46 428 Avis BD |20 121 Albums BD | 7 880 séries BD
Accueil
Tome 1 : L'ennemi intérieur
 

Sherlock Holmes et le Necronomicon, tome 1 : L'ennemi intérieur

 
 

Résumé

Sherlock Holmes et le Necronomicon, tome 1 : L'ennemi intérieurAfin d'acceder au résumé de Sherlock Holmes et le Necronomicon, tome 1 : L'ennemi intérieur, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Sherlock Holmes et le Necronomicon, tome 1 : L'ennemi intérieurAprès sa victoire sur les vampires, c’est sous une identité d’emprunt que Sherlock Holmes participe à une expédition scientifique afin de se refaire une santé. Lors d’une escale en Antarctique, une étrange vision de son ultime affrontement avec le professeur Moriarty perturbe ce sentiment de quiétude qui l’anime depuis un certain temps et l’incite à revenir précipitamment en Angleterre. De retour à Londres, il tombe cependant très vite dans le piège tendu par un vieil ennemi, revenu sous une forme inattendue.

Suite au succès du premier diptyque, Sylvain Cordurié, Vladimir Krstic et Axel Gonzalbo rempilent pour une nouvelle aventure en deux tomes en compagnie du héros de Sir Arthur Conan Doyle. À l’instar de Luc Brunschwig qui débutait son intrigue après la « mort » de Holmes aux chutes de Reichenbach en 1891, les auteurs vont utiliser cette période plus nébuleuse de l’histoire du célèbre détective pour le faire évoluer dans un univers parsemé de fantastique, conformément au cahier de charges de cette "collection 1800" dirigée par Jean-Luc Istin.

Ce nouveau récit qui repose sur la confrontation entre deux personnages clés du roman original, emmène son héros sur les traces du Necronomicon, le fameux Livre des Morts inventé par l'écrivain américain H.P. Lovecraft. Si le mode narratif, reposant principalement sur un courriel adressé à son fidèle ami, le docteur John Watson, demeure assez classique, les fans de ce personnage extrêmement cartésien s’étonneront tout de même de le retrouver dans un monde de magie, de surnaturel et de forces occultes, peuplé de revenants et de vampires. Et si le récit se lit d’une traite, le rôle passif de ce Sherlock dénaturé par rapport à l’œuvre de Doyle et se laissant constamment mener par le bout du nez, ne sera pas pour plaire à tout le monde.

Visuellement, Vladimir Krstic-Laci restitue par contre avec brio le Londres Victorien du XIXème siècle et installe une ambiance ténébreuse et inquiétante qui sert parfaitement ce récit holmien atypique.

Cette première partie de "Sherlock Holmes et le Necronomicon" plonge le célèbre résident du 221b Baker Street dans de nouvelles péripéties marquées par des événements surnaturels surprenants, dont un final qui donne envie de découvrir la suite au plus vite.


Chronique rédigée par yvan le 09/10/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 8,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Aout 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Sherlock Holmes et le Necronomicon, tome 1 : L'ennemi intérieur, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 5 2017
   

Après avoir lu "Sherlock Holmes – Crime Alley" et "Sherlock Holmes & Les Vampires de Londres", cette nouvelle série confirme que l’objectif de corbeyran est bien de s’éloigner le plus possible de l’image patrimoniale du personnage, qui le veut avant tout cartésien. Ainsi, après une histoire très tournée vers la science-fiction (avec cette machine permettant d’échanger les dons) et une très tournée vers le fantastique (Sherlock étant confronté à des fantômes) voilà que l’on nous propose une nouvelle aventure très fantastique. En deux mots, Moriarty a été tué par Sherlock à Reichenbach mais celui-ci a transféré son esprit au dernier moment dans la tête de Sherlock. Le corps de Moriarty veut donc retrouver son esprit, ce qui passera par récupérer le Necronomicon, le livre permettant cette prouesse. S’agissant d’une aventure de Sherlock Holmes, il faut avouer que l’on ne s’attend pas à ce type de développements, un peu tirés par les cheveux. Mais c’est une originalité que j’apprécie.

Mais comme souvent dans cette collection, le récit paraît très et trop sage, et manque de spectaculaire, malgré l’audace des idées évoquées. La narration est un peu terne, se contentant de faire de Sherlock un jouet dans les mains de Moriarty, ce dernier l’emmenant d’un endroit à l’autre dans Londres. On introduit sans grandes pincettes des télépathes et le fameux bouquin… bref, ca va parfois trop cite et l’immersion ne peut être complète, malgré toutefois un bel effort du côté des dessins, pour rendre parfaitement crédible cette Londres victorienne.

Un peu comme dans les deux premières séries, l’idée est audacieuse, et il fallait vraiment oser confronter Sherlock à Lovecraft. Mais le résultat est peut-être moins spectaculaire et saisissant que ce à quoi on était en droit d’attendre.