46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
 

Tsubaki love, tome 1

 
 

Résumé

Tsubaki love, tome 1Afin d'acceder au résumé de Tsubaki love, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Tsubaki love, tome 1A priori un shojo tout ce qu’il y a de plus banal, une fille un peu coincée, un bad-boy qui l’embête parce qu’il ne sait pas dire « je t’aime » autrement, on a déjà vu des millions de fois. Moi qui me suis sentie attirée par le dessin au départ, j’ai été surprise de découvrir une histoire plus profonde que cela.
Tsubaki est une passionnée de coiffure, naïve et innocente à un point qui frise l’impossible pour une lycéenne et son histoire avec Kyôta (ne les appelons pas Tsubaki tout les deux, sinon ça va vite devenir incompréhensible) est on ne peut plus prenante dès le début. J’ai été surprise par l’histoire, très loin des clichés du genre. L’auteur y décris avec une exactitude poignante les sentiments mitigés des deux protagonistes, qui n’arrivent pas à savoir s’ils s’aiment ou pas. J’ai beaucoup aimé le personnage de Kyôta, à mis chemin entre le bad-boy repentit et le vrai méchant, on le sens hésiter entre les deux et on veut lire le tome suivant, ne serait-ce que pour savoir de quel côté la balance va pencher.

Pour ce qui est du dessin, Kanan Minami parvient avec brio à retranscrire tous les sentiments qu’elle met en jeu dans son histoire sur le papier. Le style est clairement orienté shojo, avec des gros plans sur les personnages, des yeux énormes et pas vraiment beaucoup de détails au niveau des décors. Par contre j’aime beaucoup sa note personnelle, les traits des visages son fins et harmonieux et réussissent à faire passer les émotions des personnages à merveille.
Par contre gros bémol pour la couverture, qui je trouve désert vraiment le livre. Elle est bien moins jolie que le reste des pages, peut-être à cause de la colorisation pas forcément heureuse.

En tout cas, l’adage s’appliquent ici tout particulièrement, ne jugez pas ce livre à sa couverture (que ce soit la première pour le dessin et la quatrième pour le résumé) et prenez le temps de l’ouvrir pour le découvrir, personnellement je ne regrette pas et j’attends le prochain tome avec impatience.


Chronique rédigée par mokona le 01/05/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 14 (8,81 %)
  • 145 (91,19 %)
  • Total : 159 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,64 6,64 6,64
Acheter d'occasion : 1,10
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Mars 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Tsubaki love, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 8 2011
   

Voilà mon gros coup de cœur shojo 2011.
Déjà, j’aime beaucoup le dessin de Minami Kanan et j’ai été séduite par le trait de la couverture du tome 2. Par contre, j’ai en 3 mois tellement lu et relu cette série que je ne pourrais pas écrire un ressenti de première lecture mais plutôt de quelqu’un qui est déjà bien imprégnée par cette série.

Alors, dans ce premier tome, on découvre la jeune Tsubaki qui entre au lycée avec pleins de rêves et d’espoirs. Seulement, elle a un look ringard et est déçue de ne pas avoir été admise dans un meilleur lycée. Son entrée au lycée va donc être fracassante et elle va vite se retrouver opposée à l’idole des garçons, Kyota Tsubaki (son nom de famille est le même que le prénom de l’héroïne) qui décide de faire d’elle sa petite amie.

Alors, certes, il n’y a rien de bien original au point de départ de cette série et on retrouve beaucoup d’éléments clés des shojo mais la sauce prend bien et on s’attache vite aux deux héros. Ayant déjà lu d’autres œuvres de Kanan Minami qui sont plus osées (souvent réservées à un public averti), je m’attendai un peu à la même chose en prenant ce premier tome et j’ai trouvé qu’elle allait un peu trop loin dans certains passages. Mais maintenant, quand je le relis, je n’ai plus cette impression là et je pense que je jugeais cette histoire par rapport aux autres œuvres de l’auteur.

Sinon, même si cela reste une fiction, j’aime toujours beaucoup dans ce type de shojo découvrir la vie lycéenne japonaise, le rythme scolaire des examens… Par contre, on trouve souvent une certaine cruauté entre élèves avec un souffre douleur qui se retrouve face à toute la classe et pas forcément dans des postures très agréables. Est ce si courant au Japon ou bien n’ayant pas été dans cette situation au lycée, je ne me suis pas rendue compte que cela existait aussi en France ?

Au niveau du dessin, on retrouve le trait typique de Kanan Minami avec des gros yeux, un trait franc ce qui rend les personnages agréables à regarder. Bon, les décors, comme dans tout shojo, sont composées de trames plus ou moins voyantes.

Un très bon premier tome qui donne envie de lire la suite avec des personnages attachant et un design de qualité ! Mon coup de cœur de l’année :)