46 587 Avis BD |20 209 Albums BD | 7 890 séries BD
Accueil
Tome 14 : L'espoir malgré tout - Un mauvais départ
 

Spirou et Fantasio - Une aventure par..., tome 14 : L'espoir malgré tout - Un mauvais départ

 
 

Résumé

Spirou et Fantasio - Une aventure par..., tome 14 : L'espoir malgré tout - Un mauvais départAfin d'acceder au résumé de Spirou et Fantasio - Une aventure par..., tome 14 : L'espoir malgré tout - Un mauvais départ, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Spirou et Fantasio - Une aventure par..., tome 14 : L'espoir malgré tout - Un mauvais départAttention, nouveau chef d’œuvre en vue dans cette collection. Et il faut le dire, cet album fait un bien fou après les derniers albums qui, sans être mauvais pour certains, étaient loin de ce niveau. Ce quatorzième album est scénarisé et dessiné par Émile Bravo à qui l'on doit déjà l'excellent tome 4 de cette collection (ce qui en soit est un gage de qualité).

Le dessin de l'auteur est dans la même lignée que pour son album précédent. Il est excellent et rappelle fortement les début de la série (fin des années 30- début des années 40).

Le scénario est également très bon. Pour commencer, Émile Bravo a la bonne idée de faire commencer son histoire en janvier 1940. Il fait monter petit à petit, et de façon astucieuse la tension. En effet, il faut attendre 20 pages pour que la Belgique soit envahie. S'ensuit 20 autres pages avant que la Belgique soit occupée par l'Allemagne. L'auteur nous illustre bien la détresse de la population qui fuit les zones de combat sans savoir où aller. Avec ses quarante premières pages on voit en les tournant l'espoir disparaître petit à petit.

L'autre moitié de l'album nous montre une Belgique occupée. Émile Bravo nous offre une image vraie de la réalité en nous montrant une population essentiellement attentiste, qui essaye de survivre. On n'y voit finalement peu de résistants et de collaborateurs. On y voit quand même la difficulté de la population avec les réquisitions et les tickets de rationnements. Les lois contre les juifs sont abordées, tout comme la presse qui oriente ses articles dans le sens de l'occupant (celui-ci est sublimé, les juifs sont accusés de tous les maux). Le rôle de Fantasio en tant que journaliste est d'ailleurs essentiel. La scène où il présente son article à son nouveau rédacteur en chef en est un très bon exemple. Paradoxalement, parallèlement à cela, les soldats allemands sont bien peu présents.

Spirou, dans tout ça, continue de garder espoir. Il espère toujours retrouver Kassandra, alors que beaucoup de gens autour de lui semblent lui dire que c'est peine perdue. Le personnage continue d'évoluer par rapport au Journal d'un ingénu.

Il y a peut-être le traitement de Fantasio que j'ai un peu moins apprécié. Le rendre un peu responsable de tout peut tout de même sembler exagéré. Il faudra voir ce qu'il en sera à la fin de ce récit en quatre tomes et comment l'auteur compte le faire évoluer. Il faut dire qu'à la fin de ce premier tome, il nous laisse avec un vrai suspense concernant Fantasio. Après je peux comprendre que l'auteur nous montre que nos deux héros réagissent différemment face à nos événements, mais je dois avouer avoir vraiment hâte de voir comment Fantasio va évoluer par la suite.


Chronique rédigée par difool le 06/10/2018
 
 
Statistiques posteur :
  • 972 (66,76 %)
  • 118 (8,10 %)
  • 366 (25,14 %)
  • Total : 1456 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 5.00
Dépôt légal : Octobre 2018

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Spirou et Fantasio - Une aventure par..., tome 14 : L'espoir malgré tout - Un mauvais départ, lui attribuant une note moyenne de 5,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 4 2020
   

J'adore,j'adore, j'adore ! Emile Bravo réalise une oeuvre majeure de la BD qui a commencé avec "Le journal d'un ingénu". Cet auteur aborde tous les sujets, toutes les problématiques de la vie sous l'occupation d'une façon qui parait authentique. Sans chercher à montrer les sempiternels gentils résistants et méchants collabos. Non, il se met au niveau de monsieur tout le monde qui cherche simplement à s'en sortir au mieux dans cette situation terrible, sans porter vraiment de jugement arrêté. Et il montre aussi le point de vue des enfants, sans mièvrerie. Et tout ça sonne toujours très juste, dans les situations et les dialogues.
Bien sûr, tout cela est emprunt de gravité mais baigne également dans l'humour, fin et intelligent.
Spirou est de moins en moins ingénu. Toujours une part de naïveté mais il sait observer, apprend vite et "percute".Il sait se faire son opinion. Bravo en a fait un excellent personnage.
Et Fantasio également, j'adore l'angle sous lequel il l'aborde. Un grand dadais gaffeur, qui rêve d'être grand reporter mais ne s'intéresse à rien sauf au futile. il réagit toujours à côté de la plaque mais toujours de façon cohérente avec ce que l'auteur a voulu en faire. Il peut même se montrer ignoble, mais plus par son inconséquence et son manque d'observation de ce qui l'entour. Et parfois : il a des fulgurances de réactions et de révolte qui laissent entrevoir le bon qu'il y a en lui. En fait il me fait beaucoup penser à l'hilarant Sid, le paresseux de l'âge de glace.
Quant à Spip par contre, après avoir été un personnage primordial du "Journal d'un ingénu", il est ici insignifiant. se contentant d'accompagner spirou partout.
J'ai découvert aussi que Spirou des personnages réels en les personnes du peintre et de sa femme. Les tableaux qu'on aperçois existent vraiment.
Cet album devrait être donné à lire à tous les enfants, car en plus de ses qualités de divertissement, c'est une vrai leçon d'histoire de la vie de tous les jours sous l'occupation, la déblâcle et les réfugiés sur les routes, mais aussi une leçon sur la dignité, le courage, l'importance de se faire sa propre opinion et de garder ses valeurs.
Graphiquement s'est également réussi. Un trait simple mais très expressif et efficace. Une idée de génie : de représenter les soldats allemands et leur matériel dans des tons toujours très sombres et d'un trait presque réaliste qui tranche avec les autres personnages. Toute la noirceur et la dangerosité de l'occupant en ressort ainsi parfaitement;
Merci M. Emile Bravo.