46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 4 : Valérie
 

V pour Vendetta, tome 4 : Valérie

 
 

Résumé

V pour Vendetta, tome 4 : ValérieAfin d'acceder au résumé de V pour Vendetta, tome 4 : Valérie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de V pour Vendetta, tome 4 : ValérieEtrange album que celui-ci, encore difficile à apprécier. On retrouve Evey et son rôle dans l'histoire m'est de plus en plus obscur. On rebondit sur la partie que j'avais le moins compris dans le tome précédent : Evey vit désormais avec un certain Gordon, bienfaiteur et peut-être amant, qui vient à disparaître par la main d'un homme de la Main. Elle cherche à le venger mais est démasquée et emprisonnée, soumise à la torture pour donner des informations sur le mystérieux V.
Entre deux séances de tortures, voilà qu'elle découvre dans sa cellule un journal intime d'une ancienne locataire des lieux, Valérie, qui raconte son histoire.

On a l'impression, tout au long de cet album, que l'on s'éloigne de la trame principale. L'album est centré sur la captivité d'Evey, développant avec talent une atmosphère claustrophobe, et on ne peut s'empêcher de vouloir la plaindre cette pauvre femme. Et puis, la torture physique est tout aussi développée que la torture morale et tout cela finit sur un joli pied de nez. Le récit de Valérie permet de comprendre davantage les événements qui ont bouleversé le monde qui nous est présenté.

C'est donc un album qui a l'avantage de présenter une ambiance parfaitement étudiée. Malheureusement, on se sent un peu perdu dans cet album : on s'éloigne du vengeur masqué V. et de ses actions contre le régime en place. Les enchaînements sont parfois un peu bizarres et je ne comprends toujours pas où on veut nous emmener avec cette Rose. Ce tome pourrait presque se lire comme un one shot, et c'est certainement ce manque de linéarité et de continuité par rapport aux deux premiers tomes que je regrette le plus.

Les dessins sont toujours aussi difficile d'accès. Mais dans cet album, ils s'accordent plutôt bien avec le côté torturé du récit.

Voyons donc où tout cela peut nous mener...


Chronique rédigée par gdev le 09/04/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3285 (74,22 %)
  • 367 (8,29 %)
  • 774 (17,49 %)
  • Total : 4426 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,87 10,87 10,87
Acheter d'occasion : 46,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Septembre 1989

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics V pour Vendetta, tome 4 : Valérie, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 4 2012
   

Une des particularités de la série est que le récit connaît de nombreuses ruptures narratives, qui amènent régulièrement la trame à se décentrer du fascinant personnage de V, pour mieux y revenir plus tard.
C'est précisément le cas de ce volume, centré sur l'incarcération d'Eve et la relation distancée et symbolique qu'elle a avec Valérie.
J'affirmais dans mon avis sur le premier tome que "V pour Vendetta" pouvait être considéré comme un récit politique et cet opus en est pour moi une nouvelle illustration. Comment y échapper quand on parcourt en position de témoin le chemin de croix d'Evey ? Comment ne pas y voir une dénonciation des méthodes de toutes les polices politiques ? Manipulations mentales, tortures physiques, tonte des femmes, etc... Et même si V a en apparence le beau rôle, on s'aperçoit qu'il est également prêt, derriere ses idéaux anarchistes, a infliger bien des souffrances.

Alan Moore et son complice David Lloyd signe accomplissent ainsi un nouveau tour de force, où la frontière entre le Bien et le Mal est bien difficile à tracer...