46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 11 : Prières et balistique
 

Soda, tome 11 : Prières et balistique

 
 

Résumé

Soda, tome 11 : Prières et balistiqueAfin d'acceder au résumé de Soda, tome 11 : Prières et balistique, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Soda, tome 11 : Prières et balistiqueGazzotti et Tome signent ici un superbe tome, particulièrement scénarisé et ne manquant pas d'humour. Au fil des tomes de cette série, il est clair que la collection devient de plus en plus adulte, de moins en moins innocente, mais aussi de plus en plus travaillée.

Le style graphique propre à Gazzotti est sans faille, et les couleurs toujours dans le ton donne une ambiance particulièrement concordante au scénario, dont nous ne dirons pas plus : lisez vite ce tome fantastique !


Chronique rédigée par Piehr
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 2,69
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.31
Dépôt légal : Décembre 2001

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Soda, tome 11 : Prières et balistique, lui attribuant une note moyenne de 3,31/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

1 12 2014
   

Oui, dans cet épisode les personnages évoluent nettement. On a Soda qui devient ripou, entrainant avec lui Linda…Le commissaire et même Mary changent également. Reste à savoir si tous ces changements sont plausibles ou pas. Personnellement ça ne m’a pas dérangé, ce qui m’a plus gêné ce sont les transitions qui sont moins bonnes que d’habitude et qui donne une lecture moins fluide, et ce ton qui devient plus sombre alors que certains albums tournent vraiment à la rigolade celui-ci est bien noir. Heureusement Mary endosse un rôle de clown qu’on ne lui connaissait pas et c’est plutôt bienvenu. Pour le reste je crois que tout a été dit, confirmant que Soda est une série assez unique en son genre et qui a connu son petit succès.

La lecture reste agréable, les dialogues sont toujours bons et le dessin parfait.
Et j’aime beaucoup la couverture.

23 1 2011
   

On sent ici que le scénariste est en recherche de nouveauté pour ses personnages, du commissaire, qui au lieu de collectionner les animaux de compagnie, s'attache ici à un tamagoshi, à Soda, qui a des pensées moins honnêtes que d'habitude, ayant même l'occasion de corrompre Tchaikowski. Dans une veine plus moderne que précédemment, ces tâtonnements sont pourtant peu crédibles et ne cadrent pas forcément avec les personnages que nous connaissons. Essayer de rendre Soda un peu moins parfait, insister sur le côté obscur de sa personnalité, était une bonne idée, mais je n'y ai pas cru une seconde et du coup, l'intérêt pour ce tome reste mesuré. Même Mary, qui joue de sa maladie (alors qu'elle n'est pas censée être au courant de sa gravité) marque une rupture par rapport au petit monde de Soda que nous connaissions jusqu'à maintenant. C'est dommage.

De plus, l'histoire en elle-même est très elliptique, et si on comprend que l'ensemble tourne autour d'un trafic de produits radio actifs, les enchaînements sont pour le moins aléatoires. Au final, je n'ai retenu de cet album que la scène initiale, avec tous ces vauriens déguisés en pasteur, mais même là, ce début d'histoire reste inexpliqué par la suite.

Un tome dont il faut saluer la volonté de nouveauté, mais dont le propos est trop éloigné des personnages que nous connaissons bien pour véritablement marquer favorablement les esprits.

21 12 2009
   

Rêver d'ailleurs, ça peut arriver à n'importe qui. Mais quand SODA se met à penser cela, c'est que vraiment quelque chose ne va pas! Il en oublierait presque de cacher à sa mère qu'il n'est pas le pasteur qu'il lui fait croire. Et sa mère, elle, à d'autres préoccupations: aller voir un mystérieux homme qui lui envoit des fleurs, par exemple. Côté affaires, un truand qui vient d'être capturé lui rêvèle qu'il doit absolument récupèrer une valise contenant des choses importantes. Et Linda? Elle et Soda, ça devient de plus enplus compliqué.
Ce tome 11 est très bien, un peu moins intéressant que d'habitude, le scénario de Tome (Le petit Spirou) tient la route, les dessins de Gazzotti sont très bons (et rendent mieux que dans Seuls).

Bref, un surprenant mariage entre policier, amour et action. A lire absolument!

29 4 2009
   

L’auteur avait déjà dénaturé son personnage lors du tome précédent, en faisant ressortir le pasteur qui sommeille en David, le temps d’une amnésie. La transformation subie par le personnage lors de cette histoire de contrebande de produits radioactifs est par contre moins crédible.

On a en effet du mal à accepter Soda dans un rôle de ripou car ça ne colle pas au personnage. Même sa maman semble changée lors de ce tome et là aussi, on a un peu de mal à accepter les changements, même si cela passe déjà beaucoup mieux que pour Soda. Une maman qui court les rues et simule des malaises et un Soda ripou ? Non, ça ne passe pas.

Le scénario est cependant toujours parfaitement maîtrisé et la lecture est toujours aussi divertissante. L’humour est un peu moins présent et le ton de cet album est également plus sombre.

6 5 2008
   

J'ai déjà eu l'occasion d'écrire sur coinbd que la série "Soda" était d'une qualité assez exceptionnelle dans son ensemble. "Prières et balistique", sans vraiment me faire mentir, est l'un des moins bons albums (avec "Lève-toi et meurs") tout en restant honorable.

Honorable puisque les dessins de Gazzotti sont toujours aussi bons. Le découpage est très dynamique dans les scènes d'action, et le New York recréé au fil des albums par les auteurs conserve toute sa substance.

Honorable aussi, le scénario de Tome se lit sans déplaisir et aborde le thème de la contrebande de produits radioactifs facilitée par la chute du bloc communiste au début des années 1990. Il y a de l'action, des dialogues percutants, autrement dit des qualités qu'on associe au nom de Philippe Tome.

Mais ce 11e Soda est globalement moins réussi. Le ton y est plus grave, comme dans "Lève-toi et meurs", ce qui cadre finalement moins avec l'univers du lieutenant Solomon. Ce dernier connaît une évolution psychologique, pour ne pas dire une transformation, qui désarçonne le lecteur. Que Soda pense à se ranger, passe encore, mais qu'il soit tenté de passer du côté des ripoux ?! Cela cadre mal avec le personnage qu'on a appris à connaître. Du coup, certaines scènes sont douteuses, le sang versé paraît bien plus salir les mains de Soda...

Décidément, Philippe Tome aime se renouveler et se mettre en danger. Espérons tout de même que l'on retrouvera très vite Solomon et Tchaïkowsky dans de meilleures dispositions car ce tome risque de vous laisser sur votre faim.

5 3 2006
   

Usé par la violence qu'il cotoie au quotidien, lassé de jouer un double jeu avec sa mère, cardiaque, en lui faisant croire qu'il est pasteur, le lieutenant Solomon est de plus en plus taraudé par l'idée de quitter New York pour une retraite anticipée tellement plus paisible.
Mais comment la financer ?... Lorsqu'un truand lui parle de l'opération "Mercure Rouge", basée sur un trafic de matières fissiles et pouvant rapporter dix millions de dollars, ce n'est pas seulement l'oreille du flic qui se tend...
Un polar musclé, mené tambour battant, où les couleurs dominantes sont le rouge de l'hémoglobine et le noir de l'humour cynique.
Un opus "speedé", aidé par le trait et la mise en scène de Gazzotti qui sont tout, sauf figés.

11 4 2005
   

Alors celui là, par contre, je n’ai pas vraiment accroché. Pourquoi ? Peut être parce qu’on sent la fin de la série et que Tome cherche à conclure l’histoire ? Mais non, ce n’est pas seulement pour ça.

Cet album a la particularité de changer complètement le héros. Je comprend ses envies, ses espoirs, sa vision des choses et tout mais c’est trop brutal. Soda qui deviendrait un ripou ? Non, je n’y crois pas. Ca change trop le personnage. Et pendant toute la lecture de l’album, je ne le reconnaissais pas, je n’adhérais pas à l’histoire. Y’a une chose qui arrive qu’on attend depuis longtemps mais là, ça sort du récit, ça ne colle pas tellement avec l’histoire, c’est mal amené. Et puis, à la fin, ça devient incohérent.

Bref, une petite déception sur cet album et une belle angoisse sur le futur 12ème et dernier tome annoncé pour bientôt !