45 122 Avis BD |19 449 Albums BD | 7 704 séries BD
Accueil
Tome 19 : Au bord du grand rien
 

Valérian, tome 19 : Au bord du grand rien

 
 

Résumé

Valérian, tome 19 : Au bord du grand rienAfin d'acceder au résumé de Valérian, tome 19 : Au bord du grand rien, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Et bien, voilà un fort bel album, ma foi, riche de promesses. On nous annonce une nouvelle saga, un nouveau départ, un second souffle, donc, tout en conservant quelques uns des meilleurs second rôles des épisodes précédents. Que dire de plus ? Beaucoup de choses, et pas forcément du bien.

Au niveau du scénario, c'est toujours de la science fiction de bouts de ficelle. Si la Terre a disparu, elle a disparu, point. On ne peut pas retourner dans son passé, sinon il suffirait de quelques petits bonds dans le temps pour savoir où quand et comment, et changer la trame du temps, comme Valérian l'a déjà fait. Reprendre d'anciens personnages est une bonne idée, notamment le schniarfeur, mais le trio des "Cercles du pouvoir" était censé s'être combattu jusqu'au dernier, on voit mal pourquoi ils se partagent le pouvoir aujourd'hui. Et surtout, surtout, ça fait maintenant plus de trois ans qu'on attend la suite de cette histoire. Messieurs les auteurs, pour qui nous prenez vous ? Votre album n'a pas eu le succès escompté, donc vous ne le poursuivez pas ? Peut-être qu'un jeune auteur y fera ses premières armes pour se servir de l'aura de la série pour se faire connaître ? Assez de ces magouilles dont sont toujours victimes les lecteurs !

Calmons-nous, et parlons un peu du dessin. Le mélange dessin/peinture est assez réussi dans l'ensemble, sauf que je ne vois pas bien ce que ça apporte à l'histoire, et j'ai un peu l'impression que Mézières s'est fait plaisir en testant de nouvelles techniques. C'est son droit. Je n'aime pas beaucoup le résulat. C'est mon droit aussi.

Bien, vous avez compris que ce n'est pas la peine pour l'instant d'acheter ce tome, même si vous avez aimé la série, il n'y aura peut-être jamais de suite, et rien ne désigne cet album comme un must. A éviter.


Chronique rédigée par Mike2a le 14/04/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 448 (93,33 %)
  • 26 (5,42 %)
  • 6 (1,25 %)
  • Total : 480 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 1,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter d'occasion : 23,34
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.40
Dépôt légal : Octobre 2004

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Valérian, tome 19 : Au bord du grand rien, lui attribuant une note moyenne de 2,40/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 2 2013
   

Cet album, c'est encore une petite désillusion. Et pourtant, le sticker "début nouveau cycle" sur la couverture ainsi que cette petite page d'introduction permettant de resituer le nouvel objectif des héros laissaientt présager le meilleur : faire fi de tout ce qui précède pour relancer une grande aventure à la recherche de la Terre qui est quelque part dans un trou noir. Mais le scénariste tarde à nous la lancer, cette fameuse aventure et ce n'est finalement qu'en fin de tome que l'on comprend que notre équipage prend enfin la route de ce qui pourrait y ressembler. Au lieu de nous présenter rapidement cette histoire, voilà que l'on fait un petit passage en prison, voilà que l'on fait la connaissance de quelques nouveaux personnages, voilà que l'on nous fait revenir d'anciennes connaissances (de façon totalement incompréhensible car ces trois-là devraient être ennemis et S'Track devrait être le copain de Valérian) : rien de palpitant, rien de prenant, et les rares planches qui bénéficient d'un traitement graphique différent passent presqu'inaperçues. Après autant de tomes moins réussis, on se demande quand même comment cette série a pu devenir culte.

Krypton :Une BD sans intérêt ! Note de l'album : 1,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
26 4 2011
   

Mon pauvre Valérian, voilà que maintenant, tu fais boing boing sur des lapins-chaussure... Cet album est une parodie de la série certes, mais aussi un remake d'une histoire qui a déjà été racontée avec un autre héros.
A la lecture de cet album déconcertant, je me suis dit que ce n'était pas du Valérian. Non vraiment rien à voir avec la série. Cette histoire de "grand rien", de bateaux qui naviguent dans l'espace, d'incongruités continuelles... mais oui, c'est du Concombre Masqué. J'ai aussitôt relu l'album intitulé :"La dimension Poznave" et tout y est, si si. Je vous invite à le lire car c'est franchement plus rigolo que le grand rien : on y voit 2 savants (Mézière et Cristin ?) en train de délirer pour créer un monde, une dimension étrange dans lequel un héros fait n'importe quoi, on y retrouve le "livre du grand tout" et un bateau volant qui vient chercher du sable pour le marchand....
Donc voilà, le nouveau cycle de Valérian (depuis quand y a-t-il des cycles dans cette série ?) va nous permettre de découvrir que Hypsis a envoyé la Terre de Galaxity dans la dimension Poznave, et qu'après Corto Maltese, nos héros vont rencontrer Titeuf, les schtroumpfs et peut être même Lanfeust de Troy (ouah !!! des mélanges comme dans les comics américains !).
Pour finir sur une note d'optimisme, il faut quand même noter qu'après "L'orphelin désastre", une grosse croute, les auteurs avaient réalisé "Par des temps incertains", qui donnait une bonne suite à l'affaire Galaxity disparue. Donc espérons que le pire est derrière nous...

3 3 2010
   

À chaque lecture de ce livre je le trouve un peu mieux. Je me souviens qu'à sa 1ere lecture j'avais été un peu déçu. Maintenant ça passe très bien. D'abord j'aime beaucoup la couverture façon photo de famille.
Le dessin instinctif et plein de vie de Mézières est toujours si efficace bien que je le trouve souvent proche d'une simple esquisse. Un peu plus travaillé n'aurait pas été plus mal.
Le style "peinture" utilisé p. 41 et 42 pour illustrer le grand rien nous prouve d'ailleurs qu'il en a encore sous la pédale.
Valérian et Laureline se décident donc à enquêter sérieusement sur la disparition de la terre. (Enquête amorcée au tome précédent en fait). Pourquoi pas plus tôt ? Ils avaient quelques problèmes à régler d'abord : retaper leur vaisseau, se refaire financièrement, ... Ils ont donc décidé d'en finir avec leurs errances ? Ca tombe bien, les auteurs ont décidé d'en finir avec la série sur cette histoire en 3 tomes.
Question action, je ne retrouve plus les émotions de la 1ere moitiée de la série. Tout se déroule trop facilement et on ne tremble pas une seconde pour nos héros (eux non plus d'ailleurs). Par contre les dialogues sont savoureux, et le Schniarffeur apprivoisé y est pour quelque chose, tout comme la complicité féminine à l'encontre du mâle Valérian.
Derrière ce début d'enquête au ton léger se cache une satyre bien sentie du monde commercial et consommateur que l'on connait.
On retrouve d'anciens personnages, on en découvre de nouveaux, comme souvent. Et tous convergent vers la résolution du mystère de la disparition de la terre et de Galaxity.
Je crois que pour l'apprécier pleinement il faut (re)lire cet album dans la continuité d'une relecture de la serie. Car lu isolément on n'est plus dans l'ambiance, des choses nous échappent. ...
On ne peut faire autrement que de lire la suite puisqu'on ira à la fois vers la fin de l'histoire et la fin de la série, mais il ne faut surtout pas que la qualité passe un ton en dessous de celui-là.
(Avis réécrit en dec 2017 et note augmentée )

2 5 2009
   

Je trouve qu'avec ce livre, la série repart en avant.
C'est plus lisible que les 2 précédents, avec un récit compréhensible.
C'est encore lent à démarrer et, après les premières pages, j'ai craint une répétition de scènes sans génie, mais fort heureusement la situation se débloque et nos héros décollent.
Alors oui ce n'est pas encore génial, oui ça reste bien prévisible et sans énorme surprise, oui ça manque de renouvellement conservant quand même la trame de cette série.
L'adjonction, pour un temps d'une nouvelle héroïne, Ky-Gaï, et l'humanisation du Schniarfeur permettent de libérer Valérian et Laureline de tout le poids du livre.
(un mot sur le dessin de Valérian que je trouve très géométrique: on le prendrait presque pour un camionneur de l'espace- à quand les tatouages ?).

Bref j'ai eu entre les mains un petit livre de SF rigolo, sans prétention, mais apte à faire passer un bon moment de divertissement à son lecteur.