45 008 Avis BD |19 394 Albums BD | 7 695 séries BD
Accueil
Tome 25 : Le Mal Bleu
 

Thorgal, tome 25 : Le Mal Bleu

 
 

Résumé

Thorgal, tome 25 : Le Mal BleuAfin d'acceder au résumé de Thorgal, tome 25 : Le Mal Bleu, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Thorgal, tome 25 : Le Mal BleuAprès un tome moyen, où Thorgal et sa famille se baladent à la recherche d'une terre où habiter, voilà que cela se continu dans ce tome, cette fois-ci, ce n'est pas la rencontre avec une araignée géante qui va les précipiter dans une aventure abracadabrandesque mais une maladie : le Mal Bleu !

Le scénario, finement mené, il faut l'avouer, reste tout de même assez moyen. Ce n'est pas l'histoire qui est nul en elle même : mais c'est toutes les aventures qu'ont vécu les Aergisson, c'est totalement époustouflant !
25 tomes et 25 aventures incroyables, il est tout de même normal que la série commence à s'essoufler.

Quand je disais que ce tome était très bien mené, c'est parce qu'ici la narration est dans les mains de Jolan, le fils de Thorgal, qui commence l'album par annoncer qu'il va mourir... intriguant, ce tome se laisse facilement lire et toujours avec autant de plaisir (c'est ça d'être un fan de Thorgal:)).

Les dessins de Rosinski sont de mieux en mieux, ses traits sont de plus en plus précis et réguliers, la couverture est toujours aussi sublime, Rosinski maîtrise vraiment très bien le pinceau !
Les couleurs sont pour ainsi dire parfaites, beaucoup moins ternes, on pourra aussi noter l'apparition de l'ordinateur dans la mise en couleur ainsi que pour les décors beaucoup plus précis...

Pour les fans, à ce stade là !


Chronique rédigée par Charly le 25/09/2002
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CharlyReflet de l'avatar de Charly
Statistiques posteur :
  • 357 (94,44 %)
  • 5 (1,32 %)
  • 16 (4,23 %)
  • Total : 378 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 3,81
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.94
Dépôt légal : Novembre 1999

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Thorgal, tome 25 : Le Mal Bleu, lui attribuant une note moyenne de 3,94/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 8 2017
   

Thorgal et sa petite famille élargie des deux amis de Jolan rencontrés dans "La marque des bannis" continuent leur recherche d'un pays idéal où vivre en paix, toujours plus au sud.
Ce récit adopte un style nouveau pour la série. C'est raconté à la 1ere personne par Jolan qui dès la 1ere page annonce sa mort imminente. Ça aurait été une technique d'accroche très efficace si on ne savait pas depuis "La couronne d'Ogotaï" qu'il vivra au moins jusqu'à la trentaine ! Du coup la tension tombe un peu à l'eau. Autre nouveauté, un résumé en images de l'épisode précédent ainsi que de ce qui s'y est passé juste avant celui-ci. Ça c'est pas mal.
En fait c'est encore un récit anecdotique, comme Arachnéa, qui n'apporte pas grand-chose à la trame générale. Légèrement mieux que ce dernier mais je n'ai pas trop accroché. Plusieurs choses m'ont laissé dubitatif :
Après la Grèce, les voilà en pleine Afrique noire, près de ce qui semble être le Kilimandjaro, et toujours en barque !
Que le vieux mage (qui est un homme bon) n'ait jamais tenté de faire parvenir son remède aux malheureux malades m'étonne un peu.
Surtout, de rentrer en vol plané sur une si longue distance avec une arrivée si précise, aussi haute que puisse être la montagne de départ, c'est vraiment dur à avaler.
Mais il y a quelques bons trucs aussi : par exemple le Prince arabe sauveur de nos héros qui se présente comme un parfait gentleman, mais qui attendait quelquechose en retour et qui devient ignoble dès qu'il réalise qu'il ne l'aura pas. Trait de caractère très bien vu.
Quant au dessin, c'est toujours admirable. Il me semble quand même déceler une légère évolution dans le style réaliste un peu fantasque de l'artiste. Le trait devient encore plus réaliste et dur dans certaines scènes comme les pages 3 et 25,26...
Troublant le " Eh bien ne le dis à personne" que dit Thorgal p.24. Comme s'il savait qu'il ne pourra sauver personne et essayait simplement de sauver sa peau. Ça ne serait pas son premier abandon de famille. Non, je suis sûr que ce n'était l'intention des auteurs. Mais troublant quand même.
Un album dispensable pour la deuxième fois de suite, les auteurs devaient être en train de chercher un nouvel élan pour la série.
Un petit 3/5 encore.

1 9 2010
   

"Je m'appelle Jolan, j'ai 12 ans et je vais mourir". Ainsi débute cette nouvelle aventure de Thorgal, racontée par son fils Jolan. Une entrée en matière forte et qui d'emblée retient l'attention, une introduction intelligente et habile, car nouvelle dans cette série. Le récit nous emmène vers de nouvelles contrées, vers de nouveaux habitants, et les atmosphères sont soignées : l'histoire commence dans une mangrove, pour laisser la place à un décor oriental, doté tout de même d'un grand canyon de sable rouge et d'une montagne aux monts enneigés. C'est envoûtant, c'est très bien fait et encore une fois, les auteurs ont su exploiter les images de l'inconscient collectif pour créer un monde qui parlera à tous. Un château des mille et une nuits, un roi doté d'un jumeau que l'on a caché à la naissance, des petits hommes qui établissent des camps dans les arbres pour se tenir à l'écart des grands, une bébête surgie de 20000 lieues sous les mers, un inventeur de génie (qui étudie également le mouvement perpétuel)... tout cela fait référence à des codes qui permettent au lecteur de se sentir bien dans ce nouveau monde imaginaire qui lui semble de fait plus familier. J'ai vraiment apprécié ce caractère de l'album, plus facile d'accès que d'autres de la série.

Sur le scénario en lui-même, je ne peux que saluer le découpage des scènes, même si certains éléments sont moins bons (d'où vient le mal bleu ? quelques minutes pour rejoindre le château depuis la montagne alors qu'il a fallu plusieurs jours pour accéder à cette dernière, le retournement du monarque des lieux...). L'ensemble est sacrément léché. Et même si on se doute bien que cette histoire de Thorgal ne pourra se dénouer que par un happy end, le scénario est bien conduit et bien construit. Certaines scènes, certaines idées ont une force à peine imaginable, comme ce rocher de la délivrance qui marque forcément les esprits. Pour moi, ce Thorgal est l'un des meilleurs de la série, avec ce qu'il faut d'actions, d'aventures, de mystères, de profondeur et d'images choc. C'est une histoire linéaire, très facile d'accès, qui a l'avantage de traiter une histoire en un seul tome.

Non vraiment, je suis tombé sur le charme de cet album qui paraît plus consensuel et facile d'accès que d'autres, tout en présentant un scénario classique mais bien construit, aux dessins et couleurs savamment utilisées. Si quelqu'un qui ne connaîtrait pas Thorgal me demandait lequel des tomes il devrait lire pour se faire une idée de la série, ce serait certainement celui-ci que je conseillerais.

30 12 2009
   

Sacrilège! J'avais oublié de donner mon avis sur un de mes Thorgal favoris! je l'ai lu trois fois de suite pour me replonger dans cette ambiance étonnante. Comme il fait partie des premiers que j'ai lu, je n'ai pas la prétention de le trouver nul ou trop extraordinaire et ennuyeux vis à vis des aventures précedentes, trop incroyables pour être réelles. N'y a t-il pas là un goût de déjà-vu, cher ami? Certes, mon cher, mais l'intrigue principale, à savoir le dangereux mal bleu, n'a jamais été utilisée dans la série auparavant. Les dessins et les couleurs sont superbes, et j'ai été surpris par la première planche de l'album mais sans plus car on dirait un film avec des retours en arrière, pas super original. La stupidité de Jolan m'éxaspère. pouruoi ne dit-il pas: "Papa, maman, mon bras il est tout bleu", au lieu de contaminer tout le monde, avant de vouloir mourir parce qu'il souffre trop? Et Thorgal? Pourquoi il ne part pas tout de suite à la recherche de l'antidote au lieu d'être en contact avec sa femme et son fils qui sont contagieux?

Je m'emballe un peu. Moi, j'ai bien aimé l'album et ses récits entremêlés. Un détail me chiffone: pourquoi quand thorgal est retrouvé par machin (vous le saurez en lisant sinon c'est du spoliage), pourquoi il est tout nu? c'est stupide et ça sert à rien.

Un tout de même très bon album, à lire et à acheter. encore du bon Thorgal, quoi.

21 3 2009
   

Tout ça en un seul album, bien ficelé, il faut quand même le faire.

Bien sûr, l'invention de royaumes, de peuples étranges, on a déjà vu, on vient d,ailleurs de voir dans l'album précédent. Mais Van Hamme sait quand même renouveler ses ambiances. On se croirait ici aux frontières forestières d'une carthage oubliée, un mélange d'orient et d'Afrique qui rappelle un peu l'orientalisme des peintres du 19e siècle. Tout cela n'est cependant que l'arrière-scène. L'essentiel reste ce mal bleu, cette attaque venue cette fois de l'intérieur.

Certains pinaillent sur les prétendues incohérences du scénario. Mais Jolan n'a pas besoin de ses pouvoirs avant d'être amené dans ce canyon de la mort et ensuite il est trop faible. Il n'y a pas là d'incohérence. Quant à reprocher l'idée du delta plane, clin d'oeil à Léonard de Vinci, mieux vaut jeter tous les albums de Thorgal au bout de ses bras si on s'entête à ce genre d'exigences réalistes.

Une des forces de la série a toujours été la dureté dans la représentation de la mort. L'idée du rocher de la délivrance exprime cela avec une force nouvelle. Cette dureté est d'ailleurs l'arrière-plan nécessaire pour comprendre Thorgal : il la fuit, portant en lui l'illusion d'un monde apaisé. Curieusement, ce monde apaisé, c'est le nôtre, et nous le fuyons, l'espace d'un moment, pour nous plonger dans un héroïsme sombre, parfois au bord du macabre. L'homme est un curieux animal, jamais satisfait !

5 12 2007
   

Thorgal, c'est l'histoire d'un mec qui n'a pas de chance. En tous cas, il a trois grands défauts : son fils Jolan, sa femme Aaricia, et lui-même. Son fils Jolan a des pouvoirs para psychiques qui l'entraînent souvent dans des aventures incroyables. Sa femme, elle est trop belle, alors y'a tout le temps d'autres hommes qui veulent la lui piquer, et après ça fait des histoires pas possibles. Et lui, il est trop. Trop tout. Trop beau, trop fort, trop loyal, trop honnête, trop con, donc. En plus il a irrité les Dieux à force d'être trop, et du coup ça n'arrange rien. C'est pas de bol.

Dans cet album, c'est Jolan qui parle. "Je m'appelle Jolan, j'ai douze ans et je vais mourir". Tu parles. On n'y croit pas une seule seconde. Mais on veut quand même savoir pourquoi, et comment Thorgal va faire pour se sortir de cette nouvelle histoire. Alors je vous résume le scénario, sans dire comment ça finit : Thorgal c'est Ulysse version l'odyssée. Il a trouvé une île de rêve, on veut le nommer roi, il refuse évidement, et décide qu'il est temps de partir. Partir on ne sait où, et lui non plus. Mais il faut partir. Et tout le long du chemin, il lui arrive des aventures extraordinaires.

Cette fois-ci, le scénario réussit le tour de force de réunir : la maladie étrange sans antidote connu, le monstre du Loch Ness, le frère jumeau tué à la naissance (qu'on croit) qui prépare la révolution dans le maquis, le savant un peu fou et génial qui invente le deltaplane avec1500 ans d'avance, et un méchant prince qui convoite Aaricia même si elle est déjà mariée à Thorgal. Ah, j'oubliais la naine qui tombe amoureuse de Thorgal, mais leur amour est impossible, et le duel d'archer où Thorgal réussit à prouver qu'il est le plus fort sans tuer le pigeon. C'est dense comme histoire, non ?

Le problème, quelque part, c'est justement ça. Le scénario en fait trois tonnes quinze, la plupart des "rebondissements" ont un goût de déjà vu, et il y a des passages assez incompréhensibles. Jolan, par exemple, ne se sert plus de ses pouvoirs, qui pourtant seraient bien utiles. Mais il faut croire que la maladie l'en empêche. Le coup du deltaplane est risible. Je ne suis pas expert, mais je ne peux pas croire que Thorgal et son compagnon (je ne donne pas son identité, c'est fait exprès) arrivent du premier coup à se servir de ces engins sans se planter. Et puis, si Thorgal arrive à s'échapper du labyrinthe, pourquoi personne n'a t-il essayé avant ? Et le mort dans la barque au début de l'histoire, c'est qui, il sort d'où ? Et Louve, dans tout ça, pourquoi ne fait-elle rien ?

Bon, je critique, je critique, mais ça reste toujours un Thorgal, donc une bonne lecture en perspective. Les dessins ont gagné en intensité, il y a certainement une nouvelle technique à l'oeuvre, et c'est pas mal du tout. J'attends encore un tome ou deux pour dire que c'est beau. Le seul défaut du scénario, c'est d'être trop touffu, mais on ne va quand même pas reprocher à un scénariste d'avoir trop d'idées, quand même ? Non, finalement, la seule vraie critique, c'est un peu qu'on ne connait pas vraiment les motivations de Thorgal. Qu'est ce qui le pousse en avant, qu'est-ce qu'il cherche ? Le sait-il lui même ? Est-ce un nouveau tour que lui jouent les Dieux ? Est-il à la recherche de son passé ? Et si s'était son passé qui le retrouvait le premier ? .......

Jérôme :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
24 5 2006
   

Le Mal bleu est pour ma part mon album préféré et je ne comprends pas ceux qui disent que c’est un des albums les plus nuls.
Commençons par la couverture : personellement, je pense que c’est une des meilleures, premièrement parce qu’elle est très bien peinte, mais aussi par son choix et sa disposition. Le dragon-pieuvre au centre de la couverture, tentacules déployées, et en-dessous Thorgal, sur son radeau de fortune, qui ne se doute de rien. La couleur verte qui rend cette couverture sereine, contraste avec la scène qu’elle représente. En fait, même si elle ne présente pas le moment le plus important de l’album, son ambiance rappelle celle des premières pages de l’album, quand Thorgal et sa famille sont chez Zarkaj : la beauté du palais, contaste avec la tache sur le bras de Jolan qui constitue une menace, on le comprend tout de suite, comme le dragon-pieuvre constitue une menace pour Thorgal sur la couverture.
Ensuite, l’histoire que raconte cette album : elle est palpitante. Le procédé plus qu’original lui donne un suspens qu’on ne trouve dans aucun autre. Quand j’ai lu Le Mal Bleu pour la première fois, j’ai été subjugué dès la première page et pendant toute ma lecture, et je garantis que je n’ai jamais retrouvé cette sensation dans un album comme Les yeux de Tanatloc ou Le Maître des Montagnes, qui sont pourtant des albums merveilleux. En ce qui concerne la 1ère page, je pense que tout le monde est d’accord avec moi, elle est de loin la meilleure première page de la série. C’est un chef-d’œuvre. On est tout de suite très étonné, en ouvrant Le Mal bleu, de tomber sur une biographie de la famille de Thorgal racontée par Jolan. Et on est encore plus étonné en lisant cette phrase, qui doit être la meilleure de la série : « Moi, je m’appelle Jolan, j’ai douze ans et je vais mourir. ». L’histoire secondaire (Zarkaj et Zajzar et les Myrms) n’est pas sublime, mais au point de dire qu’elle est complètement nulle, comme le font certains. Quand on lis cet album, ce n’est pas ce qui nous frappe en premier. Croyez-vous que dans L’Epée-Soleil, l’histoire d’Orgoff et des insoumis soit intéressante ? Non. Ce qui est intéressant dans cet album, c’est le retour de Kriss de Valnor, comme ce qui est intéressant dans Le Mal bleu, c’est l’épidémie qui frappe Jolan, puis Aaricia, Thorgal et Louve. Le reste, ça sert à meubler.
Un petit détail sur l’origine du mot myrms (les nains de la forêt engloutie) : il vient en fait très certainement, pour ce qui n’ont pas compris, du mot français myrmidon, qui désigne un homme chétif, de petite taille.
Toutes ces qualités font du Mal bleu un album magnifique, c’est pourquoi je demande à ceux qui ne l’aiment pas, de réfléchir à ce que je viens de dire avant de faire leur classement.

12 4 2006
   

Après avoir vaincu Arachnéa, retrouvé sa femme et son fils, notre héros reprend la mer à la recherche d'une terre de liberté. Alors que la tribu s'apprête à accoster sur les rives d'une île, une barque flottant au gré des vagues croise leur chemin. Jolan y découvre le cadavre d'un homme dont la peau est couverte de taches bleues. Effaré il ne remarque pas la présence d'un rat qui le mord. La blessure est sans gravité, du moins en apparence. Sa famille a peine rejointe, apparaissent plusieurs barques emmenées par d'étranges nains...
Ainsi débute cette nouvelle aventure, classique dans son écriture mais passionnante. Les deux auteurs ont manifestatement pris bien du plaisir à la réaliser. Un scénario dense, un dessin impeccable et un découpage très "cinéma", entre heroic fantasy, thriller et mythologie, nous offrent un Thorgal en grande forme.
Il pousse même l'élégance jusqu'à s'effacer derrière une narration confiée à son fils Jolan. Une volonté des auteurs, sûrement, à mieux exploiter les figurants de la série (et ils ont le choix !)

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Thorgal, tome 1 : La magicienne trahie 17 3.12
Thorgal, tome 2 : L'ïle des mers gelées 15 3.53
Thorgal, tome 3 : Les trois vieillards du pays d'Aran 12 3.71
Thorgal, tome 4 : La galère noire 11 3.91
Thorgal, tome 5 : Au-delà des ombres 12 4.42
Thorgal, tome 6 : La chute de Brek-Zarith 15 3.13
Thorgal, tome 7 : L'enfant des étoiles 12 3.21
Thorgal, tome 8 : Alinoë 12 3.67
Thorgal, tome 9 : Les archers 12 4.46
Thorgal, tome 10 : Le pays Qâ 11 4.09
Thorgal, tome 11 : Les yeux de Tanatloc 9 4.56
Thorgal, tome 12 : La cité du dieu perdu 8 4.63
Thorgal, tome 13 : Entre terre et lumière 7 3.50
Thorgal, tome 14 : Aaricia 7 3.29
Thorgal, tome 15 : Le maître des montagnes 11 3.36
Thorgal, tome 16 : Louve 9 3.61
Thorgal, tome 17 : La gardienne des clés 7 3.36
Thorgal, tome 18 : L'épée-soleil 7 3.36
Thorgal, tome 19 : La Forteresse invisible 4 4.00
Thorgal, tome 20 : La marque des bannis 6 3.83
Thorgal, tome 21 : La Couronne d'Ogotaï 7 3.07
Thorgal, tome 22 : Géants 5 2.90
Thorgal, tome 23 : La Cage 9 3.67
Thorgal, tome 24 : Arachnéa 6 2.83
Thorgal, tome 25 : Le Mal Bleu 8 3.94
Thorgal, tome 26 : Le royaume sous le sable 10 1.80
Thorgal, tome 27 : Le Barbare 5 3.50
Thorgal, tome 28 : Kriss de Valnor 7 3.57
Thorgal, tome 29 : Le Sacrifice 13 3.62
Thorgal, tome 30 : Moi, Jolan 10 3.75
Thorgal, tome 31 : Le bouclier de Thor 8 3.56
Thorgal, tome 32 : La Bataille d'Asgard 4 3.25
Thorgal, tome 33 : Le Bateau-Sabre 8 3.00
Thorgal, tome 34 : Kah-Aniel 4 2.50
Thorgal, tome 35 : Le feu écarlate 3 3.17