46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
 

The autobiography of a mitroll, tome 1 : Mum is dead

 
 

Résumé

The autobiography of a mitroll, tome 1 : Mum is deadAfin d'acceder au résumé de The autobiography of a mitroll, tome 1 : Mum is dead, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de The autobiography of a mitroll, tome 1 : Mum is deadGuillaume Bouzard passe chez Dargaud pour poursuivre son autobiographie. Cette fois-ci il se penche sur un événement dramatique de sa vie : la mort de sa mère qu’il traite pourtant avec humour. L’auteur apprend de sa mère mourante que son père serait un troll… Excusez du peu !!! Et c’est à partir de ce postulat improbable que Guillaume se lance dans une quête à la recherche de son passé.

Comme toujours, Bouzard sait mêler émotion et humour… Cette histoire totalement absurde se compose en deux parties l’annonce de l’événement et les bouleversements de la vie de Guillaume puis le départ en Bretagne à la recherche du mystérieux troll.

Dans la première partie, Guillaume fait face à cette annonce bien surprenante et obtient de l’aide auprès d’un ami spécialisé en ADN ainsi que de sa compagne. Cette partie, bien que drôle, est un peu longue et souffre d’un léger manque de rythme.

A mon avis, la seconde est bien meilleure. On retrouve Guillaume accompagné de son fidèle chien Floppy sur les routes de Bretagne à la recherche de son père. Mais Floppy est un chien bien particulier puisqu’il parle et nous gratifie de quelques répliques bien senties. Seul problème on sort de cette lecture avec une certaine frustration car cette deuxième partie ne dure qu’une dizaine de pages, mais semble annoncer une suite très prometteuse.

Au dessin, Bouzard fait un excellent travail, dans une mise en page pourtant immuable avec un gaufrier de 9 cases. Il arrive à créer des travellings surprenants et à intégrer des bulles dans d’autres pour souligner le caractère longuet de certaines explications.


Chronique rédigée par JAMES RED le 23/11/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de JAMES REDReflet de l'avatar de JAMES RED
Statistiques posteur :
  • 537 (94,88 %)
  • 23 (4,06 %)
  • 6 (1,06 %)
  • Total : 566 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 1,81
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.38
Dépôt légal : Novembre 2008

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD The autobiography of a mitroll, tome 1 : Mum is dead, lui attribuant une note moyenne de 3,38/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 2 2015
   

Premier volet d'un diptyque paru chez Dargaud dans la sympathique collection Poisson Pilote, "Mum is dead" est plutôt réussi.

On commence par se demander où l'album va nous mener. Le double imaginaire de Guillaume Bouzard annonce dès la première page qu'il est dessinateur de bande dessinée humoristique. Et "pour raconter des conneries, ça se bouscule là-dedans". Mais en bas de cette même première page, il annonce qu'il va perdre sa mère dans les pages qui suivent. "Avouez que ça plombe un peu". On avoue.

On se dit pendant quelques pages qu'on va avoir un album à la Larcenet ("Le Combat ordinaire") puisque le graphisme de Bouzard présente en plus une certaine parenté avec celui de son collègue auteur. Il y a un peu de ça puisque "The autobiography of a mitroll" joue à la fois sur l'émotion et la psychologie tout en lorgnant vers l'humour. Mais dès la scène où le personnage se trompe de lit d’hôpital, on comprend que c'est la drôlerie qui l'emporte. Et pour tout l'album : on s'amuse beaucoup en découvrant les dialogues et les personnages secondaires (le pote pseudo-scientifique et bien sûr, le chien râleur).

C'est franchement rigolo et la bizarrerie du thème (un père Troll dans un environnement qui paraît par ailleurs tout à fait normal) donne de l'originalité et du tonus à ce premier volet. Sympa et à découvrir pour passer un bon moment !

29 6 2013
   

Sympathique mais clairement pas transcendant, c'est ce que je retiens de cette autobio "of a mitroll".

En effet, si dès les premières pages, on est sous le charme du ton plutôt décalé utilisé dans ce livre, jamais je ne l'ai trouvé hilarant ou particulièrement brillant. Certes le concept ; raconter un drame sous un ton parodique et de faire progressivement basculer dans le n'importe quoi cet évènement est bien trouvé, néanmoins si ce ton décalé fait sourire, ce n'est pas vraiment le cas ni des situations décrites ni des dialogues. Pour un album humoristique, et même si on sent bien que l'auteur cherche à distiller son humour au fil des cases et non pas nous présenter de grosses chutes bien grasses, je trouve ce tome pauvre en gag.

Après, je suis de ceux qui trouve le dessin de Bouzard efficace, dans le style "nouvelle BD" dont on trouvait nombre d'albums il y a 10 ans, efficace, assez esthétique (dans les hachures) sans être trop recherché, le style Bouzard a fait depuis longtemps ses preuves chez moi.

A voir si la suite est plus réussie.

15 9 2009
   

Eh bien, il n'est pas mal du tout ce livre!
Attention, je ne dis pas non plus que j'ai sauté au plafond, que j'ai été enthousiasmé devant le dessin, et que j'ai applaudi à chaque instant, mais j'ai souri plus que mon saoul et j'ai apprécié les nombreux moment de subtilité inside.
Car c'est le texte, le thème, et le rapport aux pensées du héros, livrées presque en direct qui affirment la saveur de cet ouvrage.

Le côté "bien déjanté sur les bords- et même au milieu" m'a bien plu: pour oser une telle histoire il faut avoir une dose de culot que j'apprécie, comme j'aime ce qui est original, en marge.
Du coup, moi qui commençait tranquillement ma lecture, considérant l'ouvrage comme un livre de plus, j'ai bien envie d'en savoir davantage sur ce père mystérieux que j'imagine facilement, vues les facéties que se permet l'auteur, totalement particulier ou en grosse blague.
A suivre, donc, car c'est fort attachant. Et ça mérite plus qu'un accessit.