46 503 Avis BD |20 164 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 7 : Le dictateur et le Champignon
 

Spirou et Fantasio, tome 7 : Le dictateur et le Champignon

 
 

Résumé

Spirou et Fantasio, tome 7 : Le dictateur et le ChampignonAfin d'acceder au résumé de Spirou et Fantasio, tome 7 : Le dictateur et le Champignon, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Spirou et Fantasio, tome 7 : Le dictateur et le ChampignonDeuxième apparition du terrible Zantafio qui tout au long de la série va se positionner comme Le méchant des aventures de Spirou et Fantasio.

Derrière cet album sont dénoncés en fait la stupidité et le danger des dictatures, et sauf fruit de mon imagination, Zantafio est volontairement désigné de telle sorte qu'il nous rappelle le sinistre dictateur allemand des années 40. Donc malgré l'humour extrêmement présent, se cachent en réalité des idées très fortes et intéressantes.
Rien que pour cela, l'album mérite d'être lu.

Si maintenant on se penche d'un autre œil sur cet opus, on remarque aussi que la qualité est aussi à la hauteur.

Outre un scénario très bien découpé, une ambiance fort bien retranscrite et des dessins certes encore simplistes, mais qui commencent à gagner grâce aux couleurs moins vieillottes, on s'étonne encore de la fertilité du cerveau de Franquin.

Ce coup ci il nous a inventé un produit, dont l'originalité des effets est au niveau des situations comiques engendrées. On s'amuse à voir une trompette fondre dans les mains de la personne qui souffle dedans, et en plus, alors qu'on aurait pu croire que André avait inventé cela uniquement pour meubler un peu l'album et créer des situations comiques, on se rend en fait compte de l'importance du Métomol.

C'est cela Franquin, un humour au service de l'action et de l'histoire.Un album d'un très grand intérêt !


Chronique rédigée par |fred| le 26/07/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 86 (100,00 %)
  • Total : 86 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 5,06
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.44
Dépôt légal : Janvier 1956

Avis des lecteurs

16 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Spirou et Fantasio, tome 7 : Le dictateur et le Champignon, lui attribuant une note moyenne de 4,44/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 5 2019
   

Retour en Palombie pour nos héros qui décident d'y ramener le Marsupilami qui avait été laissé à la garde du comte de Champignac et qui s'avère être une inépuisable source de catastrophes. Sur place ils ont la surprise de retrouver le cousin Zantafio qui, à la fin des "Héritiers", décida de rester dans ce pays qui lui plaisait bien. Et pour cause, le voilà devenu le dirigeant dictateur de Palombie ! Comme dans "Les Héritiers" il n'est pas foncièrement hostile à Spirou et Fantasio mais ses mauvais penchants prennent le dessus (mieux que jamais vue la place atteinte) et se trouve donc forcément en conflit avec nos amis.
Franquin en profite pour dénoncer les dictatures guerrières, caricaturant le 3ème Reich et se moquant d'eux en leur donnant un salut hilarant de ridicule.
On retrouve déjà Seccotine qui apparaît encore toujours comme un deus ex machina. C'est une vraie surdouée hyper efficace qui fait passer notre duo pour de piètres amateurs. Sur les trois c'est finalement Spirou le plus effacé. Champignac est aussi de la partie forcément puisque c'est une de ses inventions qui provoque l'aventure. Le maire est là aussi et commence à produire ses discours ampoulés et contradictoires qui feront sa renommée.
Mais il y a aussi de bons nouveaux personnages secondaires dont l'espion de Zantafio très réussi.
C'est un album fort agréable au scénario fluide et facile dont les qualités résident surtout dans le dessin de Franquin. Sublime de fluidité, de mouvement, d'inventivité. Il a déjà atteint un très haut niveau. Quand on re jette un oeil sur ses premiers pas...
La scène de l'agression de Seccotine vendeuse d'oranges ne peut pas ne pas rappeler Zorino dans "Le temple du soleil". Hommage ou pompage d'inspiration facile ?
Voilà en tout cas un album bien distrayant et talentueusement réalisé au scénario sans prétention.
Le Marsupilami est retourné dans sa jungle... mais nous le reverrons.
Au fait, c'est bizarre que Spirou et Fantasio l'appellent "Marsupilami" sans lui avoir donné de petit nom. C'est comme s'ils appelaient Spip : "Écureuil !".

18 6 2011
   

« Le dictateur et le champignon » est le 7ème album des aventures de Spirou et Fantasio d’après Franquin.

Cet album est une réussite et pourtant je ne pensais pas en dire autant au début de ma lecture. La première partie présentant le Métomol et la succession de gags et de maladresse du marsupilami dans le village est un peu longue et ennuyeuse. Le seul objectif est de présenter le fameux gaz nouvellement crée par le comte qui aura une forte incidence sur la suite de l’histoire mais cette présentation est un trop longue à mon gout. De ce fait, l’histoire a du mal à se mettre en place et elle démarre vraiment lorsque nos deux héros décident de ramener le marsupilami sur ses terres natales.

Cependant, cela valait la peine d’attendre puisque la suite de l’album avec le voyage de Spirou et Fantasio en Palombie est une vraie réussite. La lecture devient très agréable car l’histoire est bien structurée et le rythme est soutenu. On prend plaisir à suivre nos deux héros dans leur mission de mettre un terme aux actes guerriers du dictateur.

Il est surprenant de voir nos deux héros en colonels alors qu’ils s’opposent complètement au régime totalitaire qui est en place. Cela a pour conséquence des scènes cocasses et très bien amenées par Franquin. Malgré le ton un peu dur de l’album, l’auteur arrive à glisser par-ci, par-là des scènes humoristiques qui font mouche. La scène où le dictateur hurle son discours à la foule alors que les micros sont coupés m'a beaucoup fait rire.

Le personnage de Secotine est bien exploité et il s’avère que la journaliste est d’une réelle utilité puisqu’elle vient en aide à nos deux héros en leur fournissant des informations très importantes et en servant de relais avec le comte de Champignac. En somme, elle devient indispensable et est très complémentaire de notre duo. Ce personnage m'a convaincu.

A travers une bande dessinée destinée aux plus jeunes, Franquin dénonce, tout en finesse, les méfaits des dictatures. Tout en nous livrant un excellent album très divertissant et intéressant, l’auteur se moque des régimes militaires et de leur propagande à outrance. Le tout avec beaucoup de subtilité et de légérete ce qui permet une double lecture de cet album.

17 5 2011
   

Comme dans l'album précédent, l'intrigue a du mal à se mettre en place, et il faut bien attendre un bon tiers de l'album (voire un peu plus) avant que Spirou et Fantasio n'arrivent en Palombie, où l'intrigue véritablement se noue. Pendant ce premier tiers, on decouvre plutôt le Métomol, ainsi qu'un Marsupilami qui enchaine les gags avec ce nouveau produit inventé par le Comte de Champignac. On retrouve ce goût des gags propres à Franquin, qui, s'ils permettent de faire passer le temps, auraient pu être condensés. Ainsi, comme dans le tome précédent, je ne trouve pas l'introduction des plus adroites et je pense que si le Métomol est important pour la suite de cette histoire, faire tant de planches autour de ce produit était superflu.

De la même façon, on retrouve Zantafio, et son rôle ici est un petit peu en contradiction avec le dernier souvenir que l'on gardait de lui. En effet, à la fin de l'album, "Les Héritiers", on avait l'impression qu'il avait fait amende honorable et qu'il s'était rangé. On sent bien que Franquin, en manque de grand méchant, réutilise Zantafio dans ce rôle.

Enfin, je trouve que Spip et le Marsupilami font ici de la figuration, comme si, à ce stade, l'auteur ne savait pas trop bien quoi en faire.

A part ces petites remarques, on passe tout de même un agréable moment de lecture avec un récit structuré et surtout qui gagne petit à petit en maturité. On reste un peu sur le thème "la guerre c'est pas bien", mais pour une série à destination jeunesse, ce manichéeisme n'est pas véritablement gênant. Les personnalités s'affirment petit à petit et leur rôle dans la série commence à ce clarifier : le comte de Champignac n'est plus le savant fou et déluré des premiers tomes, il devient un scientifique reconnu auquel on peut faire appel et Seccotine semble un peu retrouver son rôle de "la corne du rhinocéros" : une aide bienvenue... L'ensemble reste simple et efficace, avec de bons moments d'humour, jouant notamment sur l'antimilitarisme de Spirou et Fantasio, élevés au rang de généraux dans l'armée de Fantasio.

C'est un album assez agréable, même s'il est parfois assez simplistes et même s'il souffre encore de longueurs inutiles.

24 4 2011
   

Peu habitué de la série, j'ai lu cet album un peu par hasard. Et cela m'a donné envie de découvrir en profondeur l'univers de Spirou et de Fantasio.

En effet, cet album est d'une remarquable justesse. Sur ce type de vieille série, les auteurs ont besoin de quelques temps pour trouver le juste ton, la narration la plus efficace, et les traits définitifs des personnages. Et bien là, tout est déjà parfait à commencer par les dessins de Franquin.

Spirou et Fantasio vont être mêlés de prêt à une guerre en infiltrant un régime totalitaire. Et dire que tout ceci est parti d'un simple voyage visant à ramener le Marsupilami en Palombie... Cet album est une véritable aventure bien plus dense que certains albums de Tintin. Un divertissement de très grande qualité qui donne envie de poursuivre l'expérience.

13 11 2010
   

Ce tome est marqué par le retour des personnages secondaires: le Marsu, le Comte, Zantafio et Seccotine. L'histoire commence simplement. Le passage du Marsu saccageant la ville avec l'invention du comte est magnifique! Après quoi, nos deux héros concluent qu'il est préférable de ramener le Marsu dans sa jungle de Palombie. Arrivés dans ce territoire issu de l'imaginaire de Franquin, Spirou et Fantasio vont être contraints de participer à un complot politique et militaire de grande envergure, mené par Zantafio.

Un très grand épisode, dont je ne dévoilerai davantage l'intrigue. C'est une réussite de plus pour Franquin, qui développe un scénario plutôt complexe, bien ficelé, drôle, et bien dessiné. C'est probablement le meilleur tome de Franquin en solo (il n'a que peu été aidé pour cet épisode). Tout y est, pour ce qui est son probable premier chef d'oeuvre!

1 9 2010
   

"Le dictateur et le Champignon" est le septième album des aventures de "Spirou et Fantasio". Il a été réalisé par le génial Franquin. Comme toujours avec cet auteur, la bande dessinée est magistrale.

Spirou et Fantasio se rendent en Palombie. Là ils vont rencontrer le cousin de ce dernier, Zantafio, vu dans "Spirou et les Héritiers". Celui-ci est devenu le dictateur du pays. Nos héros vont vouloir mettre fin à cette situation. Pour agir discrètement, ils vont s'engager dans l'armée palombienne ! Cet album est très bon. Franquin introduit une nouvelle invention (du comte de Champignac, bien sûr), le Métomol, gaz issu des champignons, qui rend les métaux malléables. Une belle série de quiproquos s'en suivront. J'apprécie aussi la caricature des dictatures d'Amérique latine. Zantafio fait merveille dans cette aventure, il prend ses galons de méchant de la série. Son discours où son micro est débranché est hilarant, avec ses grands gestes grandiloquents, rappelant la logorrhée hitlérienne. La scène finale où toute son armée fond reste dans les annales.

Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce tome. Cet album fait partie des chefs-d'œuvre de Franquin, tout comme la saga de Zorglub ou "QRN sur Bretzelburg". Vous ne pourrez pas être déçus de la lecture de "le Dictateur et le Champignon".

16 6 2010
   

Franquin à son sommet.

Cette album est génial, c'est sans doute son premier album "engagé", montrant le pacifisme contre le despotisme (dont Zantafio/Zantas incarne à merveille le rôle du despote). Ensuite, pour le plus grand des bonheurs, on retrouve enfin le Marsupilami, une des créations les plus géniales de Franquin (avec "Gaston" et les "Idées noires", soit dit en passant). La scène au "Metomol" est géniale je trouve, ce Marsupilami est une vrai catastrophe ambulante !

Je trouve génial également l'univers fantaisiste de la Palombie, c'est dépaysant et on regretterait presque que ce pays n'existe pas ! La Palombie est très atrayante d'ailleurs grâce au trait énergique et empli de mouvement de l'auteur. Les expressions sont rendues à merveille, les décors sont magnifiques, en gros tout est magnifique dans ce tome !! Et une fois l'album fermé, on ne demande qu'à le relire !

En conclusion un coup de génie de Franquin tant par le dessin spectaculaire, magnifique, impressionnant, que par la somptueuse histoire !

23 5 2010
   

Cet album est dans mon top 5 des albums franco-belges les plus géniaux de l'Histoire... Tout d'abors, les dessins, personne n'a jamais réussi à égaliser Franquin, c'est parfait, les mouvements sont rendus à merveille, pas la moindre faute -faut dire, Franquin faisait partie du club des perfectionnistes du journal de Spirou, avec Peyo-, parfait. Le scénario, lui, critique la dictature d'une façon parfaite, avec humour et dérision. Les soldats, eux, passent pour des imbéciles, avec leurs armes qui ne fonctionnent pas :)...
Notamment, le discours de Zantafio est une référence directe à Adolf Hitler, mais de façon plus drôle...
Et en plus, tout le monde est là dans cet histoire! Spirou, Fantasio, Secottine, Le marsupilami, Spip, le comte de Champignac et Zantafio... Tout pour passer un moment unique! Et je trouve que l'uniforme va bien à Spirou et Fantasio...
Note sur la couverture: 5/5, rarement vu une couverture de Spirou aussi belle!
Bref, inoubliable....

Et le plus étonnant, c'est que cet album a été fait à la petite semaine!

14 2 2010
   

Cet album de spirou et fantasio est tout simplement génial!!! Franquin nous livre un scénario très maitrisé avec des centaines de trouvailles originales et innovantes. Les gags sont tous très recherchés et le métomol est vraiment une superbe invention. On voit que Fanquin n'épargne pas les dictatures et se moquent gentiment des règimes d'amérique du sud. Les dessins ne sont pas à leur apogée mais sont tout de même géniaux avec de superbes décors. Zantafio devient vraiment un méchant important et nous fait penser à un certain dictateur allemand. Franquin nous prouve sans le vouloir qu'il est un génie et qu'il déborde d'idées et de trouvailles intéressantes. Une ode à la joie et à la paix!!!

23 1 2010
   

OK, je m'incline... Franquin est définitivement un maître et grâce à CET album je me rends compte qu'il l'était aussi dans la série des "Spirou".
Contrairement à un album que tous le monde applaudit ("Z comme Zorglub" l'idée de la pub était pas mal mais mal exploité) ici tous est parfaitement orchestré. Le dessin d'abord, il convient parfaitement à l’histoire : savant mélange entre la ligne claire et le style gros nez Franco Belge.
Au niveau du scénario, il est très bon, à part la fin qui dénote un peu tous le reste est parfait. Et on a le droit a un beau casting (Marsupilami, Sécotine, le comte) et un VRAI méchant (Zantafio) le tout sur un fond de critique de la dictature (qui n'a pas reconnu Adolf Hitler arrangent la foule quand Zantafio fait son discours).
Pour l'instant, c'est le meilleur de la série.
A lire...

12 9 2009
   

Pas de doute, ce livre est mené "tambour battant".
Ça fonce, on redécouvre des protagonistes connus, et les nombreux gags sont de qualité, grande.
Le Marsupilami, une fois encore est adorable, et on lui pardonne (l'encouragerait-on, admettrait-on chez nous un côté espiègle ?) ses bêtises, bien anodines.

Découpé en plusieurs parties bien distinctes, cet ouvrage, bien structuré donc, se laisse agréablement parcourir.
L'idée loufoque du gaz à base de champignon me plaît bien, je trouve que lorsque la BD se place en marge de la vérité, tout en s'en approchant, on a souvent affaire à de bonnes histoires (et j'ai vite occulté les évidences et les moments qualifiables de "classico-prévisibles".

Les relations avec le Marsupilami, plus complexes qu'il ne semble,avec cet animal doué d'une (forte) intelligence, rendent le monde joyeux et valant la peine d'être vécu, et ce tome, très appréciable, mérite la peine d'être lu.
Et croyez moi, vous ne peinerez pas trop devant le rythme et l'humour...

3 5 2007
   

Que dire de cet album, sinon qu'il est génial. Génial de par son casting (Marsupilami, Zantafio, Comte, Séccotine), de par son scénario (qui dénonce de façon très bonne les dictatures) et de par son dessin. Dans cet album, on retrouve le Marsupilami (qu'on avait pas revu depuis Les voleurs du Marsupilami) à Champignac, ce qui donne lieu à une première partie hilarante dans le village du même nom et permet d'introduire la nouvelle invention du comte: le métomol, qui fera fureur par la suite.

La deuxième partie de l'histoire (le voyage vers la Palombie) est excellente grace à Fantasio (et ses colères) et le Marsupilami (surtout quand il joue avec un gorille)

la troisième partie, enfin, est tout aussi bonne et réintroduit Séccotine. Zantafio par ses gestes nous rappele un ancine dictateur (dont je ne donnerais pas le nom).

Au final, on a donc un des meilleurs Spirou

12 2 2007
   

Sur cet album, Franquin est encore seul au dessin et au scénario. Son dessin est encore assez proche de celui de Jijé, caractérisé par ses longs corps maigres.
Concernant le scénario, c’est très inventif comme toujours. Franquin était un visionnaire. Ici, le comte de Champignac a inventé le fameux métomol qui ramollit les métaux et cela donne lieu à d’excellents gags. Au début de l’histoire, le Marsupilami sème la panique à Champignac en déversant du métomol un peu partout.
Franquin rejoint Hergé ("L’oreille cassée") dans la critique des dictatures sud-américaines. Spirou et Fantasio partent en Palombie pour remettre le Marsupilami dans son milieu naturel. C’est là-bas qu’ils croisent à nouveau le cousin Zantafio grimé en général Zantas Celui-ci exerce une véritable terreur sur la population locale. C’est aussi l’occasion de revoir Seccotine, la journaliste du Moustique.
Même si ce n’est pas, à mon avis, le sommet de la série, cet album est de très bonne qualité, rempli d’humour et de vivacité. Que demandez de plus ?

22 3 2004
   

S'il y a bien un truc qui m'a toujours étonnée chez Franquin, et qui est parfois un peu trop "banalisé", c'est son esprit si fertile. Il invente, il invente, c'est toujours intéressant et fascinant ! Je me demande d'où lui venaient toutes ces idées, parfois si farfelues ! Ici, le comte de Champignac invente le métomol, qui est un produit plein de possibilités.
Nos deux héros sont promus colonels par.... Zantafio ! C'est un vrai méchant, qu'on n'a aucune peine à détester, et ce n'est là ni sa première, ni sa dernière apparition... Néanmoins, c'est aussi un personnage intéressant. Et que dire du Marsupilami, petite bête qui, au fil des albums, n'en a pas finit de nous étonner...

J'aime beaucoup cet album car le scénario ne comporte aucune faille, (les autres non plus du reste) c'est réglé, c'est du grand Franquin...

1 10 2002
   

Nos deux amis vont voyager dans un pays d'Amérique du sud quelque peu mouvementée. Ce tome est la deuxième confrontation avec le cousin de Fantasio, Zantafio! Cette bd traite avec humour le sujet de la dictature, de ces personnes qui sont totalement excentriques et qui emmène un pays avec eux dans la dérision. Comme à son habitude, Franquin traite le tout avec humour. Son histoire est bien faîte, comme dans tous Spirou qui se respecte on ne s'ennuie pas un moment. Le scénario se déroule tout seul avec un rythme vraiment adapté qui alterne calme et action. Ajouté à ça des personnages vraiment bien définit, bien attachant ainsi qu'un marsupilami toujours aussi mignon! Malgré tout, qu'est ce qu'il fait comme le bordel ce petit animal, mais qu'est qu'on aime ça!

Les dessins sont eux aussi vraiment sympa. Ce n'est pas des dessins d'une extrême beauté comme ceux de Marini mais ce sont des dessins attachants qui correspondent parfaitement à l'époque pendant ils ont été fait. J'aime bien ce style d'illustrations qui divertit vraiment bien. C'est vrai que les couleurs sont unies et réduites à leurs minimums mais là encore ça correspond à l'époque!

Bref une bonne histoire de Spirou et Fantasio (comme il y en a beaucoup!!) et qui diverti vraiment bien.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Spirou et Fantasio 2 4.25
Spirou et Fantasio : Le triomphe de Zorglub 1 4.00
Spirou et Fantasio, tome 1 : Quatre aventures de Spirou et Fantasio 11 3.36
Spirou et Fantasio, tome 2 : Il y a un sorcier à Champignac 15 4.10
Spirou et Fantasio, tome 3 : Les chapeaux noirs et 3 autres aventures... 4 3.13
Spirou et Fantasio, tome 4 : Spirou et les héritiers 15 4.27
Spirou et Fantasio, tome 5 : Les voleurs du Marsupilami 10 3.90
Spirou et Fantasio, tome 6 : La corne de Rhinocéros 12 3.75
Spirou et Fantasio, tome 7 : Le dictateur et le Champignon 16 4.44
Spirou et Fantasio, tome 8 : La mauvaise tête 15 3.73
Spirou et Fantasio, tome 9 : Le repaire de la Murène 12 4.13
Spirou et Fantasio, tome 10 : Les pirates du silence 10 3.25
Spirou et Fantasio, tome 11 : Le gorille a bonne mine 9 3.28
Spirou et Fantasio, tome 12 : Le nid des Marsupilamis 15 4.00
Spirou et Fantasio, tome 13 : Le voyageur du mésozoïque 9 3.61
Spirou et Fantasio, tome 14 : Le prisonnier du Bouddha 8 4.38
Spirou et Fantasio, tome 15 : Z comme Zorglub 9 4.39
Spirou et Fantasio, tome 16 : L'ombre du Z 9 4.56
Spirou et Fantasio, tome 17 : Spirou et les hommes bulles 10 3.90
Spirou et Fantasio, tome 18 : Qrn sur Bretzelburg 13 4.65
Spirou et Fantasio, tome 19 : Panade à Champignac 11 4.27
Spirou et Fantasio, tome 20 : Le faiseur d'or 9 3.33
Spirou et Fantasio, tome 21 : Du glucose pour Noémie 9 3.28
Spirou et Fantasio, tome 22 : L'abbaye truquée 7 3.43
Spirou et Fantasio, tome 23 : Tora Torapa 8 4.19
Spirou et Fantasio, tome 24 : Tembo Tabou 5 2.60
Spirou et Fantasio, tome 25 : Le gri-gri du Niokolo-Koba 7 3.50
Spirou et Fantasio, tome 26 : du cidre pour les étoiles 9 2.44
Spirou et Fantasio, tome 27 : L'ankou 9 3.67
Spirou et Fantasio, tome 28 : Kodo, le tyran 7 4.29
Spirou et Fantasio, tome 29 : Des haricots partout 10 4.05
Spirou et Fantasio, tome 30 : La ceinture du grand froid 10 2.60
Spirou et Fantasio, tome 31 : La boîte noire 8 1.94
Spirou et Fantasio, tome 32 : Les faiseurs de silence 7 1.93
Spirou et Fantasio, tome 33 : Virus 13 3.73
Spirou et Fantasio, tome 34 : Aventure en Australie 9 3.22
Spirou et Fantasio, tome 35 : Qui arretera Cyanure ? 9 3.67
Spirou et Fantasio, tome 36 : L'Horloger de la comète 11 3.36
Spirou et Fantasio, tome 37 : Le réveil du Z 11 3.64
Spirou et Fantasio, tome 38 : La jeunesse de Spirou 7 2.57
Spirou et Fantasio, tome 39 : Spirou à New York 11 3.64
Spirou et Fantasio, tome 40 : La frousse aux trousses 11 4.18
Spirou et Fantasio, tome 41 : La vallée des Bannis 10 4.45
Spirou et Fantasio, tome 42 : Spirou à Moscou 11 3.82
Spirou et Fantasio, tome 43 : Vito la Déveine 10 3.65
Spirou et Fantasio, tome 44 : Le Rayon noir 10 2.90
Spirou et Fantasio, tome 45 : Luna Fatale 15 4.43
Spirou et Fantasio, tome 46 : Machine qui rêve 16 2.97
Spirou et Fantasio, tome 47 : Paris sous-Seine 12 2.92
Spirou et Fantasio, tome 48 : L'homme qui ne voulait pas mourir 12 3.00
Spirou et Fantasio, tome 49 : Spirou et Fantasio à Tokyo 13 2.46
Spirou et Fantasio, tome 50 : Aux sources du Z 10 2.65
Spirou et Fantasio, tome 51 : Alerte aux Zorkons 9 2.89
Spirou et Fantasio, tome 52 : La face cachée du Z 4 2.50
Spirou et Fantasio, tome 53 : Dans les griffes de la vipère 5 3.10
Spirou et Fantasio, tome 54 : Le groom de Sniper Alley 2 4.00
Spirou et Fantasio, tome 55 : La colère du Marsupilami 3 4.00