46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 3 : La Valse du Vice
 

V pour Vendetta, tome 3 : La Valse du Vice

 
 

Résumé

V pour Vendetta, tome 3 : La Valse du ViceAfin d'acceder au résumé de V pour Vendetta, tome 3 : La Valse du Vice, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de V pour Vendetta, tome 3 : La Valse du ViceC'est un album qui reste de qualité mais qui m'a déçu au regard des deux premiers tomes.

Tout d'abord, l'histoire perd en rythme et finalement, ce qui est proposé ici n'est ni plus ni moins que la prise de la télé d'Etat par V. C'est assez lent et finalement, on se demande où les auteurs veulent nous emmener avec ca.

Ensuite, c'est très confus. Je ne vois pas très bien à quoi ce tome "sert". Que ce soit la veuve Alcomb qui prend une grande place dans le récit alors que l'on ne peut pas dire que ce soit un personnage vraiment indispensable, que ce soit le message même délivré par V. au peuple britannique via la télévision, que ce soit Evey qui se retrouve on ne sait trop où et on ne sait trop pourquoi : tout cela est bien obscur et j'ai vraiment du mal à me retrouver dans ce scénario. C'est d'autant plus frappant que j'avais largement apprécié les deux tomes précédents que j'avais trouvé bien construit. Mais il est vrai également que les deux premiers tomes présentaient une vendetta personnelle. Ici, on sent que les auteurs tâtonnent pour trouver une nouvelle direction à donner au récit. Les motivations de V restent mystérieuses : on ne sait pas trop ce qu'il essaye de faire, maintenant que tous ses ennemis personnels sont occis. Et si le tome précédent donnait beaucoup d'indication sur le personnage, ici, plus rien n'est vraiment dit et on a l'impression de ne pas avancer dans l'histoire. Ajoutez à cela des remarques sur l'Ecosse qui semble avoir fait scission avec la Grande-Bretagne, l'introduction de nouveaux personnages dont on se demande le rôle, et surtout, l'évolution du rôle d'Evey, et on obtient un album qui ressemble à un tome d'attente qui reste peu compréhensible.

Seuls les dessins restent dans la même veine que précédemment, toujours aussi sombres et vieillots, mais qui font naître une ambiance et une atmosphère appréciable. A noter également les premières pages de l'album, qui présentent une valse qui nécessite de pencher l'album pour lire l'histoire, espèce de résumé des deux tomes précédents et des déboires de la veuve Alcomb. Ces premières pages, originales, mettent vraiment en appétit.

C'est donc un ouvrage bien décevant au regard des deux premiers opus. Seule l'ambiance semble préservée. Comme si les auteurs cherchaient une idée pour redonner du dynamisme au récit suite aux événements des deux premiers tomes. Comme si on cherchaient à faire patienter le lecteur en attendant de trouver LA bonne idée.


Chronique rédigée par gdev le 06/04/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3285 (74,22 %)
  • 367 (8,29 %)
  • 774 (17,49 %)
  • Total : 4426 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,87 10,87 10,87
Acheter d'occasion : 49,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Juin 1989

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics V pour Vendetta, tome 3 : La Valse du Vice, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

31 3 2012
   

Si ce volume marque une rupture narrative, il n'en reste pas moins que derrière l'effet de surprise qui en résulte, l'histoire prend encore en profondeur.
Le focus n'est plus sur V, mais bien sur Evey, avec un portrait psychologique et une antériorité dans le temps qui vont permettre de mieux comprendre les raisons qui fondent la relation entre cette femme a priori fragile et celui qui défie tout un État.

Je n'ai donc absolument pas le même sentiment de confusion que ce qui a été dit avant, et en aucun cas je n'ai ressenti de déception. Au contraire, plus je progresse dans la lecture, plus je me dis que ce récit est riche.
La scène dans le cabaret est éloquente : elle met en perspective les mœurs et les relations de pouvoir que les hommes entretiennent, leur vulgarité, leur brutalité, leur misogynie également...
Un volume qui rompt le rythme, mais dont l'intérêt ne décroit pas d'un iota.