46 548 Avis BD |20 184 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Nativité
 

The Authority, tome 1 : Nativité

 
 

Résumé

The Authority, tome 1 : NativitéAfin d'acceder au résumé de The Authority, tome 1 : Nativité, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de The Authority, tome 1 : NativitéMais que c'est trash ! un vrai défouloir !
Rarement lu un comics aussi politiquement incorrect ! mais c'est ce qui le rend intéressant : deux super-héros homos, un super-héros junkie, une équipe de super-héros qui ne s'encombre pas de sentimentalisme envers ses ennemis ... ça change vraiment de d'habitude !!! c'est une véritable boucherie et ils ont même un côté sadique et cruel !

Mais le plus intéressant, c'est leur discours. Je vous livre une citation du "chef" au président des USA qui résume tout à fait la politique de ce groupe : "Notre propos de base est peut-être de défendre la Terre, mais ça ne veut pas dire que nous soyons disposés à tolérer des violations des droits de l'Homme juste sous notre nez. Nous ne sommes pas des super-héros de BD qui combzttent des super-méchants tous les mois juste pour préserver le statu quo. Ce monde doit mériter qu'on le sauve, si vous voulez que mes collègues et moi risquions nos vies pour lui sur le front...
Vous n'êtes pas en position de définir notre juridiction, monsieur le Président."

Bigre ! et en effet, au lieu d'aller zigouiller de l'extraterrestre ou je ne sais quoi, on commence par un dictateur d'Asie du Sud Est ... certes, c'est simpliste, mais ça m'a fait du bien je dois dire ...

Quant au dessin, c'est du pur style comics ... ça passe bien !

L'histoire en elle-même est pas extraordinaire, mais le ton est tellement différent que c'est bon ! A voir sur la longueur...


Chronique rédigée par david le 07/12/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 9,41 9,41 9,41
Acheter d'occasion : 4,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Aout 2007

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics The Authority, tome 1 : Nativité, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 2 2008
   

"The Authority" est un comics américain créé par Warren Ellis et Bryan Hitch et constitue une suite à la série "Stormwatch". L'équipe d'Authority est d’ailleurs constituée en bonne partie d'anciens membres de l'équipe de "Stormwatch". Après 12 numéros outre-Atlantique, ce sont Mark Millar et Frank Quitely qui reprirent la série.

Les héros de cette série diffèrent totalement des héros classiques US. On est donc carrément à l’opposé du super-héros genre Superman, qui est prêt à se sacrifier pour que les autres ne se fassent pas bobo et qui évite à tout prix de verser le sang. Ici, les super-héros sont des sadiques qui aiment que le sang gicle et que les adversaires souffrent. Certains sont homosexuels, d’autres toxicomanes et quasi tous d’une cruauté à toute épreuve.

De plus, au lieu de se battre contre des extra-terrestres ou des méchants monstres, ils consacrent ici leurs pouvoirs à des problèmes plus contemporains. Ils s’amusent ainsi à combattre les problèmes d’immigration et les mauvaises dictatures. Et last but not least : ils ne sont pas pro-USA, au point de balancer au président américain des phrases tels que : "Vous n'êtes pas en position de définir notre juridiction, monsieur le Président."

Au niveau du graphisme, Frank Quitely se met entièrement au service de ce scénario axé sur la violence et livre son lot de scènes gores.

Malheureusement, si l’idée de départ est bonne, le tout manque cruellement de profondeur et l’histoire n’est vraiment pas extraordinaire.

14 11 2007
   

"The Authority" ne fait pas dans la dentelle. Encore moins dans le politiquement correct. Commençons donc par avertir le lecteur : si vous cherchez du bon esprit et des redresseurs de torts sans peur et sans reproche, n'investissez pas dans ce titre.

Marc Millar décide en effet d'appuyer là où c'est susceptible de faire mal. Il écorne ainsi avec un plaisir évident le mythe du super-héros à la tête haute et aux mains propres, critique la politique interventionniste des Etats-Unis et brouille les pistes entre les bons et les méchants. Frank Quitely le suit sans rechigner en mettant en scène quelques scènes bien gore qu'on a peu l'habitude de lire dans les comics Marvel ou DC. Le rouge est largement utilisé par le coloriste David Baron puisque le sang des super-hommes a visiblement la même couleur que le nôtre !

Il y a naturellement quelque chose de profondément réjouissant dans la démarche des auteurs, qui cherchent à bousculer les habitudes du lecteur de comics. Cependant, des auteurs s'y sont attelé bien longtemps avant eux (citons en exemple le "Marshal Law" des années 1980) et l'on sait depuis belle lurette que les types en collant sont bien plus complexes que ce qu'avaient décidé de nous montrer les pères fondateurs du genre. "The Authority" n'est donc pas si iconoclaste : la bombe éclate avec une bonne dizaine d'années de retard.

Si la dénonciation de la situation géopolitique à l'aube du XXIe siècle est intéressante, on ressent un vague froid dans le dos en découvrant la violence des membres du groupe. Dotés de pouvoirs surpuissants, les héros de Millar et Quitely rendent justice eux-mêmes, à la fois juges et bourreaux. Cette apologie de l'ultra-violence au nom d'un prétendu bon droit à rendre le monde meilleur pourra donner la nausée à certains lecteurs. Un zeste de morale aurait relevé la saveur de l'album, d'autant que l'intrigue elle-même n'est pas passionnante et qu'elle manque de profondeur et d'originalité.

Je lirai la suite mais j'ai ressenti une certaine déception : l'album n'est pas mauvais mais j'espérais davantage de "The Authority".