45 617 Avis BD |19 734 Albums BD | 7 794 séries BD
Accueil
Tome 2 : Cité des sauvages (La)
 

Stern, tome 2 : Cité des sauvages (La)

 
 

Résumé

Stern, tome 2 : Cité des sauvages (La)Afin d'acceder au résumé de Stern, tome 2 : Cité des sauvages (La), merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Stern, tome 2 : Cité des sauvages (La)Avec l’excellent « Undertaker » de Xavier Dorison et Ralph Meyer et cet album des frères Maffre (Julien au dessin et Frédéric au scénario), les croque-morts semblent de nouveau de sortie en librairie. C’est donc de nouveau la fête au western, même si cette saga se sert surtout du décorum et des codes du genre pour livrer quelque chose de plus atypique.

Le lecteur retrouve donc ce héros pas comme les autres, qui n’a rien du cowboy classique. À l’inverse du fossoyeur de Xavier Dorison, celui-ci s’intéresse en effet à la littérature et ne porte pas de six-coups. Tous les bédéphiles qui habitent dans un bled perdu compatiront d’ailleurs avec Elijah Stern, car ce dernier n’a plus rien à lire et son fournisseur attitré doit déclarer forfait. Il se voit donc dans l’obligation d’aller s’approvisionner à Kansas City, mais c’est à contrecœur qu’il s’y rend car il y sera confronté à d’anciens démons. Ses appréhensions semblent vite justifiées car, une fois sur place, la librairie ferme devant son nez, puis il croise une ancienne connaissance qui ne lui veut pas forcément du bien… avant de tomber sur son ex-femme !

À l’instar du premier volet, qui dévoilait déjà un pan du passé de Stern, ce nouveau one-shot lève encore un peu plus le voile en nous montrant son passé de boxeur, ainsi que son ex-femme… dont il n’est d’ailleurs pas encore divorcé. Le lecteur fait donc de nombreuses rencontres, toutes plus loufoques les unes que les autres, allant d’un vieux peintre à un vendeur de boudin noir. Frédéric Maffre s’amuse donc beaucoup en livrant plusieurs portraits très décalés, proposant du coup un tome beaucoup plus déjanté que le précèdent. Cela part donc dans tous les sens, de bagarres de saloon à l’explosion de bâtons de dynamite, pour une histoire totalement folle au rythme assez effréné. Si cela s’avère assez drôle, il faut par contre bien avouer qu’au niveau de l’intrigue, ce deuxième volet est par contre un peu (trop) léger.

Visuellement, le dessin de Julien Maffre est toujours aussi réussi. Il retranscrit non seulement parfaitement l’ambiance far-west de cette bourgade américaine, mais propose surtout des personnages légèrement caricaturaux particulièrement expressifs.

De l’excellent divertissement !


Chronique rédigée par yvan le 04/10/2017
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,24 14,24 14,24
Acheter d'occasion : 10,80
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67
Dépôt légal : Janvier 2017

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Stern, tome 2 : Cité des sauvages (La), lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 6 2018
   

Dans la grande famille des séries BD Western, Elijah Stern est un héros à part. Il n'est ni bandit, ni shériff, ni justicier, et ne se sert pas d'armes à feu. Il est croque-mort dans une petite ville, et son physique chétif de pied-tendre ne le conduit pas naturellement vers de la grande aventure. Et le scénariste s'appuie efficacement sur ce postulat pour lancer son histoire : en effet, le fait de voir Stern partir pour Kansas City pour une aventure aussi trépidante que celle de s'acheter des bouquins, suscite l'intérêt du lecteur. Mais toute l'astuce est là : on nous propose un voyage pépére et sans danger pour graduellement introduire des embûches qui nous conduiront à uns situation totalement incontrôlée. Stern retrouve en effet à Kansas City un ancien "ami" qui va le détrousser et Stern mettra tout en oeuvre pour récupérer son argent... Il retrouvera sa femme, Gene, associée à une brute du tendre prénom de Trish, et ensemble, il vont se frotter à toute la violence cachée de Kansas City. Le scénario est ainsi astucieux car propose une véritable gradation du rythme et des idées, d'une situation des plus banales, pour nous emmener graduellement vers le plus improbable. En chemin, on fera la connaissance d'une tripotée de personnages parfaitement campés (Fergus, sa mère, Merril) tout en levant le voile sur le passé de Stern. En bref, si on pourra être sceptique sur certaine scènes peut-être un peu exagérée, la mécanique est tellement bien huilée que l'on se laisse porter par ce récit qui se cachait parfaitement derrière la frêle silhouette de Stern. Le dessin accompagne efficacement cette partition, apportant un trait réaliste en début d'ouvrage pour se tourner davantage vers la caricature en cours de route : un bon moyen de souligner le décalage entre la situation de début et de fin d'ouvrage.

Encore une Western, certes. Mais un western qui n'est absolument pas comme les autres.

17 3 2018
   

C'est avec une certaine joie que je me plonge dans cette série. "Stern" n'est pas vraiment un western, le héros, Elijah Stern, est fossoyeur et son passe temps favori est de bouquiner.
On ne peut donc pas compter sur lui pour une débauche de coups de feu, ou des pillages de banques. Cependant Elijah s'entend pour attirer les ennuis. Dans ce tome 2 il décide d'aller à Kansas City pour s'approvisionner en livres. Ce n'est pas tous les jours qu'il va à la grande ville, et son passage sera mouvementé.

La Bd comporte 80 pages, ce qui permet de développer une bonne histoire. Tout au long du récit, les surprises s'amoncèlent. La plus grosse reste la femme d'Elijah qu'on ne pensait pas marié, lui l'éternel solitaire.Le reste est surtout l'occasion pour les auteurs de produire une belle galerie de personnages hauts en couleur.

Malheureusement la comparaison avec le premier tome est facile, ce deuxième tome ne possède aucune intrigue, le lecteur se contente de suivre le fil du récit sans participer réellement. C'est maigre et c'est dommage. Mais l'atmosphère reste sympa pour ce "Western" atypique.