46 105 Avis BD |19 969 Albums BD | 7 840 séries BD
Accueil
Tome 3 : La ville blanche
 

Sky Doll, tome 3 : La ville blanche

 
 

Résumé

Sky Doll, tome 3 : La ville blancheAfin d'acceder au résumé de Sky Doll, tome 3 : La ville blanche, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Sky Doll, tome 3 : La ville blancheEt bien voilà un album qui était attendu depuis un petit moment (6 ans déjà que le tome 2 est sorti)... Cette attente est d'autant plus bizarre qu'une version Noir et Blanc de ce tome 3, est sorti déjà depuis septembre 2004.

Mais les auteurs ont préféré prendre leur temps, améliorer leur histoire et voilà donc comment un nouveau chef d'oeuvre est né... Car oui, ce nouveau Sky Doll ne déçoit pas. Au contraire !

Roy, Jahu et Noa reviennent de la "mission aqua" et sont attendu sur le plateau de Frida Décibel, présentatrice star de la télé, afin d'y être célébré en tant que héros aux services de la Papesse Ludovique... L'histoire de ce tome va donc se concentrer sur les événements qui vont s'abattre sur le plateau télé... Le scénario tient bien la route, l'action est au rendez-vous, mais une fois de plus, le mystère qui entoure la poupée Noa, s'épaissit encore.

Mais le succès de Sky Doll est aussi énormément lié à sa qualité graphique. Rien qu'à voir la couverture, on est sûr de ne pas être déçu par les dessins de Canepa... La mise en couleur de l'album, où le rose bonbon est archi-dominant, est une vraie réussite (encore mieux que pour les tomes précédents).

Bref, un très bon album. Seul regret : les trois dernières planches. Je les trouve un peu brouillon, quant au déroulement de l'histoire, et un tout petit peu décevante (on n'est pas vraiment tenu en haleine). Mais rien de grave heureusement.


Chronique rédigée par pigou le 07/02/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 266 (84,71 %)
  • 4 (1,27 %)
  • 44 (14,01 %)
  • Total : 314 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,02 13,02 13,02
Acheter d'occasion : 88,42
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Janvier 2006

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Sky Doll, tome 3 : La ville blanche, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 1 2019
   

Alors, je me suis accroché sur trois tomes en me disant qu'avec tous ces bons avis ça allait finir par être vraiment bien. Ben non ! J'abandonne. Oui, le dessin, les couleurs....c'est magnifique, on est tous d'accord. Mais une BD c'est aussi une histoire et une bonne mise en images (pour ne pas dire "mise en scène") et des dialogues bien construits, etc...
Ben ici il faut reconnaître que c'est pas vraiment ça. Je ne me suis jamais senti emporté par l'histoire, relativement creuse. Je ne sais pas comment expliquer ça mais on dirait qu'il n'y a pas de fluidité. Comme si les auteurs n'arrivaient pas à illustrer l'évolution d'une situation par la succession des dessins et des dialogues, qui restent inconsistants et donc, les choses arrivent comme un cheveu sur la soupe, à la fin, sans qu'on l'ai vu venir.
J'ai l'impression que les auteurs reposent tout sur la beauté du dessin comme s'il portait à lui seul tout l'intérêt des albums. Et bien ce n'est généralement pas le cas. Passé le moment d'admiration du dessin on attend quand même d'être emporté par une histoire. Là, pour moi, ça n'arrive pas vraiment. Ça reste superficiel. Les auteurs créent un monde et des moeurs vraiment originaux, j'en conviens, mais ça ne déclenche rien de plus en moi, pas plus d'intérêt que ça, pas de curiosité pour la suite. Alors je ne lirai pas la suite, ça ne m'intéresse pas.
Le plus gros de ma note est dû au dessin.

12 9 2009
   

Je serai moins enthousiaste que mes petits camarades précédents. "Sky Doll" est à mon avis une série qui perd progressivement de la vitesse après un démarrage en trombe.

OK, graphiquement c'est somptueux. Couleurs, visages, décors sont tous élaborés avec le même soin et il serait absurde de ne pas constater le talent de Canepa. La série est, depuis le premier épisode, un régal pour les yeux, avec des personnages qui ont toute la rondeur et le dynamisme qu'on trouve dans les films d'animation. Ce troisième tome ne marque pas de baisse de la qualité dans ce domaine.

En revanche, le scénario n'est pas assez creusé ni condensé. Les planches sont belles mais le découpage y est trop lâche, avec certaines grandes cases qui auraient pu être réduites de moitié. Donner de l'ampleur à une action en utilisant une case surdimensionnée est un procédé narratif reconnu ; quand il ne se passe rien de particulier, on a l'impression que le découpage a été mal préparé. Ce sentiment ne concerne que certaines parties de l'album, certes, mais il renforce le manque de densité du récit.

Ce troisième tome patine, faisant trop peu avancer l'histoire. Ce show télévisé paraît interminable ! Il faut attendre la dernière planche pour s'en extirper et on se dit qu'une moitié de l'album aurait suffi pour construire cet aspect de l'univers de la série. Multiplier les scènes montrant le côté totalitaire et ridicule de l'émission n'est pas une très bonne idée. Le personnage de Cléopâtre paraît pour le moins parachuté et ne s'intègre pas, pour l'instant du moins, à tout le reste.

Il ne s'agit pas pour autant de nier que "La ville blanche" reste un album globalement au-dessus du lot, ne serait-ce que par la beauté de son dessin. Mais il est bien en-dessous du premier volet à mon sens et j'espère que le quatrième tome, qui se fait cruellement attendre, verra le scénario revenir à la hauteur du graphisme.

12 4 2006
   

On n'y croyait plus à ce tome 3 ! Voici nos amis revenus en héros sur leur planète, traités comme des stars du petit écran, ce qui permet au passage aux auteurs de bien s'amuser en critiquant le monde de la petite lucarne (en réaction à Berlusconi ?). L'intrigue fait un grand pas en avant, et un personnage comme Jahu change également de posture. A suivre dans les prochains tomes !
Côté graphique, il y a une réelle différence avec les deux premiers tomes. Les couleurs sont un peu moins flashies, moins contrastées, pour mieux épouser l'attendrissement du dessin de Barbucci. Les planches 34 et 35 sont d'ailleurs, à mes yeux, remarquables. Et que dire de la toute dernière image ?
Rhaaa, vite, la suite !

23 2 2006
   

Excellent album !
Ce temps d'attente entre le tome 2 et le tome 3, particulièrement long, était mérité : Dessin incroyable, couleurs fraiches donnant à la série une ambiance très personnelle, scénario millimétré...

Barbucci termine son premier cycle en prenant beaucoup de recul sur l'ensemble de l'histoire, alors que nous vivions jusqu'ici les évènements les deux pieds dedans. Pour le coup, c'est Roy qui prend un sacré coup de bambou, réalisant que la mission à laquelle il a participé était contre ses convictions, ses principes, sa vision... Il en dévient très cynique, défaitiste, et c'est toute la petite troupe tourmentée par les évènements qui va se retrouver au devant de la scène, contre toute attente.
L'univers de Sky Doll, toujours plus dense, est aussi incroyablement cohérent dans sa description : on croirait connaître ce monde sur le bout des doigts, tout en continuant à être étonné pages après pages par la vision des deux auteurs, et par une multitude de détails qui donne à Sky Doll son aspect tangible.

Le dessin, très similaire à celui des deux premiers albums, est incroyable. Très dynamique, complètemet emprunt d'une ambiance sixties - seventies dans son design, il a conditionné à lui seul l'achat de l'ensemble de la série. Canepa assurant à la couleur comme personne (peut d'albums peuvent se targuer d'avoir une colorisation informatique de cette qualité !), l'ensemble est.. une oeuvre d'art, tout simplement.

Certains trouvent étrange la fin du tome 3 ? J'ai toujours su pour ma part qu'on aurait affaire à une fin de cycle, non une fin de série.. l'ensemble reste donc ouvert, permettant bien des développements scénaristiques dans les futurs tomes. Et vu la qualité des trois premiers, je ne peut que me réjouir.

Culte, ou presque.

10 2 2006
   

Un troisième opus qui se sera fait attendre, mais pour quel résultat !

Ayant terminé leur mission sur Aqua, Roy, Jahu et Noa sont attendue sur le plateau télé de Frida Décibel, véritable diva cathodique. Et ce qui devait à l'origine être une glorification télévisuelle des héros ayant mis à bas l'hérésie Aqua va vite se transformer en un haletant maelstrom d'action et de mystère, le tout sur fond de guerre civile entre les partisans de Ludovique et ceux d'Agape. Noa, va petit à petit réaliser le pouvoir qui est en elle et comprendre ses origines. Seul bémol au scénario : les dernières pages, qui déçoivent un peu par rapport au reste de l’album. Mais rien que les auteurs ne seront surmonter dans le quatrième opus.

Le dessin est de plus en plus magnifique. Canepa maîtrise son style très cartoon qui contribue à n’en pas douter à la qualité de cet album. Les cadrages sont très recherchés, et la couleur ne cesse de se magnifier d’album en album. On sent que les auteurs ont travaillé dans le milieu du dessin animé, ce qu’ils y ont appris leur permet de nous offrir un dessin emprunt d’un incontestable sens du mouvement.

Je n’avais jusque-là pas vraiment eu l’occasion de lire des séries SF de ce niveau en bande dessinée (hormis, mais dans un autre genre, Universal War One). C’est maintenant chose faite avec Sky Doll, une série incontestablement originale aux mille et une qualités.