45 976 Avis BD |19 906 Albums BD | 7 826 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le Croque-mort, le clochard et l’assassin
 

Stern, tome 1 : Le Croque-mort, le clochard et l’assassin

 
 

Résumé

Stern, tome 1 : Le Croque-mort, le clochard et l’assassinAfin d'acceder au résumé de Stern, tome 1 : Le Croque-mort, le clochard et l’assassin, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Stern, tome 1 : Le Croque-mort, le clochard et l’assassinAprès l’excellent "Undertaker" de Xavier Dorison et Ralph Meyer, les éditions Dargaud nous servent un nouveau western ayant comme personnage principal un croque-mort. La comparaison s’arrête cependant là car les frères Maffre (Julien au dessin et Frédéric au scénario) proposent un récit atypique, qui se sert certes du décorum et des codes du western, mais qui se rapproche finalement très fort d’une enquête policière.

L’histoire se déroule en 1882 au Kansas, où Elijah Stern, le croque-mort local s’improvise médecin légiste lorsqu’on lui demande de pratiquer une autopsie sur le corps du dernier défunt en date. Après analyse des organes, tout porte à croire que la mort de Charles Bening dans les bras d’une prostituée n’est finalement peut-être pas si naturelle que cela.

Outre cette enquête, servie sous forme de one-shot, le lecteur pourra également se régaler au niveau des personnages principaux. Du croque-mort cultivé qui s’intéresse à la littérature au clochard alcoolique qui joue du Beethoven au piano, ceux-ci s’avèrent en effet assez atypiques. Au fil des pages, les auteurs lèvent également le voile sur le passé des différents protagonistes, révélant ainsi d’anciennes blessures et livrant au passage les clés de compréhension de cette affaire. À l’instar de la scène d’introduction, ces secrets remontent à la Guerre de Sécession et à cette terrible attaque qui a frappée la ville de Lawrence en 1863.

Visuellement, Julien Maffre retranscrit parfaitement l’ambiance far-west de cette petite bourgade américaine et propose des personnages légèrement caricaturaux que l’on aimerait retrouver par la suite.

Un très bon tome !


Chronique rédigée par yvan le 15/11/2015
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,30 13,30 13,30
Acheter d'occasion : 8,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Aout 2015

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Stern, tome 1 : Le Croque-mort, le clochard et l’assassin, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 3 2018
   

C’est un western atypique qui nous attend là. Atypique car le personnage principal est un croque-mort, malheureusement les auteurs sortent cet album en même temps que le premier « undertaker » qui possède lui aussi un héros fossoyeur. Je dis « malheureusement », car la comparaison entre les deux séries est alors plus simple, et un thème jusqu’alors inédit devient tout à coup banal. Les auteurs s’excusent presque dans l’avant-propos, stipulant ainsi qu’ils n’ont pas copié et que la comparaison peut s’arrêter au métier du personnage principal.

Effectivement à part ça, rien ne ressemble à « undertaker » dans « Stern ». c’est d’ailleurs pour cela que Stern est atypique, il n’y a pas de chevauchées, pas de grandes bagarres à coup de pistolets, pas de duels, pas d’indiens… Stern est un personnage plutôt introverti, de par son métier déjà mais aussi car c’est un garçon qui aime la lecture et qui possède une certaine culture.
Le scénario tend vers le policier puisqu’on recherche, en toile de fond, le meurtrier de la prostituée, tuée dès les premières pages.

C’est un western d’ambiance, qui manque certainement d’un peu d’action, mais qui n’en demeure pas moins prenant. Ça mérite en tout cas d’être lu et je vais me précipiter sur le deuxième tome.

18 12 2016
   

Deux séries qui sortent à quelques mois d’intervalles, prenant toutes deux pour époques le western, et plaçant toutes deux des croques-morts comme personnages principaux, forcément, ca pousse à la comparaison. Mais ce premier album de "Stern" me semble bien différent du très bon "Undertaker". En effet, malgré les points communs généraux, il y a des personnalités très différentes. Et le Stern des frères Maffre est peut-être moins brigand que celui de Dorison, moins pistoleros, et moins physiquement imposant. Mais avec sa frêle silhouette, avec son érudition, avec sa passion pour la chose médicale, et avec son sens d’enquêteur, il apporte son propre charme, sa propre personnalité, qui n’en est pas moins intéressante. Le scénario en lui-même me semble également plus calme et moins pétaradant et virevoltant, mais c’est certainement là que se situe l’originalité du récit : on est dans une enquête policière avant tout, assez bien construite, même si le fin mot de tout cela peut paraître téléphoné. Le far-west ne sert que de contexte, juste pour se raccrocher à la guerre de Sécession : l’objet n’est pas forcément de présenter de la poussière, et d’une ruée vers l’or.

Je regrette que la fin de l’ouvrage soit aussi vite expédiée, mais dans l’ensemble, « Stern » dispose d’une identité qui fait sa force de caractère, même si cette dernière peut sembler moins spectaculaire qu’ "Undertaker". Il n’y pas de raisons pour qu’il n’y ait pas deux croque-morts du far west chez vous !

9 5 2016
   

Le titre de cet opus m’a directement fait penser à ces bons vieux « westerns italiens » qui sont le dessert de mes vieux jours.
L’accroche du titre me fait penser au « Bon, la Brute et le Truand » de Sergio Leone. L’exploitation graphique –ce personnage avec une pelle et quelques croix éparses- me fait, elle, penser à « Django, prépare ton cercueil ». MAIS : c’est vrai, j’ai ici affaire à un western tout-à-fait à part de ce que je pourrais penser.
Le « héros » est ici un croque-mort. A y repenser, ce personnage est vraiment un « classique » et rares sont BDs et films qui ne le mettent pas en scène. Et pourtant « il » reste secondaire.
Sauf ici, et Stern est une bonne création. Il est intelligent, de haute taille, maigre ET sans arme. Qui plus est, il n’est pas que croque-mort : endossant aussi les fonctions de médecin, d’enquêteur.
L’ensemble de ce personnage, son style, son modus vivendi, en font un personnage qu’il est bon de suivre.
Sans oublier l’histoire : le scénario tient bien la route et une certaine fluidité de lecture se dégage malgré –ben oui- quelques flash-backs.
Le dessin : j’ai cru –de prime abord- avoir un « Herman » à lire car la ligne utilisée évoque ce dernier MAIS : je me doute que le style graphique sera bientôt propres à Stern et ce qui l’entoure.
Pas mal du tout pour un premier opus.