46 567 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Stupor Mundi
 

Stupor Mundi

 
 

Résumé

Stupor MundiAfin d'acceder au résumé de Stupor Mundi, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Contraint à l’exil par l’imam de Bagdad, Le savant arabe Hannibal Qassim El Battouti trouve refuge en Italie auprès de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen. Surnommé « Stupor Mundi », ce dernier a rassemblé les plus grands scientifiques de son époque dans son château de Castel Del Monte. Accompagné de sa fille handicapée Houdê et de son serviteur masqué El Ghoul, le savant y travaille à sa caméra oscura, une invention révolutionnaire qu’il développe dans le plus grand secret…

Au fil des pages, chaque personnage révèle sa véritable nature et ses secrets. De l’origine du masque d’El Ghoul aux souvenirs enfouis d’Houdê, en passant par une flopée de personnages secondaires tous aussi intéressants les uns que les autres, Néjib soigne avec brio la psychologie de chacun de ses protagonistes.

En faisant évoluer des scientifiques à l’époque de Frédéric II, au début du XIIIe siècle, l’auteur mêle habilement science, art et religion. Entre ce héros qui veut œuvrer « pour la vérité et contre la bêtise du monde » et des religieux prêts à tout pour utiliser son invention au service de leur cause, Néjib pointe intelligemment du doigt l’obscurantisme religieux…

De plus, l’auteur fait preuve d’une narration experte, mêlant plusieurs intrigues en parallèle et délivrant les pièces de son puzzle au compte-goutte. Au fil des révélations, ses personnages prennent de l’ampleur et le suspense monte crescendo. Ajoutez à cela un dessin sobre, dépouillé et ultra-efficace et vous obtenez une petite perle que je vous conseille vivement !

Intelligent, prenant, didactique… un gros coup de cœur !


Chronique rédigée par yvan le 25/07/2016
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 24,70 24,70 24,70
Acheter d'occasion : 20,71
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Avril 2016

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Stupor Mundi, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 1 2018
   

Voici un album atypique, ce qui s’explique certainement par l’originalité du sujets et la spécificité des personnages. On s’intéresse à une cour médiévale, celle de Stupor Mundi, qui rassemble autour de lui des experts des sciences et des lettres. Hannibal Qassim El Battouti, qui a du fuir précipitamment son protecteur précédent car ses inventions étaient jugées hérétiques, fait partie de ces scientifiques qui sont venus du monde entier assouvir la soif de connaissance, et donc de reconnaissance de cet empereur. Hannibal travaille notamment sur l’optique, et sur la « Camisa Oscura », l’ancêtre de l’appareil photo. A cette époque médiévale, ce qui relève du scientifique est souvent considéré comme magique, voire inspiré par la religion elle-même. Alors qu’Hannibal s’est fait exiler de son pays pour cause d’hérésie locale, voilà que ses travaux vont intéresser au premier chef la curie romaine… Entre science et religion, entre choc des cultures, entre relations familiales, cet album est avant tout très complet, prenant le temps de développer les personnages et les situations, avec tantôt un excès de violence ou une pointe d’humour, voire de sensibilité. Dans ce registre, on retiendra notamment Houdé, la fille d’Hannibal, handicapée et qui est portée par un mystérieux esclave masqué. On retiendra également ses discussions avec Sigismond, qui préfigurent une science inconnue à l’époque, la psychanalyse… Et on appréciera le fait d’avoir utilisé là-dedans le Saint-Suaire, qui apporte une touche supplémentaire.

Le dessin me semble minimaliste, et pas vraiment porteur de la joie, de la tension, de la déception, de la violence, de la solitude et des autres états qui sont légion dans cet épais ouvrage. Mais la narration donne de l’allant à tout cela, et confère un dynamisme et un réalisme qu’il manque dans le dessin.

Un bon ouvrage, assez riche, bien pensé, mais dont le graphisme pourra en dérouter plus d’un.