46 214 Avis BD |20 030 Albums BD | 7 856 séries BD
Accueil
Tome 30 : Moi, Jolan
 

Thorgal, tome 30 : Moi, Jolan

 
 

Résumé

Thorgal, tome 30 : Moi, JolanAfin d'acceder au résumé de Thorgal, tome 30 : Moi, Jolan, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Thorgal, tome 30 : Moi, JolanLe voici enfin le nouveau Jolan… Enfin, il faut encore dire Thorgal mais pour combien de temps encore?

Le trentième album de la série est un événement car il marque l’arrivée de Yves Sente au scénario, puisque Jean van Hamme a décidé de se consacrer à d’autres projets. Et reprendre le scénario d’un mythe tel que Thorgal est loin d’être une sinécure. On peut donc imaginer que cet album sera l’objet de pas mal de commentaires.

Pour être clair, si l’album précédent était celui d‘ un passage de flambeau, celui-ci est essentiellement une mise en place d’un nouveau cycle qui, vu les différentes portes ouvertes, pourrait être assez long. Thorgal a souvent oscillé entre des scénarios de type heroic fantasy impliquant une mythologie pure (présence des dieux, magiciens) et des scénarios tentant de donner une explication technique à des phénomènes « divins » s’approchant presque de la science fiction (cf. les albums traitant des origines de Thorgal ou encore le cycle de Qa). Ici et à première vue, Sente choisit le côté heroic fantasy et mythologie puisque un des personnages essentiels de ce nouveau cycle est Manthor un demi Dieu qui va initier Jolan en vue de son grand destin. L’album ne nous en dit pas beaucoup plus pour l’instant, se contentant d’imposer à Jolan diverses épreuves en compagnie de quelques nouveaux compagnons de fortune. En parallèle, nous suivons Thorgal et sa famille confrontés au départ de Jolan. Aaricia, pressentant le danger pour son fils, se montre d’ailleurs plus battante que dans les derniers albums. Cette partie du récit, nous exposant le déchirement causé par l’absence de Jolan, est de très bonne facture.
Je dois tout de même avouer que, même si le personnage de Jolan est intéressant, les planches où apparaît Thorgal éveillent un peu de nostalgie chez moi et j’ose espérer tout de même qu’un héros tel que lui ne sera pas définitivement confiné à un rôle de « simple » villageois.

Côté dessin, c’est du Rosinski en couleur directe comme ce fût déjà le cas dans l’album précédent. Cela ne faisait pas l’unanimité mais personnellement j’aime beaucoup, le fondu des couleurs donne beaucoup de douceur au dessin sans altérer le dynamisme.

Sans être un album exceptionnel, « Moi, Jolan » est une belle entrée en matière pour Yves Sente qui place ici ses pions et met en place un (probable) long cycle qui pourrait être porteur d’un nouveau souffle pour cette série. Une note d’encouragement.


Chronique rédigée par BronX le 04/10/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de BronXReflet de l'avatar de BronX
Statistiques posteur :
  • 57 (93,44 %)
  • 4 (6,56 %)
  • Total : 61 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,83 11,83 11,83
Acheter d'occasion : 4,75
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Octobre 2007

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Thorgal, tome 30 : Moi, Jolan, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 4 2013
   

Ce qui m’énerve un peu dans ce tome c'est que non seulement ce n'est pas du Thorgal, mais ce n'est pas non plus une histoire complète de Jolan ou de qui que ce soit d'autre. Il y a d'une part une histoire de Jolan qui prend la moitié des pages, et d'autre part une histoire de Thorgal et d'Aaricia. Cette dernière se débarrasse vite de Thorgal pour continuer sa quête seule, donc c'est une histoire d'Aaricia. Non, en fait, elle se fait raconter l'histoire du fils de Thorgal, pas Jolan, puisque ça c'est aussi son fils, non, il s'agit d'Aniel, le fils de Thorgal et de Kriss de Valnor, dont le destin semble être au moins aussi important que celui de Jolan. Et donc on s'y perd un peu.

J'avoue que, au bout d'un moment, j'ai lu les deux histoires séparément, c'est vachement plus clair. Et donc, voilà Jolan à l'aventure avec deux autres garçons et deux filles, ça me rappelle le club des cinq, sauf que là, c'est un pour tous, tous pourris. Sauf Jolan qui est honnête. Et bien, il sera récompensé, parce que c'est lui qui va gagner, on s'en doutait absolument pas. Et je trouve bizarre un peu aussi que le scénario s'attarde sur l'épreuve du feu réussie par Arlac et Draye, et qu'on sache simplement que Jolan, Ingvild, et Xial qui arrive on se comment, ont surmonté l'épreuve de l'eau. Bref, il y a beaucoup de non-dit, et c'est un peu frustrant.

Faut-il voir là les prémices des futurs séries parallèles, notamment de Kriss de Valnor et de Louve ? Peut-être. En tout cas, on sent que le nouveau scénariste, Y. Sente, bouillonne d'idées, et même s'il a du mal à les canaliser, cet album s’intègre bien à la série.

22 3 2011
   

Un album « autre ».
Je ne dis pas que Thorgal avait lentement pris ses aises dans une certaine monotonie, devenant quand même un peu ennuyeux par moments, mais ce tome donne une sorte de –petit- coup de fouet pas désagréable du tout.
Car Thorgal devient une sorte de second couteau, son fils tenant le devant de la scène.

Et c’est là que réside l’intérêt principal car Sente –bien qu’il suive la « tonalité » Thorgal- a sa propre vision de cet univers et des personnages qui l’habitent. J’ai donc retrouvé les éléments, les ingrédients du Thorgal de Van Hamme, mais à la « sauce » Yves Sente. Je n’ai donc pas été dépaysé.

« Autre » Thorgal aussi car Jolan va suivre une geste initiatique sous « l’œil » des dieux et ainsi se détacher de son père.
Renouveau de « l’esprit » Thorgal mais dessin dans la continuité. C’est toujours aussi bon avec un graphisme haut la main rehaussé par la palette de couleurs directes utilisée.
Il y a une sorte de pont immatériel. Jolan l’a franchi. A lui maintenant, sous la houlette de ses deux « pères » de nous montrer ce qu’il vaut, ce qu’il est… ou va devenir.

6 9 2010
   

L'exercice était vraiment casse-gueule pour Sente : reprendre une série au 30ème tome, à la suite d'un talentueux scénariste, il était forcément attendu au tournant et on pouvait craindre le pire. Et pourtant, Sente réussit là un tour de force et cet album est plutôt une sacrée réussite, qui allie continuité et nouveauté.

Dès la première vignette, on a compris que ce tome se situait dans la continuité de la série : rien ne serait renié : cette vignette présente en effet celle du tome précédent, vu sous un autre angle. Elle aurait pu être la dernière du tome précédent. Dans cette histoire, on sent que Jolan vole la vedette à son père, mais comme il l'a déjà fait dans le passé, lorsque Thorgal était indisponible, ce n'est pas choquant et cela apparaît même comme naturel. Sente oriente son histoire vers un mode heroic fantasy un peu plus poussé que son aîné, en reprenant l'idée de l'entremonde, et en le développant. Cette histoire de 5 élus qui doivent mériter leur place auprès de Manthor le mentor, pour avoir une destinée incroyable (on ne sait pas encore laquelle) est plutôt bien vue : très linéaire, presque sans surprise, elle a le mérite de renouveler intelligemment le petit monde que l'on connaissait bien. Quatre nouveaux personnages qui donnent l'impression de s'inscrire dans la durée : voilà qui promet belles aventures dans le futur. Il est vrai que l'on reste sur un mode peu classique de "5 personnes doivent se rendre du point A au point B dans un monde fabuleux, et rencontreront des épreuves sur leur parcours". Mais c'est bien fait, même si on a l'impression que les auteurs cherchent à toucher un public moins âgé que précédemment (notamment au regard de l'âge des protagonistes). Et puis, Thorgal et Aaricia sont bien présents, assurant ainsi une certaine nostalgie appréciable. Tout est bien étudié, tout est au millimètre, avec des efforts pour faire référence à des personnages qui ont fait référence dans la série. C'est bien fait, et j'ai aimé.

Quant aux dessins, ils sont tout bonnement réussis, comme dans le tome précédent. J'avais déjà remarqué cette nouvelle technique précédemment, je l'avais salué dans le tome précédent et je suis ravi que Rosinski persiste et signe. La finesse des visage, la beauté des paysages, et des personnages parfaitement imaginés : tout cela, c'est du solide.

Une très bonne surprise que cet album, même si je regrette un peu le manque d'originalité de cette nouvelle quête.

7 12 2008
   

Nouveau départ pour un nouveau cycle de 29 tomes ? ;)

En tout cas, cet album m'a très agréablement surpris. Surtout après la légère déception du tome précédent.
Sente réussit parfaitement à s'approprier le monde de Thorgal et rend une copie fort intéressante.
Le scénario est fluide, complet, pas forcément très originale, (forcément après tant d'albums de Van Hamme qui a exploré l'univers sous tellement de coutures et même déjà abordé la vie de Jolan...), mais suffisamment prenant afin de me tenir éveillé de bout en bout. Arrivée à la dernière bulle de la dernière page je me suis même dit qu'il n'y avait pas le nombre de pages réglementaire :D. Qu'il y en avait moins que d'habitude...
Les personnages qui prennent un coup de jeune, surfent sur la psychologie énervante parfois des ados trop sûrs d'eux même. Mais Jolan (Qui d'autre !?!?) calme tout ça et prend les choses en main. Le mélange entre histoire et contes nordiques et toujours aussi prenant depuis 30 albums.
De plus, cette histoire ne se termine pas en un tome. Suite au prochain numéro.
De ce fait, Sente prend le temps de développer son histoire, rien ne parait bâclé.
Au contraire, il apporte énormément d'éléments qui pourront être développés par la suite et titillent notre curiosité !

Coté dessin, j'avoue que j'ai fini par basculer dans le camp de ceux qui adorent le nouveau style de Rosinski. Sa couleur directe est magnifique. Certes, il ne recherche pas la précision, les bords ne sont pas toujours parfaitement définis, mais Rosinski ne recherche pas la précision du trait, mais la beauté globale de l'image.
Il pose des ambiances magnifiques et ses personnages ont de vraies tronches.
J'aime particulièrement le passage chez Mahara.
Les positions, les postures, les cadrages sont toujours superbes.
Un travail incroyable que j'approuve entièrement !

31 8 2008
   

Voici le nouveau "Thorgal" : nouveau par le scénariste et par le personnage principal.
Il est certain que Van Hamme a donné les bases à Sente mais il est difficile pour l'instant de donner un avis sur le nouveau scénariste.
Attendons la suite mais il est vrai que pour l'instant la lecture de ce nouveau petit héros "Jolan" est haletante et riche en révélations grace à la voyante...
Dans cette histoire Jolan est accompagné de deux garçons et deux filles de son âge pour remplir une mission mais un seul sera l'élu...

Les traits de M. Rosinski sont toujours appliqués, mais moi, personnellement je n'aime pas du tout cette méthode de couleurs...
Sur certaines pages cela fait "pateux", sale, flou comme si on voulait camoufler les mauvais traits, tout les défauts...
Dommage car les couleurs sont biens choisies.
Un bon album niveau scénario, même s'il faut attendre de voir comment va se débrouiller Sente pour la suite, mais la couleur m'empêche de mettre la note de 4

13 1 2008
   

Cela faisait longtemps que j’avais décroché de la série Thorgal (environ, depuis le cycle déjà fort inégal du pirate Shaïgan). Si certains des derniers albums lus au travers de balades en bibliothèque pouvaient se montrer parfois intéressants comme celui intitulé "Kriss de Valnor" ; je trouvais que depuis l’album "Arachnéa", la série déclinait gentiment.
Mais, ici cet album marque une passation de témoin, Van Hamme passe le relais à Yves Sente et celui-ci commence un cycle qui comprendra au moins 4 albums. Rosinski en profite pour appliquer ses méthodes de couleur directe déjà entrevue dans l’album la vengeance du comte Skarbek.
Concernant l’histoire, Yves Sente voulait d’abord appeler son album les élus, il a choisi Moi Jolan pour bien marquer le transition entre Thorgal et son fils. Cependant, Thorgal n’est pas absent de cet album, ses choix sont même fortement remis en cause par sa femme Aaricia, dans des scènes plutôt intéressantes.
Pour cette première histoire, Sente se sert d’une vieille recette propre à la Fantasy, celle des communautés : on fait donc la connaissance de 5 jeunes adolescents au caractère bien marqué, même si cela n’évite pas les redites. La fille du groupe n’est pas sans rappeler Kriss de Valnor. D’ailleurs, on a l’impression de revivre la célèbre scène de la trahison de Tjall dans les yeux de Tanatloc. Tjall étant incarné cette fois par le jeune duc arrogant Arlac et Kriss par Ingvild.
Tous ces jeunes doivent se rendre chez Manthor, qui ressemble étrangement au docteur Fatalis des Quatre Fantastiques. C’est ici, à mon avis, que le scénario devient vraiment intéressant car il permet de créer une filiation entre Manthor, Kriss de Valnor, Thorgal et leur fils Aniel.
Un premier tome d’un nouveau cycle qui s’annonce sous de bons auspices.

5 1 2008
   

D'abord, la couverture est très attrayante. Superbe.
Ensuite, les dessins en couleurs directes sont une réussite. Rosinsky maîtrise déjà beaucoup mieux la technique et Thorgal n'est plus le méconnaissable barbu bovin du tome précédent. Il retrouve enfin son visage.
Mais surtout, la reprise du scénario par Sente se fait dans une parfaite continuité; sans accroc.
Je ne sais pas si cette histoire est du pur Y.Sente ou si Van Hamme avait donné les grandes lignes de la suite, mais en tout cas le relais entre Thorgal et Jolan se passe parfaitement.
On est reparti sur de la grande aventure avec beaucoup de développements possibles.
Cet album fait office de présentation et d'introduction à un nouveau cycle, mais il n'y a pas de raison de douter de la qualité de ce qui va venir.
Les personnages qui accompagnent Jolan sont tous très réussis et attachants, mais la trame secondaire autour de Thorgal, Aaricia et Louve garde toute sa force, notamment avec les révélations coup de poing de la sorcière Mahara...
Un nouveau duo d'auteurs qui semble bien fonctionner, plein d'idées, par exemple le mur d'images qui encercle Jolan au début, très réussi.

28 10 2007
   

Le voilà donc, le premier Thorgal de l’ère Sente, fruit du passage de relais entre Van Hamme et l’autre scénariste préférentiel de Rosinski. Ils avaient fait du super boulot sur "La Vengeance du comte Skarbek", et la suite de l’une de mes séries préférées s’annonce sous les meilleurs auspices.
D’auspices il est d’ailleurs entre autre question dans ce tome 30, puisqu’Aaricia va voir une devineresse pour en savoir plus sur le destin de son fils. Cette boucle scénaristique permet à Sente d’introduire une sous-intrigue qui promet, en parallèle à son fil rouge principal. Celui-ci voit donc Jolan, flanqué de quatre outsiders, se retrouver dans une quête initiatique où le scénario précédent de Van Hamme avait obligé son successeur de se lancer. Sente s’en sort plutôt bien, emmenant son nouvel héros dans des aventures presque au niveau de celles de son illustre père.
Thorgal est toujours le personnage qui donne son nom à la série, mais n’en est plus qu’un personnage secondaire. Désormais c’est son fils qui vivra des aventures dans la série, et je dois dire que ce n’est pas mal. Thorgal était devenu, au fil des derniers albums, un héros vieillissant, vivant des aventures redondantes, qui avait fini par lasser de nombreux lecteurs, même parmi les fans de la première heure. Jolan est un héros différent, qui permet virtuellement de nouveaux horizons.

Côté graphisme, Rosinski est revenu en grande forme, lui qui était (bien qu’il s’en défende) un peu lassé de son anti-héros venu des étoiles. Je dois dire que son évolution graphique est un peu déroutante, et que certains plans ne sont pas forcément réussis, carrément flous, alors que d’autres planches sont vraiment somptueuses, notamment dans les scènes de nature.

Bref, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour une œuvre majeure de la sphère franco-belge, avec un changement de héros et de scénariste bienvenus, qui augurent d’aventures intéressantes. A suivre.

19 10 2007
   

Beaucoup d'entre nous attendaient avec impatience ce nouvel épisode de la série "Thorgal" (qui s'appelera "Jolan" d'ici quelques albums). Avec ce trentième tome, un nouveau cycle commence avec pour personnage central le fils de Thorgal. En tant que fan depuis des années, une certaine tristesse était présente à la lecture de ce tome car Thorgal ne joue plus qu'un rôle secondaire. Cependant, grâce à son éducation Jolan ressemble beaucoup à son père tant dans sa façon de penser que dans ses convictions. Ainsi, les plus nostalgiques d'entre nous arrivent à s'attacher à ce nouvel héros. Par ailleurs, ce nouveau cycle relance l'intérêt de cette série qui existe déjà depuis quelques décennies car on pouvait être lasser de voir Thorgal subir sans cesse les nouvelles épreuves que lui infligeaient les dieux alors qu'il n'aspirait qu'a une vie tranquille auprès de sa famille. De ce fait, avec Jolan, notre héros préféré obtient enfin ce qu'il méritait depuis longtemps.
En ce qui concerne le scénario, celui-ci est très intéressant et on peut féliciter Y. Sente qui reprend avec talent cette série. Quant a Rosinsky il est tout simplement magistral. En effet, le dessin est merveilleux et donne beaucoup d'épaisseur à l'histoire. Chaque planche est comparable à un tableau.
A la lecture de l'album on présent que ce nouveau cycle va durer plusieurs albums et on ne peut que s'en réjouir car ce trentième opus est tout simplement de qualité.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Thorgal, tome 1 : La magicienne trahie 17 3.12
Thorgal, tome 2 : L'ïle des mers gelées 15 3.53
Thorgal, tome 3 : Les trois vieillards du pays d'Aran 12 3.71
Thorgal, tome 4 : La galère noire 11 3.91
Thorgal, tome 5 : Au-delà des ombres 12 4.42
Thorgal, tome 6 : La chute de Brek-Zarith 15 3.13
Thorgal, tome 7 : L'enfant des étoiles 12 3.21
Thorgal, tome 8 : Alinoë 12 3.67
Thorgal, tome 9 : Les archers 12 4.46
Thorgal, tome 10 : Le pays Qâ 11 4.09
Thorgal, tome 11 : Les yeux de Tanatloc 9 4.56
Thorgal, tome 12 : La cité du dieu perdu 8 4.63
Thorgal, tome 13 : Entre terre et lumière 7 3.50
Thorgal, tome 14 : Aaricia 7 3.29
Thorgal, tome 15 : Le maître des montagnes 11 3.36
Thorgal, tome 16 : Louve 9 3.61
Thorgal, tome 17 : La gardienne des clés 7 3.36
Thorgal, tome 18 : L'épée-soleil 7 3.36
Thorgal, tome 19 : La Forteresse invisible 4 4.00
Thorgal, tome 20 : La marque des bannis 6 3.83
Thorgal, tome 21 : La Couronne d'Ogotaï 7 3.07
Thorgal, tome 22 : Géants 5 2.90
Thorgal, tome 23 : La Cage 9 3.67
Thorgal, tome 24 : Arachnéa 6 2.83
Thorgal, tome 25 : Le Mal Bleu 8 3.94
Thorgal, tome 26 : Le royaume sous le sable 10 1.80
Thorgal, tome 27 : Le Barbare 6 3.42
Thorgal, tome 28 : Kriss de Valnor 8 3.56
Thorgal, tome 29 : Le Sacrifice 14 3.57
Thorgal, tome 30 : Moi, Jolan 10 3.75
Thorgal, tome 31 : Le bouclier de Thor 8 3.56
Thorgal, tome 32 : La Bataille d'Asgard 4 3.25
Thorgal, tome 33 : Le Bateau-Sabre 8 3.00
Thorgal, tome 34 : Kah-Aniel 4 2.50
Thorgal, tome 35 : Le feu écarlate 3 3.17
Thorgal, tome 36 : Aniel 1 3.50