46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 45 : Luna Fatale
 

Spirou et Fantasio, tome 45 : Luna Fatale

 
 

Résumé

Spirou et Fantasio, tome 45 : Luna FataleAfin d'acceder au résumé de Spirou et Fantasio, tome 45 : Luna Fatale, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Spirou et Fantasio, tome 45 : Luna FataleOuais, ca sent grosso modo le Spirou à New York numéro 2.
Ambiance identique, c'est à dire excellente, personnages qui reviennent ( Jiu Tcho Sett, alias le Mage, Cortizone )
Pourant cet opus est en tous points supérieurs à son prédecesseur.

Spirou grace à l'évolution graphique amorcée depuis les tomes comme Frousse aux trousses, a nettement un meilleur rendu.
Il degage plus la prestance d'un mafioso.

L'histoire donne la part belle aux femmes, et pour la première fois, on assiste à une scéne mettant en situation de faiblesse ( enfin on aimerait tous être faible comme ça je pense ) notre héros avec Luna.
Le scénario est une fois de plus sympatique, mais pas transcendant. Le principal interêt vient une fois encore de l'action extremement rythmée, de par les combats et les rebondissements.

Le dessin évolue de plus en plus! On sent que Janry est presque à la perfection de son style, juste avant de changer literallement le design dans "Machine qui Rêve". Bref rien a redire.

A lire absolument ! :)


Chronique rédigée par |fred| le 08/07/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 86 (100,00 %)
  • Total : 86 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 4,96
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.43
Dépôt légal : Septembre 1995

Avis des lecteurs

15 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Spirou et Fantasio, tome 45 : Luna Fatale, lui attribuant une note moyenne de 4,43/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 2 2015
   

Voilà certainement, pour moi, l'un des meilleurs albums de "Spirou et Fantasio". Les auteurs ont su capitaliser sur tout ce qui a fait le succès de la série, et délivrent ainsi ce que l'on était venu chercher, tout en introduisant de nouvelles idées pour surprendre un peu le lecteur. On évite opportunément Champignac pour renouer avec l'ambiance de New York, où est exploité l'antagonisme entre mafia italienne, menée par Vito, et mafia chinoise. Une histoire qui s'inscrit parfaitement dans l'esprit de la série, avec son lot d'actions, de personnages un peu loufoques ; d'une mise en danger de l'un de nos deux héros qui va pousser le second à s'engager dans une histoire un peu folle ; et d'un final qui repose à la fois sur de l'humour et beaucoup de caricature (notamment autour de ces lunettes noires que portent tout bon mafioso qui se respecte). C'est vivant, c'est rythmé, c'est un poil déjanté, c'est du "Spirou et Fantasio" tel qu'on l'aime, avec ses exagérations et parfois ses incohérences (on comprend mal pourquoi les mafiosi tombe sous le charme de Soupir-de-jade alors qu'ils ont l'originale sous les yeux).

En plus de l'exercice imposé qui est bien réalisé, les auteurs introduisent autre chose, qui donne une nouvelle maturité à la série. Dès le début, voilà que l'on aborde de façon très légère le corps féminin, voilà que l'on confronte Spirou à l'amour. Le thème est intelligemment abordé, sans excès pour ne pas dénaturer cette série "jeunesse", mais suffisamment appuyé pour montrer que les héros ont évolué, comme pour mieux coller aux lecteurs de la première heure, qui eux aussi ont grandi et vieilli. Voilà donc une bonne idée qui permet de repêcher certains lecteurs historiques qui pouvaient trouver que les tomes de cette série était un petit peu trop "gamins", et qu'ils avaient passé l'âge de lire cette série. Cet album s'adresse à tous, anciens comme nouveaux lecteurs, et en cela, c'est une réussite.

Le dessin me semble plus dynamique, plus rajeuni, plus moderne : cela aussi, c'est une bonne idée. Il y a en plus une mise en image qui supporte bien la narration et je ferai une mention spéciale pour cette première planche, qui d'entrée de jeu, nous plonge dans l'ambiance avec une certaine surprise.

Les ingrédients de "Spirou et Fantasio" sont bien là, rassemblés, pour que tout le monde s'y retrouve, mais en même temps, les auteurs insufflent une nouvelle tonalité intelligemment amenée et surtout dosée justement. Capitaliser sur les atouts de la série puis introduire des sentiments nouveaux, incarnés par Luna Fatale, pour produire un album de cette qualité, c'est, au 45ème tome d'une telle série, une petite performance.

Al :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
27 12 2012
   

Pour moi, ce volume de Spirou atteint le summum de la maturité. Niveau dessins et graphismes, c'est très joli et fluide (bien coloré, style sobre...) et le tout est bien rendu et beau: on croirait voir des tableaux.
Mais le mieux, c'est tout de même au niveau de l'histoire (courses-poursuites, action...): on assiste à des rebondissement digne de James Bond ainsi qu'à une intrigue des plus palpitantes et à un suspense insoutenable: Spirou arrivera-t-il à sauver Fantasio et à percer le mystère du philtre d'amour de Soupir-de-Jade?
Et puis, ce que j'ai beaucoup apprécié par rapport aux autres volumes qui sont manichéens et où les personnages sont très stéréotypés (héros aux bons principes contre méchants odieux), on a un Spirou très humain capable de s'associer aux pires malfaiteurs pour sauver la vie de son meilleur ami Fantasio, se retrouve dans une situation qui le dépasse et qui lui échappe, qui éprouve des émotions jusqu'à se soucier d'une femme (ici bien sûr la belle Luna Cortizone alias Luna Fatale) qui est pourtant la fille de son pire ennemi ayant elle-même tué des gens ("allaient?" parce que vous en avez tué plusieurs?) tout simplement parce qu'il semble être amoureux (il veut prendre son arme pour la protéger, demande où elle est quand il est sur le point d'être tué) parce qu'il a compris que même les criminels peuvent se révéler avoir un bon fond, ce qui se voit très bien avec le personnage de Luna. Devant tester Spirou pour voir s'il vraiment un célibataire endurci, elle-même n'est pas insensible à ce dernier et semble tomber petit à petit amoureuse de lui malgré le fait qu'elle sache qu'il est l'ennemi de son père. On se retrouve face à la femme fatale de base qui tire dans le tas mais qui en même temps est capable d'avoir un coeur en justifiant le fait qu'elle tue les poursuivants de Spirou "parce qu'ils allaient VOUS tuer". L'album montre aussi une guerre des gangs où il n'y a pas vraiment de place pour les sentiments, une société qui engendre des monstres (faux sentiments qui poussent les gens à s'entretuer avec Soupir-de-Jade qui elle-même veut se venger de Vito Cortizone qui l'a marquée à vie). A la fois victimes et boureaux des uns et des autres, on peut se comparer à tous ces personnages malgré le fait qu'ils soient violents et meurtriers car on se dit que nos propres traumatismes ou sentiments pourraient nous pousser à faire les pires choses: Spirou s'associe avec Cortizone (aidant ainsi la mafia italienne) parce que celui-ci menace de tuer Fantasio qui est son ami, Luna tue des gens parce que même si elle n'est pas d'accord avec son père elle l'aime, Luna tue ceux qui veulent tuer Spirou parce qu'elle semble amoureuse de lui, Spirou veut couvrir Luna et se soucie d'elle parce qu'il semble également amoureux d'elle, Soupir-de-Jade aide la mafia chinoise, rivale de la mafia italienne, en séduisant ses hommes pour les pousser à s'entretuer car veut se venger de leur chef Vito Cortizone qui l'a marquée à vie.
Pour en revenir à notre fameux couple Spirou-Luna, le fait que Spirou n'ait pas repoussé Luna quand celle-ci l'a embrassé fait largement remporter une palme à la belle italienne car personne n'avait encore jamais réussi à faire "devenir grand" un personnage de bande dessinée jeunesse belge. D'ailleurs, parlons-en de cette idée de bande-dessinée "jeunesse". Contrairement aux autres albums de Spirou où les tenues sont simples, ici les tenues des personnages sont décontractées voire très sensuelles pour les demoiselles notamment pour les filles de mains de Vito (plus particulièrement Luna mais ça, je pense que vous l'avez compris). D'ailleurs, les scènes de danse ont tendance à être particulièrement "hot" et à montrer Fantasio qui veut faire le tombeur. Comme s'il enviait Spirou qui a du succès auprès des femmes (et pourtant ne cède à aucune avant Luna) alors que lui pas vraiment ou beaucoup moins et semble en avoir marre du célibat. Mais le comble, c'est l'exposition de "nues" à des profits humanitaires (ouais et mon ***, c'est du poulet. dis plutôt que t'avais envie d'assouvir tes fantasme obsédé) où on se dit que les auteurs semblaient plutôt avoir envie d'attirer les lecteurs ados qui ont au plus profond d'eux les goûts de Fantasio.
Dans cet album, on a également les ingrédients de base qui font un bon Spirou: humour (malgré le fait que Cortizone soit persuasif et menaçant, sa maladresse et sa poisse éternelle le rendent toujours aussi drôle, l'exposition choc de Fantasio fait évanouir certains spectateurs...), suspence, adrénaline, bonne linéarité, narration fluide, enchaînements cohérents, rebondissements inattendus et personnages fidèles à eux-mêmes (cela malgré les aspects humains de Spirou qui sont nouveaux dans cet album).
Quant à la fin, elle n'est à mes yeux ni pessimiste, ni optimiste. L'album se termine tout simplement par Spirou et Luna qui se disent adieu indirectement de loin sans réellement savoir si l'un éprouve vraiment des sentiments pour l'autre et où chacun reste à sa place: Spirou s'en retourne vers le journalisme et l'honnêteté tandis que Luna s'en retourne vers la séduction et la malhonnêteté. Comme si leurs sourires respectifs lancés hâtivement l'un à l'autre étaient sans joie et que cet album était un album à part où on nous suggère que Spirou serait capable d'éprouver des sentiments et se retrouve déchiré entre ses principes d'honnête homme et un amour impossible avec une criminelle (un peu à la manière de Sherlock Holmes avec Irène Adler). Pour moi, cet album est limite triste et c'est ça qui m'a plu. Il est en suspens car on ne sait pas si Spirou et Luna peuvent se retrouver un jour et être victimes de la société qui les a dévorés et séparés. Certes, Spirou peut couvrir Luna car elle est "jeune" et que son père l'a poussé à être une criminelle dès son enfance mais on ne sait jamais car en voyant une certaine volonté de réalisme dans l'histoire, ça paraîtrait peu probable que Luna échappe au trou.
En bref, on a ici plein de questions posées dans cet album qui sont bien plus adultes qu'elles n'y paraissent: le célibat rend-t-il heureux? être un courreur est-il ce dont on rêve réellement ("il y avait une fille en panne sur la route. "tu as pris son numéro? t'as rendez-vous? moi, je ne raterais pas l'occasion. (ben dis donc Fantasio, faut vraiment que tu te trouves une fille mon pauvre coco)) y'a t-il une place pour les sentiments dans un monde sanglant et meurtrier? est-on capable de faire les pires choses par amitié, amour ou vengeance? peut-on éprouver des sentiments pour des gens ayant commis des crimes? les criminels sont-ils aussi mauvais qu'on le prétend? y-a-t-il du mal dans le bien? y-a-t-il du bien dans le mal? Le fait que l'album soit beau visuellement et graphiquement, bien écrit, ait ses moments drôles, d'action, de suspense, des rebondissements, des personnages appréciables, humains donne envie de lire Luna Fatale et pousse le lecteur à comprendre que cet album de Spirou est bien plus adulte qu'il n'y parait et également volontairement ambigüe sur la fin qui suggère que Spirou est piégé par l'amour et ne sera plus jamais le même. Et dire que tout ça a été démontré et fait en seulement 46 pages. Bravo Tome et Janry!

16 3 2011
   

Bonne trouvaille que ce Luna fatale !!! J’ai vraiment adoré l’histoire du début à la fin. Il est vrai que le personnage de Vito Cortizone me plait beaucoup mais ce n’est rien comparé à la beauté de sa fille Luna, qui, je l’imagine, aura su conquérir le coeur de bon nombre de lecteurs.

Tout m’a plu dans cet album : l’intrigue, les personnages, le thème de la guerre entre la triade chink et la mafia italienne mais également le dessin.

Autant j’avais moyennement apprécié Spirou à New York, autant j’ai adoré cet album. Serait-ce la présence de jeunes et belles demoiselles qui influerait mon jugement ? Non je pense que d'affirmer cela serait fort réducteur par rapport au bon travail réalisé par les auteurs tant au niveau du scénario que du dessin.

L’ensemble est très bon, très cohérent. Tous les ingrédients sont réunis pour divertir le lecteur. Le must étant quand même l’humour tournant autour des mots italiens, c’est un régal. Little Italy est une caricature (un peu excessive) de la péninsule italienne et de ses habitants mais j’ai trouvé ces passages là vraiment très drôles.

Je conseille fortement la lecture de cet album pour toutes les personnes qui n'auraient pas eu encore la chance de le lire.

23 2 2011
   

Même si cet album possède beaucoup de défauts, ils sont effacés par des qualités, géniales. Donc oui, malgré certains points, ce tome mérite bien la note maximale.

Bon alors tout d'abord, les défauts : quand j'ai ouvert l'album, j'ai tout de suite reconnu l'ambiance qui se dégageait de Big Apple. Et ça se confirme, dès que le premier Mafioso apparaît. Comment ? Encore un récit sur la mafia ? Oui comme "Spirou à New York" (dont cet album est la suite directe, mais il y a aussi "Spirou à Moscou" qui abordait ce thème avec plus d'originalité). Et qui dit Mafia avec les Spirou de Tome et Janry, dit aussi j'imagine Vito Cortizone. Et cela aussi se confirme. Ce n'est pas que je n'aime pas ce personnage (qui n'est quand même pas le plus charismatique des méchants de la série), mais c'est qu'après "Spirou à New York", "Vito la Déveine", et "Le Rayon Noir", j'en ai un peu marre. Malgré ces éléments, et l'impression que cet album un remake ou une suite (même ambiance, mêmes clans, même intrigue et mêmes motivations de la mafia) du tome 39, j'ai quand même passé un excellent moment car...

...car l'album a de grosses qualités. Et la première, est, pour moi, le fait d'aborder la vie affective et sentimentale de Spirou et par opposition celle de Fantasio. Bon, parce que, tout comme ses alters egos que sont "Tintin" et "Asterix", à la limite, ont le sait que Spirou est un célibataire endurci (qui veut le rester) mais qui a quand même du charme, et Fantasio qui, lui aussi est célibataire mais aimerai bien avoir le charme de Spirou car lui, il en a un peu marre de ce célibat apparemment. On découvre même une facette de lui qu'on ne connaissait pas, c'est que, en plus de faire des photos journalistiques, il aime (faire de) la photo d’art, disons, plus sensuelle. Et c’est ça qu’est bien dans l’album, l’apparition de personnages féminins importants qui utilisent leurs charmes.

Pour le reste de l’album, c’est un Spirou classique (quoique traité avec Tome et Janry donc assez déjanté), il y a de actions, de l’aventure, de l’exotisme, et pour une fois, un peu d’émotions (avec un Spirou prêt à craquer pour Luna). Et toujours un graphisme irréprochable, dynamique et précis.

La note maximale pour cet album avec une belle couverture.

24 11 2010
   

Cet avant dernier album de Tome et Janry est l'apogée de cette période, et même de leur style.
Les dessins sont magnifiques. Ne se pose plus la question de savoir si Franquin était meilleur. Là, le duo a parfaitement réussi son imprégnation de Spirou. Comme Fournier en son temps, ils ne se contentent plus de copier Franquin, ils cherchent à fonder leur style.
C'était déja le cas dans l'album précédent, sans la réussite.
Cette fois, le tandem nous livre un scénario simple, mais riche en rebondissements et très bien raconté. Voir Spirou se faire draguer et quasi succomber à la tentation, ou voir Fantasio exposer des photos erotiques, c'est très original et bienvenue.
Je ne sais pas vous, mais ras le bol des tentatives de recréer Franquin. Si je veux du Franquin, je lis l'un des 19 premiers tomes. C'est pour ça que j'aime la période Fournier, et c'est pour ça que j'aime cet album. Sans rejeter "l'ambiance Spirou", les auteurs ont su innover et apporter à la série. En plus, l'humour est omniprésent (Voir danser Fantasio au milieu de 3 jolies femmes, gros moment!)

Dans le tome suivant, ils iront à contre-sens de ce que j'entends par "innover" dans Spirou, au point que je sais toujours pas quoi penser de lui.
En attendant, ce numéro 45 est un classique de la saga.

15 1 2010
   

Tout simplement phénoménale ! Le meilleur album de Tome et Janry !
L’histoire, si elle n’est pas particulièrement originale, est beaucoup plus réaliste qu’auparavant tout en restant dans la lignée de la série (contrairement à Machine qui rêve) .Spirou est ici un homme normal ,loin d’être insensible au jolies femmes !Il s’éloigne ici du personnage presque asexué des débuts.
Coté dessins ,Jany est à la perfection de son art. On se régale les pupilles .Et que dire de Luna ,sans doute la fille la plus sexy dans l’univers de Spirou ! Sans parler de l'ambiance dans un New York génial
Un album à la croisée des âges , entre le traditionalisme et le changement très(trop ?) réaliste de Machine qui rêve. A lire absolument !

9 1 2010
   

"Luna Fatale" est le quarante-cinquième album des aventures de "Spirou et Fantasio" et également le dernier potable de nos amis Tome et Janry. Nos héros vont être de retour dans les quartiers louches de la "Grande Pomme".

A New-York, les hommes de don Vito Cortisone essuient de terribles pertes. Ils ont tous été victimes d'une certaine Soupir-de-Jade qui les a tous charmés. Vito la Déveine essaie donc de trouver un allié de circonstance, insensible aux charmes féminins. Ce sera Spirou ! Pour tester cette "capacité", il va envoyer sa fille de vingt ans, Luna qui va essayer de le séduire. Tome et Janry auraient pu appeler cette histoire, "Spirou à New-York 2" tant elle ressemble à sa devancière. On retrouve des personnages communs : le chauffeur de taxi, le jeteur de sort devenu agent matrimonial... Les dessins de cet album sont au top, c'est un vrai plaisir pour les yeux. On ressent aussi une atmosphère plus adulte. Tome et Janry posent la question de l'attirance du beau sexe sur nos héros. Cette glissade vers un univers plus sérieux va les perdre au tome suivant.

Mais "Luna Fatale" est une excellente aventure. Le scénario est sommaire mais tient en haleine, les dessins sont splendides, les personnages réussis... Je vous recommande au plus haut point sa lecture.

12 5 2007
   

L'ambiance de New York déjà bien rendu par Janry dans Spirou à New York, l'est une nouvelle fois dans ce "Spirou à New York 2". Qui dit retour à New York dit retour de Vito Cortizone, et cette fois, sa présence semble plus justifiée (Il apportait une note comique dans Le rayon noir). Autre élément de répétition: la lutte entre la mafia chinoise et celle italienne.

Après avoir vu les points communs, voyons les nouveautés, et elles sont de taille. Les auteurs se penchent sur la psychologie des personnages. Après Fantasio qui a connu l'amour avec Ororéa (voir les albums de Fournier), c'est au tour de Spirou d'être attiré par la belle Luna (elle sera d'ailleurs réutilisée dans la nouvelle série animée).

Les femmes occupent d'ailleurs une grande place dans l'album. Il y'a donc Luna, la fille de Vito, qui va faire battre le coeur de notre héros (tout en y étant pas soi même indifférente), mais aussi Soupir de Jade qui peut apparaître comme la chef des chinois.

Tome et Janry signent là leur dernier chef d'oeuvre. Le scénario de Tome est vraiment très bon, avec ce qu'il faut d'aventure et de touches comiques. Le dessin de Janry est du même niveau. J'espère que les nouveaux auteurs feront revenir Luna. Celà pourrait créer de belles situations (voir un Spirou déchiré par un amour qui peut paraître impossible).

23 2 2007
   

Un album très moderne qui est une nouvelle expérimentation sur le mythe Spirou. Si le rayon noir était une expérimentation ratée (à mon avis) ; celle-ci est plus réussie. Après s'être préoccupé de Fantasio « l’éternel second » dans la vallée des bannis ; de la tranquillité présumée du village de Champignac dans le rayon noir ; les auteurs s'intéressent au rapport de Spirou avec les femmes. Si Fantasio a souvent été montré amoureux, ce n’était pas le cas de Spirou. Cette fois, les auteurs le mettent en rapport avec Luna, la fille de Vito Cortizone et pour la première fois, Spirou semble troublé par la jeune femme.
Cet album vaut essentiellement pour cette relation ambiguë qui amènera presque Spirou à tuer un homme pour défendre Luna. Concernant l’histoire, Tome renoue avec New York, ville qu’il apprécie particulièrement ; Janry fait d’ailleurs un clin d’œil à Soda, autre série scénarisée par Tome. Le début de l’histoire est très bon et joue pleinement sur l’effet de surprise. La suite est plutôt drôle, assez enlevée, mais on sent bien que les auteurs sont beaucoup plus préoccupés par la modernisation des personnages. Cela les amènera logiquement au controversé Machine qui rêve. Mais c’est une autre histoire…

31 1 2007
   

Peu amateur des Spirou de Tome et Janry, je trouve que "Luna Fatale" remonte tout de même la pente après un "Rayon Noir" que j'ai trouvé vraiment mauvais.
Dessin toujours aussi bon bien sûr, mais aussi cette fois une vraie aventure avec de l'action et un peu d'exotisme. Le récit pêche un peu cependant par la redondance de sa trame et de son décor avec ceux de "Spirou à New-york". Je dois avouer avoir également été un peu réticent à la brusque arrivée de filles sexy et de la notion du célibat de Spirou et de Fantasio dans les premières pages, cet aspect heurtant d'une part mes habitudes peut-être un peu vieux-jeu vis-à-vis de cette série BD mais m'ayant également donné une impression légèrement raccoleuse en première lecture.
Bref, une lecture divertissante sympathique mais loin de mes préférées dans la série des Spirou.

milichane :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
6 2 2006
   

Pour moi,cet épisode est vraiment "the must".
De tout ceux que j'ai pu lire, cet album de spirou est pour moi le meilleur. Pour le scénario que je trouve bien ficelé, pour les dessins (les personnages sont magnifiquement dessinés) mais aussi a cause d'un personnage : Luna. Chez Spirou,trois femmes ont marquées un tournant : Seccotine,Ororéa et Luna. De toutes, ma préférée est Luna car vingt ans à peine mais sûrement autant de meurtres a son actif ; elle est la fille du célèbre mafioso et semble ne pas être indifférente aux charmes du charmant reporter.

Ce dernier d'ailleurs semble se soucier de la jeune femme ; pas seulement dans la scène du baiser où il ne la repousse pas,mais aussi sa réaction p39 quand il doit sauter mais qu'avant il demande où est la vraie Luna. Et puis, Spirou en mafioso cheveux noir, lunettes noires et cie, ça vaut le détour!

Et autant le dire tout de suite : Luna est "une bombe". Je l'envie!
J'espère vraiment qu'elle fera d'autres apparitions !!!

7 5 2005
   

Merci Tome et Janry, c'est vraiment ce que l'on a envie de dire à la fin de ce tome. Malgrè, c'est vrai, une vague impression de Spirou à New York (Vito quand tu nous tiens...) l'album est sublime (pour un spirou bien sur). Que dire si ce n'est que le style graphique de Janry est certainement à son apogée dans la série. L'histoire est elle aussi très jolie, merci Tome car il restera comme l'homme qui a fait de très bon Spirou sans faire du Franquin.
Enfin, cet album ayant été paru durant ma jeunesse, j'ai longtemps été secrètement l'admirateur de Luna qui est tellement tellement sexy ;), Mr Morvan si vous pouviez reprendre le perso dans vos histoire...
Si vous ne l'avez pas lu courrez sinon bah RE-courrez le lire...

21 2 2005
   

A nouveau, un Spirou et Fantasio dont le scénario est très bien ficelé et où l'on retrouve une bonne dose d'originalité. L'humour est au top et l'album regorge de passages franchement hilarants. Les dessins sont toujours excellents, et on a le plaisir de retrouver le détestable Vito Cortizone, alias la déveine, tellement idiot que l'on finit par l'apprécier !
De plus, un nouvel aspect est abordé par les auteurs et permet de voir Spirou sous un coté plus psychologique : Spirou succombera-t-il au charme de la jolie Luna ou est-il cet aventurier que rien ne peut troubler ?

Le seul bémol de cet album : Personnellement, je trouve que l'histoire manque un peu de rebondissements, je la trouve assez linéaire dans son déroulement.

16 9 2004
   

Ultime album de Spirou par Tome et Janry avant un changement d'équipe, (Machine qui rêve étant pour moi définitivement à part dans l'oeuvre), c'est pour moi un des meilleurs, voir le meilleurs qu'ils aient produit.
Le graphisme de Janry est à son apogée, les personnages sont vivants, crédibles, dynamiques.Quant au personnage de Luna, quel régal pour les yeux.
Et l'histoire n'est pas en reste. Beaucoup de rythme, d'action, et une scène d'anthologie entre Spirou et Luna. On sent que Tome a envie de faire évoluer son personnage, de lui préter des sentiments plus humains et moins "gentil héros". J'en veux pour preuve son geste, non pas le baiser de la page 35, mais sa réaction à la page 36.
On connait d'ailleurs le résultat dans Machine qui rêve.
Si un auteur pouvait faire ce qu'il veut du personnage de Spirou, cet album aurait pu lui ouvrir un horizon différent. Peut-être Morvan reprendra-t-il le personnage de Luna à son compte?

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Spirou et Fantasio 2 4.25
Spirou et Fantasio : Le triomphe de Zorglub 1 4.00
Spirou et Fantasio, tome 1 : Quatre aventures de Spirou et Fantasio 11 3.36
Spirou et Fantasio, tome 2 : Il y a un sorcier à Champignac 15 4.10
Spirou et Fantasio, tome 3 : Les chapeaux noirs et 3 autres aventures... 4 3.13
Spirou et Fantasio, tome 4 : Spirou et les héritiers 15 4.27
Spirou et Fantasio, tome 5 : Les voleurs du Marsupilami 10 3.90
Spirou et Fantasio, tome 6 : La corne de Rhinocéros 12 3.75
Spirou et Fantasio, tome 7 : Le dictateur et le Champignon 16 4.44
Spirou et Fantasio, tome 8 : La mauvaise tête 15 3.73
Spirou et Fantasio, tome 9 : Le repaire de la Murène 12 4.13
Spirou et Fantasio, tome 10 : Les pirates du silence 10 3.25
Spirou et Fantasio, tome 11 : Le gorille a bonne mine 9 3.28
Spirou et Fantasio, tome 12 : Le nid des Marsupilamis 15 4.00
Spirou et Fantasio, tome 13 : Le voyageur du mésozoïque 9 3.61
Spirou et Fantasio, tome 14 : Le prisonnier du Bouddha 8 4.38
Spirou et Fantasio, tome 15 : Z comme Zorglub 9 4.39
Spirou et Fantasio, tome 16 : L'ombre du Z 9 4.56
Spirou et Fantasio, tome 17 : Spirou et les hommes bulles 10 3.90
Spirou et Fantasio, tome 18 : Qrn sur Bretzelburg 13 4.65
Spirou et Fantasio, tome 19 : Panade à Champignac 11 4.27
Spirou et Fantasio, tome 20 : Le faiseur d'or 9 3.33
Spirou et Fantasio, tome 21 : Du glucose pour Noémie 9 3.28
Spirou et Fantasio, tome 22 : L'abbaye truquée 7 3.43
Spirou et Fantasio, tome 23 : Tora Torapa 8 4.19
Spirou et Fantasio, tome 24 : Tembo Tabou 5 2.60
Spirou et Fantasio, tome 25 : Le gri-gri du Niokolo-Koba 7 3.50
Spirou et Fantasio, tome 26 : du cidre pour les étoiles 9 2.44
Spirou et Fantasio, tome 27 : L'ankou 9 3.67
Spirou et Fantasio, tome 28 : Kodo, le tyran 7 4.29
Spirou et Fantasio, tome 29 : Des haricots partout 10 4.05
Spirou et Fantasio, tome 30 : La ceinture du grand froid 10 2.60
Spirou et Fantasio, tome 31 : La boîte noire 8 1.94
Spirou et Fantasio, tome 32 : Les faiseurs de silence 7 1.93
Spirou et Fantasio, tome 33 : Virus 13 3.73
Spirou et Fantasio, tome 34 : Aventure en Australie 9 3.22
Spirou et Fantasio, tome 35 : Qui arretera Cyanure ? 9 3.67
Spirou et Fantasio, tome 36 : L'Horloger de la comète 11 3.36
Spirou et Fantasio, tome 37 : Le réveil du Z 11 3.64
Spirou et Fantasio, tome 38 : La jeunesse de Spirou 7 2.57
Spirou et Fantasio, tome 39 : Spirou à New York 11 3.64
Spirou et Fantasio, tome 40 : La frousse aux trousses 11 4.18
Spirou et Fantasio, tome 41 : La vallée des Bannis 10 4.45
Spirou et Fantasio, tome 42 : Spirou à Moscou 11 3.82
Spirou et Fantasio, tome 43 : Vito la Déveine 10 3.65
Spirou et Fantasio, tome 44 : Le Rayon noir 10 2.90
Spirou et Fantasio, tome 45 : Luna Fatale 15 4.43
Spirou et Fantasio, tome 46 : Machine qui rêve 16 2.97
Spirou et Fantasio, tome 47 : Paris sous-Seine 12 2.92
Spirou et Fantasio, tome 48 : L'homme qui ne voulait pas mourir 12 3.00
Spirou et Fantasio, tome 49 : Spirou et Fantasio à Tokyo 13 2.46
Spirou et Fantasio, tome 50 : Aux sources du Z 10 2.65
Spirou et Fantasio, tome 51 : Alerte aux Zorkons 9 2.89
Spirou et Fantasio, tome 52 : La face cachée du Z 4 2.50
Spirou et Fantasio, tome 53 : Dans les griffes de la vipère 5 3.10
Spirou et Fantasio, tome 54 : Le groom de Sniper Alley 2 4.00
Spirou et Fantasio, tome 55 : La colère du Marsupilami 3 4.00