46 469 Avis BD |20 139 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 2 : La ruche
 

ToXic, tome 2 : La ruche

 
 

Résumé

ToXic, tome 2 : La rucheAfin d'acceder au résumé de ToXic, tome 2 : La ruche, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de ToXic, tome 2 : La rucheLes fans de Charles Burns attendent chacun de ses albums comme un évènement.
Le premier tome de sa nouvelle série faisait l'effet d'un trip, cette suite n'amorce pas vraiment la descente d'acide, c'est même encore une "montée" qu'on prend.

A l'instar des films de Lynch, tout se mélange chez Burns : très vite, il n'est plus possible de distinguer la réalité du fantasme, le vrai du faux... Rêve éveillé, vision cauchemardesque, hallucination psychotique (ou psychotrope ?), nul ne pourrait le dire.
Une fois de plus, l'auteur construit une narration des plus étranges, mais qui reste d'une grande fluidité. Les scènes se succèdent, créant un profond effet de malaise mais berçant également le lecteur dans une ambiance onirique et éthérée... C'est dérangeant, mais c'est du coton...

Le beau et l'étrange se cotoient, l'esthétique hypnotise et met aussi mal à l'aise, car Burns travaille inlassablement les mêmes thèmes : le malaise adolescent, la violence des sentiments amoureux, l'étrangeté du désir, la dépression nerveuse et le recours à la chimie ou aux opiacés...

Et puis il y a Doug et son alter ego, une sorte de Tintin perché, qui évolue maintenant dans la ruche, ce souterrain peuplé d'étranges créatures. Direction l'étage 23 (tiens, ça a donc un rapport avec "JOHNNY 23"... ). La scène d'ouverture est une mise en abîme magistrale, qui en annonce bien d'autres.

Les planches, plus belles les unes que les autres, s'enchaînent. Le trait est toujours équilibré et la composition est limpide. Du très grand dessin, assorti de couleurs douces qui renforcent l'aspect singulier du visuel.

Pour pouvoir se laisser séduire, il faut absolument lâcher prise, pour accepter d'être entraîné dans l'univers de Burns, qui nous emmène là où nul autre ne s'aventure.


Chronique rédigée par Hellspawn le 04/12/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 446 (38,99 %)
  • 689 (60,23 %)
  • 9 (0,79 %)
  • Total : 1144 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 5.00
Dépôt légal : Octobre 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics ToXic, tome 2 : La ruche, lui attribuant une note moyenne de 5,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 12 2012
   

Cette saga qui marque le retour de l’auteur du cultissime de "Black Hole" est clairement influencé par l’œuvre d’Hergé et de William S. Burroughs. De la couverture du tome précédent, ouvertement inspiré de « L’Étoile mystérieuse », à cette première scène de l’autre côté du miroir, visiblement tirée de l’album « Le Trésor de Rackham le rouge », en passant par ce personnage à la silhouette caractéristique, flanqué d’une houppette qui l’est tout autant et au nom d’artiste éloquent (Nit Nit, Tintin à l’envers), les références au petit protégé de Moulinsart sont d’ailleurs légion. Pour son premier livre en couleurs, l’auteur s’approprie d’ailleurs également ce style ligne clair familier des tintinophiles, mais ne manquera pas de prendre le lecteur à contre-pied par la suite. Car, si aventure de Tintin il y a, ce sera dans la Quatrième Dimension ! Il devient en effet vite évident qu’en suivant les pas de Doug, Burns a bel et bien l’intention de nous emmener dans son monde à lui, d’évoluer vers un style visuel plus sombre et d’user de la puissance évocatrice de son dessin pour livrer des personnages plus inquiétants et d’ainsi dégager un sentiment de malaise profond au fil des planches.

« La Ruche » poursuit donc le trip halluciné de ce personnage complètement déboussolé. Il y a tout d’abord la version tintinesque de Doug qui poursuit son périple dans un univers onirique suffocant. Abandonné au pied de La Ruche en fin de tome précédent, il se retrouve maintenant à l’intérieur, employé par une créature verte, et se lie d’amitié avec l’une des femmes sur le point d’accoucher d’on ne veut pas trop savoir quoi. Dans la réalité, l’auteur se concentre principalement sur la relation entre Doug et Sarah, deux adolescents qui se découvrent et se livrent au fil des pages.

Construisant son récit sous forme d’ellipses, multipliant les allers-retours et proposant une narration très fragmentée, l’auteur s’amuse à brouiller les pistes et accompagne brillamment les errances de ce héros à la dérive. Passant d’un personnage alité et drogué aux souvenirs enfumés d’une relation avec une fille aux goûts artistiques glauques, sans oublier les flashs psychédéliques au sein d’un monde peuplé de créatures étranges, l’album entremêle habilement le quotidien, les rêves, les cauchemars, les fantasmes et les hallucinations de Doug. Burns prend un malin plaisir à faire disparaître les frontières entre fiction, réalité, passé et présent, comme en témoigne cette scène où Doug feuillette une bande dessinée des aventures de Nitnit, son alter ego tintinesque. Les différentes versions de Doug se superposent avec brio et l’auteur ajoute encore une nouvelle couche en insérant une référence aux vieux romance comics des années 50/60, qu’il s’amuse à mettre en images dans le style de l’époque. Ce nouvel écho à la vie de Doug s’ajoute aux différents niveaux de lecture de cette saga qui intrigue tout en conservant une fluidité déconcertante.

Progressivement Charles Burns livre les pièces de ce puzzle narratif étonnant. D’abord déroutant, avant de devenir prenant, le récit se joue des repères spatio-temporels et permet à Burns d’aborder des thèmes qui lui sont chers, tels que la prise de drogues, le désir, les névroses, l’avortement et les découvertes sexuelles qui caractérisent le mal-être adolescent dans l’Amérique ultra codifiée des années soixante-dix.

Oscillant entre rêve et réalité, ce deuxième volet abandonne son héros en compagnie d’une tête de mort et cela tombe bien car la conclusion de cette trilogie s’intitulera « Calavera ». En attendant, le lecteur, complètement étourdi et légèrement frustré d’être sorti de cet univers envoûtant avant la fin, devra s’armer de patience avant de pouvoir vivre la fin de ce nouveau trip artificiel proposé par ce génie graphiste au style souvent imité mais jamais égalé.