans ce tome une gamine un peu bornée, ce qui me gêne un peu. Quant au style graphique, on a l'impression que lui, est déjà arrivé à maturité, et les bestioles inventées n'ont rien à envier aux maîtres supposés de l'héroic Fantasy.

Une album assez agréable, qui parvient petit à petit à imposer une série à la tonalité humaniste bienvenue.

21 6 2009
   

C'est de la BD de SF sympathique.
De grandes idées (le colonialisme, la cohabitation de mondes) sont abordées dans ce tome.
Je l'ai trouvé très agréable au début puis assez longuet ensuite, avec des poncifs et des évolutions à la fois prévisibles et peu porteuses.
Dommage car avec les afloliens et leurs différences, il y avait de quoi faire.
La relation entre Valérian et Laureline est aussi assez classique, et la fin bien peu plausible.

Le dessin est agréable, mais sera meilleur ensuite.
Bref, je trouve que ce tome est agréable, mais que son thème aurait pu être exploité plous grandement.
C'est donc à un simple épisode des aventures de Valérian que l'on est convié ici, pas à une production exceptionnelle.

3 1 2009
   

Bon Valérian, mais loin d'être un des meilleurs. L'opposition des froids technocrates aux gentils autochtones baba cools, style années 70, a mal vieilli. On regrette aussi que les auteurs commencent à transformer Laureline en petite moralisatrice donneuse de leçon. (L'éternel fantasme masculin de la femme plus naturelle et plus pure - d'accord, d'accord, on a compris.). Mais ne boudons pas notre plaisir. Le récit reste d'une belle cohérence, avec juste ce qu'il faut de fantaisie.

16 3 2006
   

Dans ce quatrième tome des aventures de Valérian (et Laureline), voici enfin un scénario intelligent, ou disons qui tient la route. Du moins est-ce mon opinion, je trouve que dans les deux albums précédents on avait eu droit à des poncifs éculés, des thèmes stéréotypés mille fois rabachés, bref, du réchauffé, et en plus mal traité par rapport au potentiel de la série. Heuresement, il n'en est rien dans cet épisode.

Valérian est confronté ici au thème écologique de l'ingérance d'un peuple supérieur dans les affaires d'un autre dit sous développé. Faut-il intervenir, faut-il observer sans réagir, faut-il forcer la main aux autochtones, faut-il les éduquer ? Toute la panoplie des scénarios est envisagée pour finalement, bien sûr, en choisir un autre au dernier moment.

Le graphisme s'affine, les traits des personnages commencent à être le reflet de leur sentiment, on peut commencer à y croire. Commencer seulement, car il reste beaucoup de boulot, mais ce travail-là est prometteur. L'encrage est plus subtil, les couleurs plus judicieuses, il y a un réel effort d'amélioration à ce niveau.

Et puis surtout, surtout, le scénariste a abandonné le principe du voyage dans le temps qu'il ne sait pas maîtriser. Du coup, Valérian et Laureline sont simplement des agents spatiaux, et le tome devient un moment de BD très agréable, surtout quand on sait le summum que va atteindre la série dans les futurs épisodes ...