46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 5 : Dans les tentacules d'octopus
 

Spider-Man - Les incontournables, tome 5 : Dans les tentacules d'octopus

 
 

Résumé

Spider-Man - Les incontournables, tome 5 : Dans les tentacules d'octopusAfin d'acceder au résumé de Spider-Man - Les incontournables, tome 5 : Dans les tentacules d'octopus, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Spider-Man - Les incontournables, tome 5 : Dans les tentacules d'octopusVendu avec un fascicule fac-similé pour moins de 9 Euros, le cinquième tome de cette collection de Panini qui reprend les meilleurs moments de l’homme araignée, est consacré à un autre de ses pires ennemis : le Docteur Octopus !

Le fascicule fac-similé propose la première apparition d’Otto Octavius et son premier affrontement avec Spider-Man. Cette version collector d’une vingtaine de pages narrant les origines du vilain reprend l’épisode #3 d’Amazing Spider-Man (1°) paru en juillet 1963 : «Spider-Man Versus Doctor Octopus» de Stan Lee et Steve Ditko. Un récit qui remonte donc aux débuts des aventures de Spidey et qui est d’ailleurs également repris dans la première intégrale de Spider-Man.

Le tome cartonné reprend deux histoires de Stan Lee dessinées par John Romita Sr. La première, issue d’Amazing Spider-Man (1°) #53-56 (10/1967 – 01/1968), montre un Docteur Octopus cherchant à s’approprier une machine étrange appelée Nullificateur et est reprise dans les intégrales 5 et 6 de Spider-Man. Cette histoire est surtout marquée par un Otto Octavius qui s’installe chez tante May et par la première apparition du capitaine Stacy, le père de Gwen.

La deuxième histoire, tirée d’Amazing Spider-Man (1°) #88-90 (09/1970 – 11/1970), montre un Dock Ock s’évadant d’une prison du Midwest et est reprise dans la huitième intégrale de Spider-Man. Cette aventure met l’accent sur les énormes pouvoirs télépathiques du Docteur Octopus sur ses bras mécaniques et est également marquée par une fin tragique.

Ces deux histoires ont beau dater, elles restent assez efficaces. Le seul défaut étant le trou entre ces deux histoires, qui nous abandonne en fin de première histoire avec un solide sentiment de frustration en compagnie d’un homme araignée totalement désabusé et que l’on retrouve en pleine forme dans l’histoire d’après.


Chronique rédigée par yvan le 21/08/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Spider-Man - Les incontournables, tome 5 : Dans les tentacules d'octopus, lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 2 2010
   

D'aussi loin que je me souvienne, Doc Ock fut le premier super-vilain à terroriser mon âme de gosse. J'étais tout simplement effrayé par la supéroirité de sa force sur celle de Spidey, par sa brutalité alors même qu'il est un esprit brillant (ah, le mythe du savant fou !).
Alors forcémment, c'est avec un plaisir particulierement nostalgique que je me suis à nouveau plongé dans ce volume qui lui est dédié, au point de penser reconnaître un épisode.

Comme le dit si bien David dans son post, ces aventures sont rétro à souhait, mais quel travail que celui de Romita père, qu'il soit au dessin ou à l'encrage quand il s'est mis au service de Gil Kane. La morphologie du tisseur en fait l'icone qu'il est devenu. Ses pauses spectaculaires, déclinées en pleines pages en ont fait sa légende.
Sur ce point, on peut tirer un coup de chapeau à Panini pour la qualité de la réimpression qui rend merveilleusement bien les couleurs flashy, presque psychédéliques de l'époque.
Quant au scénario, c'est du pur Stan Lee: avec un trame des plus simples, c'est une quasi infinité de numéros auxquels on a droit, sans compter les fameux rappels qui renvoient aux épisodes précédents. On a tout de même de bons passages, où le scénariste dépeint les U.S.A du milieu des sixties avec les manifs d'opposants à la guerre et d'écolos soucieux de lutter contre la pollution de l'air. Et puis il y a cette dernière scène qui clôture le tome, dans laquelle on assiste à la mort du Captaine Tracy, avec ce qu'elle renvoie à Spider-Man, qui revit la perte de son oncle Ben...

Toutes ces raisons expliquent mon coup de coeur pour le Dc Otto Octavius, qui , suprême bonus, nous est présenté dans le fascicule-supplément, pour sa première apparition.
Goodies & oldies !!!

7 9 2007
   

Premier constat :ça date tout ça!
Alors forcément, niveau scénario, et pour un lecteur actuel, ça peut sembler simpliste et répétitif. C'est d'ailleurs le défaut majeur de ce tome : entièrement consacré au Dr Octopus, ennemi emblématique du Tisseur, les histoires se suivent... et se ressemblent.
On est totalement dans le "old school" du comics : Stan Lee et Romita Sr, c'est vous dire.
Mais en même temps, c'est ce qui fait le charme du tome : si les scénarios semblent un peu dépassés, il nous reste un effet madeleine très agréable. Et les dialogues ont un effet rétro et naif qu'il faut prendre aujourd'hui au second degré.

En fait, c'est presque un document historique qu'on nous propose.
Amoureux du comics à l'ancienne, investissez, c'est pas cher.
Les autres, à vous de voir si l'achat se justifie ou pas : si, comme moi, vous aimez vous replonger de temps en temps dans de vieilles histoires, sans pour autant vouloir investir dans "Spider-Man - L'intégrale", cette série est faite pour vous.