45 976 Avis BD |19 906 Albums BD | 7 826 séries BD
Accueil
Tome 24 : Tintin et l'Alph-art
 

Tintin (Les aventures de), tome 24 : Tintin et l'Alph-art

 
 

Résumé

Tintin (Les aventures de), tome 24 : Tintin et l'Alph-artAfin d'acceder au résumé de Tintin (Les aventures de), tome 24 : Tintin et l'Alph-art, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Tintin (Les aventures de), tome 24 : Tintin et l'Alph-artDernier album inachevé de la série, qui nous laisse alors que le reporter du petit vingtième est en bien facheuse posture face à une vieille connaissance.

Cet album aborde une thématique qu'Hergé affectionnait tout particulièrement : celle du milieu artistique et de l'art moderne. Et on retrouve à cette occasion tout l'univers de la geste tintinesque : depuis Haddock, qui s'adonne cette fois-ci corps et âme à sa passion pour l'art moderne, sur les conseils éclairés de la Castafiore, Tournesol, toujours fidèle à son rôle de savant distrait et sourd comme un pot, et Tintin bien sûr, qui veille, et qui va une fois de plus se retrouver plongé dans une intrigue policière comme seul Hergé sait les faire.

Niveau dessin, cet album a ceci de particulier qu'il en est encore au stade de crayonné pour les premières pages et de storyboard même pour la majeure partie de l'album. La première version de l'album était ainsi très difficile à lire, ce que résouds cette nouvelle version de Casterman, qui inclut enfin l'album dans les 23 albums de base que compte la série, depuis Tintin au pays des Soviets jusqu'à Tintin et les Picaros.

Storyboard donc, mais mis en page avec un grand respect du travail de l'auteur. L'album est certes inachevé, et certaines parties en étaient encore au stade de l'ébauche, mais les éditeurs ont veillé à ne pas dénaturer le travail d 'Hergé et à laisser la plus grande liberté d'interprétation au lecteur.

Au final un ouvrage qui acquiert enfin, après toutes ses années, ses lettres de noblesses. Un album indispensable pour tout fan de Tintin et d'Hergé, voire à tout amateur de bande dessinée désireux de redécouvrir sous un nouveau jour le dernier album d'un mythe fondateur.


Chronique rédigée par vladkergan le 31/08/2004
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de vladkerganReflet de l'avatar de vladkergan
Statistiques posteur :
  • 351 (68,82 %)
  • 73 (14,31 %)
  • 86 (16,86 %)
  • Total : 510 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,93 10,93 10,93
Acheter d'occasion : 1,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Janvier 1986

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Tintin (Les aventures de), tome 24 : Tintin et l'Alph-art, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 11 2018
   

A la lecture des éléments compilés dans ce "tome 23", Hergé semblait vouloir poursuivre la déconstruction du mythe qu'il avait lui-même forgé d'album en album. Haddock broie du noir après avoir été "guéri" de son penchant pour la Dive Bouteille, la Castafiore hante ses rêves, Tintin rencontre une jolie jeune femme (serait-il advenu quelque chose entre eux ?), Rastapopoulos est métamorphosé en gourou New Age. Plus globalement Hergé aborde le thème de l'art contemporain pour lequel il avait tant d'appétence, non sans dérision par ailleurs.

A l'instar du passionnant "Hergé et les Bigotudos" de Philippe Goddin qui décrit le long et fastidieux (pour l'auteur et non pour le lecteur qui lui se régale) travail de création de "Tintin et les Picaros" (mais aussi par extension de "Vol 714 pour Sydney"), la vertu principale de cet album tel qu'il se trouve dans sa version actuelle, et hélas définitive, est de nous faire entrer dans les coulisses du processus créatif hergéen. Une première planche esquissée fait office de page de script, un second crayonné peaufine le découpage avant probablement la planche définitive que nous ne pourrons ici jamais admirer. On découvre aussi le lent processus qui précède la mise en forme d'une histoire, entre idées jetées ci et là, influences diverses et pistes abandonnées.

Qu'il est bien difficile de juger cette œuvre inachevée qui nous laisse en plan alors que le mystère qu'il raconte est encore entier. La dernière case de cette série est donc celle où Tintin est emmené vers son exécution. Nous nous doutons qu'il n'allait pas mourir, et pourtant quel étrange point final porté à cette série. Tintin qui s'apprête à être pour ainsi dire statufié ! Dommage que la veuve de l'auteur n'ait pas accepté que Bob de Moor, le plus proche collaborateur d'Hergé, achève l'album, car il aurait été bien le seul à pouvoir faire justice à l'œuvre tintinienne pour laquelle il a tant donné. Mais comme de la même manière l'on n'écrira jamais la fin des romans inachevés de Flaubert ou de Stendhal, Tintin et l'Alph-art restera le dernier et émouvant témoignage artistique d'un maître fondateur du Neuvième Art.

11 8 2007
   

24ème et dernière aventure de Tintin, mais surtout malheureusement inachevée. Celle-ci a connu deux éditions, une en 1986 (trois ans après la mort de Hergé) et une en 2004 (celle présentée) pour les 75ans de Tintin.

L’histoire, bien qu’inachevée (elle s’arrête à la page 42), est assez bonne. Elle nous montre l’attrait de Hergé pour l’art moderne. Il s’en sert d’ailleurs pour se moquer des gens riches qui essayent de s’intéresser à l’art. Dans ce sens, les personnages de la Castafiore et de l’Emir expriment bien le ridicule que Hergé veut donner.

Le scénario prend une tournure assez policière. Partant de deux meurtres, notre héros se retrouve embarqué dans une histoire de faux tableaux, dirigée par un certain Endaddine Akkas (qui ne serait autre que Rastapopoulos). Le fait que la fin soit ouverte permet d’ailleurs a chaque lecteur d’imaginer le dénouement qui lui plait.

Personnellement, même si il est inachevé, je trouve que cet album est un vrai bijou et pour au moins deux raisons. La première concerne son « début d’histoire » qui a mes yeux allait peut être donné un album meilleur que les deux derniers (Vol 714 pour Sydney , Tintin et le Picaros). La deuxième est qu’il nous montre comment travaillait le maître.

A noter que certains auteurs ont terminé cet album. La qualité fut variable. J’ai lu deux versions : une signée Ramo Nash qui est assez mauvaise, et une autre signé par Yves Rodier, qui elle est très bonne.

A titre de comparaison: La version paru en 1986, est plus intéressante que la version de 2004 (en ce qui me concerne) qui n'apporte en fait pas grand chose. Dans cette version, l'idée des deux cahiers est très bonne. Le scénario d'un côté nous fait penser à une pièce de théâtre. L'autre cahier, avec les dessins, nous permet de mieux regarder les planches laissées par le maître. La vision est d'ailleurs meilleure que dans la version de 2004.

Une troisième version de l'album serait prévue.

10 2 2006
   

En 1976, Hergé s'enthousiasme pour le livre de Roger Peyrefitte "La Vie extraordinaire de Fernand Legros". Cela lui donne l'idée d'une 24ème aventure.
Tintin plonge dans le milieu de l'art, met au jour un réseau de faussaires, le tout mêlé aux activités d'une secte suspecte. Fait prisonnier, Tintin est menacé d'être transformé en sculpture vivante.
C'est d'ailleurs sur cette dernière image que s'achève Tintin et l'Alph-Art, laissant notre héros s'avancer vers la mort en plein milieu d'une page.
42 pages restent inachevées. On y découvre un Haddock changé, qui fréquente les milieux "artistes", achète des tableaux, s'habille différemment et joue de la guitare. On y découvre aussi un nouveau méchant : Endaddine Akass.
Les pages non achevées sont des esquisses en liberté d'Hergé effectuées au crayon et au stylo bille noir, le tout rehaussé par endroits de feutre rouge, bleu et noir.

Ultime hommage graphique au maître, cet album est le départ d'un énorme business organisé par le nouveau mari de sa veuve. Business qui rapporte des sommes énormes à quelqu'un qui a senti la très bonne affaire : enregistrer le nom "Tintin", ce que Hergé n'avait jamais pensé faire !

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Tintin (Les aventures de) : L'intégrale des aventures de Tintin 2 2.25
Tintin (Les aventures de), tome 1 : Tintin au pays des Soviets 16 2.56
Tintin (Les aventures de), tome 2 : Tintin au Congo 18 2.86
Tintin (Les aventures de), tome 3 : Tintin en Amérique 14 2.93
Tintin (Les aventures de), tome 4 : Les cigares du pharaon 12 3.75
Tintin (Les aventures de), tome 5 : Le lotus bleu 14 4.14
Tintin (Les aventures de), tome 6 : L'Oreille Cassée 15 3.33
Tintin (Les aventures de), tome 7 : L'île noire 12 3.96
Tintin (Les aventures de), tome 8 : Le sceptre d'ottokar 13 3.92
Tintin (Les aventures de), tome 9 : Le crabe aux pinces d'or 14 3.96
Tintin (Les aventures de), tome 10 : L’étoile mystérieuse 12 2.88
Tintin (Les aventures de), tome 11 : Le secret de la Licorne 15 4.47
Tintin (Les aventures de), tome 12 : Le trésor de Rackham le Rouge 14 4.43
Tintin (Les aventures de), tome 13 : Les 7 boules de cristal 13 4.00
Tintin (Les aventures de), tome 14 : Le temple du soleil 15 4.30
Tintin (Les aventures de), tome 15 : Au pays de l'or noir 12 3.54
Tintin (Les aventures de), tome 16 : Objectif Lune 12 4.13
Tintin (Les aventures de), tome 17 : On a marché sur la lune 13 4.35
Tintin (Les aventures de), tome 18 : L’affaire Tournesol 9 4.28
Tintin (Les aventures de), tome 19 : Coke en stock 10 3.80
Tintin (Les aventures de), tome 20 : Tintin au Tibet 15 4.43
Tintin (Les aventures de), tome 21 : Les bijoux de la Castafiore 13 4.27
Tintin (Les aventures de), tome 22 : Vol 714 pour Sydney 16 3.41
Tintin (Les aventures de), tome 23 : Tintin et les picaros 11 3.45
Tintin (Les aventures de), tome 24 : Tintin et l'Alph-art 4 4.25