46 533 Avis BD |20 176 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Temudjin
 

Temudjin

 
 

Résumé

TemudjinAfin d'acceder au résumé de Temudjin, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de TemudjinTout commence par un beau prologue de 4 pages, une mongole se fait enfanter par un loup. Lorsque le Chaman arrive pour l’accouchement, sachant que les deux ne pourront survivre, la femme s’ouvre elle-même le ventre afin que le bébé s’en sorte. Le chaman Özbeg le prend alors sous sa coupe, l’appelle Temudjin, en l’honneur de Temudjin qui deviendra le grand Genghis Khan, fondateur de la Mongolie.

Il n’est pas évident d’en raconter beaucoup plus sur ce one-shot, sachez surtout que ça parle de chamanisme et que, par conséquent, c’est poétique, onirique pour un peu qu’on veuille bien rentrer dans cette histoire. Et pour vous convaincre les auteurs ont mis les petits plats dans les grands. Le scénario est très convaincant, et c’est très bien narré, les rites et coutumes mongoles coulent tout seuls. Personnellement j’ai regretté les deux ellipses où on passe directement d’un Temudjin enfant à un Temudjin adulte, mais il n’y a là rien de rédhibitoire.

Pour le dessin, c’est très joli, les passages de rites chamaniques où l’on peut voir des esprits rendent parfaitement bien, le trait est à la fois simple et précis et les couleurs sont très belles.

Encore un tout petit mot pour l’objet en lui-même car l'éditeur Daniel Maghen a mis le paquet: très beau papier, très belle mise en page et petit supplément très intéressant avec un joli conte et beaucoup de croquis.

Sortie discrète noyée dans le nombre de sorties mensuelles, si vous avez l’occasion de lire « Temudjin », n’hésitez surtout pas, vous passerez un bon moment.


Chronique rédigée par Olivier73 le 26/06/2013
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1912 (80,20 %)
  • 39 (1,64 %)
  • 433 (18,16 %)
  • Total : 2384 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 17,58 17,58 17,58
Acheter d'occasion : 19,89
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Mai 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Temudjin, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 6 2013
   

Antoine Ozanam est un auteur très prolifique que j’apprécie particulièrement et je vous invite d’ailleurs vivement à lire "We are the night", "Le Roi Banal", "L'Amourir" ou ce "Temudjin", qui s’ajoute à la longue liste de très bons récits produits par le scénariste.

Ce one-shot raconte le parcours initiatique d’un enfant né de l’étreinte d’une mortelle avec l’esprit-loup de la forêt. Prénommé Temudjin par un chaman ayant entrevu l’incroyable destinée de cet être capable de maîtriser les esprits des défunts et de visiter l’entre-monde, le jeune garçon est l’élu qui unifiera les clans mongols déchirés par les luttes intestines, pour bâtir un formidable Empire…tout comme un certain Gengis Khan !

Antoine Ozanam revisite l’enfance du fondateur de l’empire mongol au début du XIIIe siècle au sein d’une fable initiatique intemporelle et onirique. S’emparant de la figure de Gengis Khan et s’appropriant sa légende, l’auteur propose l’histoire d’un homme dont le destin semble tracé d’avance et invite à réfléchir sur la prédestination.

« Maintenant, il est libre, il choisira sa route. »

Se déroulant dans des steppes mongoles situées hors du temps, l’histoire plonge le lecteur au sein d’un univers onirique, mêlant Histoire et légende et saupoudré de fantastique. La narration vogue d’ailleurs allègrement entre la réalité et l’univers de l’esprit de la Terre-Mère, plongeant le récit aux frontières du réel. Le dessin fin et semi-réaliste d’Antoine Carrion s’installe d’ailleurs au diapason de cette ambiance hypnotique dès la couverture. Déjà associé à Antoine Ozanam sur "L'Ombre blanche", le dessinateur livre ici un travail remarquable.

Mon seul regret vient de cette fin ouverte et légèrement frustrante, qu’un faux cahier graphique faisant office de véritable fin parvient presque à faire oublier…