45 130 Avis BD |19 449 Albums BD | 7 704 séries BD
Accueil
Tome 23 : Tintin et les picaros
 

Tintin (Les aventures de), tome 23 : Tintin et les picaros

 
 

Résumé

Tintin (Les aventures de), tome 23 : Tintin et les picarosAfin d'acceder au résumé de Tintin (Les aventures de), tome 23 : Tintin et les picaros, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Tintin (Les aventures de), tome 23 : Tintin et les picarosCet album fut édité pour la première fois en 1976, il raconte comment Haddock est accusé de complot…

Hergé renverse la situation habituelle, puisque dans ce tome, ce sont nos amis Tintin, Tournesol et Haddock qui sont accusés de complot… Ce bouleversement fait tout le charme de ce tome, et on se laisse porter au rythme des pages dans cette histoire, en suivant la démarche de nos héros pour blanchir leurs noms…

Graphiquement toujours de même niveau, Hergé a su rester constant le plus possible, ce qui donne une véritable unité à la série, et ne fait que renforcer cette série déjà exceptionnelle… Et ceci n’est pas pour me déplaire, le style Hergé, c’est plus qu’un style, c’est une inspiration pour tous les dessinateurs de notre époque…

Un tome original, mais c’est toujours aussi bien !...


Chronique rédigée par Nean le 29/08/2004
 
 
Statistiques posteur :
  • 329 (76,87 %)
  • 69 (16,12 %)
  • 30 (7,01 %)
  • Total : 428 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 6,96
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.45
Dépôt légal : Janvier 1976

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Tintin (Les aventures de), tome 23 : Tintin et les picaros, lui attribuant une note moyenne de 3,45/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 5 2017
   

Bien que ne faisant pas référence à la science-fiction, ce Tintin fait partie des moins bons. L’introduction avec un Tintin qui fait du Yoga laisse à penser que le reporter a fini par se poser et n’est plus dans l’action. La suite n’est pas mieux puisqu’on passe un long moment à se demander si notre héros va partir sauver la Castafiore, pour finalement ne pas faire partie du voyage. On s’aperçoit alors qu’une aventure avec pour héros le capitaine Haddock, ça passe moins bien.

Le général Alcazar n’a plus d’accent espagnol, c’est bien dommage, mais j’imagine que tout un album avec l’accent serait peut etre indigeste. Il faut dire aussi que les personnages secondaires sont moins soignés qu’à l’accoutumé : Haddock et Tournesol paraissent effacés, les Dupondt paraissent absents (quoique le sauvetage à la fin est bien fait), et Lampion arrive dans l’aventure comme un cheveux sur la soupe. Reste la Castafiore qui se plait en prison, et la femme d’Alcazar, dont je n’arrive toujours pas à savoir si elle me fait rire ou pleurer.

Après avoir lu tous les Tintin (sauf le pays des soviets et l’alphart), il y a clairement deux catégories dans la série, et celui-ci se situe plutôt dans le bas du panier.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
27 2 2014
   

Ce dernier album en 1976 fut le plus attendu, puisqu'il vient 8 ans après Vol 714 pour Sydney. 8 ans, c'est long, Hergé avait déjà ralenti son rythme de sortie depuis Le Tibet, mais le pire c'est que l'album fut annoncé par des médias indélicats presque tous les 6 mois, durant les 2 ans précédant sa parution, le tout à l'insu d'Hergé. Ceci finit par agacer tout le monde et à attiser la curiosité, voila pourquoi cet ultime album a déçu une partie de la critique et du public, émoussés par tant d'attente. "Tout ça pour ça ? " pourrait-on dire, oui, on a jugé cet album négligé, bâclé, ennuyeux, usé.... Les fans eux, ont apprécié ; moi j'étais plus circonspect, mais je ne peux pas délibérément cracher sur cet album ; certes, je le trouve de qualité inférieure au quatuor de légende Affaire Tournesol/Coke en Stock/Tibet/Bijoux, mais il présente de nombreuses qualités.

Le premier point qu'on peut relever, c'est le détachement évident de Tintin et la désillusion des personnages. Tintin a fortement évolué, non seulement en apparence extérieure (porte un jean, pratique le yoga, roule en vélomoteur et arbore le sigle du Peace and Love sur son casque), mais il a changé psychologiquement, il n'est plus du tout maître des événements, ne dirige plus rien, faisant montre d'une étonnante passivité. Ensuite, le rôle des personnages principaux est plus effacé, alors que d'autres qui font un petit numéro de comparse, occupent ici un rôle plus important (Lampion, et surtout Alcazar qui est la figure principale de l'album).
On y voit enfin en vrai son éternel rival Tapioca qu'on avait toujours connu de nom seulement, il est conforme au portrait qu'on se fait des dictateurs sud-américains : un guignol vaniteux, suffisant et bardé de médailles, un "Mussolini de carnaval" comme le dit Haddock.

Cet album est aussi un album-bilan, on y retrouve une foule de personnages déjà entrevus, tels Sponsz qui ici change de tête en devenant la véritable âme du complot, manipulant adroitement Tapioca ; on retrouve aussi Ridgewell et les Arumbayas, également Pablo qui devient un traître. Parmi les nouvelles têtes, Peggy la femme d'Alcazar est une véritable virago qui se place comme un succédané de la Castafiore, et qui ne relève pas du tout l'image de la femme chez Hergé.

Si l'aventure est traitée un peu au ralenti, il semble que ce soit Hergé qui l'ait voulu ainsi ; certes, il y a une histoire, des gags, du mouvement, mais ça démarre moins vite, vers le tiers de l'album seulement, les héros sont un peu fatigués. Cette aventure qui revenait à la politique peut être vue comme une caricature lucide du pouvoir, une fable amère sur les mouvements armés en Amérique latine (Tapioca et Alcazar passant leur temps à se chasser l'un l'autre du pouvoir depuis des années, ce qui est confirmé par les 2 dessins de bidonville pratiquement identiques au début et à la fin d'album). Ce récit peut être vu aussi comme une gigantesque rigolade, traitant la politique en dérision, de façon moins sérieuse que dans le Lotus Bleu ou L'Oreille Cassée.

Graphiquement, Hergé a évolué vers une épaisseur du trait, abusant trop souvent des gros plans un peu malhabiles de personnages. Ce qui ne l'empêche pas de composer encore des images superbes, comme celle du "tabacos" page 20 qui est en même temps un bon gag, ou celles du carnaval page 54, et le sauvetage des Dupondt page 60. Bref, un album peut-être un peu moins inspiré, en demi-teinte, mais encore bien agréable quand même.

31 12 2010
   

Les quelques fois où j'ai envie de lire un Tintin, je ne me soucie pas du contexte qui entoure les albums. Et n’étant pas un inconditionnel de ce même Tintin, je ne connais pas leur date de parution, ni forcément leur numéro dans la série. Du coup, je viens de me rendre compte que l’album que j’avais lu, était le dernier Tintin parut. Je trouve qu’Hergé fait un bel hommage à ces lecteurs avec cette ultime aventure.

Avec le recul, c’est vrai que l’album sentait la fin. Comme d’autres posteurs l’ont fait remarquer, il y a quelques changements dans cet opus : Tintin renouvelle sa garde-robe avec un pantalon marron à la place de son éternelle pantalon de golf (ce qui ne m’a quand même pas sauté aux yeux, et qui n’est pas forcément un mal), Tintin devient un peu plus casanier, et possède probablement moins d’éthique ; ça c’est l’âge, il est lassé de tout :) ! Et enfin, le capitaine [Archibald] Haddock ne supporte plus l’alcool.

Franchement, cet album est un bon compromis entre l’aventure (la partie dans la jungle), le policier (Tintin avait flairé l’embrouille dès le début), l’humour (et ça, grâce à, comme d’habitude une tripoté de personnages secondaires : Haddock et ses colères, le professeur Tournesol et ses problèmes d’audition, les Dupondt fidèle à eux-mêmes, la Castafiore et son « talent » et tant d’autres…) mais aussi un peu de politique (l’Amérique du Sud est l’endroit idéal pour tous les aventuriers, à cause de toutes les dictatures qui s’y succèdent (regardez Spirou, il a aussi eu sa période), mais finalement Hergé pense certainement qu’aider une révolution, ne changera peut-être pas le régime d’un pays et la condition de son peuple, et ça, il le dit avec talent et subtilité).

Bref, j’ai pris un grand plaisir à lire ce Tintin (sûrement plus que d’habitude), avec Hergé qui signe ici une de ses meilleur œuvre, où il s’y fait réunir une grande part de ses personnages, pour la photo de famille finale, avec tous ce qu’on peut espérer d’un grand Tintin, et bien plus encore. Le dessin est, lui aussi, toujours excellent, une belle ligne claire (la forêt amazonienne est très bien représentée) et de belles couleurs.

Un excellent (mais malheureusement dernier) Tintin.

6 7 2010
   

"Tintin et les Picaros" est le vingtième-troisième et le dernier album de "Tintin (Les aventures de)" de Hergé. C'est sûrement le moins bon tome depuis "Les cigares du pharaon".

Certes, les dessins restent beaux avec cette ligne claire. Le scénario est plaisant avec Tintin et Haddock accusés de complot par le San Théodoros de Tapioca. Ce que j'apprécie moins est que nos héros sont fatigués, Tintin (qui met un pantalon pour la première fois) est réticent à se lancer à l'aventure. De même Hergé use de facilité comme dans son laïus rébarbatif de la première page.

Ce tome est donc décevant. Cela reste une bonne bande dessinée, mais de qualité bien moindre que les albums précédents. Il lui manque un supplément d'âme. En tout cas, il ne vous laissera pas un souvenir impérissable.

19 4 2009
   

J'ai vraiment l'impression que Tintin s'épuise, et après un vol 714 plutôt moyen, je trouve que cet album ne relève pas vraiment le niveau. Tintin s'épuise, au point de ne vouloir quitter Moulinsart pour se porter au secours de la Castafiore et finalement, c'est le capitaine et Tournesol qui partent au devant des ennuis. Ils seront rejoints par Tintin, quelques instants plus tard et j'ai donc trouvé cette hésitation du reporter (viendra, viendra pas) peu compréhensible. Par ailleurs, l'intrigue elle-même est bancale : ce bon vieux Sponsz fait enfermer la Castafiore uniquement pour faire venir Tintin. Déjà, ça , c'est un peu gros. Mais en plus, pourquoi faire? Pour se venger de l'échec subit lors de l'affaire Tournesol... J'ai l'impression que le scénario ne repose pas sur du tangible, là.

Alors, on dira que cet album permet de mêler Tintin à la révolution. Certes, mais lui s'en désintéresse totalement, de cette révolution. Il le dit d'ailleurs, qu'il n'y participe que par ce que c'est le seul moyen de faire ouvrir la prison où se trouve la Castafiore. Mais il se moque totalement du sort de ce bon Alcazar et c'est peut-être mieux ainsi. En effet, que ce soit Tapioca ou Alcazar au pouvoir, ce sont les mêmes favellas que l'on voit près de l'aéroport, entourées des mêmes militaires.
J'ai tout de même trouvé les Dupondt très dignes face à leur funeste destin...Mais les réflexions de la Castafiore ("il faut que je chante"), les incompréhensions de Tournesol et même les colères du Capitaine sont plaquées sur cette histoire, un brin artificielles.

J'ai l'impression qu'il manque de rythme dans cet album, que l'histoire a bien du mal à se mettre en branle et que l'humour y est moins présent. En bref je suis déçu. Dans l'album précédent, Hergé tentait de trouver une nouvelle voie dans laquelle je ne me reconnaissais pas et je suis passé à côté. Ici, Hergé nous propose une histoire qui pourtant a tous les ingrédients des histoires de Tintin : amitié, voyages, lutte contre des méchants, etc... tous les ingrédients, donc, mais pas tout à fait la même saveur.

31 5 2007
   

Dernier album (si on excepte Tintin et l'alph-art) des aventures de Tintin. Bien des choses ont passé en 8 ans depuis Vol 714 pour Sydney. Deux films sont sortis: Tintin et le temple du soleil (1969) et Tintin et le lac aux requins (1972) qui ne sont guère des réussites, surtout le premier qui ne respecte pas du tout l'album.

Des changements ont aussi lieu dans l'esprit d'Hergé. Tintin perd son pantalon de golf contre un jeans (idée à laquelle je n'adhére pas. Tintin sans son pantalon de golf ce n'est plus vraiment Tintin). Il ne semble plus voir partir à l'aventure, mais le fait le plus notable est que le capitaine Haddock ne peut plus boire d'alcool (idée que je ne trouve pas bonne également).

Le scénario se marque par le retour de nombreux personnages: les Dupondt (absent de l'album précédent), la Castafiore, le Général Alcazar, ... Ce dernier apparaît d'ailleurs différent par rapport aux précédents album où il est apparut. Le développement de ce personnage comme celui de Lampion est par contre une bonne idée. La présence de sa femme apporte d'ailleurs une touche assez comique.

Le dessin d'Hergé est toujours aussi bon, mais comme le précédent, le scénario est en dessous des bons tintin. En tout cas il n'a pas su me plaire comme l'avait fait des albums comme les 7 boules de cristal ou l'île noire.

vladkergan :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de vladkerganReflet de l'avatar de vladkergan
12 2 2006
   

Malheureusement le dernier album de la série, Hergé décédant peu après, mais quel album !

Hergé nous plonge ici au coeur d'une révolution sud-américaine au San Théodoros, révolution auxquels nos amis vont être mêlés par l'entremise de Bianca Castafiore, le bien connu rossignol milanais. Cet album fait intervenir un nombre impressionnant des personnages de la série (Tintin, Milou, Tournesol, Séraphin lampion, Alcazar, La Castafiore, Irma et le pianiste, etc.) le tout pour un très bon compromis action/humour comme seul Hergé savait en faire. Tintin, Milou et Tournesol qui vont offrir leur aide à Alcazar pour renverser le général Tapioca (dont le bras droit n’est autre que Spontsz, le colonel bordure bien connu des lecteurs de la série). Mais tout ça pour quel résultat au final ? Remplacer la dictature d’un militaire par celle d’un autre militaire ?

Le dessin est fidèle au style hergéien. Cette ligne claire simple et semi-réaliste, qui a largement fait école depuis, remplit toujours son office avec brio. Les couleurs sont simples mais collent toujours aussi bien à l’atmosphère de la série.

Un dernier opus qui démontre une fois de plus le potentiel narratif et visuel de cette série.

10 2 2006
   

L'ultime aventure de Tintin, une nouvelle fois envoyé au San Theodoros.
Un changement capital : Tintin abandonne ses culottes de golf contre un jean marron. Cette contribution à la mode contribue à le démoder un peu plus. Qui plus est, notre héros se sent un tantinet casanier : il ne demande qu'à rester chez lui et laisse d'abord Haddock et Tournesol partir à sa place. Mais il finit néanmoins par repartir au combat comme un brave et s'envole délivrer la Castafiore. Et pour ce faire, il aidera le général Alcazar à renverser l'immonde Tapioca lors du carnaval.
Sincèrement, je ne me suis pas amusé à la lecture de cet opus. Hergé lui-même déclara l'avoir réalisé à contrecoeur. Il fallut en effet attendre huit ans après Vol 714 pour voir cet album en librairie. Tintin avait changé, le lectorat aussi.
Il aura néanmoins fallu cette histoire pour connaître le prénom de Haddock : Archibald (page 31).

Hergé décède à Bruxelles le 03 Mars 1983.
A partir de ce jour on ne parlera plus de bande dessinée mais de business.

18 11 2005
   

Un tome exceptionnel à mon avis !
En effet, tous les personnages vus dans les différents épisodes de Tintin sont là (comme si ce tome devait être le dernier !!!) : les Dupont/d, Tournesol, Haddock, la Castafiore et ses proches, Séraphin Lampion, Alcazar (et son excellente moitié lol), Tapioca, Pablo, un des "méchants" encore vivants ...
Et le tout sonne très juste : de l'aventure, du dépaysement, un brin de réflexion et beaucoup d'humour ... voilà le cocktail que nous propose Hergé, et je le savoure à chaque fois avec délectation.
A lire, encore et encore !!!

"Vive Alcazar, c'est un malabar !!!!!!!!"

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Tintin (Les aventures de) : L'intégrale des aventures de Tintin 2 2.25
Tintin (Les aventures de), tome 1 : Tintin au pays des Soviets 16 2.56
Tintin (Les aventures de), tome 2 : Tintin au Congo 18 2.89
Tintin (Les aventures de), tome 3 : Tintin en Amérique 14 2.89
Tintin (Les aventures de), tome 4 : Les cigares du pharaon 11 3.82
Tintin (Les aventures de), tome 5 : Le lotus bleu 14 4.14
Tintin (Les aventures de), tome 6 : L'Oreille Cassée 15 3.37
Tintin (Les aventures de), tome 7 : L'île noire 12 3.92
Tintin (Les aventures de), tome 8 : Le sceptre d'ottokar 13 3.92
Tintin (Les aventures de), tome 9 : Le crabe aux pinces d'or 14 3.96
Tintin (Les aventures de), tome 10 : L’étoile mystérieuse 12 2.88
Tintin (Les aventures de), tome 11 : Le secret de la Licorne 15 4.47
Tintin (Les aventures de), tome 12 : Le trésor de Rackham le Rouge 14 4.43
Tintin (Les aventures de), tome 13 : Les 7 boules de cristal 13 4.00
Tintin (Les aventures de), tome 14 : Le temple du soleil 15 4.30
Tintin (Les aventures de), tome 15 : Au pays de l'or noir 12 3.63
Tintin (Les aventures de), tome 16 : Objectif Lune 12 4.13
Tintin (Les aventures de), tome 17 : On a marché sur la lune 13 4.35
Tintin (Les aventures de), tome 18 : L’affaire Tournesol 9 4.28
Tintin (Les aventures de), tome 19 : Coke en stock 9 3.67
Tintin (Les aventures de), tome 20 : Tintin au Tibet 15 4.43
Tintin (Les aventures de), tome 21 : Les bijoux de la Castafiore 13 4.27
Tintin (Les aventures de), tome 22 : Vol 714 pour Sydney 15 3.30
Tintin (Les aventures de), tome 23 : Tintin et les picaros 10 3.45
Tintin (Les aventures de), tome 24 : Tintin et l'Alph-art 3 4.33