46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 2 : Vérités
 

V pour Vendetta, tome 2 : Vérités

 
 

Résumé

V pour Vendetta, tome 2 : VéritésAfin d'acceder au résumé de V pour Vendetta, tome 2 : Vérités, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de V pour Vendetta, tome 2 : VéritésEncore une fois, c’est réussi ! Les auteurs savent parfaitement entretenir le caractère mystérieux de la personnalité de V. tout en dévoilant une grande partie de ce qui semble être son passé. Ce qui est assez intéressant, dans cet album, c’est que l’on découvre un V. qui n’est pas infaillible et que les services du régime totalitaire, loin d’être de gros bêtas comme on aimerait qu’ils le soient, savent conduire une enquête qui se tient. Ainsi, c’est beaucoup de nuances qui sont apportées, le bon justicier présentant des failles, et d'une grandeur d’âme toute relative ; et les méchants policiers à la solde du pouvoir faisant preuve de réflexion et d’action. C’est encore une fois très bien dosé, et on ne tombe pas dans le côté manichéen qui enlèverait beaucoup de charme à cet ouvrage.

Une grande partie de l’album lève le voile sur le passé de notre justicier qui permet de justifier un certain nombre d’éléments, et notamment les pouvoirs que l’on devine surnaturels de V. Comme l’indique le titre, cet album est dédié aux vérités du passé de V. C’est bien fait, et c’est intelligemment amené avec l’exploitation du journal du Dr. Sorridge, dernière victime en date, qui conduisait des expériences sur certains détenus des camps de prisonniers pendant la guerre. On retrouve se savant mélange de fiction et de réalité, introduit avec finesse. La construction du récit ne laisse toujours pas de place au hasard et on déroule un scénario parfaitement imaginé. C’est toujours avec plaisir que l’on se jette dans cet univers maîtrisé.

Reste à savoir si les auteurs, après avoir donné, en deux tomes, tant d’information sur le héros qui se veut mystérieux, arriveront à créer de la surprise pour la suite. Et pourtant, certaines pistes sont lancées comme pour mieux appâter le lecteur. Le terme Vendetta trouve toute sa place dans ce récit : Vendetta envers les personnages qui ont causé du tord à V, Vendetta envers le régime qui leur a permis d’agir.

Pour les dessins, c’est toujours aussi difficile d’accès : ca fait quand même très vieillot et on s’abîme parfois les yeux dans les scènes obscures. J’ai un peu l’impression que l’on en est resté aux années 50.

Cet album est très prenant, et apporte également beaucoup de satisfaction car s’emploie à lever des voiles du mystère V.


Chronique rédigée par gdev le 04/04/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 3285 (74,22 %)
  • 367 (8,29 %)
  • 774 (17,49 %)
  • Total : 4426 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 1,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,87 10,87 10,87
Acheter d'occasion : 5,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.75
Dépôt légal : Janvier 1989

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics V pour Vendetta, tome 2 : Vérités, lui attribuant une note moyenne de 4,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 3 2012
   

Après un premier volume à couper le souffle, la suite n'épargne personne.
V est devenu l'ennemi N°1 dans une Angleterre fasciste et l'étau se resserre autour du personnage dont on commence à connaître le background... A moins que cela ne soit une fausse piste destinée à perdre la Police... et le lecteur avec.
Violence symbolique et suspens sont donc les deux axes narratifs, toujours aussi bien servis par les dialogues.
Les personnages sont donc bien installés, y compris ceux dont il faut organiser les obsèques, et la relation V/Evey Dammond devient fascinante.
Que cache-t-elle ? Que signifie-t-elle ? Sur quoi repose-t-elle et à quoi va-t-elle aboutir ?...
Autant de mystères que Moore dévoilera en temps et heure.

Enfin, je réaffirme la très grande qualité du dessin, dont l'encrage épais et charbonneux, ainsi que les plans de découpage renforcent l'atmosphère tendue, sombre et théâtrale. Pour ceux qui n'ont pas été convaincus du talent de Lloyd, jetez un œil à "Night Raven" et "Kickback", vous réviserez sûrement votre jugement...
"V pour Vendetta" est paru en 1988. Un quart de siècle après, il n'a rien perdu de sa puissance ni de sa modernité.