46 533 Avis BD |20 176 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le chasseur
 

Sherlock Fox, tome 1 : Le chasseur

 
 

Résumé

Sherlock Fox, tome 1 : Le chasseurAfin d'acceder au résumé de Sherlock Fox, tome 1 : Le chasseur, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Sherlock Fox, tome 1 : Le chasseurJeunesse ? Ado, Adultes ? Difficile de définir la cible de cette nouvelle série, tant son introduction peut parler à un lectorat varié.
Evidemment, la collection Tchô ! pourrait nous donner une bonne indication sur le public visé, mais le récit fourmillant de détails et abordant bien des sujets, il serait dommage de cantonner "Sherlock Fox" à une série uniquement jeunesse.

Il faut dire que son personnage principal, ce renard détective, bénéficie d'un traitement de fond. Par le biais d'une voix off assez présente (les lecteurs réguliers de Morvan reconnaîtront ici un trait typique du scénariste, qui avait déjà utilisé ce type de narration dans "Naja"), sa psychologie se révèle, tout comme son univers finalement très proche du notre malgré son côté animalier évident. Et la sagesse de maître Renard, héros à l'apparence parfaite dans un monde qui semble avoir beaucoup évolué ces dernières années, nous rappelle d'où viennent ces "animains", ayant abandonné, parfois avec difficulté, leur bestialité pour bâtir la civilisation telle qu'elle est présentée dans ce premier tome.

On aura tôt fait de vouloir comparer "Sherlock Fox" à "Blacksad", de manière un peu automatique : des enquêtes policières dans un contexte animalier, le raccourci, rapide, se fait presque inconsciemment. Il serait pourtant bien dommage de vouloir comparer et réduire Sherlock à une copie du hit de Canalès et Guarnido, tant le traitement, au final, est différent.
Par l'univers présenté, tout d'abord : ce monde un peu steam, un poil victorien, en tout cas résolument européen, est à mille lieux de l'Amérique des années 50 présenté dans Blacksad. Et ce qui semble n'être qu'un détail créé un véritable fossé entre les deux séries, d'autant plus que le background de Sherlock Fox, et ce rappel, régulièrement dans l'album, que rien n'est vraiment acquis pour ces animaux ayant pris le train de la civilisation d'une manière un peu forcée, donne un ton tout particulier à la série qui titille l'esprit et la curiosité.

Par le traitement graphique, ensuite : Morvan a le don pour aller chercher de véritables talents par delà les frontières de la franco-belge, s'inspirant beaucoup d'artistes de tout bord afin de proposer quelque chose de différent. Ici, c'est Du Yu qui s'y colle, une jeune Pékinoise qui propose un trait particulièrement caricatural, anguleux et finalement assez simple, mais réellement sublimé par la mise en couleur de l'artiste. Visuellement, le rendu final détonne complètement de la production actuelle, donnant à Sherlock Fox une identité propre, qui fonctionne et attire, et ce depuis la couverture de l'album, superbe.

Ce premier opus, véritable introduction à l'univers de Sherlock Fox, possède un intérêt certain dans la description du monde dans lequel évolue le détective, mis en couleur avec brio par Du Yu. Alléchant comme une mise en bouche de grand cuisinier, il promet beaucoup pour la suite des aventures du renard. Gageons que les prochains tomes sauront confirmer cette excellente première impression !


Chronique rédigée par Piehr le 25/03/2014
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 7,33
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Mars 2014

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Sherlock Fox, tome 1 : Le chasseur, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 8 2015
   

Ce premier album est une bonne surprise. Ce qui retient d'abord l'intérêt, c'est ce dessin, parfaitement détaillé, et surtout mis en couleur avec parcimonie. Un dessin qui donne vie à tous ces protagonistes zoomorphiques et qui sait se rendre le tout dynamique et/ou mystérieux lorsque le besoin s'en fait sentir. C'est avant tout un joli album, bien dessiné, qui apporte avec lui tout un univers.

Sherlock Fox est un inspecteur de police. Et ce premier album aura surtout pour but de nous présenter cet infatigable limier. On commence ainsi par une présentation du personnage ingénieuse : on retrouve notre inspecteur seul face à un parterre de suspects, détaillant, à la manière d'un Hercule Poirot, toute son enquête pour déterminer lequel parmi eux est coupable. Si le crime dont il est question ne porte pas à conséquence, cette mise en situation du personnage pose d'emblée le décor : sans le dire "Sherlock Fox" sera l'un de ces inspecteurs à l'ancienne, qui analyse, qui interroge, et qui recoupe les événements pour débusquer un coupable. Après cette présentation du personnage, voilà donc qu'un crime est commis.

Et plutôt que de partir tête baissée dans cette enquête, Sherlock fox nous livre quelques pensées, qui en disent long sur l'univers dans laquelle se place cette intrigue. Contrairement à "Blacksad", où les animaux sont légion et font partie du décor, ici, on sent qu'avant d'être doués de raison, avant de trouver un modèle de société qui leur permet de vivre ensemble, les "animains" que l'on découvre ici étaient, il n'y a pas encore si longtemps, des animaux tels que nous les connaissons : chaîne alimentaire, loi du plus fort, etc. C'est pourquoi le crime commis, un cas de zoophagie avéré, est un crime d'autant plus odieux : presque du cannibalisme... Grâce à ces éléments, l'univers gagne encore en caractère et en identité : on ne se borne pas de nous présenter des animaux se comportant comme des humains, on donne quelques indices sur l'évolution de ces être depuis leur nature première d'animaux jusqu'à cette "animanité" qui leur permet d'être civilisés.

Ca ne reste ici qu'un introduction, mais qui prend bien le temps de présenter son personnage phare, ainsi que les grandes lignes d'un univers que l'on a plaisir à découvrir. Cela ouvre grand l'appétit, et il est maintenant temps de découvrir la suite de cette intrigue, aux nombreux éléments : quelle est donc cette espèce qui a été dévorée ? Par qui ? Pourquoi ? Et quel est cet étrange trafic mené par cet aigle mafieux ? Comment tous ces éléments vont-ils s'agencer ensemble ? Bref, maintenant que le décor est efficacement posé, je suis impatient de décourvrir la suite.