46 227 Avis BD |20 032 Albums BD | 7 856 séries BD
Accueil
Torpedo
 
Note moyenne de la série : 3.63

Torpedo

Titre VO : Torpedo 1936

Torpedo est une série BD qui est ou a été éditée chez Albin Michel, Comics USA, Glénat.
Abuli (Scénariste), Sanchez Abuli (Scénariste), Bernet (Dessinateur), Toth (Dessinateur) ont travaillé sur cette bande dessinée.

Torpedo est parue initialement en Juin 1983, le plus récent album référencé sur Coin BD datant de Janvier 1991.

A ce jour, 6 albums BD concernant Torpedo sont référencés dans notre base, et 8 avis BD lui attribuent une note moyenne de 3,63/5.

 

  • Statut : Série terminée
  • Type d'histoire : Histoires courtes
  • Albums parus : 15
  • Première parution dans : L'Echo des savanes
  • Première parution VO dans : Creepy

 
 
Ajouter un album à cette série
 
 
Evolution de la série Torpedo au fil des tomes :
Evolution de la série Torpedo au fil des tomes
Export Graphique de l'évolution de la série
 

Torpedo, tome 1 : Tuer c'est vivre

Note moyenne de l'album : 3,50
Juin 1983
 
Très vite orphelin émigré aux Etats-Unis, il va devenir un assassin froid et méticuleux, et surnommé Torpedo. Le premier album débute en 1936. C'est la récession aux States, la "grande crise" suite au crash boursier de Wall Street. Et cette période sera du vrai pain béni pour les gangsters de tous poils ; et forcément pour Torpedo. Ce tueur implacable se fait néanmoins assister dans ses "missions" par Rascal, un malfrat plutôt idiot,... [suite du résumé]
 
 

Torpedo, tome 2 : Mort au comptant

Note moyenne de l'album : 3,50
Janvier 1984
 
Tout tueur qui se respecte doit avoir des chaussures bien cirées. Torpedo en sait quelque chose, lui qui a commencé comme cire bottes. En Italie, c'était la faim, alors le mioche a débarqué comme tant de crève-la-dalle. La rue, les humiliations, surtout d'un de ses clients, Monsieur MacDonald. Un flic qui lui a mis une dérouillée, juste parce que le travail d'embellissement de ses chaussures coutait 5 centimes... Le jeune immigré italien... [suite du résumé]
 
 

Torpedo, tome 3 : Ni fleurs ni couronnes

Note moyenne de l'album : 4,00
Janvier 1991
 
«Il soufflait un vent glacial sur les années 30. Un vent de dépression à ne pas mettre un chien dehors. D'ailleurs moi on m'avait enfermé... En prison, les flics m'avaient coincé avec de faux billets. C'était l'aristo qui me les avait refilés. Paraît qu'il descendait du Comte de "Montre tes cristaux" et qu'il avait du sang bleu... Mon œil ! Au fait, il avait aussi un monocle.» [suite du résumé]
 
 

Torpedo, tome 4 : Chaud devant !

Note moyenne de l'album : 3,75
Décembre 1990
 
New-York, 1936. Torpedo commence à être connu. Un contrat, c'est à dire une cible à abattre, beaucoup d'argent, la discrétion de rigueur et l'italien se pointe. Des types, il en a refroidi à la pelle. Rarement pour le plaisir, quoique... Quelques fois aussi à cause de femmes. D'ailleurs, curieuse coïncidence, c'est un cocu qui le contacte. L'horloger, c'est son surnom. Un pauvre gars qui s'est retrouvé le même jour en fauteuil roulant... [suite du résumé]
 
 

Torpedo, tome 6 : Sale temps !

Note moyenne de l'album : 3,50
Décembre 1990
 
Torpedo est en galante compagnie. Enfin, les gens bien diraient qu'il négocie les charmes d'une femme de petite vertu. Peu importe, l'homme de main de la mafia enlace langoureusement une belle plante, dont la robe carmin et moulante a tout d'une invitation à l'amour. Le rital harangue un môme qui assiste à la scène dans la rue. Un petit gamin qui lui rappelle celui qu'il a été : un traîne savate voué à lui-même dès le plus jeune âge. «Hé... [suite du résumé]
 
 

Torpedo, tome 8 : Monnaie de singe

Note moyenne de l'album : 3,50
Janvier 1991
 
Les frères Bingos font partie des gros bras New-Yorkais. Torpedo est convié à une fête qu'ils organisent à leur manoir, à l'écart de la ville. La soirée bat son plein et il y a du beau monde : Ray et Chas, les maîtres des lieux, Le Kid, un ex-boxeur qu'un mauvais k-o a définitivement abruti, Harvey Le Singe, dit aussi Le Nabot et quelques beautés fatales. Malgré le champagne, l'ambiance est glaciale. Logique : à la table des gros bras,... [suite du résumé]